(Arrêt pilule) A savoir absolument avant de commencer. PARTIE 1

 

Cet article est le premier d’une série de réflexions consacrée à l’arrêt de la pilule.

J’espère qu’il saura vous aider !

Partie 1  Réfléchir à sa situation particulière.

Partie 2  L’arrêt des pilules spécifiquement anti-acné.

Partie 3  Pilules classiques et acné légère, le Gattilier.

Partie 4  Quand ce n’est pas l’arrêt qui est la cause… Les acnés hormonales.

 

Ça y est ! Votre décision est prise : vous voulez arrêter la pilule.

Vous en avez assez de certains effets indésirables, vous ne voulez plus d’hormones artificielles ou vous envisagez d’avoir un bébé.

Quelle soulagement d’avoir enfin pris la décision… jusqu’à ce qu’arrive un vent de panique. Et si vous vous mettiez soudainement à bourgeonner sans répit ?

Après tout, c’est ce qui est arrivé à votre meilleure amie, ou même à vous-même, lors d’une tentative passée… Comment faire pour éviter que cela se reproduise ?

Pour passer ce cap difficile, je voudrais ici proposer quelques outils de réflexion. Ils peuvent à mon avis être utiles pour élaborer une stratégie personnalisée, et vous éviter ainsi trop de déboires…

On ne parle que d’acné, OK ?

D’abord, qu’on soit clair : la pilule contraceptive a été un facteur important de libération de la femme. Elle permet une sexualité sans angoisse en évitant des grossesses non désirées. Sous cet angle, elle est formidable.

Alors ici, je veux bien insister sur le fait que je ne « condamne » pas du tout la pilule en tant que telle. Je l’ai prise personnellement pendant des années, et je ne me place pas du tout d’un point de vue éthique, moral ou quoi que ce soit d’autre.

Je ne veux parler d’elle que du point de vue de l’acné.

L’acné et la pilule : une longue histoire…

Nous autres « acnéiques » avons souvent une relation longue avec la pilule.

Elle est bien souvent prescrite non seulement pour son rôle contraceptif, mais aussi pour le syndrome des ovaires polykystiques, les règles irrégulières, les règles douloureuses, les migraines, l’endométriose, et le syndrome pré-menstruel.

Toutes conditions qui peuvent avoir un rapport avec l’acné.

Et bien sûr, la pilule est aussi souvent prescrite pour l’acné, seule.

Comment la pilule marche.

La pilule est une combinaison d’hormones synthétiques. C’est généralement une combinaison d’œstrogènes et de progestérone. Certaines pilules ne contiennent que de la progestérone.

Chaque pilule est unique. Les doses peuvent être différentes. La nature des œstrogènes et de la progestérone aussi.

Donc on ne peut pas parler de « LA » pilule en tant que telle, mais des pilules contraceptives, et de leur profil respectif.

Ce que ces pilules ont en commun, c’est leur mode d’action : ces hormones synthétiques vont remplacer, ou réguler, vos hormones naturelles. L’idée est d’obtenir de la constance : que les doses soient stables, et que les proportions entre les différentes hormones soient équilibrées.

Certaines pilules, comme Diane 35 et Jasmine, ont été pendant longtemps prescrites plus spécifiquement pour l’acné. Elles contiennent des molécules spécifiques qui sont anti-androgèniques.

Ce qui peut arriver quand on arrête la pilule

Souvent, tout va bien ! Certaines femmes font l’expérience de quelques boutons, puis cela s’espace, et bientôt tout est de nouveau normal.

Pour d’autres, en revanche, l’acné peut revenir en force.

Une force si grande, qu’elle peut engendrer de véritables bouleversements dans la vie personnelle. Tout à coup, vous voilà redevenue adolescente, avec une peau qui ne correspond pas du tout à votre vie d’adulte.

Que faire pour éviter cette situation ? 

À mon avis, la première étape est une réflexion sur votre situation particulière.

Vous avez besoin de faire une distinction entre les différentes pilules, et de déterminer si votre problème risque d’être temporaire… ou non.

C’est ainsi que vous pourrez établir une stratégie qui vous convienne, et qui marche !

Un effet rebond pour les pilules anti-acné

Il est clair pour moi que certaines pilules « anti-acné » induisent un phénomène de sevrage pouvant mener à un sévère regain d’acné. Trop de mails dans ce sens, depuis de nombreuses années, nous sont parvenus…

Je pense ainsi à l’ingrédient utilisé dans Diane 35, la cyprotérone, ou la drospirénone contenue dans Jasmine, par exemple.

Il est incontestable que ces pilules occasionnent un effet « rebond » quand on les arrête soudainement, à cause de leur composition spécifique. C’est pourquoi elles doivent faire l’objet d’un traitement à part.

Vous trouverez ici le tableau des médicaments contenant de l’acétate de cyprotérone.

Vous trouverez ici le tableau des médicaments contenant de la drospirénone.

Pas d’effet rebond pour les autres pilules

A l’arrêt des autres pilules, quelles qu’elles soient, notre corps est vulnérable.

Il essaie par tous les moyens de comprendre comment vivre sans hormones synthétiques. Il y a donc une période d’adaptation, où il réapprend à refonctionner.

Il est donc fréquent de ne pas retrouver tout de suite ses règles ; certaines femmes vont avoir des saignements épisodiques, etc. Et oui, il peut y avoir une période de 3/4 mois d’adaptation (voire 6 mois pour certaines) où l’on a de l’acné.

Cette situation est pénible, mais elle est souvent temporaire : pour la plupart des femmes, progressivement, le cycle se régularise et la peau s’améliore.

On ne peut pas vraiment parler ici d’un « effet rebond », propre aux pilules anti-acné.

Le retour à la case départ

La situation est très différente, en revanche, pour certaines femmes. Pour elles, passés les 3-4 (parfois 6) mois d’adaptation, l’acné est toujours là.

Elle est même parfois plus forte qu’elle n’a jamais été.

Encore une fois, si vous utilisez la pilule parce que c’est pratique, parce que cela vous évite les boutons, bref que cela fonctionne pour vous, très bien.

Mais ce qu’il faut comprendre, MÊME SI VOTRE MÉDECIN VOUS DIT LE CONTRAIRE, c’est que la pilule ne soigne pas et ne soignera jamais l’acné.

La pilule n’est rien d’autre qu’un pansement sur une plaie. Le pansement recouvre et cache le problème. Il ne le traite pas.

La pilule crée une situation artificielle. Elle masque votre vie hormonale naturelle en la modifiant profondément.

Dès lors, si l’acné avait une raison hormonale au départ, ce problème-là n’a pas été résolu du tout. Il a juste été mis sous cloche.

Donc parfois, ce n’est PAS la pilule qui est responsable de l’acné post-pilule.

Tout comme la pilule ne « guérit » pas l’acné, souvent l’arrêt de la pilule en lui-même ne « donne » pas d’acné.

Ce qui arrive, c’est que vous retournez à la case départ.

En clair, la pilule a caché d’éventuels problèmes hormonaux. A l’arrêt, ils vont donc se manifester.

On enlève le masque

J’ai vu au cours de ma carrière de nombreuses jeunes femmes placées très tôt sous pilule : à 16, 17 ans par exemple. Vous avez des boutons ? Vous avez un copain ? Toc, le médecin veut faire double-emploi, et vous voilà sous pilule.

Du coup, de nombreuses femmes ne connaissent rien à leur corps SANS hormones de synthèse, parce qu’elles ne l’ont jamais vu fonctionner au naturel.

C’est pourquoi en cas d’acné post-pilule, elles incriminent la pilule, ce qui paraît logique.

Mais pensez-y : si vous aviez une acné sévère et que l’on vous a prescrit la pilule pour cela, il est fort possible que le problème remonte à longtemps.

Et pour la première fois de votre vie, à l’arrêt de la pilule, vous pouvez le voir en face.

Réfléchir à sa situation particulière

C’est pourquoi je trouve très important de s’interroger. Vous devez vous poser les questions suivantes :

– Quel type de pilule ai-je employé ?

– Comment était mon acné au moment où j’ai été placée sous pilule ?

– Est-il possible que mes hormones, sans pilule, ne fonctionnent pas de manière optimale ?

 

Selon ces situations, la stratégie peut être différente. Je vous retrouve dans la partie 2  pour en parler plus en détail.

 

Vous aimerez aussi peut-être :

A propos Emanuelle Haudegond

Emanuelle Haudegond est la fondatrice de beaute-pure.com, un site dédié au bien-être féminin hormonal naturel et à la beauté de la peau. Spécialiste de la peau, diplômée de l'état de Californie, elle a longtemps travaillé auprès de dermatologues et de chirurgiens plasticiens avant de fonder sa propre clinique de soins esthétiques à Los Angeles. Elle a ainsi aidé des milliers de femmes de tous âges à retrouver santé de la peau et bien-être à chaque étape de la vie. Passionnée par la peau, guidée par des principes naturopathiques, elle partage au fil des articles de beaute-pure.com sa philosophie et ses astuces pour une peau magnifique et une vie de femme au naturel. Vous trouverez également dans son e-boutique, beaute-pure-boutique.com, une sélection de ses produits de beauté préférés, adaptés aux peaux à problèmes, et des compléments alimentaires brevetés.

, , , , , , , , , , , ,

  • Stef dit :

    Bonjour,

    Permettez-moi de vous dire que je ne suis pas d’accord avec votre analyse. Certaines femmes, comme moi qui ont pris Diane 35, se retrouvent à l’arrêt avec des problèmes majeurs qu’elles n’avaient pas avant de prendre la pilule.

    Pour ma part, je n’avais jamais eu d’acné, ni de chute de cheveux avant de prendre la pilule à 18 ans. Comme une pilule m’a causé des problèmes d’acné, on m’a prescrit diane 35 en me disant que je n’aurais plus ce problème. A l’arrêt de cette pilule, non seulement j’ai commencé à avoir de l’acné très sévère que je n’avais jamais eue avant, mais j’ai perdu la moitié de mes cheveux.

    Donc, OUI, la pilule provoque de l’acné. De plus, l’arrêt de la pilule cause un chamboulement hormonal tel qu’il peut provoquer de l’acné sévère et des chutes de cheveux qu’une femme n’avait pas avant.

    Cela est encore plus vrai quand on ingurgite une pilule comme Diane 35 qui supprime la production d’androgènes, car à son arrêt, cette production recommence de façon brutale et le corps n’est évidemment plus habitué à ces hormones. S’il existe une sensibilité à ces hormones et que votre équilibre hormonal est soudainement chamboulé, vous l’avez dans l’os.

    Le système endocrinien est un équilibre fragile et sensible, alors il est évident que la moindre perturbation peut le déstabiliser.

    • Bonjour Stef, je ne pense pas être en désaccord avec vous, simplement il ne faut pas faire de son cas une généralité. Pour certaines, comme vous manifestement, la pilule seule occasionne un chamboulement hormonal susceptible d’occasionner l’acné. Pour d’autres, la pilule exacerbe un souci de départ, qui peut/va ressurgir à l’arrêt de la pilule. Donc tous les cas, la pilule en effet n’a jamais un effet positif, et selon le type de pilule (si elle contient par exemple de l’acetate de cyprotérone ou drospirenone) elle peut avoir un effet rebond effectivement. Maintenant, cet effet (androgen surge, ou augmentation des androgènes) peut être mieux vécu à mon sens si on prépare en amont certains que je conseille dans le guide gratuit « j’arrête la pilule : préparation » : l’état de votre foie et de votre flore intestinale doit être maximisé, pour vous aider dans cette transition. Je vous engage à suivre ces gestes, mon expérience est qu’ils sont utiles.

  • Soulet dit :

    J ai 51 ans et j ai arrêté trinordiol du jour au lendemain. Depuis j ai des douleurs partout. Et je me sens pas bien

  • laureen dit :

    Bonjour, je prends la pillule Jasminelle depuis plus de 10 ans, j’ai 28 ans et j’ai décidé de me sevrer progressivement afin de ne avoir un retour à l’acné. J’ai commencé à l’arrêter en suivant cette méthode 1/2 pendant 2 mois, 1/3 pendant 2 mois puis 1/4 pendant 2 mois… mais cela me parait trés long !!! ( je suis qu’au 1er mois de sevrage). Pensez vous que réduire à chaque fois d’un mois au lieu de 2 est risqué ?? Merci pour vos réponses.

  • Karine dit :

    Bonjour,
    Après avoir pris diane pendant 7 ans (de 30 à 37 ans) et belara pendant plus d’un an (sans aucun retour d’acné), je souhaite arrêter les oestrogènes pour préserver mes artères notamment.
    Je n’ai jamais eu d’acné sévère mais une peau grasse et des comédons et je redoute plus que tout de retrouver ces désagréments incompatibles avec ma vie d’adulte actuelle.
    Je me demande si le fait d’arrêter ma pilule combinée pour une pilule progestative, dans un premier temps, peut me provoquer un retour d’acné ou pas ?
    Est-ce qu’un traitement antibio peut permettre d’éviter ces désagréments ?
    Voilà, j’ai besoin d’aide…
    Merci

  • Esther dit :

    Bonjour,

    J’ai arrêté la pilule voilà 4 mois, les trois premiers mois mon visage s’est peu à peu rempli de microkystes et depuis deux semaines c’est une véritable explosion’ mon visage entier est couvert de boutons douloureux (surtout le front et la mâchoire ainsi que les tempes)
    J’étais sous jasminells mais avant de prendre la pilule j’avais une acné légère avec un peau grasse (3 ou 4 boutons en permanence), pensez vous que j’ai réellement un effet rebond ?

    J’utilisais depuis l’arrêt des produits naturels (jojoba, aloé vera, argile, HE..) Mais devant l’ampleur des dégâts qui m’empêche carrément de sortir de chez moi j’ai accepté de mettre effederm sur ma peau, accompagnée d’une crème compensatrice pensez vous que je peux espérer un résultat?

  • Laure dit :

    Bonjour,
    Pour moi c’est le cas inverse.. Je n’ai jamais eu d’acné à l’adolescence et lorsque j’ai commencé a prendre la pilule j’ai eu de l’acné (pilules de 2eme génération pour des raison perso), j’en ai essayé 4-5 différentes mais toujours ce même effet d’acné. J’ai alors arrêté la pilule depuis 1an (ce qui est assait contraignant) , j’ai moins de boutons mais toujours trop à mon goût.. Est ce donc bien une acné hormonal et que faire pour qu’elle disparaisse?

  • Sophie dit :

    Bonjour, je décide d arrêter ma pilule et me renseigne, c est ainsi que je trouve votre site et vous en remercie! 38 ans, sous pilule depuis mes 14 ans (!) avec notamment Roaccutane, Diane 35 et Belanette, acnéique à l adolescence, 3 cancers du sein chez ma maman, problèmes vasculaires dans la famille (j ai des varices et suis sclérosée mensuellement depuis des années), dans un désir d enfant (même si tard oui, mais mon super gynéco me disait que je pouvais encore attendre 10 ans, lol..) je viens d arrêter Belanette depuis 1 mois avec en retour une peau plus grasse, quelques boutons blancs, chute de cheveux et cheveux qui graissent vite, je m inquiète d un retour de l acné en force et autres joyeusetés qui s amplifieraient et souhaite donc tester le sevrage progressif. Je souhaite prendre des comprimés entiers mais en les espaçant progressivement, pouvez-vous m aider sur le « dosage »? 1 tous les 2 jours pendant x semaines puis 1 tous les 3 jours? Faut-il faire la pause des 7 jours comme habituellement? Merci d avance de vos réponses et bonne journée!

  • Maeva dit :

    Bonjour, je suis actuellement en train d’arrêter ma pillule (ludeal ge) , je prend donc en ce moment une moitié de pilule tout les soirs. Or depuis hier des saignements sont apparus et il semblerait que mes règles soient arrivés avant l’heure (a deux semaines de la fin de la plaquette) . Donc je voulais savoir si cela était normale , si je devais arrêter la prise en pleins milieu de la plaquette , attendre de finir ma plaquette etc .
    En vous remerciant, bonne journee et merci pour ces précieuses infos sur l’arrêt de la pilule.

  • célia dit :

    Bonjour,

    je suis actuellement sous jasmin, après presque un an, avant j’étais sous triafemi puis belara. en tout j’ai pris ma pilule 7 ans. je souhaiterai arrêter ma pilule, mais j’ai peur de l’effet rebond, de me retrouver avec de l’acné, et perdre mes cheveux si j’arrête trop brutalement. je souhaiterais tester un arrêt progessif, peut être sur 3 mois, soit en coupant mes comprimés, soit en espaçant la prise je ne sais pas encore. je précise qu’avec Jasmin je constate déjà une chute de cheveux importante, ils deviennent plus fins aussi, et je constate également que lors de ma pause de 7 jours entre 2 plaquettes, ma peau devient plus grasse, et laisse apparaitre quelques petits boutons sous la peau au niveau de la zone T. Toutefois rien de bien alarmant, ça rentre toujours très vite dans l’ordre.
    J’aurais voulu avoir votre retour sur ma décision d’arrêter ma pilule progressivement, si c’est une bonne idée, si je devrais bien le faire sur 3 mois, ou plus ? ou moins ?
    enfin, j’aurais voulu avoir si je pouvais associer mon arret progressif à la prise de complément pour prévenir l’acné, et la chute des cheveux, pour garder ma jolie peau 🙂
    je vous remercie par avance.

    • Elsa Kreiss dit :

      Bonjour Célia,

      Il n’existe aucun protocole officiel d’arrêt. Vous pouvez néanmoins consulter cet article, où nous citons les avis de quelques professionnels de santé. Votre pharmacien, par exemple, peut éventuellement vous aider.

      Sinon oui, vous limiterez les effets indésirables de l’arrêt en accompagnant celui-ci d’une démarche globale, qui peut effectivement inclure des compléments : vous pouvez vous inspirer des conseils donnés par Emanuelle ICI.

      Tenez-nous au courant !

  • Yasmina dit :

    Bonjour,

    je suis âgées de 27 ans j’avais un problème d’acné mais pas trop sévère j’ai pris curracné pendant 6 mois je me suis complètement débarrassé des boutons, la je suis sur le point de commecer la pilule Daily Gé est ce que je risque d’avoir la réapparition des boutons vu qu’elle contient les progestatifs?

    • Elsa Kreiss dit :

      Bonjour Yasmina,

      Si votre question concerne l’apparition éventuelle de boutons pendant la prise (et non pas après) – c’est bien cela ? -, la notice de votre pilule devrait vous renseigner sur les effets indésirables possibles.

  • Elodie Rodrigues dit :

    Bonjour, je me permet de vous écrire car je stress comme pas possible à l’idée d’arrêter la pilule

    Voilà j’ai été mise sous adepal pendant 7 ans pour calmer les douleurs à la base. Je n’avais pas d’acné du tout.

    Ensuite à mes 20 ans j’ai été mise sous Diane 35 a cause d’une crise d’acné ( avec du recule petite et courte je regrette de l’avoir prise )

    J’ai repris adepal il y a 6 mois. Aucun acné à déclarer à part 1 ou 2 gros boutons.

    Maintenant ça fait 2 mois que j’ai tour arrêter pensez vous que j’ai un risque d’acné sachant que j’ai prit adepal pendant 6 mois avant de tout arrêter ?

    Merci de votre réponse

  • Lu dit :

    Bonjour,
    Je suis dans la même situation que la plupart des personnes ici.
    A 17 ans, on m’a prescrit Leelo pour des règles déréglées. L’apparition de bouton qu’elle m’a causé, m’a fait passer à Jasminelle.
    J’ai arrêté cette pilule en octobre 2016 (soit 6-7ans de prise), car je souhaitais stopper la prise d’hormones. J’ai en simultané fait poser un stérilet en cuivre, afin de m’assurer la contraception.

    Les 2 premiers mois se sont bien passés. Premières règles très douloureuses, et quelques boutons par ci par là, mais rien de dramatique. (j’ai eu à l’inverse le plaisir de voir des bébés cheveux apparaître sur ma tête

    A partir de décembre 2016, ça s’est dégradé. J’ai commencé par avoir des spottings quotidiens. Ensuite plus de règles à proprement parler pendant 3 mois. Des boutons sur les joues, puis le mentons, peau grasse, cheveux gras, bref, rien de vraiment glamour. Avec ça forcément un perte de confiance en soi (pas terrible pour un début de vie professionnel).
    Fin mars 2017, après un enième gynéco rencontré, mon stérilet et retiré, avec analyse du stérilet tout ça tout ça. Rien des radios pendant le port ou des analyses sanguines ou de l’analyse du stérilet ne permettra d’expliquer ces spottings quotidien.

    Voilà maintenant 2 mois que je n’ai plus de stérilet, ni de règles. Les boutons poussent en veux tu en voilà, et je ne sais vraiment plus quoi faire.
    Une généraliste m’a mise sous Cutacnyl (crème décapante, que ma peau tolère moyennement bien) et sous Tretralysal (gélule à prendre le soir, sans grand effet, voir empirant ?).
    Je vais voir le dermato à la fin du mois, mais j’ai peur de me retrouver à nouveau avec une solution qui ne me convient pas (c’est à dire, un espèce de pansement le temps de la prise, mais que l’acné revienne lorsque je l’arrêterais).

    Je ne souhaite pas forcément revenir à la pilule (sur la fin, j’avais le sentiment de m’empoisonner petit à petit à chaque cachet pris), mais je me demande si je pourrais la reprendre pour 2-3 mois (ou du moins le temps de réguler règle et acné) puis de réaliser un sevrage ou arrêt progressif afin de permettre à mon corps de se rééquilibrer en douceur. Est ce envisageable ? Si oui avec qui puis je en discuter ? Généraliste ? Gynéco ? Dermato ?

    Merci d’avance pour votre retour ! 🙂

    • Elsa Kreiss dit :

      Bonjour Lu,

      Si vous ne prenez plus d’hormones depuis plus de six mois, je ne pense pas qu’il y ait un intérêt à en reprendre uniquement pour réinitier plus doucement le sevrage. Plus de six mois après, on peut plutôt penser que la pilule masquait un problème pré-existant (vous parlez notamment de règles irrégulières avant la prise), et que le rééquilibrage passe plutôt par un travail de fond, notamment sur le mode de vie.

      Connaissez-vous notre méthode gratuite anti-acné ? Ainsi que cet article d’Emanuelle ?

      Courage

  • Mathilde dit :

    Bonjour,

    Voici mon histoire (pleine de désespoir…) : je prends la pillule depuis mes 17 ans (principalement pour calmer des douleurs presque insupportables et une irrégularité des règles), Jasminelle, j’ai eu de fortes crises de boutons avant la pillulle et durant les premières années sur le menton, et puis ça s’est calmé, j’avais une peau quasi parfaite ces dernières années (j’étais sous Désobel Gé 30).

    J’ai arrêté la pillule en juin 2016, depuis janvier des boutons réapparaissent sur mon menton, peu à peu jusqu’à le recouvrir complétement de kystes douloureux et autres, au poins que j’y penses 24h/24, j’en déprime, et me referme sur moi-même (ce n’est vraiment pas ma nature…). Je vis actuellement à rio depuis 2 ans et ai du mal à me faire accompagner, malgré ce point et de fortes douleurs lors des 1ers jours de règle, mon corps se sent super bien, je me sens beaucoup mieux globalement depuis avoir arrêté (j’imagine que c’est aussi lié à mon régime alimentaire…).

    Je suis abonnée à la méthode gratuite, depuis décembre j’ai une routine de produis naturels (douvle lavage, jojoba, nigelle, HE lavande fine et tea tree, sérum et crème pai, rhassoul, éponge konjac avec lavant doux), je mange très équilibré (jus verts / tisanes / plus de viande / plus d’IG élevé), ça en devient restrictif je ne sors plus pour ne pas boire etc… et je n’ai aucune amélioration, j’ai un peu l’impression de passer à côté de ma vie, et n’en pouvant plus je pense à reprendre la pillule ce mois ci, en me disant d’une párt que si je meurs demain au moins je mourrai heureuse et en ayant profité de la vie, et d’autre part qu’il faudrait mieux que je tente l’arrêt de la pilulle en France bien accompagnée (naturopathe magnétiseurs) sans soleil, j’ai tenté de m’inscrire à la méthode avancée sans succès.

    Je ne me maquillais que très peu, maintenant c’est un supplice le matin, enfin bref ce n’est pas une vie à mon sens…

    Qu’en pensez vous ?

    Merci d’avance
    MAthilde

  • Léa dit :

    Bonjour,
    J’aimerais avoir votre avis. J’ai récemment arrêté ma pilule drospirenone (jasminelle) afin d’envisager la conception d’un bébé, cependant je n’ai toujours pas mes règles… Est ce normal ? Dans combien de temps vont elles revenir ?
    Merci et bonne journée,
    Léa

    • Elsa Kreiss dit :

      Bonjour Léa,

      Il est impossible de vous dire quand vos règles reviendront. Cependant, il n’est pas rare que le cycle ne reprenne pas tout de suite lorsqu’on arrête la pilule. Consultez votre médecin si vous êtes inquiète.

      Bonne journée à vous aussi !

  • fanny dit :

    Bonjour,

    J’ai 26 ans, on m’a mise sous pilule à l’âge de 15 ans environ pour traiter mon acné.

    J’ai arrêter la pilule pendant 1 an, sans retour d’acné ni symptômes particuliers (pas dans mes souvenirs), puis je sous passée à Désobel gé 20 que je prends depuis 5 ans maintenant sans problème particuliers ( à part quelque boutons en périodes de règles).
    A l’époque, je n’ai pas chercher d’autre moyen de contraception, étant en couple c’était la seule solution a mes yeux.

    Aujourd’hui, je découvre beaucoup d’autre possibilités et je suis dans une démarche beaucoup plus naturelle et moins intrusive pour mon corps.
    Je suis donc en couple depuis 5 ans et j’aimerai passer à la contraception symptothermique.

    Il me reste 2 plaquettes, ce serait le moment idéal mais je ne sais absolument pas comment m’y prendre. Je me renseigne beaucoup… mais j’ai encore des doutes sur la manière dont je dois procéder.

    Faut-il que je commence dès maintenant à arrêter progressivement la pilule? Ce qui étendrait la période de sevrage sur plusieurs mois.
    Du coup des l’instant ou je ne prends plus la pilule régulièrement il faudra utiliser un autre moyen de contraception pendant les rapports.
    Combien de temps environ vais-je retrouver/redécouvrir mon « vrai » cycle. Ayant été réglée a 11 ans j’en garde peu de souvenir sans pilule?

    Est-ce que Désobel est une pilule contre l’acné? Il y a-t-il un risque de rechutes? (c’est effrayant quand on ouvre les yeux de se rendre compte qu’on avale tous les jours des hormones dont on ne connait rien…je ne sais même pas si elle a un impact sur ma peau, mon poid etc…)

    Est-il nécessaire de préciser que tout cela a déjà été le sujet de nombreuses discussion avec mon conjoint, qu’il me soutient et que nous aimerions avoir un enfant d’ici 1 an ou 2 donc la perspective de connaitre et comprendre mon corps me tien a cœur.)

    Merci à celles/(et ceux?) qui auront lu mon pavé et qui sauront m’éclairer.

    A bientôt !

    • Elsa Kreiss dit :

      Bonjour Fanny,

      « Faut-il que je commence dès maintenant à arrêter progressivement la pilule? »
      : C’est totalement personnel et c’est donc à vous seule d’en décider, Fanny. Si vous vous lancez, il faudra évidemment opter, dès le début du sevrage, pour un autre moyen de contraception.

      « Combien de temps environ vais-je retrouver/redécouvrir mon « vrai » cycle. Ayant été réglée a 11 ans j’en garde peu de souvenir sans pilule? »
      : C’est très difficile à dire. Certaines femmes retrouvent très rapidement un cycle, pour d’autres, c’est plus long. Désolée de ne pouvoir vous donner d’idée : cela varie énormément d’une personne à l’autre.

      Desobel n’est pas estampillée comme traitement anti-acné : n’hésitez pas à vous référer à sa notice pour consulter ses indications, sa composition, ainsi que ses effets indésirables possibles.

      Les rechutes d’acné après l’arrêt de la pilule dépendent surtout, comme l’explique Emanuelle dans d’article d’une part de le composition de la pilule,e t d’autre part de la situation de départ : par exemple, une forte acné avant la pilule risque de revenir si des mesures ne sont pas prises. Si vous vous lancez, je vous encourage à vous référer à l’article dédié aux gestes à adopter pour un arrêt en douceur.

  • Chloé dit :

    Bonjour,

    Votre article est très intéressant !
    Je souhaiterais avoir votre avis. J’envisage de finir ma plaquette de Belara et de ne plus la reprendre car j’ai trop de problèmes de circulation et rétention d’eau.
    J’ai pris vers mes 15 ans Roaccutane, puis vers 17 ans Diane 35 à cause d’un retour d’acné.
    A mes 26 ans j’ai changé pour Belara. Diane me causait beaucoup de désagrément (rétention d’eau, infections urinaire et mycoses…).
    Aujourd’hui j’ai 30 ans et le seul frein à mon envie d’en finir avec la pilule est le retour de l’acné.

    Je ne sais pas si je peux avoir un effet boomerang…
    Quels sont les traitements naturels ou homéopathiques pour contrer cela ?

    Je vous remercie par avance
    Chloé

    • Elsa Kreiss dit :

      Bonjour Chloé,

      Tout d’abord, avez-vous également lu cet article, qui recense les gestes utiles pour restaurer l’équilibre ?

      Concernant les traitements naturels, en cas de problème hormonal, il en existe différents, mais aucun ne saurait s’adapter à toutes les femmes : car qui dit acné hormonale ne dit pas pour autant même profil hormonal… Il faudrait donc en appeler à un professionnel qui puisse vous recevoir, vous voir et évaluer avec vous votre situation et l’opportunité d’un traitement naturel. Mais celui-ci ne vous dispensera pas d’agir sur votre mode de vie (alimentation, etc.), conformément aux conseils donnés dans l’article d’Emanuelle : c’est fondamental !

  • Fatima dit :

    Bonjour,

    Je souhaite savoir clairement que prendre comme contraception sans que l’acné revienne …
    Merci de votre aide, c’est urgent

    • Emanuelle Haudegond dit :

      Bonjour Fatima,
      Chaque personne est différente, et réagira à certains contraceptifs avec de l’acné ou pas. Cependant, je en peux que vous encourager à vous renseigner sur les indices combinés. C’est ce que j’utilise en matière de contraception depuis 14 ans et j’en suis très satisfaite. C’est totalement naturel, sans recours à un appareil ou médicament, et l’indice de PEARL (qui juge de l’efficacité d’une méthode contraceptive) est presque aussi sûr qu’une pilule contraceptive, les dangers pour la santé en moins… Vous trouverez cette méthode également sous l’appellation « Symptothermie ». Elle s’apprend (il faut généralement 2/3 cycles avant d’être confortable), mais elle donne énormément d’informations à la femme sur son cycle, ce qui permet de bien mieux se comprendre. Bref, je suis une très grande fan !

  • Bertille dit :

    Chère Emmanuelle,

    Il y a environ 6 ans j’ai décidé d’arrêter la pilule. Je n’avais jamais souffert d’acné auparavant, j’ai pris la pilule lorsque j’avais 16ans et lorsque je l’ai arrêté il y 6 ans l’acné est apparue, d’abord sur le front qui est devenu très luisant. J’avais beaucoup de micro kystes et des boutons très rouges, douloureux, énormes. J’ai utilisé différents produits naturels pour apaiser tout ça, tout aussi bien du gel d’aloé vera que des huiles essentielles couplées à des huiles végétales comme celle de Nigelle. L’acné sur mon front s’est petit à petit calmée pour descendre sur mon menton et surtout sur mes joues.

    Actuellement, j’ai encore des micro kystes sur le front mais aucun ne se transforme en boutons rouges, sauf exception. Au fil de temps, le reste de mon visage est devenu granuleux avec beaucoup de mycro kystes et des inflammations surtout sur les joues avec des boutons très rouges et douloureux qui se succèdent. Il m’arrive d’avoir des périodes de tranquillité mais elles sont très rares et courtes!

    Je n’ai jamais voulu reprendre la pilule parce que je sais qu’elle ne fera que cacher le problème et que malgré tout je me sens mieux sans elle.

    J’ai déjà pris un traitement homéopathique qui a un peu marché mais pas totalement, je me suis ensuite tournée vers la phytothérapie avec de la pensée sauvage et du désmodium, j’ai fait très attention à mon alimentation, j’ai tenté de réduire ma consommation de tabac, et j’ai même tenté un traitement de 3 mois d’antibiotiques en désespoir de cause. J’ai également essayé l’accuponcture. Rien n’a vraiment changé l’aspect de ma peau. Il y a des évolutions mais pas de réelle transformation. J’ai également suivi votre méthode gratuite et j’y ai trouvé beaucoup de bonnes choses. Dans tout ce que j’ai essayé j’ai pu découvrir des moyens d’atténuer et de soulager ma peau mais jamais de la guérir complétement.

    Autre chose, j’ai des règles très douloureuses le premier jour notamment avec un syndrôme pré menstruel important (ce qui était déjà le cas avant de prendre la pilule), des poils à des endroits où il ne devrait pas y en avoir, et parfois des chutes conséquentes de cheveux. Tout cela à 26 ans. Je pense à un deréglement hormonal, mais je n’ai pas le syndrome des ovaires polykystiques (après examen).

    Voilà, ça fait beaucoup d’informations et je vous remercie de prendre le temps de me lire, mais je me demandais si cela vous faisait penser à quelque chose qui pourrait me mettre sur la voie d’une vie sans acné!

    Merci d’avance!

    Bertille.

    • Emanuelle Haudegond dit :

      Bonjour Bertille,
      Oui, le type d’acné que vous décrivez et son emplacement est assez typique d’une acné hormonale, et dans ces moments-là il faut des changements de fond. Mon conseil serait avant tout de bien suivre l’actualité du blog. La formation que nous allons proposer en janvier devrait vous intéresser, elle est conçue pour ce type de problématique. Aussi, en attendant, ce qui peut vous permettre de gagner du temps, c’est de suivre votre cycle en utilisant la symptothermie. Ainsi vous aurez déjà une meilleure idée de comment votre corps fonctionne, par exemple si vous ovulez régulièrement (dans le cadre d’un cycle de 21-35 jours). Ce type d’information est très utile.

  • magui dit :

    bonjour
    je suis tombée sur votre site et j avoue que je reste dubitative.
    Vous savez très bien que la plupart des traitements hormonaux doivent être pris à vie même après la ménopause, du moins pour les femmes ayant un problème androgénique…
    A chaque fois que l ‘on m’a fait arrêter androcur+ estréva, mes problème cheveux acné revenaient de plus belle.
    J’ai aujourd’hui 58 ans, 10 ans de traitement et j’attends toujours la découverte génétique qui me guérira de ce cauchemard!
    Finalement vous ne pouvez rien pour moi!!!

    • Emanuelle Haudegond dit :

      Bonjour Magui,

      Je ne suis pas sûre de comprendre quelle est votre question/votre besoin ?

      • Hélène dit :

        Bonjour Emmanuelle, je découvre votre site avec interet et ai une question suite à la lecture de vitre article. Les pilules pure progesterone telles que Cerazette nécessitent-elles un arrêt progressif ?
        Merci par avance et bravo pour votre travail !

        • Emanuelle Haudegond dit :

          Selon mon observation, ces pilules semblent généralement mieux tolérées, Hélène, mais tout dépend de la personne…

  • MARINE dit :

    bonjour,

    je trouve votre article très intéréssant et j’aurais besoin de vos conseils s’il vous plait:
    j’ai 26 ans, j’ai arrêté la pillule il y a 2 mois et demi alors que je la prennais depuis mes 17 ans pour cause de boutons, à cette période je n’avais pas énormément de boutons mais assez pour m’embêter…
    Au mois de mars quand je n’ai pas repris la pillule je n’ai pas eu vraiment de boutons, mais j’ai l’impression que c’est venu petit à petit, maintenant j’en ai plusieurs sur le visage avec certaines zones où ils sont plus nombreux mais petits, j’en ai également un peu dans le dos et le décollété.
    c’est pénible car je suis obligé de les cacher sous du fond de teint et je sais bien que cela n’arrange pas la situation…
    Merci par avance pour vos conseils,
    à bientôt.

    • Elsa Kreiss dit :

      Bonjour Marine,

      Pour commencer, je vous conseille de suivre les conseils de cet article, et également de vous inscrire à notre méthode anti-acné gratuite : elle donne toutes les bases pour agir sur l’acné de façon naturelle. N’hésitez pas si vous avez besoin de précisions par la suite.

      Fond de teint : attention à la qualité du maquillage, pour ne pas empirer les choses. Emanuelle explique ici les avantages du fond de teint 100 % minéral (comme celui de la marque Lily Lolo) pour l’acné.

  • Lucie dit :

    Bonjour,

    J’ai 24 ans et je prends la pilule depuis l’âge de 15 ans. Elle m’avait été prescrite essentiellement pour l’acné, qui était abondante. Je suis passée par Diane 35, Jasminelle, Cérazette, et j’en oublie… Les changements ont été plutôt nombreux puisqu’il fallait trouver une pilule qui pourrait diminuer mon acné, mais également ne pas aggraver mes migraines (j’accumule !). Je prends aujourd’hui la pilule Daily Gé. On peut dire qu’elle me convient puisque mon acné n’est quasiment plus apparente, et les migraines n’ont lieu que durant un ou deux jours au début des règles.
    Cependant, je souhaiterais arrêter la pilule. Notamment pour (re)découvrir mon corps sans ces hormones artificielles, mais surtout à cause de problèmes de libido.
    J’ai malgré tout peur que cette acné resurgisse (c’est déja arrivé lorsque certaines pilules ne me convenaient pas, et je l’ai très mal vécu…), et le retour des migraines m’inquiète également.
    Avez-vous des conseils à me donner ?
    D’avance merci de votre aide.

    • Elsa Kreiss dit :

      Bonjour Lucie,

      Je comprends votre inquiétude, fréquente chez nos lectrices qui souhaitent arrêter la pilule. La meilleure chose pour vous à ce stade est, je pense, de mettre en place les conseils donnés par Emanuelle dans la suite de cette série d’articles sur la pilule, ici. N’hésitez pas à revenir vers nous s’il y avait quelque chose que vous ne compreniez pas dans ces conseils.

  • Lise dit :

    Bonjour,

    Je me permets un commentaire comme je vois que vous répondez régulièrement!
    Alors arrêt de la pillule depuis 6mois. Je l’ai prise pendant une dizaine d’années (TRIELLA) pour grosse douleur pendant les règles. Je n’ai pas eu d’acné étant ado (et sous pillule).
    Aujourd’hui mère nature m’embête pas mal, j’ai beaucoup d’acné principalement dos, décolleté et un peu front. Je tiens jusque là puisque je peux les cacher, les beaux jours arrivants commencent cependant à m’angoisser. J’utilise des produits naturels et bio (huile de baie de laurier, gel d’aloe vera..) qui me font du bien mais l’amélioration est vraiment lente et dès que les règles apparaissent toute l’acnée revient de plus belle. J’ai une peau de nature très sensible (psoriasis…) donc voilà je pense avoir fait le tour, avez vous des conseils pour moi?
    Excellente journée à vous

    • Emanuelle Haudegond dit :

      dès que les règles apparaissent toute l’acné revient de plus belle. Sans vouloir généraliser, l’acné au moment des règles est souvent un signe de dominance en œstrogènes. Si vous avez aussi du psoriasis, mon premier réflexe serait de « travailler » sur la qualité de la flore intestinale. Celle-ci joue un rôle à la fois sur l’élimination naturelles des œstrogènes excédentaires ET contribue souvent à aider les crises de psoriasis. Quelques conseils ici, et on peut s’aider aussi de probiotiques 5 milliards si on veut accélérer les choses.

  • Sandrine dit :

    Bonjour.
    Voila mon problème j’ai arrêter ma pillule depuis décembre et depuis au niveau du bas du visage c’est la catastrophe des boutons partout c’est invivable.
    Ma dermatologue ma prescrit un antibiotique et de la crème. Mais malheureusement je n’ai pas pus essayer l’antibiotique longtemps car je suis tomber enceinte il y a 3 mois.
    J’ai donc continuer la creme mais rien n’y fait c’est toujours la et ca empire je ne peux plus me voir dans le miroir.
    Des conseils ? Je ne sais plus quoi faire

  • Tifanny dit :

    Bonjour, j’ai commencé la pilule à l’âge de 14/15 ans, suite à des règles irrégulières (je l’es avait au moins 3 semaines/4 et très abondantes). Je n’avais jamais d’acné. Je suis sous Ludéal Gé, et il se trouve que maintenant j’ai des petites poussées de boutons au menton (microkiste de temps en temps mais surtout des boutons rouges douloureux) alors qu’au tout début de la pilule je n’avais rien ! J’aimerais arrêté la pilule pour envisager un stérilet ou implant. Est-il possible que j’ai des poussées d’acné en arrêtant cette pilule alors que de base je n’ai pas de « peau acnéique » ? Le stérilet ou l’implant favorise t’il l’acné ou n’a absolument aucun effet dessus ?
    J’ai 18 ans et entre les boutons et cicatrices au menton c’est la cata, je n’aimerais pas me retrouver avec le visage complètement recouvert..

  • Camille dit :

    Bonsoir,
    J’ai eu de l’acné à partir de la 6ème, et en seconde encore.. donc j’ai décider de prendre la pillule (leeloo gé) car j’ai appris des choses positifs sur ça.
    Après plus d’un an sous pilule ma peau était beaucoup mieux, je me sentais bien dans mon corps, deux trois petits boutons rien d’alarmant.
    Suite à l’oublie de reprendre une plaquette j’ai du arrêter, et vu que je me sentais bien dans ma peau, je ne pensais pas que ça gênerait, un mois ou deux après j’ai commencer à avoir beaucoup de boutons (bas du visage, coup, décolleter, épaule, dos) la catastropheeeeeee!!!
    J’ai décider de la reprendre, et on m’a donné Lévonorgestrel/Ethinylestradiol, qui reduit les boutons normalement. Je l’ai prise durant un mois. Mais je ne sais vraiment plus si je dois continuer à vouloir caché mon acnée en utilisant la pilule, ma peau me déprime vraiment beaucoup et sachant que je vis sur une île ou il fait très chaud, et ou on transpire, les cachés c’est vraiment la galère…
    J’aimerais beaucoup avoir votre avis, et des conseils sur ce que je dois faire, merci de me répondre.

    • Elsa Kreiss dit :

      Bonjour Camille,

      La décision de continuer ou d’arrêter la pilule vous revient entièrement. Si vous décidez de l’arrêter, je vous indique les articles suivants : ici (comment faire un arrêt progressif), ici (7 conseils pour accompagner l’arrêt) et ici (infos sur l’acné hormonale). N’hésitez pas, le moment venu, à revenir vers nous s’il y a quelque chose que vous ne comprenez pas.

  • Marie dit :

    Bonjour,

    J’ai lu avec attention votre article.

    Je souhaiterais vous poser quelques questions.
    Depuis 3 ans je prends de l’androcur avec des œstrogènes à côté. Avant cela, je prenais diane 35. A chaque diminution de l’androcur de 1 comprimé à 1/2 ma peau redevient grasse et les boutons reviennent.

    Après avoir consultée la notice de l’androcur j’ai vu que cette molécule pouvait donner des tumeurs au foie ainsi qu’au cerveau ( très réjouissant).
    Je voudrais donc changer de traitement voir arrêter les hormones mais je suis sûre que l’acné reviendra
    Que faire?

    • Elsa Kreiss dit :

      Bonjour Marie,

      Pour empêcher l’acné de revenir, il faut prendre le problème à la racine. Et pour cela, il faut travailler sur le mode de vie. Etes-vous inscrite à notre méthode gratuite ? C’est le bon endroit pour comprendre ce qui, dans le mode de vie, peut créer et aggraver l’acné, et pour mettre en place les bases, notamment alimentaires, pour améliorer sa peau.

  • Laura dit :

    Bonjour,
    Cela va faire deux ans que j’ai arrêtée la pilule et que je suis vos conseils pour me sortir de cette difficile étape acneique.

    Aujourd’hui je vous demande à nouveaux vos précieux conseils car ma peau va un peu mieux, mais j’ai des traces rouges sur les joues et le menton et des boutons sous peau. Grâce à l’alimentation je n’ai plus d’énormes boutons infectés mais sans maquillage ma peau n’est pas jolie.

    Comment retrouvez une peau lisse ??? Merci beaucoup et merci d’avance pour votre reponse et votre aide …

  • Elisa dit :

    Bonjour, durant mon adolescence, j’avais très peu d’acné, (quelques boutons par ci par la, puis un peu plus durant l’ovulation et les règles), mais rien d’énorme, avec quelques crèmes, ça passait tout seul. Puis à mes 18 ans, on m’a prescrit « Trinordiol », au bout d’un mois, j’ai eu d’énorme boutons, c’était une horreur, j’ai totalement perdu confiance en moi à cette période. J’ai donc été voir ma dermatologue qui m’a prescrit la pilule « Jasmine », au bout d’un mois et demi, j’ai retrouvé une peau lisse. Aujourd’hui, je suis obligé d’arrêter la pilule, et j’ai peur que les boutons reviennent comme quand j’étais sous trinordiol.
    Pensez vous que le sevrage progressif puisse m’éviter de retrouver de l’acné ?

    Merci d’avance de votre réponse!

    • Emanuelle dit :

      Bonjour Elisa, il ne peut pas vraiment y avoir de réponse claire et nette. A mon avis, tout dépend s’il y a un souci hormonal de base qui a été caché par la pilule. Si ce n’est pas le cas, le sevrage progressif peut PEUT-ÊTRE éviter de l’acné. Si c’est le cas, il ne servira pas à grand chose…

  • Stephanie dit :

    Bonjour,
    J’ai pris la pillule Yasmine de mes 13 and jusqu’à mes 25 ans. J’ai arrêtée la pillule il y a 4 mois et je commencé à avoir des boutons qui se situent tous au niveau du visage. Ce qui est le plus gênant, c’est que sa fait des plaque rouge avec pleins de petits boutons au travers. Je n’ai jamais eu vraiment de boutons dans ma vie, même que mes amies ont toujours été jalouse de ma peau, car je n’avais jamais de problème. Étant donné que je m’y connaît pas beaucoup en boutons que dois-je faire pour améliorer ma peau ? Aussi, je ne sais pas si Yasmime est une pillule prescrit habituellement pour l’acné ?
    Merci beaucoup

    • Emanuelle dit :

      Comme cela fait peu de temps que vous avez arrêté la pilule, Stéphanie, pour le moment j’essaierais juste d’utiliser de bons produits et les conseils de base de la formation gratuite. Avec un peu de chance, les choses devraient rentrer dans l’ordre…

  • Bonjour j’ai 20 ans , j’ai arrêté Daily Gé il y a 3 mois car je n’avais plus de rapports ( erreur de ma part ) , depuis j’ai éruption de petits boutons dans tout le dos , le decoleté et le visage . Je ne sais plus quoi faire ? Je songe même à mettre un implant pour ne pas recommencer avec une pilule … Au niveau de mon alimentation que puis je faire ?

    • Elsa Kreiss dit :

      Bonjour Alexandra,

      Etes-vous inscrite à notre méthode gratuite ? Je vous conseille de commencer par elle : elle donne toutes les bases pour corriger son mode de vie et adopter une alimentation « anti-acné ».

      Concernant l’arrêt de la pilule, le troisième article de notre série, ici, devrait également vous aider. Courage !

    • Bobbie dit :

      Bonjour Alexandra, même pillule, depuis mes 17 ans à mes 23 ans mais depuis septembre dernier (car j’arrivais à court de plaquette et que je suis à l’étranger). Je n’avais que quelques boutons d’acnés avant et j’avais pris cette pillule pour la contraception.
      Bref. Depuis septembre, ma tronche (menton, tempes front, et lisière du cuir chevelu (le pire)), mon décolleté et mon dos me donnent bien des soucis. J’espère juste que ça va passer en nettoyant ma peau correctement.
      Parfois ça m’inquiéte, parfois je me persuade que ça va passer…et parfois je viens me rassurer sur des conversations ^^.

  • Guigneux dit :

    Bonjour
    J’ai commencé à prendre ma pilule à l’âge de 12 ans… J’en ai aujourd’hui 24. J’ai pris la pilule car j’avais des kystes aux ovaires. Depuis que je suis rentré dans l’adolescence j’ai toujours eu beaucoup d’acné ( alors que je prends Jasmine qui est soi-disant contre l’acné ) j’ai fait plusieurs cure de cure acné Sans résultat satisfaisant. J’ai essayé toutes les crèmes et tous les médicaments et antibiotiques possible contre l’acné… Mais rien n’y fait. J’en viens donc à me dire que c’est peut-être Jasmine qui me donne autant d’acné depuis que j’ai 12 ans sans le savoir ? Je ne sais pas si ma question est stupide mais je suis vraiment about je ne supporte plus mon acné j’ai tout essayé et j’en suis donc à la conclusion suivante peut-être que c’est Jasmine que mon corps ne supporte pas ?
    Merci de me donner vos avis sur ce sujet… Courage à toutes et j’espère réellement pouvoir arrêter Jasmine très très prochainement

    • Elsa Kreiss dit :

      Bonsoir Manon,

      L’acné est mentionnée parmi les effets indésirables « peu fréquents » (c’est-à-dire observés par seulement 1 à 10 utilisatrices sur 1000) de cette pilule (voir sa notice). C’est donc rare, mais pas impossible.

  • loulou75 dit :

    Bonjour j’avais une acné qui ne partait pas, j’ai donc pris roacutane pendant 6 mois et ce traitement a plutôt bien fonctionné ( cela fait 3 mois que j’ai arrêté le traitement). Au cours du traitement j’ai décidé d’arrêter Triafemi et deux mois plus tard j’ai commencé à perdre mes cheveux par poignée. Cela fait 3 mois que ca dure. Quand cela va t il s’arrêter ( je tiens à souligner que je prends des compléments alimentaires novophane, de l’huile d’onagre/bourrache, j’ai une alimentation équilibrée, je ne fume pas et surtout je ne perdais pas mes cheveux avant la prise de pilule !!!)

    • Emanuelle dit :

      Bonjour Loulou,
      Je suis désolée, je sais que c’est difficile, personne n’aime perdre ses cheveux. Malheureusement, vous le savez certainement, la perte de cheveux est fréquente après l’arrête de certains médicaments, dont certaines pilules contraceptive. Je vous renvois à l’excellent article de Christelle : http://petiteceriz.com/2015/04/02/au-secours-je-perds-mes-cheveux-le-mystere-de-lalopecie-feminine/ sur le sujet.
      Il y eu vraisemblablement une grande production/exposition/sensibilisation aux androgènes à un moment T, mais cela ne veut pas dire que les choses ne peuvent pas s’arranger : la reproduction capillaire est différente de celle de la peau. En d’autres termes, il faut plus de temps. Il n’est pas rare d’avoir besoin de 6 à 9 mois avant de voir quoi que ce soit à la surface, même si le programme est excellent. Bien veiller à avoir tous les apports nécessaires : zinc, magnésium… Bien regarder si pas problème thyroïde. En externe, les bains d’huile de Ricin semblent être très bénéfiques…

      • loulou75 dit :

        Ok ok , bon bah j’espère que je vais voir le bout du tunnel.. ca fait déjà 4 mois..
        Sinon, j’ai fait des analyse et RAS côté thyroide, ferritine etc…

        • Emanuelle dit :

          1. Pour la thyroïde, c’est beaucoup plus compliqué qu’un simple niveau : j’en parle dans l’article suivant Donc il faut bien investiguer avant de repousser l’hypothèse.
          2. La ferritine est loin d’être la seule carence qui peut être impliquée dans ce type de problème.
          3. Il est important de faire le point du point de vue hormonal, et notamment être sûre que l’ovulation est régulière et que les cycles ont une longueur normale, pour favoriser la production de progestérone naturelle. Je vous engage à lire l’article suivant.
          4. Je maintiens que 4 mois ce n’est rien pour les cheveux, que vous en pouvez pas voir de résultats concluants de toute façon à ce stade.
          5. Si c’était moi, je travaillerais à ce stade à favoriser l’élimination des hormones de synthèse (pilule), en veillant à avoir une flore abdominale en pleine forme et en incluant beaucoup de fibres solubles et insolubles dans mon alimentation (cela favorise l’élimination des œstrogènes déjà utilisé par le corps).
          Donc je veillerais à manger beaucoup de végétaux, si possible BIO : fruits et surtout beaucoup légumes (dont certains crus, si toléré). Des céréales complètes, si toléréees. Et j’introduirais certainement probiotiques de qualité et magnésium transcutané à mon quotidien (le stress fatigue les surrénales et ne favorise pas l’équilibre hormonal, faire le plein en magnésium peut aider de nombreux mécanismes, j’en parle ici.)
          Voilà Loulou, j’espère avoir aidé… Si le problème persiste, reparlez-nous, OK ?
          Bien cordialement…

  • Julie dit :

    Bonjour Emmanuelle,

    J’ai 29 ans. J’étais sous Jasminelle pendant 8 ans (d’avril 2006 à décembre 2015). Je ne suis plus sous pilule depuis janvier 2015 (soit 9 mois).
    En mars, de nombreux boutons sont apparus sur mon dos (acné sévère), puis quelques boutons dans le cou (au niveau de la mâchoire) et un peu également un niveau du décollecté. J’ai suivi plusieurs traitements, notamment pour mon dos. (d’abord, application chaque soir d’une goutte d’HE Tea Tree mlangé à de l’huile de noisette) sans effet, mon medecin m’a prescrit l’antiobiotique local eryfluid. En septembre, arrêt d’éryfluid. Aujourd’hui, je constate que je n’ai plus du tout de boutons dans le dos, plus non plus au niveau du décolleté par contre, j’en ai de plus en plus dans le cou.
    Je suis àla lettre depuis juillet vos conseils beauté (rhassoul, gel purifiant dermatherm, huile jojoba, masque de miel de manuka) je mets aussi parfois de l’huile de coco.
    Je mange bio et sans viande. Beaucoup de fruits et légumes, pas de produit laitier (excepté un peu de fromage de temps en temps).
    Je ne sais plus quoi faire. tous les jours, ma peau semble irritée d’avantage. Elle est très abimée. Psychologiquement, c’est très difficile. Je suis à deux doigts de reprendre la pilule (même si je sais que ça ne réglera pas le problème).
    Merci d’avance pour votre réponse.

    • Julie dit :

      Petite rectification: j’étais sous Jasminelle d’avril 2006 à décembre 2014.

    • Elsa Kreiss dit :

      Bonjour Julie,

      Je me permets de répondre pour préciser certains points :

      Alimentation :
      – Si vous mangez sans viande par conviction, c’est tout à fait respectable, mais pensez alors à consommer beaucoup d’oméga-3 végétaux si vous ne pouvez pas manger de poisson : ils sont anti-inflammatoires, et en Occident, le rapport oméga-3/oméga-6 dans l’alimentation est très déséquilibré en faveur des oméga-6.
      – Attention au sucre, qu’il s’agisse de sucre ajouté (à ne consommer que ponctuellement) ou d’aliments à IG élevé (pain, pâtes, riz, ne doivent constituer qu’une petite portion de l’assiette, au profit des légumes, des protéines et des bonnes graisses – voir ici). Et préférez les fruits à IG bas.

      Cosmétiques : j’éviterais l’huile de coco, elle est comédogène.

      Courage, Julie, on sait combien c’est difficile. Il faut souvent plusieurs mois de méthode pour obtenir une amélioration, persistez ! Si rien ne vient, si vous êtes trop découragée, sachez qu’une nouvelle session de la méthode avancée démarrera cet automne.

  • carla dit :

    Bonjour
    J’ai commencé à prendre jasmine pour des chutes de cheveux andro génétiques.
    Je ne comprends pas le terme « effet rebond  » que vous employez.
    Qu’à de particulier le drospirénone? Quels dangers ?
    Merci d’avance je m’inquiète un peu.

    • Elsa Kreiss dit :

      Bonsoir Carla,

      Nous ne voyons pas les choses en termes de « danger » : on parle d' »effet rebond » quand les problèmes d’acné présents avant une pilule réapparaissent après son arrêt de façon plus forte qu’avant sa prise. C’est un phénomène qui n’est pas systématique, et qui est en principe temporaire, mais qui peut être dur à traverser.

      • carla dit :

        Merci beaucoup de votre réponse,
        Pensez vous que cette effet rebond puisse aussi être valable pour la chute de cheveux… ?

        Par ailleurs, j ai un sommeil très agité depuis que j’ai commencé cette pilule, pensez vous que ça témoigne que je ne la supporte pas, un danger quelconque en somme.
        Merci

        • Elsa Kreiss dit :

          Bonsoir Carla,

          Oui, c’est possible, mais rien ne dit que ce sera forcément votre cas.

          Pour le sommeil, je préfère vous renvoyer vers votre médecin, qui vous connaît et pourra juger si la prescription vous est bien adaptée.

  • MARTINS dit :

    Bonjour,

    Je viens d’acheter sur votre boutique du miel de manuka. En fait, je voudrais m’en servir comme masque et j’ai été surprise par la texture qui très compacte je m’attendais à quelque chose de plus liquide. Il y a t -il un autre ingrédient que je peux rajouter pour que application soit plus agréable?

    Merci par avance.

    Catherine.

    • Elsa Kreiss dit :

      Bonsoir Catherine,

      Une astuce toute simple pour faciliter l’application du miel est d’humidifier un peu le visage d’abord, vous verrez, il glisse alors tout seul.

  • MaudS dit :

    Bonjour!
    J’ai décidé d’arrêter ma pilule à la fin de ma plaquette mais quand je lis tout ça. .. je suis bien moins enthousiaste ! Mêm très angoissée à vrai dire.
    L’acné et moi c’est une longue histoire!
    J’ai pris rouaccutane et donc la pilule à 15 ans. .. Le traitement à fait son effet puis une fois arrêté (je n’ai jamais arrêté la pilule), c’est revenu.
    J’ai eu jasmine, diane 35, une autre dont je ne me souviens pas, et je suis sous le générique de minidril depuis qq années. Je n’ai jamais arrêté la pilule en 10 ans.
    Et j’ai toujours de l’acné, 25ans, toujours de l’acné. j’ai une peau hyper sensible. Je suis à bout. Complexée depuis toutes ces années, de pire en pire. Surtout quand tout le monde pense que tu as 18 ans !
    je ne sais vraiment plus quoi faire, encore moins en lisant tout ça.
    Et pour faciliter la chose, je suis à l’étranger depuis 6mois (je ne compte pas rentrer en France pour le moment) autant dire que la consultation chez un médecin ou homéopathe coûte. …8 bras.
    j’avoue je m’en remets à vous…

    • Elsa Kreiss dit :

      Bonjour MaudS,

      Pas de panique ! Je serais optimiste dans votre cas, car il s’agit d’une micro-dosée, contrairement aux précédentes, et non pas d’une pilule « anti-acné », et qu’elle ne vous protège pas des imperfections, comme vous le remarquez vous-même : il y a donc de fortes chances à mon avis pour que votre acné ne soit pas « pire » après son arrêt. Cet article devrait vous aider à améliorer la situation.

  • Manelle dit :

    jetait aussi sous Diane 35 en Androcure pour un problème de pilosité ! je l’ai prise pendant 1 an et demi mais pendant la prise j’attendais toujours la venue de mes règles pour reprendre après la fin de mes règles une autre plaquette arrêt ; c a dire que cela m’angoissée de savoir que je n’ai pas de règles ! aujourd’hui après 1 an et demi d’arrêt toujours l’acné qui me pourris la vie sachant que j’ai pis 4 mois de curané! des règles complètement irrégulière une chute de cheveux énorme une calvitie quoi !! et je suis devenue cadavérique.
    je me pose la question es que les hormones vont reprendre leurs place et tout va devenir comme avant? ??????car la je perd espoir
    PS: je suis sous gélule de bardane et pensées sauvages
    et une crème de jour contre les cicatrices de Forever Purpose
    et un autre Gel de nuit Forever Gelly pour réduire l’inflammation cela depuis 20 jours mais rien de miraculeux
    Merci mes amies de me répondre a la question qui ne me laisse pas dormir la nuit !! 🙂

    • Elsa Kreiss dit :

      Bonjour Manelle,

      Deux phénomènes sont possibles :
      1) Diane 35 entraîne fréquemment un « effet rebond » à l’arrêt : les symptômes (acné, etc.) réapparaissent alors de façon beaucoup plus forte qu’avant leur prise. Dans ce cas, cela finit en principe par se calmer.
      2) Vous revenez à votre situation initiale d’avant la prise : par exemple, si vos cycles naturels étaient irréguliers, vous les retrouvez, tout simplement.
      Cet article d’Emanuelle devrait vous aider à mieux comprendre. Comment étiez-vous avant Diane et Androcur ?

      • Manelle dit :

        Mon cycle était super bien régler avant la prise mais après c devenu 38 35 33 35 28 35 32 31 32 30 32 33 32 jours
        Et la depuis 5 mois c tout les 23 du mois et dans ce cas même si la date et la même mais les jours sont différents !! je suis partie chez ma gygy elle ma proposait du DUFASTON comme c pire que la Diane 35 pour l’acné donc j’ai refusée ! merci bcp pour votre soutien 🙂

        • Manel dit :

          J’attend toujours une reponse a propos de mon cycle irregulier apres arret de diane 35 merci

        • Elsa Kreiss dit :

          Bonjour Manelle,

          D’abord, votre cycle reste d’une longueur parfaitement « dans les normes », ce qui est une bonne chose. Ensuite, médicalement, un cycle irrégulier, c’est en principe davantage de contraste que ça, donc pas d’inquiétude. Mais si vous souhaitez le régulariser davantage pour essayer de revenir à la situation d’avant Diane, cet article d’Emmanuelle sur la lunaception devrait vous aider.

          • Manel dit :

            Merci bcp pour votre reponse ! Ce mois ci j’ai eu droit a 29 jours ! Je v tantèe cette methode peut etre que ça v marchè ! Je commence apres la fin de mon cycle

  • Juliette dit :

    Bonjour,

    J’ai arrêté la pilule depuis 3 mois pour cause de peau très sèche. En faisant un bilan hormonal, je me suis aperçue que mon taux de progesterone était en dessous de la limite inférieure. C’est pourquoi je suis allée voir une naturopathe. Elle m’a conseillé un dépuratif du foie et un progesterone like pour réequilibrer les hormones.

    Ma question est : un taux de progesterone trop bas peut-il être la cause d’une peau sèche (du moins un facteur) ? car j’applique votre programme mais je pense qu’il est aussi question d’hormones

    Merci de vos réponses,

    Juliette

    • Emanuelle dit :

      Un taux de progesterone trop bas peut-il être la cause d’une peau sèche ?

      Un taux de progestéone bas est souvent le résultat d’un cycle irrégulier, par exemple un cycle long ou sans ovulation, car c’est l’ovulation qui permet la production du corps jaune et donc la fabrication de progestérone. J’en parle ici.

      Les raisons de ce type de problème peuvent être variées, et le résultat sur la peau aussi : pour certaines, cela se traduira par une peau grasse et de l’acné, pour d’autres une peau sèche. Donc la progestérone peut en effet expliquer ce phénomène, mais un manque d’acides gras dans l’alimentation aussi, par exemple.

      • Juliette dit :

        J’ai fait une cure de 3 mois d’omega 3/6/9 et je n’ai pas vu d’effet. C’est pourquoi je soupçonne les hormones.

        Depuis j’essaie de manger du poisson gras, huile d’olive et noix souvent. J’allie à cela une cure de progest like et dépuratif du foie. En combien de temps puis-je espérer commencer à voir ma peau changer tout au moins ? car cela fait 3 mois que j’ai arrêté la pilule et hormis quelques boutons, elle est toujours aussi sèche. Elle semble encore être au point mort…

        En vous remerciant

        • Emanuelle dit :

          C’est pourquoi je soupçonne les hormones.
          Comme vous étiez sous pilule récemment (3 mois), il est impossible pour l’instant de savoir quelle est votre vrai situation par rapport aux hormones, Juliette. Votre corps va commencer progressivement à partir de maintenant seulement à fabriquer ses propres hormones. Il vous faut donc plus de recul pour savoir où vous en êtes…

          • Juliette dit :

            Je soupçonne les hormones car j’ai fait une prise de sang indiquant un taux anormalement bas de la progesterone. Je voulais seulement connaître la fourchette de tps nécessaire à un réequilibre des hormones.

            Merci pour vos réponses

  • coutant Clémentine dit :

    Bonjour,

    Pour mon cas c’est le contraire, après 4 ans d’acné extrême, prise d’antibiotiques, compléments zinc, bourrache, onagre, ultradyn, trois cures de msm (…) et vos conseils appliqués du matin au soir : je commence Diane 35 depuis deux semaines.
    – c’est un peu angoissant mais bon plus de solutions, je vais le dissimuler à défaut de savoir d’où il provient – Est ce que ça va tout de même fonctionner si mon acné n’est pas finalement hormonal ?
    Mon autre question est de savoir si je peux continuer la méthode avec cette pillule ? Msm ? peeling citron ?
    Merci beaucoup pour votre aide !

  • Lilie dit :

    Bonjour,j’ai arrêté ma pilule( Trinordiol) il y à 1 ans et 6 mois après me voila avec des plaques de boutons noire ensuite de gros boutons rouges qui restent pendant des mois et quand je force pour les percés au bout de quelques jours ça sort en fin bref j’ai 29 ans et cela est un complexe pour moi, ce que je ne comprend pas c’est que avant de prendre la pilule à 17 ans je n’avais pas autant de boutons que cela, je mange sainement j’ai tout essayer mais ça s’empire je suis sur le point de la reprendre complètement car vraiment c’est un complexe et même mon copain ni trouve pas beau, résultat des comptes je sort avec du fond de teint tout les jours et maintenant j’ai des cicatrices.
    Que faut-il que je fasse? je suis passé par les traitement aux huiles essentiel, au produits bio,aux remèdes de grand-mères let puis là je ne sait plus quoi faire aidez moi svp.
    Quel pommade prendre pour enlever mes cicatrices.
    A savoir que j’ai du prendre la pilule car mon corps produits des kystes pouvant être bénins à malins et j’ai subit une opération d’urgence à cause d’une hémorragie interne du à un kyste qui avait éclater heureusement à côté de l’ovaire.

    AIDEZ MOI S’IL VOUS PLAIT!!!

    • Elsa Kreiss dit :

      Bonjour Lilie,

      Pour les acnés rebelles, je vous conseille de nous rejoindre dans la méthode avancée : il vous faut rechercher les facteurs de votre acné et personnaliser votre programme, et la méthode est spécialement conçue pour ça.

      Comment sont vos cicatrices ? Rouges, brunes, en relief ou non ?

    • Hitiata dit :

      Bonjour Lilie, ce que tu écris me touche car j’ai vécu quasiment la même chose que toi. A 17ans je ne faisais pas du tout de complexe au niveau de ma peau,qq boutons mais pas grand chose. A l’heure actuelle j’ai des cicatrices sur le visage,certaines sont creuses et d’autres encore rouges,véritable complexe, le maquillage est mon allié lorsqu’il faut sortir de la maison.Tout commence en juillet 2013 lorsque j’ai tenté d’arrêter la pilule(minidrill)car je sais que c’est mauvais pour la santé(je fais attention à ce que je mange aussi).C’est une période de ma vie marquee par le stress j’avoue. Plus les mois passaient,plus l’acné s’intensifiait, alors j’ai vu un dermatologue en janvier 2014;j’ai détesté les crèmes qu’il m’a prescrites et ça n’a pas aide.Mon acné n’était pas sévère a ce moment la. Mars 2014, j’ai également eu un kyste a l’ovaire qui a éclaté et cela s’est suivi d’une hémorragie interne derrière mon utérus. Je n’ai pas subi d’opération car mon Gyneco disait que ça pouvait se résorber tout seul,heureusement ca a été le cas. En juillet 2014 il m’a mise sous Diane35(la pilule contraceptive et anti acné de mes 17ans,Lumalia, m’allait mieux que Diane35 mais elle a été retirée du commerce..).Depuis que je la prends je n’ai plus ces gros boutons rouges qui parsèment mon visage. Son efficacité a été prouvée qq mois après sa prise. Bon aussi, je ne suis plus aussi stressée qu’avant, je vois ma situation différemment, un gros point fort.Je pense que le stress a bcp participé dans l’apparition de l’acné. A présent je fais des recherches sur comment faire partir les cicatrices et comment prendre soin de ma peau pour éviter d’avoir de nouveau des boutons.Je remercie d’ailleurs Emmanuel et son équipe pour tous leurs précieux conseils. Existe t-il un remède pour faire « disparaître »les marques?…

  • Coralie dit :

    Bonjour,

    A 18 ans alors que je n’avais jamais eu de boutons (légèrement avant les règles mais rien de grave!) on m’a prescrit Diane 35. A l’arrête j’ai eu l’effet rebond dont vous avez parlé. Allant de mal en pis je suis allée chez une dermato qui m’a prescrit des antibio mais aucune amélioration. Elle m’a mise un an sous Roacutane et 3 mois après l’arrêt du traitement recrudescence des spots! donc c’était bien hormonal. Reprise de la pilule donc (jasmine) et amélioration.
    Envie de bébé et arrêt de la pilule un an avant pour habituer mon corps à fonctionner naturellement. Quelques boutons mais rien de grave un peu plus qu’à l’époque avant mes régles mais tt à fait acceptable. Le soleil avait juste tendance à aggraver mon acné sinon c’était pas trop mal au regard de ce que j’avais vécu à l’époque.
    Premier essai, bébé est déjà là! Gros boutons en étant enceinte, j’entre dans le 5ème mois. J’ai acheté vos fond de teint/poudre Lily lolo c’est génial je peux sortir sans avoir l’ait d’une ado ambulante! Merci!
    Ma question: après l’accouchement je souhaite reprendre la pilule mais j’ai peur de l’effet rebond, laquelle semble me correspondre le plus?? existe-t-il autre chose de plus naturel qui ne cause pas d’effet rebond?

    Merci pour votre réponse

    • Elsa Kreiss dit :

      Bonjour Coralie,

      Toutes mes félicitations pour votre grossesse ! 🙂

      Vous conseiller une contraception n’est pas de notre ressort. C’est avec votre gynécologue, médecin et qui connaît votre profil, qu’il faut en discuter. Pour information, il existe des contraceptions sans hormones fiables, comme le DIU au cuivre, et des méthodes naturelles telle que la symptothermie, qui ne causeront aucun effet rebond. Mais c’est à vous de vous déterminer, Coralie. Un tableau qui peut vous aider dans votre réflexion.

  • Sandrine dit :

    Bonjour

    mon gynéco m’avait précrit Androcure en 2008 car gros problème d’acné sur tout le dos suite au 2ème stérilet miréna, et j’avais fais une inféction sur le 1er étant fumeuse il ne voyait pas quoi me donner sauf ce fameux andorcure qui en mars 2012 à été la cause de mon embolie pulmonaire bilatérale j’avais 31 ans aujourd’hui j’en ai 33, tout va bien mais j’ai l’interdiction de prendre des médicaments à base d’hormones nous investissons dans les préservatifs pas cool après 16 ans de vie commune mais pas le choix. Donc si vous aussi vous êtes sous androcure faite attention………

    • alicia dit :

      Bonjour,

      Cela fait 8mois que j ai arrêté la pilule (adepal) que je prenais depuis mes 17ans. Cela faisait donc 9ans que je la prenais. Après deux/trois mois d arrêt de ma pilule, j ai commencé à avoir de l acné. Puis l été est arrivé et le soleil a temporairement amélioré (quoique) la situation (je vis dans une région ensoleillée). Depuis septembre, c’est de pire en pire.
      Ado, je n’avais que peu d’acné, idem quand je prenais la pilule (j avais tjs qq boutons de tps en tps notamment quand j’avais mes règles mais rien d’important).
      Là je me retrouve avec des boutons rouges principalement sur la mâchoire, menton et qquns autour de la bouche. Je n ai pas beaucoup de boutons quotidiennement (mais tjs qquns qui laissent la place à D’autres). Le problème c’est que ma peau est très claire et j’ai donc beaucoup de marques, de cicatrices de ces quelques boutons. Je me retrouve avec une peau dont j’ai honte et je ne sais plus quoi faire.

      Je prends le traitement acnease depuis plus de trois mois (traitement naturel à base de plantes, je réduis les doses pour l’arrêter comme indiqué pour cette cure après une amélioration ), je mange équilibrée. J’ai très fortement diminué les laitages (quasiment arrêté) alors que j étais une très grande consommatrice de fromage, je ne mange pas de plats préparés, plus de pain blanc et très peu de pain complet, j évite la farine de blé, les pâtes. Je favorise tout ce qui peut être favorable à mon foie, digestion, alimentation dite anti inflammatoires: avocats, olives, choux, poissons gras (je ne mange pas de viande depuis des années). Je vais courir une fois par semaine, dort beaucoup (8heures par nuit). Niveau soins: plus de crème mais huile de jojoba quotidiennement, peeling citron tous les deux jours, masque au miel de manuel 3fois par semaine.

      Alors certes l état général de ma peau s’est amélioré, ma peau n’est plus du tout grasse comme après l’arrêt de la pilule (même quand je prenais la pilule, si ma peau n’avait que rarement des boutons, elle brillait en fin de journée). Mais je ne sais plus quoi faire, ça joue sur mon moral. Que faire de plus? J’en suis même à penser à reprendre la pilule tellement cela situation devient invivable (aujourd’hui j’utilise pas de contraception hormonale). Quels conseils pourriez vous me donner? Pensez-vous que mon acné est due à l arrêt de la pilule? J ai lu qu’au bout de 4/6mois d’arrêt de pilule environ, le corps retrouvait un equilibre. Pour moi ça fait bien huit mois et j’ai toujours des boutons, ça devient long surtout que mon état stagne.

      Merci d’avance pour vos conseils

      • Emanuelle dit :

        Bonjour Alicia,

        Je pense que vous trouverez des réponses dans les articles à venir sur les hormones. Mais si vous voulez un cadre où vous pourrez passer à l’action, pensez à la Méthode Peau-Zéro-Défaut (je vais essayer d’ouvrir une session en février, même si je ne promets rien)

  • julie31 dit :

    Bonjour, j’ai arrête la pilule depuis 4 mois elle n’était pas contre l’acné mais été de 3 eme génération, j’ai 19ans et des puits boutons sont apparus sur mon front. Savez vous si ils vont s’aggraver et si non en combien de temps mon corps va se réguler ?
    Merci de votre réponse

    • Elsa Kreiss dit :

      Bonsoir Julie,

      C’est très difficile à dire, car :
      – Certaines pilules de 3e génération, même non estampillées « anti-acné » ont un climat dit oestrogénique qui peut très bien masquer un petit problème hormonal (tout dépend de la pilule et également de votre climat hormonal) ;
      – Ou alors vous pouvez très bien être en train de faire une sorte de « détox » ;
      – Et nous sommes toutes différentes…

      Courage en tout cas : si l’acné est légère, vous devriez pouvoir en venir à bout avec les conseils de la méthode en 7 étapes.

  • Marion dit :

    Bonjour,

    Plusieurs questions me vienne à la lecture de cet article.

    J’ai arrêté la pilule (Daily Gé puis générique de chez biogaran) il y a un an et 3 mois.

    Je n’ai jamais eu d’acné étant jeune. Je me retrouve à 25 ans avec une acné très enflammé et particulièrement difficile à vivre (recherche d’emploi).
    J’ai suivi pas mal de conseils prodigués par Emmanuelle mais rien n’y fait. Je pense que c’est certainement une acné hormonale.

    A votre avis, est-il possible que l’arrêt de la pilule puisse être la cause alors que je n’ai jamais eu d’acné avant? De plus, comment se fait-il qu’elle soit toujours active plus d’un an après?

    Aujourd’hui, je me demande si malheureusement à part des traitements hormonaux, quelque chose pourra régler le problème, qu’en pensez-vous?

    Le dermatologue me propose un traitement à la tolexine (que j’aimerais bien éviter, j’ai entendu dire beaucoup de mal de ce médicament) et un peeling très puissant. La gynécologue propose de reprendre une pilule (solution dont je ne suis pas fan non plus!).

    Un grand merci pour ce site et pour les réponses qu’il apporte!!

    • Emanuelle dit :

      Bonjour Marion,
      Ce sont d’excellentes questions. Je pense que l’article 4 va tout particulièrement vous intéresser. Je vous propose de reposter ce commentaire sous l’article 4 à sa parution, d’accord ?

    • Sipos dit :

      bonjour,

      serait-ce possible d’entrer en contact avec vous Marion? J’étais également sous Daily G, sans acné étant jeune, et depuis que j’ai arrêté j’ai développé une acné très gênante.
      J’aimerai bien échanger avec vous sur ce problème.

      Cordialement

      Marie

  • Julie dit :

    Bonjour à toutes,

    Pour moi aussi l’acné a été un enfer et les traitements lourds !
    A l’age de 14ans, pour une acné sévère (sur le visage mais surtout dans le dos) le dermatologue m’a prescrit Roacutane (35mg) qui devait être associé à une pilule obligatoire.
    Bien sûr, le gynécologue m’a donné Diane 35. J’étais réglée depuis l’age de 11ans d’une manière très irrégulière (tous les 2/3 ou même 6mois !).
    Le traitement Roacutane a été très efficace mais très long (1an+). Après l’arrêt, ma gynécologue, sans doute par commodité, m’a laissée sous Diane 35.
    A l’age de 25ans, en ayant eu assez d’être sous pilule et voulant comprendre popurquoi mes règles étaient irrégulières, je l’ai arrêté de mon propre chef.
    Quelques mois plut tard, j’ai constaté une pilosité plus dense sur le visage, autour des mamelons et sur la ligne blanche, ainsi qu’un retour de mon acné, surtout dans le dos (de gros boutons apparentés aux furoncles car tellement gros et douloureux parfois !).
    Bien sûr j’ai fait tout un tas d’examens qui ont conduit au diagnostique d’ovaires polykystiques !
    Donc me voilà sous Androcur (progestérone) et Provamès (estrogène) !
    Pendant 12 ans (en aménorrhée totale) j’ai suivi ce traitement, avec des essais de dosages différents et même 4mois sous Diane 35 en remplacement, mais sans succès puisqu’à chaque fois l’acné revenait !
    J’étais résignée mais craignais toujours les effets cancérigènes de ce traitement, que ma gynécologue actuelle a évidemment réfutés, je dirais plutôt botter ne touche !!!
    Mais il y a 2 mois, m’intéressant aux effets nocifs des produits laitiers (mon homéopathe m’avait déjà supprimé les laitages de mon alimentation pour cause de système immunitaire défaillant), je suis tombée sur les conférences du Professeur Henry Joyeux (que je recommande vivement pour celles qui ne le connaissent pas encore !!).
    Pour présenter l’homme en quelques mots : c’est est professeur des universités-praticien hospitalier de cancérologie et de chirurgie digestive à Montpellier, avec un cv long comme le bras, qui prône l’alimentation « médicament » en prévention de beaucoup de pathologies et maladies de civilisation. Chose incroyable et plutôt exceptionnel dans le monde de l’allopathie !!
    Dans l’une de ces conférences, il a parlé des problème hormonaux, du cocktail Diane 35 et Roacutane (une aberration selon lui et que je soutien au vue des différents effets secondaires sur le long terme que j’ai subit par ce traitement (asthme, problème au foie..).
    J’ai donc décidé de contacter le Professeur Joyeux et de lui faire part de mon parcours « médical ».
    Ce en quoi, le charmant Professeur a répondu sans délais.
    Il m’a expliqué que contre l’acné, on aurait dû changer mes habitudes alimentaires en supprimant les produits laitiers, le gluten et de la viande rouge, que le fait de m’avoir maintenue sous Diane 35 avait bloqué mes ovaires, d’où les kystes (charmants !!).
    Il m’a donc conseillé de stopper d’urgence Provames et Androcur et de les remplacer par des tisanes de Sauge et de Achilée Millefeuille. La Sauge apportant de la phyto-estrogène et l’Achilée de la phyto-progestérone, bien mieux assimilées par le corps que les substitutifs chimiques ! Après tout, cela a beaucoup de sens !!!
    Le Pr Joyeux m’a également conseiller de changer mes habitudes alimentaires comme j’aurai dû le faire à 14ans, de forcer sur les tisanes et m’a demandé de le re-contacter dans 3mois.
    Je ne vous cache pas que ma première réaction fût une certaine mon angoisse d’arrêter mon traitement et de recommencer le cycle infernal de l’acné, surtout à presque 40ans !
    Mais après mûres réflexions et quelques recherches sur le net, je me suis décidée. Après tou, pourquoi le naturel ne serait pas plus efficace, ou du moins tout autant, que le chimique avec les risques en moins !
    J’ai commencé mes tisanes le 9 septembre dernier et ai arrêté Provames et Androcur le même jour, et ai supprimé de mon alimentation le gluten et la viande rouge (les laitages ne faisant déjà plus partis de mon quotidien).
    Depuis rien a signaler. J’attends de voir dans les prochaines semaines, sachant qu’auparavant le retour de l’acné se faisait dans les 2mois..
    J’ai beaucoup d’espoir en cette méthode naturelle et je me sens soulagée de m’être enfin débarrassée de ce traitement qui m’était destiné plus ou moins à vie !

    Je vous tiendrai au courant du succès de cette méthode.

    • Emanuelle dit :

      Très intéressant, Julie. On vous souhaite le meilleur et tenez-nous au courant, d’accord ?

    • Elsa dit :

      Bonjour Julie, comment votre situation a t’elle évolué ? Merci pour vos lumières !

      • Julie dit :

        Bonjour Elsa et bonjour à toutes,

        Cela fait tout juste un an que j’ai arrêté tous traitements (Androcure, Provames ou tout autre pilule) et que je me soigne naturellement, et malgré quelques difficultés, je ne regrette rien !
        Mes règles sont revenues très vite et très régulièrement, comme jamais avant !
        Pendant plusieurs mois, de septembre à mars, je n’ai eu aucun problème de peau, et puis patatras, les boutons sont revenus avec une poussée d’une multitude de tout petits boutons dans le dos !
        Je ne vous cache pas mon désarroi à ce moment-là, mais je me suis raisonnée et me suis dit qu’il fallait que je passe par là avant d’aller mieux !
        Après tout, mon corps a besoin d’évacuer ces années de chimie que je lui ai fait ingurgiter !
        Avec l’aide et les conseils de mon homéopathe, j’ai pris une dose plus forte (que les tisanes) de Sauge de d’Alchemille sous forme d’EPS (extrait concentré de plantes) ainsi que de la Testostérone Acétate en granules (pour aussi modérer la pilosité).
        Depuis cela va beaucoup mieux.
        J’ai aussi réalisé que l’alimentation a aussi un rôle primordial sur l’acné !
        Je continue à suivre les conseils du Pr Joyeux : je limite au maximum les laitages (de vache surtout), le gluten et la viande rouge.
        Dès que je fais de gros écarts, je le ressens non seulement d’un point de vue digestif mais aussi sur la qualité de ma peau !
        Je ne regrette pas mon choix d’avoir arrêter mon traitement, car mes ovaires étaient complètement au repos, et depuis, ils re-fonctionnent !
        Je me sens enfin femme et j’apprends petit à petit à me ré-approprier mon corps avec tous les effets que les hormones nous réservent à nous les femmes !
        Tout cela peut surprendre ou faire sourire, mais ce sont des choses dont on m’a privées depuis mon adolescence, et maintenant, à 40 ans, je suis enfin moi-même !
        Mieux même; le médecin qui avait diagnostiqué mes OPK m’avait même dit qu’il ne fallait surtout pas que j’attende 35 ans pour avoir des enfants (j’avais 27 ans), car j’aurais déjà des difficultés à en avoir, et après cela je ne pourrais plus !
        Et bien au mois de juillet je suis tombée enceinte (pour la première fois). Certes, j’ai fait une fausse-couche, mais en y regardant le bon côté, cela prouve au moins que mon corps fonctionne, et plutôt bien, considérant les probabilités !!
        Mon nouveau gynécologue, un homme intelligent qui n’est pas pour les traitements systématiques et permanents, m’a tout simplement dit quand je lui ai expliqué mon parcours « médicamenteux » que : « les boutons, ça se soignent, et les poils, ça s’épilent » ! J’entends d’ici certaines d’entre vous hurler, j’aurais fait pareil à un moment donné (!!), mais il a raison.
        J’en veux beaucoup à tous les médecins et gynécologues que j’ai connus et à qui j’ai fait confiance.. ils ne m’ont pas fait que du bien à vouloir impérativement me donner des médicaments !!
        J’ai appris à relativiser sur ma peau et je fais tout pour l’améliorer naturellement en suivant, en autre, les conseils d’Emmanuelle sur ce blog.
        Je suis persuadée que tout va s’améliorer rapidement (c’est déjà en bonne voie), qu’il faut que je laisse du temps à mon corps pour retrouver son équilibre (celui dont il a été spolié) !
        Une bonne hygiène de vie est la clé mais aussi s’accepter pour se sentir bien dans sa peau. Aimez-là, elle vous le rendra !

        • Elsa Kreiss dit :

          Bonjour Julie,

          Merci pour ce message qui aidera à coup sûr les lectrices qui hésiteraient à sauter le pas de l’arrêt de la pilule !
          Je vous souhaite une nouvelle grossesse pour très bientôt !

        • Ana dit :

          Bonjour Julie

          as tu eu des pertes de cheveux suite à l’arret d’Androcur ?

          Bonne continuation

          • Julie dit :

            Bonjour Ana,

            Non, aucun problème de ce côté-là ! La qualité de mes cheveux ou de mes ongles n’a pas du tout changée.

  • Sarah LIBERT dit :

    Bonjour à toutes, je suis le site d’Emmanuelle depuis un an et je n’ai pas encore appliqué toute sa méthode car j’ai de la rosacée qui nécessite un traitement particulier. J’ai 43 ans et fais de la rosacée acnéique. Mon gynécologue m’avait prescrit de la Diane 35 vers le début milieu de ma vingtaine alors que je n’avais aucun problème d’acnée. J’avais toujours eu une belle peau et cela a été le cas lors de mes 2 grossesses. J’ai consulté plusieurs gynécologue et essayé plusieurs pilules et je ne les ai jamais continuées plus de un an ou deux. J’ai commencé la pilule à vingt ans. Je sentais dans mon corps que ça me rendait malade. Je ne me sentais plus moi même. Quand j’en ai parlé aux gynécologues, tous m’ont dit que la pilule ne faisait rien. Ma rosacée a commencé au début de ma trentaine, peut être un peu avant sans m’en rendre compte. Est elle la conséquence de la pilule, de Diane 35…. De la pollution en général, personne ne sait mais je constate qu’il y en a de plus en plus chez les femmes et les hommes. Quand je lis tous vos témoignages, je suis indignée par le fait que toute jeune vous ayez remis votre santé entre les mains de professionnels qui ont l’air de n’avoir aucun recul sur les substances chimiques qu’il prescrivent. Pour un peu, je dirais qu’on est en face d’un problème de santé publique. En tout cas , je suis contente de ne pas avoir écouté mes gynécologues, contente, d’avoir écouté mon corps et laissé mes hormones au naturel. C’est sûr que côté contraception, j’ai jonglé, j’ai utilisé des préservatif mais tout sauf la
    pilule. Quant au stérilet, je l’ai essayé sans succès, hémorragies, grosse fatigue etc…
    Ayant atteint la quarantaine, mon gynécologue m’a prescrit un THS avec un gel progestatif car j’avais de la tension malaire, j’avais pris du poids, et j’avais de gros problèmes de sommeil et de tension. J’ai consulté une naturopathe il y a un an et j’ai modifié mon alimentation, limité le gluten, changé mes associations alimentaires, pris des super aliments, des oligoéléments, repris le sport 3 fois par semaine et pris de l’huile d’onagre ( régulatrice hormonale), détoxifié le foie car un dérèglement hormonal a aussi des conséquences sur les voies hépato-biliaires etc…j’ai perdu 6 kilos, ma tension mamaire est partie à 80 %. Bref, une nette amélioration même sur mon acnés rosacée. En revanche, je suis un traitement contre la rosacée mais sans hormones(antibio que je viens d’arrêter et crème vasoconstrictrice qui est très efficace). Peut être y aura t il du laser. Bref, la base est l’hygiène de vie assez carrée d’autant qu’en milieu urbain notre corps souffre beaucoup. Il faut continuer à échanger pour faire ressortir ces dysfonctionnements de notre prise en charge médicale. Rester au naturel comme notre corps. Laisser la nature faire son travail. Nos déséquilibres viennent de notre mode de vie artificiel. Si le naturel était si mauvais ça fait longtemps que l’humanité aurait disparue faute de molécules chimiques des temps modernes.

  • Marie dit :

    Tout d’abord merci pour votre méthode que j’emploie à la lettre depuis plusieurs mois et merci pour cet article car je crois que je suis « en plein dedans ».
    De mon côté j’ai tout essayé. Diane 35 comme première pilule à l’âge de 20 ans (petit rappel quand même que c’est un traitement hormonal contre l’acné et que les médecins nous le donnent comme contraceptif), Roaccutane, divers traitements et pommades, en vain. Un ami médecin m’ayant conseillé d’arrêter Diane, déjà sur la sellette à l’époque, j’ai donc commencé la valse des pilules (Adépal, Jasmine, Jasmille, Triafémi et bien d’autres dont les noms m’échappent…). Moins de boutons, c’est sûr, mais beaucoup d’effets secondaires, jusqu’à finalement reprendre Diane 35 en 2012, vu qu’on avait fait le tour complet des pilules en vain. Retour donc à Diane pour très peu de temps puisqu’elle fût retirée du marché quelques mois après. Retour aussi chez ma gynéco qui m’a tout simplement annoncé que, de toute façon, ayant atteint 40 ans, c’était désormais une micro-dosée à prendre sans interruption ou le stérilet. C’était donc reparti avec ANTIGONE. J’ai tenu 8 mois. Maux de tête, saignements et douleurs dans les jambes de temps à autres et au final mal dans ma peau à prendre une pilule constamment. Je me reprochais déjà de prendre la pilule depuis tant d’années mais alors là, sans enfant à plus de 40 ans et devoir en plus prendre une pilule sans interruption, c’était le bouquet. J’ai arrêté en Septembre 2013 en voulant enfin laisser mon corps tranquille. Les boutons, qui avaient déjà fait leur apparition quelques mois plus tôt ont été rejoins par une ribambelle de microkystes. Début avril je suis tombée sur votre méthode qui m’a fait un bien fou en l’espace d’un mois, plus de boutons ni de microkystes, le rêve, bien dans ma peau, c’était le cas de le dire. Hélas, depuis juillet, rebelote, la cata’. Tout est de retour avec les boutons dans le cou en prime. J’ai donc conclu que ces derniers mois mon corps était encore sous les effets des années de pilule et que maintenant mes hormones sont vraiment en « freelance ». Rhassoul, Manuka, citron, je continue toujours mais rien n’y fait. J’ai tenté aussi la cure de zinc, de radis noir et de bardane, çà n’empire pas, mais çà ne s’améliore pas non plus.
    Je pensais justement à mon arrêt de pilule et ses conséquences lorsque j’ai reçu le mail avec votre première partie d’article. Vivement la suite, j’espère des réponses car moi non plus, je ne sais plus quoi faire, quoi essayer… Je ne veux pas retourner en arrière et reprendre une pilule, encore moins un stérilet (surtout depuis que j’ai lu certains témoignages : dépression, idées noires et suicidaires, troubles anxieux, maux de têtes, de dos,…) et je veux surtout laisser mon corps en paix tout en trouvant des solutions…

  • Ghislaine dit :

    C’est article est vraiment très interressant et j’ai vraiment envie de lire la suite sachant que maintenant je me rend compte que la cause de mon acné je ne la connais pas du tout.
    J’ai commencé la pillule très tot (17 ans) mon coprs avec mes hormones naturelle est inconnue. Et je me demande vraiment si mon coprs pourrait refonctionné totalement sans pillule.
    C’est vraiment décevant de voir qu’avec la pillule , on ne peux pas vraiment apprendre a connaitre son corps , les sensations qui se passent. C’est vrai qu’on a besoin de contraception mais je pense que c’est encore mieux de découvrir son corps , de le connaitre pour envisager des solutions a nos problèmes.

  • Layla dit :

    Bonsoir Emmanuelle,

    je commence par les remerciements pour cet article très important qui touche vraiment pas mal des femmes dans le monde entier.

    Un véritable calvaire l’arrêt de la pilule. et le pire quand on est enceinte, j’ai l’impression qu’on peut rien faire à part l’attente de l’accouchement et la fin de la période de l’allaitement.

    Je me tracasse beaucoup car à cause de mon acné j’ai échoué d’allaiter ma première fille et maintenant avec le deuxième…mon acné détruit vraiment ma peau.

    Emmanuelle SVP si vous avez des idées pour calmer l’acné pour la femme enceinte sans nuire au bébé?
    franchement l’article est très important car c’est le problème de millier des femmes dans le monde. c’est la maladie moderne de notre époque.

    en attendant la deuxième partie je te remercie infiniment pour tout ce que vous faites pour nous. Layla.

  • Clémentine dit :

    Bonjour,

    Voici mon témoignage, si ça peut servir à quelque chose.

    Adolescente, je dirais 1 ou 2 ans après la venue des premières règles, j’ai commencé à avoir de l’acné, assez importante.

    A l’âge de 16 ans j’ai commencé à prendre la pillule Diane 35 afin de soigner ce problème de boutons et comme contraceptif.

    Au bout de 6 mois de Diane, les boutons étaient toujours là et ma gynécologue a voulu me proposer un traitement plus puissant (en l’occurence : Roaccutane) mais j’ai refusé car j’avais quand même le sentiment que les choses s’amélioraient : effectivement 6 mois plus tard,j’avais une peau parfaite.

    A l’âge de 23 ans j’ai arrêté Diane pour passer sous traitement hormonal Oromone (oestrogènes naturels) + Androcur (Même principe actif que Diane : la cyprothérone) car les ostroegenes de synthèse contenus dans Diane me donnaient de fortes migraines pendant les règles. Toujours pas de boutons, ça fonctionnait très bien.

    A l’âge de 27 ans (en mai 2013 exactement) j’ai arrêté mon traitement hormonal Oromone+Androcur suite aux scandales sur la pilule Diane [car ce traitement hormonal c’est la même chose que Diane sauf que ce sont des ostrogènes naturels et pas de synthèse, donc j’avais peur des risques]

    Je n’ai pas eu mes règles avant août 2013 (3 mois d’attente) et c’est à partir de là que les boutons ont commencé à réapparaitre, de plus en plus fort. Je suis allée consulter et on m’a donné un traitement doux et naturel à base de zinc (Rubozinc) : aucun résultat, ça continuait d’empirer.

    En février 2014, le visage complètement défiguré (gros kystes rouges sur mâchoire, cou, menton principalement) je suis retournée chez le dermatologue. On m’a mise sous antibiotique (Tolexine 100mg) + crèmes à appliquer (Differine/Epiduo en alternance).

    Au bout de 3 mois, les résultats sont arrivés : beaucoup, beaucoup moins de boutons.

    Pendant ce temps j’ai consulté une endocrinologue car on pensait que mon acné était due à un problème hormonal qui avait du être « caché » par la cyprotherone de Diane et d’androcure depuis mon adolescence : en effet, en plus de l’acné j’avais toujours des règles irrégulières (cycles de 45 à 55 jours).

    J’ai passé plusieurs bilans hormonaux et une échographie mais aucun résultat probant (ovaires petits,bilans normaux). L’endocrinologue a quand même voulu conclure aux ovaires polykystiques et me remettre sousAndrocure.

    Mais je n’ai pas voulu reprendre de traitement hormonal car je sentais que mes cycles commencaient à diminuer (entre 35 et 38 jours). Le mois dernier j’ai eu un cycle de 28 jours, parfaitement normal, donc effectivement je n’ai aucun problème hormonal, il faut juste être patient car 10 ans de pillule/traitement hormonal ça dérègle beaucoup le corps.
    Toutes mes amies qui ont arrêté la pillule m’ont confirmé qu’il faut du temps (1 an ou plus) avant que les cycles redeviennent normaux => attention, beaucoup de médecins affirment le contraire, je pense qu’aujourd’hui les médecins n’ont pas assez de recul sur les effets de la pillule et ne donnent pas toujours les bonnes réponses.

    Voilà, concernant les cycles ça se rétablit seul. J’ai donc l’espoir que ça fasse de même pour l’acné. Pour le moment je suis toujours sous Tolexine mais j’ai diminué la dose à 50 mg par jour. J’ai essayé d’arrêter Tolexine pendant 1 semaine mais les boutons sont revenus. Je vais retenter le mois prochain.

    Malheureusement, si malgré la régularisation de mes cycles l’acné ne diminue pas je pense qu’il n’y aura pas d’autres alternatives que le traitement hormonal ou le roaccutane (il faut quand même reconnaitre leur efficacité).

    Merci de vos témoignage, je vous encourage à continuer car je pense que c’est avec nos expériences respectives qu’on arrivera à mieux comprendre ces liens entre acné/hormones et ça n’est pas facile de choisir le traitement adapté…

    • Jenn dit :

      Bonjour Clémentine! 🙂

      Je suis contente de te lire car on a mais alors EXACTEMENT le même parcours!!! (sauf que je n’ai pas pris d’antibio)

      J’ai pris Diane 35 pendant 10 ans, ( j’en ai 26 aujourd’hui) puis quand on l’a retiré du marché ma gyneco m’a mis sous androcur + oromone, j’ai pris ce traitement que 6 mois car cela m’a fait prendre 10 kilos!!! (Merci la gynéco!!)

      j’ai tout arrêté en Février cela fait donc 9 mois que je ne suis plus sous pilule et je dois dire que je me sens tellement mieux j’ai l impression de retrouver mon corps!!! plus de fatigue comme avant, plus de maux de tête, j’ai plus de vitalité, de libido aussi!! ^^

      Seul point noir (sans jeu de mot ^^) l’acné!!! c’est vrai que depuis ces 9 mois rien ne s’est amélioré malgré le rubozinc pour moi aussi et les conseils d’Emanuelle que j’applique… et je dois dire que parfois le moral en prend un sérieux coup… surtout que l’acné m’a assez traumatisée quand j’étais ado, donc la je t’avoue que je suis à deux doigt de craquer et de reprendre Diane 35 mais ça me ferait bien ch***!! ^^

      Jai un rdv avec un endocrinologue également, le 17 Décembre, j’attends jusque la, il y aura surement des bilan ect ect… suivant ce qu’il me propose et si ça s’améliore ou pas je reprendrais surement la pilule je ne sais pas…
      Ce qui me fait peur c’est que ton endocrino à toi t’a prescrit androcur?? Si il me fait ça je me tire une balle je crois!! lol j’aimerais vraiment trouver une méthode naturelle!!

      Et j’ai une question: quand tu prend ton antibio, le temps de la prise tu n’a plus de boutons c’est ça?? peut être que je pourrais essayer aussi… mais bon si à l’arrêt ils reviennent c’est clair que c’est chiant! ^^

      J’espère que tu verras mon commentaire et si tu veux bien on peut échanger nos adresse? ça peut être pas mal de se tenir au courant, de se motiver et de voir l’évolution! 😉

      A bientôt j’espère!! 🙂

      Jennifer

      • Clémentine dit :

        Bonjour Jennifer,

        Je pense que c’est très bien que tu passes des examens avec l’endocrinologue car il peut vraiment y avoir plein de problèmes hormonaux à l’origine de l’acné.

        De mon côté j’ai vraiment tout testé : la prolactine+radiographie de l’hypophyse (c’est l’hormone qui sert à fabriquer le lait et qui est géré par l’hypophyse, quand elle est déréglée on a parfois du liquide qui sort des seins), la thyroide (éventuel déreglement des surrénales), et bien sur les taux d’oestrogene/progesterone, + echographie des ovaires, etc.

        A chaque fois que je recevais les résultats je regardais les valeurs seuils indiquées à côté et j’étais toujours dans la norme. Il faut se méfier des diagnostics des médecins qui vont peut être interpréter un peu vite les résultats pour te remettre sous traitement hormonal et vite te débarasser de ton acné (ça part d’une bonne intention mais nous ce qu’on veut c’est écouter notre corps et essayer de comprendre ce qui ne va pas avant de prendre des médicaments). Moi je n’ai fait confiance qu’aux chiffres qui étaient dans la norme et à mon propre corps car je voyais que mes cycles tendaient à diminuer naturellement.

        Je te conseille dès aujourd’hui de noter à chaque fois la durée de tes cycles (du 1er jour des règles à la veille des prochaines règles) et de voir si ça tend à diminuer naturellement. Moi ça a fait ça : 63 j, 51j, 55j, 38j (c’est là que l’espoir est apparu), 56 j, 34j, 34j, 37j, 28j, 29j.

        Comme tu le vois il y a eu qqs irrégularités mais globalement ça a bien diminué et maintenant j’ai des cycles normaux. J’ai complètement arêté tolexine (l’antibiotique que je prenais) depuis 1 mois et pour le moment je n’ai plus que qqs boutons qui arrivent pendant les règles et les cicatrices des anciens qui partiront avec le temps. Ma dermato m’a remise sous rubozinc à la place juste pour aider à la cicatrisation et je met toujours la crème differine un soir sur deux.

        Pour moi, la prise de diane + androcur pendant 1 dizaine d’année a déréglé mon corps et il lui a fallu un temps d’adaptation (comme à l’adolescence quand il commence à se mettre en route). Maintenant que c’est régularisé les boutons vont fortement diminuer c’est sur. (Voir aussi le blog de miss frottis, avec d’excellentes explications sur diane, androcur et l’acné)

        En gros il faut être très patient pour prendre le temps d’attendre que les cycles défilent et se rétablissent d’eux-mêmes. Donc l’antibiotique (Tolexine) m’a beaucoup aidé pour ça car il m’a permis de faire disparaitre les boutons sans traitement hormonal le temps que mes cycles se régularisent d’eux-même.

        En ce qui concerne les conseils d’Emmanuelle je n’applique que cela :
        – ne jamais toucher les boutons, ni les percer (sinon ça fait des trous dans la peau en cicatrisant et ça se voit encore + car les boutons seront rouges)
        – matin : huile de jojoba puis produit nettoyant doux (pour ma part Effaclar de la roche posay) sechage avec une serviette changée toutes les semaines puis pschitt d’eau de la roche posay que je laisse secher à l’air libre

        – Si la peau est trop sèche (à cause des crèmes de la dermato) j’utilise la crème hydratante effaclar H de la roche posay, elle est spécialement conçue pour les peaux désechées par les traitements anti-acné mais sinon je ne mettais rien

        – Maquillage : le stick correcteur dermablend de vichy sur les boutons et cicatrices (il est non comédogène et couvre bien et longtemps) + éventuellement un peu de poudre non comédogène pour donner bonne mine (car il faut éviter l’exposition au soleil surtout quand tu prends tolexine).

        – soir : démaquillage à l’huile de jojoba + Effaclar + eau de la roche posay comme le matin puis application de la crème prescrite par la dermato [Differine ou Epiduo]

        Dernière chose : ma dermatologue m’avait également fait faire des analyses pour voir si j’avais une carence en vitamine D (du au manque de soleil) et j’avais effectivement une grosse carence. Du coup chaque hiver elle me prescrit une petite cure de vitamine D, c’est naturel sans danger et c’est magique (cheveux qui repousse, moins de fatigue). Ca peut aussi aider pour l’acné.

        Si tu veux échanger par mails, pas de soucis, il faudrait qu’Emanuelle ou Elsa te communique mon adresse en privé.

        Tiens moi au courant de ton côté des évolutions.

    • Sandra dit :

      Bonjour Clémentine!

      J’ai un peu le même parcours que toi, j’ai commencé à prendre la pilule à l’age de 16ans (aujourd’hui 24 ans), sous Diane 35 car beaucoup d’acnée.
      Je suis passée ensuite à la pilule Trinordiol, puis j’ai en même temps pris le rubozinc. Cela marcher très bien, sauf que je passé souvent par des mignaines atroce lors des règles.
      J’ai donc changer une nouvelle fois de pillule, Leloo Generique. Elle est bcp moins forte et active sur les boutons. Du coup , grosse poussé d’acnée sur le visage, la poitrine et le dos.
      Mon medecin m’a prescrit les crèmes Erythogel et Differine en alternance ainsi que le médicamentTolexine 100. Ca marche super bien! je n’ai plus rien. Mais dès que je l’arrete, l’acnée reprend de plus belle, et j’ai l’impression que c’est une addiction, je ne peux plus me passé de ce medicament… et je ne sais pas pendant combien de temps je peux prendre ce genre de médicament, car il est fort, mais est t’il dangereux à la longue? Ton témoignage est très interressant!

      • Clementine dit :

        Bonjour Sandra,

        Avec le temps et depuis l’arret de la pilule, mes cycles se sont raccourcis et a peu pres regularises. Au debut j’ai commence a diminuer les doses de Tolexine en ne prenant plus que 50 mg par jour au lieu de 100 (1/2 comprime au lieu d’un entier).

        J’ai fait ca plusieurs mois et je n’ai vu quasiment aucune difference sur ma peau.

        Deja je pense que c’est un bon debut : reduire la dose a son minimum pour eviter de prendre trop de « cochonneries »…

        Ensuite j’ai arête de prendre tolexine completement, sauf pendant les regles et a mi-cycle (vers l’ovulation) qui sont les 2 periodes ou j’ai de vrais poussees d’acne.

        En ce moment je voyage beaucoup et j’ai du mal a eviter le soleil, donc je ne prend plus que qqs comprimes par mois (5 ou 6), au moment des regles. Ma peau n’est pas parfait mais ca n’a rien a voir avec comment c’etait, avant de prendre tolexine.

        Voila, je me suis inspire de cet article sur le sevrage de la pillule pour faire un peu pareil avec tolexine. Je suis contente de ne prendre plus que qqs comprimes par mois, a demi-dose, plutot qu’une forte dose tous les mois.

        Ma dermato est totalement d’accord avec ma demarche et m’a prescript rubozinc a prendre pendant 4 mois (sauf les jours ou je prend tolexine) pour aider la cicatrisation des anciens boutons et la crème differine 1 jour sur 2.

        J’espere d’ici qqs mois pouvoir arreter completement tous ces traitements mais ca dependra de comment ma peau reagit.

        Courage !

  • Melissa dit :

    J’ai 42 ans et l’acne a toujours fait partie de ma vie. J’en avais pris mon parti jusqu’a ce que mon chiropracteur, voyans mon fils aîné couvert d’acné, m’explique que cela etait lié à un excès de sucre et nous conseille de supprimer le lait et le blé. Je me suis alors beaucoup documentée sur l’alimentation à indice glycemique bas (et la methode Seignalet) que j’applique depuis un an et demi. J’ai vu une nette amelioration de l’état de ma peau (boutons moins nombreux, moins gros et rouges). Dans le même temps j’ai découvert votre site dont les conseils simples et naturels ont tout de suite fait écho à mon desir profond d’être plus douce avec moi même. J’avais toujours eu ce sentiment que ma peau reflétait un déséquilibre intérieur et que tous les traitements de surface ne faisait que l’agresser un peu plus. Aujourd’hui, je m’apprête à remplacer mon stérilet Mirena pour la troisième fois et devant toutes ces infos et d’autres lues sur internet, j’hésite. J’ai eu de l’acné tres jeune et à 16 ans j’ai fait le traitement Roacutane et pris la pilule. Je venais de rencontrer mon futur mari. Je l’ai prise pendant 10 ans. Après un premier enfant, de l’endometriose, une opération. J’ai eu 2 autres enfants. J’ai toujours eu des cycles irréguliers, des kystes aux ovaires, des migraines, tendance à la constipation… Je ne sais plus quoi penser. La seule période sans acné a été ma « menaupose artificielle » post opératoire. J’espère que le problème du stérilet Mirena sera aussi traité dans la deuxieme partie. Merci de tout coeur pour vos conseils avisés et votre vision unique des choses.

  • Ludivine dit :

    Merci pour cet article ! je connais votre site depuis l’année dernière. Depuis mon adolescence, je suis sous pilule Diane 35; et là, paf, elle peut être dangereuse et est retirée du marché en mars 2013. Ma confiance en la pilule s’est trouvée complètement anéantie ; ce fabuleux moyen de contraception et régulateur de ma peau acnéique me mettait en danger. Donc, je décide d’arrêter, de ne pas la remplacer par une autre pilule, de laisser mon corps au naturel. Sous Diane 35, j’avais des migraines de fou et maintenant j’en ai plus beaucoup et moins intenses. Mais 3 mois plus tard, patatras, une armée de boutons pointe son nez, je retrouve ma peau de mes 13 ans. Le kiff à 30 ans quoi lol. Je cours donc à la pharmacie et dévalise tous leurs nettoyant, purifiant, hydratant, masque. Mais les produits sont agressifs, j’ai la peau sèche, elle tire. Je vais donc voir le spécialiste de la peau, le dermatologue, et là on me sort direct : le roaccutane (ce traitement je l’ai suivi à l’adolescence et j’en voulais pas ! connaître à nouveau les prises de sang et l’obligation de reprendre une pilule, non merci), je suis donc ressorti avec la crème différine et le constat de m’apercevoir que les traitements n’ont pas beaucoup changé en 10 ans ! Après avoir suivi le traitement de 3 mois à la lettre, ma peau était sèche, rouge et toujours des têtes blanches ; grrr !!! Désespérée et soucieuse de retrouver une hydratation et une meilleure santé de ma peau, je suis tombée sur votre site. Et là, le bonheur de voir que je ne suis pas seule, même si ça serait bien mieux que ce problème n’existe pas. J’ai eu mes crises de guérisons, commandé vos produits et aujourd’hui le nombre de boutons a diminué, la cicatrisation se fait progressivement mais je sais que ma peau ne souffre pas avec vos conseils et j’ai appris à m’aimer et à dire à ma peau que je l’aime et que j’en prends soin. Avec le recul, je pense que l’arrêt de la pilule a été trop brutal et que mon acné se cachait bien sous ce pansement, et que j’en étais pas consciente ; malheureusement je n’avais pas eu de conseils avisés. Merci encore Emanuelle d’avoir créé ce site.
    Courage à tous les lecteurs, la patience paie toujours ! même si il y a des moments comme ça => :'(

    Have a good day ! 🙂

  • Annette dit :

    Bonjour à toutes.

    Moi qui ai subi acnéiquement l’an dernier l’arrêt des hormones pour envisager une grossesse à 34 ans, je ne sais que trop que ce rebond est absolument insupportable et que le stress généré par la poussée nous fait entrer dans un cercle vicieux qui aggrave l’acné.

    Par contre, je ne crois pas que les médecins soient si cyniques quant à ce problème et je déplore que ce soit ce qui ressort majoritairement de tous ces commentaires postés ici. Ils n’ont malheureusement pas beaucoup d’armes à disposition dans leur palette thérapeutique. Et le traitement hormonal est au demeurant très efficace contre l’acné, l’hyperpilosité et divers problèmes gynécologiques.

    Il est bien évident que le nombre de cas d’effet rebond a augmenté considérablement l’an dernier à cause du retrait de Diane 35. J’en ai discuté avec ma dermatologue qui m’a dit qu’en effet, tous les acnéiques qu’elle suivait revenaient en force en consultation faute de pouvoir recevoir le traitement qui au vu des connaissances actuelles, était le plus adapté. Je rappelle que Diane 35 a été retirée du marché en raison de risques de thrombose et non pas parce qu’elle ne soignait pas l’acné.

    Je me rappelle une consultation auprès d’un gynécologue à qui je demandais une prescription d’Androcur que je prenais depuis quelques années faute de supporter Diane à cause, non pas de l’acétate de cyprotérone, mais de l’oestrogène de synthèse qu’elle contenait.
    Arguant que je prenais ce traitement pour ne pas payer ma pilule (Diane n’était pas remboursée), il m’a répondu : « mais vous n’avez pas d’acné ! »…
    …Forcément, j’étais déjà sous Androcur !!!!!
    Il aurait pu tout aussi bien me dire : « mais vous n’êtes pas enceinte ! »

    Alors, oui, certes, comme pour toute maladie chronique, la prévention est nécessaire, via l’alimentation, le sommeil, et l’activité physique.
    Tout en essayant de gommer que nous vivons dans un monde où se nourrir sainement, dormir correctement et avoir une activité physique régulière deviennent des luxes que tous ne peuvent pas se permettre.
    Luxes qui peuvent de surcroît compliquer nos relations sociales surtout en France où les repas sont des moments sacrés !

    Si on considère en plus que chaque cas est différent, que notre peau est en relation avec tout notre corps et que d’autres maladies au long cours peuvent s’entrecroiser avec les problèmes dermatologiques : troubles anxio-dépressifs, problèmes respiratoires, allergies, troubles digestifs…

    Alors, oui, la médecine c’est un peu de la cuisine. C’est pour moi bien une preuve de sérieux que de l’annoncer à son patient. Un médecin a obligation d’agir en fonction des connaissances qui sont à sa disposition, il n’a pas forcément obligation de résultats. La médecine est bien un art, pas une science exacte.
    Le corps n’est pas une machine que l’on peut réparer. La pensée magique ne soigne rien.
    Je ne crois pas à la méthode Coué.

    Je ne crois donc pas non plus que vous proposiez la panacée, même si vos conseils sont évidemment pleins de bon sens. J’attends de lire la suite à ce sujet.

    Bien à vous.
    Annette

  • Aurelie dit :

    En même temps la plupart d’entre nous on pris la pilule à l’adolescence, periode ou l’acnée est « normale » ( avec les bouleversements hormonaux) alors pourquoi à l’arrêt de la pilule à l’âge adulte on se retrouve avec autant de boutons ? Je pense que la pilule peut avoir un lien direct avec le sopk, pour ma part j’ai pris la pilule très jeune alors que je n’avais eu mes règles que 2 fois, je pense donc que mes ovaires n’ont pas eu le temps de fonctionner correctement…

  • MOITRIER Sarah dit :

    Bonjour,
    Pour ma part si ça peut aider quelqu’un j’ai aussi pris la diane 35 depuis mes 15 jusqu’à mes 22 ans, à l’arrêt de la diane, ma gynéco m’a prescrite la triella, et je n’ais pas eu d’effets rebond ni plus de boutons qu’avant, toujours quelques boutons avant les règles mais rien de grave et je n’entend que très rarement parlé de cette pilule alors je ne sais pas de quoi elle est composée mais je sais que c’est la dernière pilule de première génération. Après j’étais aussi sous androcur mais j’ai diminué les doses moi même maintenant je ne prend qu’un demi de temps en temps (tous les 3 ou 4 jours) et pareil pas plus de boutons, à voir à l’arrêt totale mais bon et pourtant je suis d’une famille où du côté de ma mère ils ont de gros gros problèmes d’acnés et ma mère en a toujours d’ailleurs à l’âge de 50 ans.
    Voila,

    Bon courage,
    Sarah.

  • Sylvie dit :

    Bonjour. Cet article m’interpelle d’autant plus que je suis en train de lire un livre du Pr. Joyeux « femmes si vous saviez », qui parle du traitement hormonal substitutif (THS) que l’on prescrit à la ménopause pour en diminuer les effets. Cela rejoint complètement l’article car on sous estime les effets les hormones vis à vus entre autre du cancer du sein. Plus on se renseigne sur ces médicaments qu’on nous fait avaler alors que nous ne sommes pas « malades » !! Je suis complètement d’accord avec ma belle mère qui m’a toujours dit que l’équilibre hormonal était très fragile et qu’il valait mieux éviter d’y toucher…. Quand je lis tout ça, je me dis que je suis contente de n’avoir jamais pris la pillule et avoir choisi un stérilet au cuivre…
    Je vous recommande vivement de lire les ouvrages du Pr.Joyeux, cancérologue.

  • nina dit :

    Bonjour,

    Je suis actuellement COMPLETEMENT concernée par le sujet,
    Diane 35 à 17 ans puis arrêt à 24 ans et me voilà avec une peau d’adolescente depuis 4 ans…
    J’ai mis en pratique tous vos conseils à la lettre depuis un an, (nettoyant au tee tree, konjac, manuka, MSM…) c’est un peu mieux mais j’ai toujours l’impression d’avoir 15 ans…
    J’attends avec impatience l’épisode 2 !!

  • Amelie dit :

    Bonjour,

    Merci pour cet article très intéressant par lequel je me sens particulièrement concernée. Je me permets de rebondir sur votre question à l’adresse de Maud, Elsa, car j’étais personnellement dans ce cas lorsque m’a été prescrite Diane.

    Je n’avais pas vraiment de problèmes d’acné auparavant, mais je focalisais sur quelques nouveaux petits boutons à chaque cycle. Je me suis donc acharnée sur ma peau hyper sensible sans penser que j’utilisais des produits agressifs et bas de gamme qui amplifiaient le phénomène et dégradaient la qualité de ma peau. Comme j’avais entendu parler de pilule miracle anti boutons, j’en ai parlé au généraliste qui me suivait depuis peu « OK, pas de problème, je te mets sous Diane, c’est un médicament anti acné et qui peut être utilisé comme contraceptif » Génial, que demander de plus!
    Certes je n’avais plus jamais de boutons, mais en peu de temps (2-3 ans), j’ai pris beaucoup de poids (10 kg), sans faire le lien avec la pilule au début parce que mon mode de vie avait aussi beaucoup bougé, et mon taux de cholestérol montait trop vite. Un autre médecin incrimine alors Diane (vers 25 ans). Je l’arrête sur le champ.

    En quelques mois, je suis devenue véritablement acnéique. Depuis, mon acné n’a jamais été soignée (j’ai 31 ans). J’ai avancé, je me suis documentée, et j’ai fait des examens qui ont effectivement révélé un problème hormonal, qui devait exister depuis toujours. Sauf qu’auparavant, ce n’était pas par ma peau qu’il s’évacuait.

    Désormais, je suis encore sous Jasminelle, ma peau est hyperfragilisée par des produits trop forts qui finalement entretiennent le problème. Je fais allergie sur allergie et, pour la première fois, on a utilisé le mot atopique pour me qualifier (j’ai des allergies et de l’eczéma depuis petite). Je me dit que si je suis effectivement atopique, j’ai tout intérêt à me tourner vers des solutions naturelles et douces qui traitent le problème en profondeur et j’envisage un arrêt de Jasminelle d’ici peu.

    C’est comme ça que je suis arrivée sur votre blog que j’aime beaucoup. Merci pour vos explications très éclairantes sur les mécanismes de l’acné. Bonne continuation à vous et votre blog.

  • Stéphanie dit :

    Bonjour,

    Merci pour cet article que j’ai reçu dans ma boîte email. 🙂

    En revanche, je ne suis pas d’accord avec vous sur un point: des femmes sans acné et sans problèmes hormonaux pré-existants se retrouvent avec de l’acné à l’arrêt de la pilule.

    Voilà presque 2 ans que j’ai arrêté Diane 35. Je vois le bout du tunnel ENFIN. Ma peau est plutôt jolie, malgré encore quelques tâches.

    Pour ma part, une pilule m’a donné de l’acné à l’âge ADULTE et on m’a refilé Diane 35. Erreur monumentale, car on a fait que détraquer encore plus mes hormones.
    Oui, je pourrais dire que diane 35 a masqué un problème existant créé par la pilule précédente, (quoique, l’acné sous l’autre pilule était du gâteau à coté de ce que j’ai vécu à l’arrêt de Diane 35), mais qu’en est-il de mes cheveux qui tombent depuis un an et demi? Ou des migraines pré-menstruelles que je n’avais jamais eues avant?

    Je pense que certains problèmes apparaissent à l’arrêt de la pilule, non pas parce qu’ils existaient avant et qu’ils ont été masqués, mais parce qu’ils ont été déclenchés par la prise ET l’arrêt de la pilule.

    Dans mon cas, et je suis loin d’être la seule, c’est bien la pilule qui est responsable de mon acné puisqu’elle me l’a provoquée à l’âge adulte et c’est aussi bien la pilule qui est la cause de la chute de mes cheveux et de mes migraines pré-menstruelles. Si je ne l’avais pas prise, je n’aurais jamais vécu tout cela.

  • agnes dit :

    Quel article fantastique! Concernée directement également. Jamais eu d acné étant adolescente, à 19 ans, je me fais prescrire la pilule (varnoline) uniquement comme moyen de contraception (ma peau est nickel). 1 an plus tard je l arrête pour cause d effets secondaire (mycoses, migraines, perte de libido). Et là, la descente aux enfers commence. 1 mois après chute de cheveux, 3 mois après acné qui commence. Puis qui empire. Puis encore plus. Ça fait 3 ans. J ai beau traiter ma peau avec le plus grand soin (et votre méthode) rien à faire. Aujourd’hui on me remet sous pilule (triafemi) pour soigner un kyste à l ovaire. Je suis désespérée, le yoyo des hormones c est reparti. Pourtant varnoline ne contenait pas l hormone de Diane. Je ne comprends pas dans quelle catégorie je dois me ranger. Hâte de lire la suite.

    • Stéphanie dit :

      Bonjour Agnès,

      Je ne sais pas si tu verras mon message, mais as-tu utilisé des phyto-hormones? Il s’agit de plantes ayant une action similaire à des hormones (ex: progestérone, estrogène). C’est ce qui m’a aidée à sortir de cette spirale infernale, c’est la tisane d’achillée millefeuille.

      Avant de reprendre cette nouvelle pilule, renseigne-toi bien auprès d’un médecin homéopathe pour voir si tu ne peux pas traiter ce kyste avec des phyto-hormones. Je ne fais absolument plus confiance aux médecinx qui jouent aux apprentis sorciers en permanence avec des médicaments dont ils ne maîtrisent absolument pas les effets.

      J’ai ratissé le net pendant des mois et des mois dans plusieurs plusieurs langues et j’ai constaté que beaucoup de femmes dans le monde (US, Canda, Australie, Europe,etc.) ont ces problèmes à l’arrêt de leur pilule, quelque soit la pilule… De toute évidence, ce problème existe avec toutes les pilules, c’est juste que toutes les femmes n’en souffriront pas.

      • Anais dit :

        Bonjour Stéphanie,

        je voulais savoir l’achille millefuille tu le prends TOUS les soirs ? et est ce qu’on t’a conseillé de le boire avant ou apres le diner? (J’en ai acheté chez un herboriste).

        Sinon ou en es tu avec tes cheveux? a l’arret d’Androcur+Provames pris un mois et un debut de cycle et arrêté le 1er janvier 2014 j’ai commencé a perdre mes cheveux, aujourdhui j’en ai perdu au moins la moitié moi qui avais une bonne masse de cheveux bouclés ! :/

        ce lien peut interesser, je vais bientot le mettre en place : http://www.sirenebio.fr/blog/628-chute-de-cheveux-les-solutions

  • Nanamisa dit :

    Bonjour Emmanuelle,
    J’aurai adoré recevoir ce mail avait d’arreter definitivement la pillule, c’est à dire en novembre 2013 🙂
    Moi qui n’ais jamais fait d’acné, qui ais toujours eu une belle peau que mes amies, qui devaient passer par ruacutane ou curacné, m’enviaient bcp, à l’arrêt de la pillule, j’ai commencé à avoir des boutons très inflammés. Je pensais que c’était à cause des produits que j’utilisais. Au bout de quelques mois, en janvier 2014, mon amie en medecine m’a conseillé de reprendre la pillule, en m’expliquant que mon acné devait etre dû à cet arrêt et effectivement, quand j’ai recommencé, les boutons se sont asséchés et ils etaient bcp moins nombreux. Mais je ne veux plus m’empoissoner avec la pillule, donc j’ai à nouveau arrêté en mars. Je suis allée voir un dermato (trés nul d’aillers, qui a à peine touché ma peau : 2min top chrono dans son cabinet) qui m’a prescrit une créme au peroxyde de benzoyle et des antibiotique pendant un mois : aucune amelioration.
    Aujourd’hui, je mange sainement (le plus souvent possible), je fais du sport (idem,avec le boulot c’est compliqué) et je me concentre sur des produits naturels de chez aroma-zone avec du Effalclar A.I (me suis trompée … Je voulais le DUO mais je ne m’en rappelais plus) sur les boutons. L’aspect de ma peau c’est bcp amélioré en 1 mois mais les boutons toujours présents. Je reste patiente en me disant que les effets de la pilule vont bien finir par disparaitre pour de bon
    Quoi qu’il en soit j’utilisais la pillule LeeLoo gé (oui Daily gé), mais je ne sais pas si elle est vraiment responsable de mon acné 🙁

  • Line dit :

    Bonjour, j’aime beaucoup votre article.
    Pour mon cas personnel, j’ai été sous Diane35 pendant un an seulement il y a une quinzaine d’années. J’ai commencé à avoir de l’acné lorsque j’étais en CM1 (1 ers boutons et points noirs)… Et j’ai maintenant 42 ans. A 25 ans, mon acné est devenu subitement énorme, le,visage boursouflé par des boutons qui contenaient beaucoup de pus … Bref, une catastrophe pire que tout alors qu’avant c’était surtout des points noirs et qq boutons rouges. Diane m’a permis un retour au calme, mais les problèmes de règles douloureuses étaient horribles. Lorsque j’ai arrêté Diane, mon acné est resté au stade de points noirs. L’an dernier, suite à un traitement antibiotique qui m’a donné une mycose digestive épouvantable 3 ans auparavant, j’ai consulté en acupuncture et phytothérapie chinoise. Peu de temps avant, j’ai dû passer une scanner suite à l’apparition d’une tumeur à un rein… En fait, mon organisme était encrassé de partout… En plus des séances d’acupuncture, j’ai fait un gros nettoyage par les plantes en interne assorti d’un régime anti candida très strict pendant 2 mois et là, ma peau a changé… Un teint tout rose, 8 kilos de flotte évacués, une énergie à revendre, le sommeil revenu et des règles beaucoup plus calmes… Bref… Maintenant,,j’en suis toujours aux points noirs rebelles à certains endroits, mais plus de boutons purulents et enflammés, donc je pense vraiment que lorsqu’on se nettoie de l’intérieur, on élimine les déchets profonds, on transforme ses reins en autoroute, et la peau retrouve son équilibre… La synergie avec les soins externes est vraiment efficace. Cela demande de la volonté, maintenant, j’ai gardé certaines habitudes alimentaires parce que je sens que ça me fait du bien, mais je mange de tout ou presque! Ceci dit, il me tarde de lire la suite l’article!

  • Elodie dit :

    Merci beaucoup pour cet article, j’ai également hâte de connaitre la suite, car cela fait maintenant 2 ans et demi que je me bats contre mon acné sans pilulle, j’ai suivi tous les conseils, tout essayé (huile, nourriture, drainage, sophrologie…), j’ai replongé avec d’autres pillules, puis re-arreté.

    Comment mettre fin au calvaire de l’acné qui me fait mal au 1er et au 2nd degré, et des règles si douloureuses sans pilule.

    Aucun médecin, aucun gynéco, aucun dermato, ni endocrino ne savent faire autre chose que de prescrire des medocs, et pourtant je vis en Ile de France… mais une fois l’arrêt des médocs, rebelotte….

    A 32 ans, l’acné n’est plus de mon âge et pourtant….
    Et l’endométriose est une maladie avec laquelle il faut apprendre à vivre me dit mon médecin…

    Alors un Grand Merci Emmanuelle pour ces articles qui me donnent du courage !!!!
    J’ai vraiment hâte de lire la suite… et d’avoir des réponses, et j’espère des solutions.

  • Angel dit :

    Bonjour,

    J’ai 25 ans, pendant des années j’ai pris comme pillule varnoline continue, j’avais tres peu de boutons mais en juin 2013 mon gynecologue a voulu me changer de pillule car c’etait une 3eme generations…elle m’a donc donné la pillule minidril et mon etat cutané c’est alors agravé j’avais beaucoup de boutons au niveau des joues, et mentons, j’ai continué à la prendre pendant 5mois puis voyant que cela ne s’ameliorait pas j’ai decidé de ne plus prendre de pillule.
    Ca allait beaucoup mieux, plus d’acnés (juste pendant mes periodes de regles), mais depuis mi-aout de cette année, je commence a avoir de nouveau de l’acnes, microkyste, des gros boutons bien rouge purulent. J’ai fait un bilan hormonal, apparament il y aucun soucis de ce coté la.

    Je ne comprends pas ce changement, et je ne sais vraiment pas de ou cela pourrait provenir.
    J’ai aussi recu toute vos etapes que je realise chaque jours, et j’ai aussi acheté dans votre boutique l’huile jojoba, masque rhassoul, le gel nettoyant mais aussi le maquillage.
    J’ai l’impression que cela ne s’arrange pas. Peut etre faut il du temps.
    Je pensais aller voir un dermatologue pour les microkystes je sais qu’il va encore me prescrire des antibio pour ce genre de boutons, qu’en pensez vous ? J’ai peur que cela revienne apres l’arret du traitement.
    Auriez vous des solutions ?
    Merci d’avance, votre site est super, et votre boutique est top.

  • Melly dit :

    Bonjour,
    Tout d’abord merci Emmanuelle pour votre méthode. J’ai arrêté les laitages, un miracle ! Un teint plus transparent, un bronzage léger et uniforme, plus de gros boutons qui gênent. Sans être la perfection, c’est presque – j’ose à peine le dire – une jolie peau (adieu les dermatologues qui n’ont jamais envisagé les options que vous proposez, adieu les crèmes qui décapent et qui brûlent).
    Mais voilà, je prends la Diane, puis la Jasmine depuis 21 ans, avec Androcur (3 cures longues de Roac entre 16 et 19 ans). J’en ai 36. Des problèmes de circulation, des antécédents qu’il ne faut pas… Alors je veux arrêter. J’ai fait l’expérience il y a de cela quelques années d’un arrêt : horrible. Ce sont les seuls boutons qui m’ont fait des cicatrices irréversibles. Enfin je dis boutons, pardon du détail mais le terme furoncles me semble plus adapté.
    J’essaie un arrêt progressif que je lance sur 9 mois, sans grand espoir d’éviter un effet rebond. Je ne manquerai pas de vous faire un retour, c’est le moins que je puisse faire pour rendre un peu de ce que j’ai reçu via ce site.
    Encore merci !

  • elodie dit :

    bonsoir
    6 mois d’arret et l’enfer . kyste, croute , cicatrices . perte de cheveux de poids et quotidien tres dur .
    je mange encore plus seinement qu ‘avant et je supprime lait gluten gateau sucre. suivie par naturopathe, et psy.
    je suis votre routine quotidienne . c’est dur . j ai peur de ne pas m ‘en sortir qd je lis les temoignages . certains positifs , d’autres negatifs.
    vivement la suite de l’article…
    merci de parler de tout ca .

  • elodie dit :

    Je suis très perturbée par tous les témoignages que je viens de lire et les conseils d’Emmanuelle. J’ai pris la Diane 35 à 16 ans pour soigner une acné modérée jusqu’à mes 27 ans où je l’ai arrêtée car retirée du marché. En quelques mois la peau s’est transformée, devenue plus epaisse au niveau du front, puis des boutons sous le menton puis partout sur les joues. C’etait tout simplement écoeurant surtout que cela reveille de vieux traumatismes. En essayant d’autres pilules classiques et avec un traitement dermato classique, les améliorations étaient minimes et j’ai voulu arreter les antibio après 6 mois sans différence majeure (‘et surtout peur pour mon foie). je suis retournée chez le gyneco qui m’a prescrit Triafemi qui semble aujourdh’ui fonctionner sur moi. Cette pilulle est -elle aussi néfaste que Diane ou Jasmine? Je suis également votre méthode. Je crains un jour de devoir arreter cette nouvelle pilule lorsque je voudrai un enfant. Je ne veux pas revivre cela. Comment réguler les hormones sans pilule? Merci pour vos conseils.

  • lisou dit :

    Super article!! de mon côté, je vois le bout du tunnel après 14 mois d’arrêt, et 12 d’acné!
    J’espère que l’info sera relayée par des médias (sérieux) et que certains médecins, scientifiques, gynéco ou dermato se pencheront aussi sérieusement que vous, Emanuelle, sur la question..! Merci pour ce travail!

  • Dodo dit :

    Bonjour, je suis ravie de prendre connaissance de votre article Emmanuelle et j’attends avec impatience la partie 2
    J’ai arrêté de prendre la pillule anti acné depuis 2 ans (interdite car 4 eme génération) et depuis c’est la cata.
    J’ai décidé de me faire poser un stérilet mirena car je trouve ce système moins contraignant que la pillule mais j’ai énormément d’acné sur le dos et le cou, c’est très gênant et complexant
    J’ai suivi la méthode, peu être pas toujours très rigoureusement, j’ai decouvert des produits formidables mais peu de résultats concrets. J’ai pris une pilule anti acné pendant de longues années, si j’avais su ……
    Merci pour tout Emmanuelle er vivement le prochain module

    • Cathy dit :

      Bonjour,
      En lisant votre commentaire, je me reconnais complètement dans ce que vous décrivez.
      J’ai pris la pilule (Diane 35, Jasmine, …) pendant des années, ma peau n’était quand même pas parfaite il faut dire mais ça allait…

      J’ai arrêté depuis près de 2 ans et les mêmes choses que vous, des boutons principalement au niveau du cou et du dos.

      J’ai suivi la méthode (au niveau des aliments je ne suis pas très lait et sucre donc ce n’est pas lié je pense, par contre, j’aime bien le café…) et ai acheté les produits.
      C’est vrai que ça me semble être de très bons produits et dans l’idée aussi je préfère soigner ma peau avec des produits plus naturels. J’ai juste vu une amélioration au niveau du dos, j’en ai beaucoup moins, j’utilise le « savon » au charbon noir. Par contre pour le cou pas de grands changements…
      Je prends aussi parallèlement de la tisane pour le foie, j’avais lu que ça pouvait avoir un rapport, je n’ai pas trop vu de changements, mais je continue…

      J’apprends depuis que j’ai arrêté la pilule à mieux comprendre mon corps et j’ai constaté que j’ai des « poussées » juste après mes règles, d’où ma conclusion : c’est hormonal.

      J’espère trouver prochainement dans le blog une solution pour rééquilibrer tout ça 🙂

  • savie dit :

    Des articles qui vont aider à voir plus clair !
    Pour ma part, j’ai bientôt 26 ans, j’ai pris une générique de diane pendant bien 8/9 ans. J’ai même eu le droit à androcur pour faire ma « cuisine » ( terme employé par ma gynéco et qui illustre à mes yeux, avec le recul, un manque de sérieux) pour faire suite à l’arrêt de Diane.

    Bref en Mars j’ai décidé d’arrêter. Les 3/4 premiers mois j’ai eu plus de boutons au niveaux des mâchoires, du cou et du menton ainsi que des boutons sous la peau que l’on voit au soleil :/. Pas une grosse acné mais clairement visible et dérangeant. Et des boutons sont malheureusement apparus sur tout mon dos ! Je n’en avais jamais eu autant ado.

    Depuis 1/2 mois, je vois clairement une amélioration au niveau du visage ( d’ailleurs, pour moi, le miel est l’ingrédient clé qui me réussit ). Pour le dos, je me dis que je dois laisser mon corps faire mais en tout cas ça n’empire pas. J’utilise une brosse pour le corps et je viens de commencer une cure de tisane ; Achillé Millefeuille le matin et Sauge le soir. Je pense vraiment que d’ici 6 mois, le problème sera règlé.

    Points positifs ;
    – je ne perds plus mes cheveux comme avant ! moi qui luttait contre ça depuis des années !
    -avant j’avais des bouffées de chaleurs énormes et donc de transpiration le matin et maintenant ça s’est calmé… effet psycho somatique ou non ça m’arrange bien !

  • Lulu dit :

    Bonjour !
    Très très très bonne idée d’articles, j’ai hâte de lire la suite !

    Je suis concernée directement : prise de Diane 35 entre 16 et 25 ans, et même si j’ai eu beaucoup d’acné vers 14 ans, je crois me souvenir qu’au moment où on m’a prescrit Diane, comme contraceptif et non pour l’acné, il me restait certes des boutons, mais ce n’était plus si terrible.

    Arrêt lors du retrait de diane retrait du marché en France et patatrac : une acné carabinée !
    Reprise de Diane à sa remise sur le marché, car j’étais à la limite de la dépression…
    Et de nouveau arrêt il y a maintenant 3 mois car je veux réussir à me débarrasser de ce poison.
    Là, je découvre votre site, et j’applique vos bons conseils depuis quelques semaines maintenant : ma peau est déjà plus belle sur les joues, mais au niveau du menton, c’est pas ça : boutons bien purulents et sur-infectés, qui font bien mal 🙁

    Je croise les doigts et j’espère que je vais réussir à surmonter ça très vite…

    2nd problème : on m’a prescrit une autre pilule comme contraceptif à la place de Diane : Triafémi. Et, je ne le savais pas, mais j’ai lu par la suite que cette pilule agissait aussi sur l’acné !! Ca me fait peur… j’espère ne pas avoir troqué un mal pour un autre !!

    Composition de Triafémi : Éthinylestradiol, Norgestimate, Amidon prégélatinisé, Indigotine laque aluminique, Lactose anhydre, Magnésium stéarate.

    Pas d’acétate de cyprotérone ni de drospirénone… (mais du lactose), ouf !!
    Mais du coup, est-ce que ça va, alors ?… Ou pas ??

    (Quoi qu’il en soit, j’ai beaucoup lu ces derniers mois et j’avoue que je suis en pleine réflexion. J’hésite à utiliser ce triafémi comme un tremplin, un temps d’adaptation de 8 à 12 mois après l’arrêt de Diane avant d’arrêter tout traitement hormonal pour passer au DIU en cuivre. Peut-être est-ce mieux).

  • bernardino dit :

    Bonjour j ai 38 ans moi aussi j ai connu diane 35 et jasmine. J’ai fait un essai du sterilet au cuivre catastrophe mon dermatologue m a alors mis sous antibiotiques tolexine. Ca a durée 3 ans. Puis retour a la pilule car mon médecin généraliste m a dit que l antibiotique était mauvais pour le foie. Ma dernière pilule était minesse puis strinardiole. Malgre la pilule j ai toujours eu des problèmes d acne une peau jamais nette. Arret de la pilule il y a juste 1 an car problème de tension. La j ai un autre type de sterilet. Bien sur je me suis dit que mon acne allait reprendre de plus belle. Sachant que j avais deja commencé a utiliser les produits de beaute pure depuis 4 mois je me suis dit on va gerer. Ey j ai gerer. Au debut oui de l acne jusque sur le torse et le dos. Mais avec le temps mon corps s est réadapter a vivre sans hormones complémentaires. Certes je fais très attention a mon hygiène et je beni chaque jour de connaître les produits que j ai découvert sur beauté pure. Ils sont efficaces et moins cher que ce que j ai pu depenser en parapharmacie. J ai toujours quelques boutons surtout durant les règles mais on les camouffle et on les faits disparaître. J ai aussi appris a gerer mon toc de gratter et presser mes bouton. C est un combat de tous les jours. Donc en conclusion (car j etais longue) je pense comme emmanuelle les pilules c est juste une facon de cacher le problème durant un temps ca ne le resoud pas.

  • anne-sophie dit :

    bonjour,
    merci beaucoup pour ce site,ces articles et ces commentaires qui réconfortent!!! Cet article tombe à pic et j’ai hâte de lire la suite car je viens juste d’arrêter la pilule Yaz (non sans l’appréhension d’un effet rebond).J’ai 32 ans dont plus de la moitié passée avec des problèmes d’acné : 2 périodes sous Roaccutane…+ tous les ans des périodes d’antibiotiques en plus d’un contraceptif anti acné qui permettent de « contenir » les poussées sans résoudre le problème…car tous les ans rebelotte. Depuis une dizaine de jours je suis votre routine : jojoba+rhassoul / savon froid / miel manuka et j’ai supprimé les produits laitiers ( j’avais déjà arrêté le gluten depuis un an en raison de pbs de colon irritable). J’ai déjà vu un changement de ma peau (on dirait que des micro kystes ressortent)mais trop tôt je pense pour savoir si c’est plutôt bon ou mauvais signe…alors affaire à suivre mais en tous cas cette nouvelle approche des pbs d acné est plus qu’intéressante;) Merci encore!!!

  • Arty dit :

    Pour ma part j’ai pris Trinordiol puis Jasminelle entre mes 17 et 27 ans et avant de prendre la pilule je n’avais pas du tout de souci d’acné. J’ai arrêté la pilule pour passer au Stérilet cuivre l’an passé et je dois maintenant combattre une acné modérée visage et dos/ torse alors que je n’ai jamais connu ça (je n’ai jamais eu que quelques boutons pendant les règles ados).

    Je me souviens que lorsque je prenais Trinordiol je trouvais que ma peau avait changé mais si j’avais été un peu plus informée j’aurai probablement évité jasminelle ensuite. Globalement le stérilet m’aurait convenu jeune, mais en France c’est déjà compliqué de se le faire poser à 27 ans alors à 17 (et pourtant, ça me convient parfaitement). Pourtant le Canada promeut le stérilet chez les jeunes filles…

    J’ai du mal à croire que la pilule ne puisse pas aussi créer un problème de peau puisque je ne suis pas la seule à ne pas avoir eu d’acné et en avoir eu après l’arrêt d’une pilule prise au long terme!

  • Cel dit :

    Bonjour Emanuelle,

    je suis votre blog depuis un petit moment et je voudrais apporter ma petite contribution à votre article que je ne peux qu’approuver ! J’ai 26 ans et j’ai été sous pilule anti-acné pendant plus de 10 ans. Je les ai toutes essayé : Jasminelle, Diane 35, … ça a marché pour certaines, pour d’autres non. La dernière en date étant Triafémi … La pilule magique car je n’avais plus rien !
    Sauf que … pendant des années, j’ai été atteinte du syndrôme du colon irritable. Cela m’a complètement gâché ma vie personnelle. Aujourd’hui encore, j’ai toujours des craintes que cela recommence. Ni ma gyneco, ni mon docteur, ni aucun spécialiste n’a été en mesure de faire le lien avec la pilule. Et pourtant, après plusieurs phases d’arrêts de ma pilule pour voir si ce que je pensais était vrai, j’en ai déduis que oui. Ce tout petit comprimé quotidien a simplement ruiné ma vie et mon corps sans que personne ne comprenne rien.
    Aujourd’hui, cela fait un an et demi que j’ai arrêté ma pilule. Pendant les 3 premiers mois, je n’avais pas de boutons, le temps que mon corps se débarrasse des effets de la pilule. Ensuite, j’ai retrouvé un acné très fort. Cela a duré plusieurs mois (plus cheveux gras, peau grasse et boutons sur le torse et haut du dos). Je n’ai pas eu mes règles pendant plus de 6 mois. Mais au fond de moi, je savais que ce phénomène finirait par s’atténuer, je n’ai donc pas mal vécu cette période. Et j’ai eu raison.
    Aujourd’hui, mon colon irritable a pratiquement disparu (sauf quand je me mets à manger très mal hum hum), je n’ai plus la peau grasse et mes boutons ont quasiment disparus. Mes cycles recommencent à devenir normaux et même si 2 ou 3 boutons se permettent de repousser à certains moments, je sais que mon corps travaille, que tout fonctionne très bien et que c’est normal.

    Alors en conclusion, j’aimerais dire qu’il faut certes de la patience, mais que tout finit par rentrer dans l’ordre un jour ! Ne perdez pas espoir et acceptez que votre corps passe par une phase de réadaptation ! 10 ans sous pilule ne s’effacent pas comme ça !

    J’espère que mon commentaire sera utile à celles qui se posent encore des questions sur l’arrêt de la pilule.

    Merci encore pour votre site qui est une vraie mine d’or.

  • Marie56 dit :

    Merci Emanuelle pour cet article!
    Je suis justement sur le point d’arrêter la pilule…
    J’ai eu il y a 10 ans diane35 pour cause d’acné, ce qui a fait son effet, or pour diverses raison j’ai dû changer de pilule il y a 1 an et demi et j’ai donc dû arrêter la diane (ce qui n’est pas une mauvaise chose), sauf que depuis 1 an, c’est la catastrophe! tout est ressorti! et encore pire qu’avant, jamais je n’ai eu une acné aussi forte! Je suis donc heureusement tombé sur votre blog et j’ai suivi tout vos conseils, ce qui a beaucoup amélioré la chose, mais pas assez… c’est pourquoi je souhaiterais arrêter la pilule afin de mettre mon corps au repos et retrouver un rythme normal! De plus j’ai une pilule uniquement à base de désogestrel (cérazette), donc plus de règles… j’espère donc que l’arrêt total de la pilule pourra améliorer les choses…
    En attendant la partie 2 😉 !

  • Lucie dit :

    Bonjour,
    Je suis exactement dans ce cas. Prise de Jasmine pendant 15 ans pour un problème d’acné au départ. Cela fait plus d’un an et 1/2 que je l’ai stoppé pour un projet bébé et mon acné n’a jamais été autant importante (visage et haut du dos). Je suis désespérée 🙁
    Hâte de lire la partie 2 pour savoir s’il y a des solutions…

  • Sophie dit :

    Bonjour,

    Cet article est, je pense, très intéressant pour un grand nombre d’entre nous.

    Personnellement, l’acné a commencé à 17 ans. Au bout de plusieurs mois de calvaire, on m’a prescrit Diane. Et miracle, quelques mois après, plus rien (ou presque). Il y a 2 ans, un médecin m’a dit que cette pilule n’était pas bonne pour les reins, et m’a prescris une pilule moins dosé. Je me suis dit qu’à 26 ans, l’acné avait dût m’oublier. Pendant 3 ou 4 mois avec cette nouvelle pilule, pas de problème. Puis c’est revenu progressivement et retour à la cata ! Me voilà revenu à Diane, mais à 28 ans, j’appréhende d’arrêter un jour pour tomber enceinte…

    Je ne pourrait qu’espérer tout en nettoyant bien ma peau quotidiennement…

  • Isa dit :

    Bonjour Emanuelle,

    merci pour l’excellent article. Comme j’avais déjà écrit dans le passé, je suis en investigation et tout probablement que j’ai un Syndrome des ovaires polykystiques ou une hyper-androgénisation, le tout causant perte de cheveux dramatique depuis quelques années, poils partout sur le corps, dont le visage, malheureusement, avec l’acné qui couronne le tout. Je n’ai jamais pris la pilule, et à mes 26 balais, les médecins me font miroiter que seules les hormones synthétiques sont à même de réguler le problème. Est-ce que cela régule vraiment ou ne fait que panser le problème, comme vous le souleviez, parce que si ça ne régule rien, pourquoi les prendre? Pourtant, après toutes ces années à éviter la pilule, je sens mes forces s’amoindrirent et je voulais savoir si vous connaissez des espoirs autre que les hormones pour de telles situations.

    Merci de votre attention

  • Aurélie dit :

    J’ai arrêté la pilule il y a maintenant 2 ans. Après quelque semaines Mon visage devenait boutonneux… Si j’avais eu l’information comme quoi la pilule c’était pour l’acné et qu’après l’arrêt c’était aussi catastrophique j’aurai JAMAIS je dis bien JAMAIS prit!!! Après 2 ans ça commence à revenir à la normal sauf que maintenant j’ai des cicatrices. Merci à diane 35. Merci à toi de poster à informer aux filles les conséquences ;-).pour ma part J’attends la suite.

  • COURQUIN dit :

    Chère Emmanuelle,
    Comme toujours votre article est très intéressant et retranscrit bien la réalité de ce que nous vivons après un arrêt de pilule, tant physiquement que psychologiquement. Je me suis en effet demandée si c’était l’arrêt de la pilule (DIANE 35, que je prenais depuis plus de 15 ans je crois) qui me provoquait ce retour d’acné en force (le fameux effet rebond) pour finalement réaliser qu’en effet, j’étais sous traitement dermatologique pour l’acné à l’époque où ma gynéco m’a prescrit la pilule et qu’il avait en effet été question de faire « d’une pierre deux coups ». Comme vous le dites, je n’ai jamais (ou si peu) connu mon corps à l’état de fonctionnement naturel puisque j’ai commencé la pilule vers 13-14 ans (à l’époque pour faire revenir mes règles, étant aménorrhée après une période d’anorexie) et ne l’ai arrêté que pour avoir un bébé à l’âge de 29 ans. Mais en effet, le problème datait d’avant : c’est ainsi que grâce à vos articles et nos échanges ultérieurs par mail, j’ai compris que j’étais victime d’acné hormonale et que j’ai suivi à la lettre votre fameuse méthode en me faisant par ailleurs aider par un traitement homéopathique.
    Bébé étant là depuis bientôt 8 mois, l’acné (qui avait totalement disparu pendant la grossesse) est légèrement revenue (localisée dans le cou, sous les oreilles, et sur le menton) mais de manière bien moins invasive que lors de l’arrêt de la pilule. J’ai recommencé le traitement homéopathique pour affronter cela avec sérénité et poursuis naturellement votre méthode qui est devenue un vrai mode de vie.
    Donc merci encore pour vos articles, qui sont une mine d’informations (fiables, ce qui n’a pas de prix sur internet de nos jours) et surtout une source de réconfort inégalable.
    Hâte de lire la suite de votre article n°1.
    Bien cordialement,
    Sarah C.

  • Léo dit :

    Très très hâte de connaître la suite!

  • Magali dit :

    Merci Emanuelle pour cet article, je ne comprends pas pourquoi les médecins ne nous disent pas franchement que notre acné va revenir après avoir arrêté la pilule. Ils nous font croire que nos hormones vont se réguler avec ces substances et qu’il n’arrivera rien si on arrête.
    J’ai 31 ans et ai pris la pilule de 14 à 30 ans, au départ pour des problèmes d’acné puis comme contraceptif. J’ai pris pendant des années Jasmine, Jasminelle, Diane 35 puis Androcure (acétate de cyprotérone). Durant toutes ces années, j’ai eu quelques boutons mais rien de trop méchant.
    Ca fait un an et demi que j’ai arrêté ma pilule et au fil des mois, mon visage s’est transformé : des boutons partout ! L’horreur absolue. Cette situation est très difficile à vivre d’autant que je fais beaucoup d’efforts. Je suis votre méthode depuis quelques semaines et je vois quelques petites améliorations mais les kystes sont toujours là et continuent de proliférer.
    J’attends beaucoup de la suite de vos articles et de la méthode avancée pour trouver enfin une solution à ce dérèglement hormonal qui me gâche la vie.

    Merci encore pour tout…

  • Mireille dit :

    Bonjour,
    merci pour votre article.
    Ma fille de 17 ans a le syndrome des ovaires polykystiques donc énormément d’acné.
    Elle a commencé la méthode « Beauté pure » il y a un mois maintenant et pas d’amélioration pour l’instant, je dirais même encore plus de boutons ! Elle continue la méthode mais après des années de soins naturels en tout genre, elle envisage effectivement de prendre la pilule.
    Ma fille est inscrite à la méthode avancée et garde encore un espoir… Elle attend avec impatience que la méthode démarre.
    Si vous avez des conseils par rapport à ce syndrome polykystique, je vous remercie pour votre aide.
    Bien cordialement

  • Aline dit :

    Bonjour Emanuelle,

    J’ai hâte de lire la suite de cet article ! J’ai arrêté la pilule de façon progressive, cela fait 4 mois et demi au naturel maintenant et c’est compliqué de comprendre ce qu’il se passe dans son corps… Je prends du gattilier depuis presque 3 mois pour essayer de me stabiliser, mais je me pose toujours pas mal de questions. Merci d’aborder ce sujet !
    Aline

  • Vanessa dit :

    Bonjour,

    Je viens d’arrêter Jasminelle + Androcur, que je prenais depuis 17 années consécutives pour cause d’acné.
    J’ai mis plusieurs mois à prendre cette décision, mais je désire tomber enceinte, et je suis totalement angoissée par les conséquences possibles. Le retour de l’acné est-il sûr à 100% ? Comment faire pour l’éviter ?

    Merci pour votre aide,
    Vanessa

  • Anaïs dit :

    Merci beaucoup pour cette 1ère partie ! 🙂
    Je pense très sincèrement arrêter la pilule, je ne veux plus prendre d’hormones.

    Peut-être qu’un « sevrage » pourrait permettre au corps de s’habituer à l’absence des actifs de la pilule et de nous permettre d’arrêter la pilule sans ce retour d’acné tant redouté …

    • Emilie dit :

      Bonsoir Anaïs,

      J’ai moi-même fait un sevrage avec la pilule pour éviter l’effet rebond de l’acné. Et ça a bien fonctionne pour ma part et je ne suis pas la seule. Il y a 3 ans j’avais stoppé net la pilule et catastrophe: boutons douloureux sur les mâchoires et joues, cheveux très gras, chute de cheveux, et ma morphologies dans l’ensemble avait complètement changé. Donc j’ai resauté sur la pilule pour retrouver mon état d’avant.
      Jusqu’au mois de mars où (suite à la découverte d’un article sur le sevrage) j’ai décidé de recommencer mais en diminuant petit à petit les doses: 2 mois avec 3/4 de pilule, 2 mois 1/2 comprime, 2 mois 1/4 et puis fini. Là ça fait trois mois que je suis « libre » et mis à part un ou deux petits boutons hormonaux, rien d’autre.
      J’ai des microkystes sur le front qui sont là depuis très longtemps mais uniquement dû au soleil et au syndrome du côlon irritable.
      Bien sûr pendant cette période de sevrage tu dois être vigilante pour ne pas tomber enceinte puisque la pilule n’agit plus totalement.
      Bonne soirée

      • Annette dit :

        Bonjour Emilie,
        Je suis intriguée par les aspects techniques de ta méthode.
        Comment fais-tu pour prendre 3/4 de pilule ? Les comprimés sont tellement petits, et non sécables ! As-tu pris cette initiative seule ou avec ton médecin ?
        Merci de ta réponse.
        Annette

        • Emilie dit :

          Bonsoir Annette,
          J’ai pris la décision de me sevrer de la pilule de cette façon après avoir lu et relu le blog de http://www.petiteceriz.com . Il est très bien rédigé. Pour ce qui est de la découpe j’ai acheté en pharmacie un coupe pilule. Ce n’est pas hyper précis mais on se fait vite la main. Le principal c’est qu’il y ait progressivement une diminution des prises. Pour que le corps ne le ressente pas. Cela ne sait de toute façon faire plus de mal qu’une pilule en entier. Vraiment je recommande cette technique si ce n’est qu’il faut rester vigilante sur le fait qu’on est plus à 99% protégée d’une éventuelle grossesse. Bonne soirée à toi

  • Maud dit :

    La pilule et l’acné un sujet fort sensible pour moi…
    En effet, à 18 première relation suivie avec un homme, rendez-vous chez la gynecologue, je ne me souviens pas avoir eu d’acné à cette époque je prends donc la pilule (diane 35) pendant 5 ans…
    Rupture de ma relation, j’arrête la pilule sans avis médical dand le début des années 2000 on ne parlais pas des différents niveau des pilules contraceptives à tort d’ailleurs

    Et là arrive l’acné de kiste, des points noirs bref pas simple à 23 ans d’avoir autant d’acné, paralèllement je travail dans un magasin bio donc j’utilise des produits cosmétiques naturels mais rien n’y fait.
    J’ai 31 ans en couple depuis 8ans et toujours de l’acné, je n’ai jamais repris la pilule.
    Je me demande si un jour l’acné disparaîtra sûrement à la ménaupose…

    Impatiente de lire la seconde partie de votre article.

    • Elsa Kreiss dit :

      Bonjour Maud,

      Je me permets une question car votre message m’interpelle (si toutefois je ne suis pas trop indiscrète…) : on vous a prescrit Diane, qui est un traitement de l’acné et de l’hirsutisme, alors que votre peau était ok ?

  • Justine dit :

    J’ai hate de savoir la suite car c’est exactement ce qui m’arrive. Sous Diane depuis mes 17 ans, j’ai tenté d’arrêter en 2009, grosse poussée d’acné qui me l’a fait reprendre après quelques mois. J’ai à nouveau arrêté il y a un an quand elle a été retirée et depuis, aucun contraceptif hormonal mais des boutons et rougeurs localisées sur le bas du visage et le dos, même les bras. Je pensais que mon corps devait se réhabituer à fonctionner tout seul mais cela fait plus d’un an et je ne vois pas d’amélioration.
    Je ne sais plus quoi faire, quoi essayer…

  • >