(Arrêt pilule) Super, j’ai une acné hormonale! PARTIE 4

Tout sur l'arrêt de la pilule et l'acné (partie 4)

Cet article est le quatrième d’une série de réflexions consacrée à l’arrêt de la pilule.
J’espère qu’il saura vous aider!
Partie 1  Réfléchir à sa situation particulière.
Partie 2  L’arrêt des pilules spécifiquement anti-acné.
Partie 3  Pilules classiques et acné légère, le Gattilier.
Partie 4  (ici) Quand ce n’est pas l’arrêt qui est la cause… Les acnés hormonales.

Si vous bourgeonnez de partout parce que vous avez arrêté la pilule… c’est peut-être une superbe opportunité.
Surtout si vous aviez BEAUCOUP d’acné avant pilule.
Parce qu’au moins, vous allez pouvoir, peut-être, trouver le début du fil de la pelote, et la dérouler.
Je m’explique!
Vous voilà revenue où vous étiez avant, sans le masque de la pilule. C’est ce que j’appelle « la case départ ».
Vous voilà dans une bien meilleure position, si on y réfléchit bien. Parce que si vous êtes déçue par les hormones synthétiques et que vous voulez essayer quelque chose de différent pour votre acné, c’est le moment parfait : vous êtes dans une situation idéale pour comprendre ce que votre corps fait « au naturel ».

Houra! Vous pouvez lire votre corps!
Ben oui. Pour la première fois, vous n’avez plus le filtre de la pilule. Vous allez pouvoir LIRE votre corps.
Et ça, c’est franchement exaltant…

Pourquoi c’est bien de pouvoir lire le corps
Il n’existe pas d’acné hormonale, mais plusieurs. C’est un peu comme le jeu des sept familles : vous appartenez à une famille ou à une autre, et vous en avez certaines caractéristiques.

Beaucoup d’hormones peuvent être impliquées dans l’acné:
Les œstrogènes,
La progestérone,
Les différents types d’androgènes,
Le cortisol,
L’insuline,
Les hormones thyroïdiennes….
Pour ne parler que des principales.
Donc il est important de bien comprendre ce qui se passe. Maintenant vous voilà face à vos propres hormones, pas à des hormones étrangères.
Vous voilà ENFIN en mesure de le faire !

Deux petites choses à savoir sur les hormones
1. C’est une question d’équilibre, pas de niveau exact.
Pour l’acné, ce sont les équilibres (les ratios) entre les différentes hormones qui comptent, plus que leur niveau exact. Connaître son taux de progestérone n’a pas vraiment de sens si on ne connaît pas son taux d’œstrogènes, etc. Toutes ces hormones dansent un tango subtil, très élégant à regarder quand tout va bien. Mais si la danseuse se prend le pied dans sa robe, le spectacle devient loufoque.

2. Nous ne sommes pas tous égaux face à une hormone.
Nous pouvons, à titre individuel, réagir différemment face à la même hormone.

Une hormone, c’est un messager. Elle envoie un message vers une cellule dite « réceptrice », pour lui « dire » d’accomplir (ou pas) une action. Nous pouvons, individuellement, recevoir ce message plus ou moins bien. Parfois, les cellules « réceptrices » sont plus ou moins sourdes. On dit alors qu’on est plus ou moins sensible à cette hormone.

Beaucoup de facteurs influencent cette sensibilité, et nous pouvons donc être plus ou moins sensibles à différents moments de notre vie.

Nous pouvons aussi améliorer cette sensibilité. Ça, c’est formidable! Cela veut dire que vous pouvez avoir une influence. Vous pouvez intervenir!

Qu’est-ce que je peux faire?
L’idéal, c’est bien sûr d’être aidée par son médecin.
Donc, si vous avez la chance d’avoir un médecin attentif, c’est incontestablement le premier endroit où aller.
S’il y a une interrogation spécifique sur une hormone particulière, il demandera généralement un test pour tester cette hormone.

Pourquoi ça ne suffit pas toujours
Il existe plusieurs raisons pour lesquelles, face à une acné hormonale, une visite chez le médecin peut être décevante.

1. Les médecins demandent généralement des tests sanguins et ne prennent pas en compte les hormones libres.
Il existe trois manières de tester les niveaux hormonaux:

  • On peut effectuer des tests sanguins. Ce sont ceux que prescrivent généralement les généralistes.
  • On peut pratiquer des tests salivaires. Ce sont souvent ceux que demandent les naturopathes, ou que l’on peut parfois directement obtenir auprès de certains laboratoires.
  • On peut également effectuer des tests urinaires.

Pour comprendre l’intérêt des uns et des autres, il faut savoir qu’il existe deux types d’hormones dans le sang. Les hormones dites « libres » et les hormones liées aux protéines. Seules les hormones « libres » sont biologiquement actives. Ce sont les seules qui peuvent se lier aux récepteurs et avoir ainsi un effet sur vos cellules.

En conséquence, on peut mesurer dans le sang les taux d’hormones de deux manières : en regardant le nombre d’hormones « libres » ou en testant le nombre total d’hormones. Selon mon observation, très souvent, les généralistes mesurent le nombre total d’hormones dans le sang.
Vos résultats peuvent donc être tout à fait dans la norme. Vous pensez donc être « OK », et on vous dit que votre acné n’a pas de raisons hormonales.  Le problème est que vous pouvez avoir un nombre élevé d’hormones libres, donc potentiellement actives. Ce chiffre global ne vous renseigne donc pas beaucoup, on peut même dire qu’il vous est souvent inutile pour l’acné.

2. Les tests coûtent chers, c’est pourquoi les panels de tests sont limités à un nombre restreint d’hormones.

3. Les médecins ne sont pas toujours conscients du rôle de certaines hormones sur l’acné, et ne demanderont pas à les vérifier. Je pense ici aux hormones thyroïdiennes par exemple.

4. La sensibilité individuelle à telle ou telle hormone ne se verra pas dans un test sanguin.
On est bien d’accord : une visite chez le médecin vous informera s’il y a une anomalie manifeste, et c’est primordial. Mais si vous avez une acné hormonale, une aide plus spécialisée peut faire toute la différence.

Apprenez ici comment vous pouvez être accompagnée 

Vaincre l’acné hormonale demande à mon avis deux choses:

1. que vous compreniez mieux votre propre situation;
2. que vous sachiez ce que vous pouvez faire, naturellement, pour aider votre corps.
Dans les deux cas, une approche complémentaire peut sacrément vous aider!

Analyser votre situation

Votre acné est différente de celle de votre voisine !  C’est pourquoi vous avez besoin d’une approche personnalisée.

C’est ce que nous offrons avec le Coaching Holistique de 3 mois

Harmoniser vos hormones
Depuis 18 ans que j’aide les femmes qui souffrent d’acné hormonale, j’ai appris que nous sommes très puissantes face à nos hormones, beaucoup plus que ce qu’on vous laisse penser. Vous POUVEZ agir au quotidien et œuvrer vers l’équilibre.
Pour chaque famille hormonale, la méthode vous explique en détail les différents points de mode de vie (alimentation, type d’exercice, compléments alimentaires, etc.) qui vont vous aider et POURQUOI. C’est un véritable mode d’emploi.
Alors si l’arrêt de la pilule vous place dans une situation d’acné, cela peut vous paraître frustrant pour l’instant. Mais c’est aussi une formidable opportunité, parce que nous avons désormais une place « rien que pour vous » dans la Méthode avancée.
Il n’y pas de meilleur moment pour  nous rejoindre et changer votre peau pour toujours!

Si vous avez déjà des questions, utilisez les commentaires, d’accord? Et si vous n’êtes pas encore inscrit(e) sur la liste d’attente, faite-le maintenant. À bientôt!

Partagez cet article !

À propos de l'auteur : Emanuelle Haudegond

Emanuelle Haudegond est la fondatrice de beaute-pure.com, un site dédié au bien-être féminin hormonal naturel et à la beauté de la peau. Spécialiste de la peau, diplômée de l'état de Californie, elle a longtemps travaillé auprès de dermatologues et de chirurgiens plasticiens avant de fonder sa propre clinique de soins à Los Angeles. Elle a ainsi aidé des milliers de femmes de tous âges à retrouver santé de la peau et bien-être à chaque étape de la vie. Passionnée par la peau, guidée par des principes naturopathiques, elle donne au fil des articles de beaute-pure.com ses astuces pour une peau magnifique. Ancienne acnéïque, elle partage dans sa méthode "7 étapes vers une peau sans acné" sa philosophie d'un combat contre l'acné au naturel. Vous trouverez également dans son e-boutique une sélection de ses produits de soins préférés, adaptés aux peaux à problèmes, et des compléments alimentaires brevetés.

311 commentaires

  1. adeline 13 Déc, 2020 à 10:56

    bonjour,

    Je viens vers vous car j’ai moi aussi un soucis d’acné.
    j’ai retiré mon stérilet au hormone début octobre et depuis j’ai de plus en plus de boutons sur la zone T, alors que je n’ai jamais était sujette aux boutons à l’époque ou je ne prenais aucun moyen de contraception.

    Pourriez vous m’aider SVP?

    Merci !

    • Emanuelle Haudegond 14 Déc, 2020 à 8:10

      Bonjour Adeline, le premier réflexe doit être de s’inscrire à la méthode gratuite. Beaucoup de personnes
      parviennent à se débarrasser de leur acné grâce à elle. Puis, si cela ne suffit pas, pensez au programme Peau-Zéro-Défaut. La prochaine session aura lieu en janvier. Plus d’infos ici :https://beautepure.podia.com/peau-zero-defaut

  2. Mary 09 Nov, 2020 à 1:21

    Bonjour!

    Je vous écris en désespoir de cause.
    Après des traitements inefficaces contre une acné résistante et des problèmes de fertilité, j ai fait une cure de Roacutane pour la deuxième fois à 43 ans. A l arrêt du traitement mon acné est revenue, y compris dans le cuir chevelu, torse et dos en plus du visage.Moi qui n’aime pas le sucre, j’ai des fringuales fréquentes pour tenir le coup.
    Je suis soignante, et l’image que je renvois à mes patients est importante….fidèle cliente de votre site, je suis également les conseils donnés sur vos blogs. J’aimerais suivre la méthode ainsi que bénéficier d un coatching personnel mais je ne sais pas à quoi ça m’engagerais.
    Pourriez vous me conseiller?
    Merci pour votre site!

    • Emanuelle Haudegond 17 Nov, 2020 à 10:12

      Oui, c’est fréquent que l’acné revienne après Roacutane, car il ne règle rien, il se contente d’atrophier les glandes sébacées temporairement. Souvent, le microbiote cutané et digestif (l’équilibre des différentes bactéries) est totalement chamboulé après, si bien qu’on peut avoir des mycoses après, en plus du retour de l’acné, d’où les fringales de sucre. Si vous avez une acné chronique ET des problèmes de fertilité, les deux choses sont certainement liées, et vous avez besoin d’agir sur l’équilibre hormonal. Je n’accompagne que sur des périodes longues (3 mois) car je sais que ce laps de temps est nécessaire pour obtenir un vrai changement. Mais une fois le travail fait, c’est pour la vie… Je vous joins plus de renseignements ici.

      • Mary 16 Déc, 2020 à 7:46

        Bonjour et merci pour votre réponse!

        J ai revu ma dermatologue depuis qui m a confirme une acné hormonale liée à une pre ménopause…elle m à precrit un mois d,antibiotiques , que j’accompagne personnellement de probiotiques pour ma flore intestinale, et dans un mois elle me fera un peeling pour estomper les cicatrices d’acne…joyeux programme:)
        J essaie de rester calme et patiente face à ce problème que je considère comme un réel handicap social…l image de soi est directement liée à l’estime de soi…
        Quels soins puis je commander sur votre site? J ai l oleogelee, mais je recherche une crème hydratante?
        Est ce qu un Naturopathe pourrait m aider?
        Merci pour le lien que j ai consulté avec attention.

        Et merci pour toute l attention que vous portez à nos problèmes?

        • Emanuelle Haudegond 22 Déc, 2020 à 6:52

          Bonjour Mary, je chercherais plutôt coté crème hydratante à utiliser la crème Secret Sacré : elle est à la fois anti-âge et anti-acné. Un bon naturopathe devrait pouvoir vous aider, quoi qu’il faudrait dans l’idéal qu’il soit spécialisé dans le bien-être féminin. Pensez également au programme peau-zéro-défaut qui commence en janvier. Il devrait beaucoup vous apporter.

  3. Maroua 09 Oct, 2020 à 9:14

    Bonjour j’ai 18 ans je n’ai pas d’acné je prends la pilule (Jasmine)depuis avril ou mai j’ai jamais eu d’acné auparavant à part quelques boutons hormonales par ci par là j’ai décidée de l’arrêter mais j’ai peur que ça me fasse des boutons

  4. Eugénie 19 Juin, 2020 à 11:05

    Bonjour !
    Je vous écris parce que je suis un peu désespérée,
    J’ai arrêté ma pilule en Novembre et ne souhaite pas la reprendre, mais depuis le début du confinement j’ai de l’acné hormonale (je dis hormonale car j’ai un dérèglement de mes règles et c’est une acné localisée sur la mâchoire et le cou avec des gros kystes douloureux) j’ai également SIBO et fais donc extrêmement attention à mon alimentation qui est donc lowFodmap sans gluten sans lactose.
    Je suis tous les jours vos préconisations, je prends également du zinc et du Chardon-marie mais mon acné hormonale ne bouge pas …
    pourriez-vous m’aider ?
    Merci pour votre site !

    • Emanuelle Haudegond 19 Juin, 2020 à 11:56

      Bonjour Eugénie,

      Il est probable que le SIBO fasse partie du souci, qui est maintenant visible puisqu’il n’est plus masqué par la pilule… Selon moi, un SIBO ne se traite pas avec l’alimentation low FODMAPS sur le long terme. Une alimentation low FODMAPS doit être temporaire. Autrement, vous vous exposez à des carences et à un risque de microbiote très pauvre, ce qui contribue fortement à des soucis d »acné. Etes-vous suivie par un praticien certifié pour le SIBO ?

      • Eugénie 20 Juin, 2020 à 12:30

        Bonjour Emmanuelle,
        Oui je suis suivie par une micro nutritionniste, je prends des compléments également comme du L-glutamine.
        Étant à l’étranger jusqu’à fin Juillet j’essaye d’avoir une alimentation principalement low fodmap (reprise en mars) car je peux difficilement réintégrer des aliments actuellement et je n’ai plus du tout de mal de ventre ni de ballonnements.
        Mais avant la prise de ma pilule j’avais déjà des problèmes d’acné …
        C’est très localisé sur la mâchoire et le cou, ne pensez-vous pas que je devrais faire un bilan hormonale ?
        Merci beaucoup !

        • Emanuelle Haudegond 21 Juin, 2020 à 8:38

          Mais avant la prise de ma pilule j’avais déjà des problèmes d’acné … Oui, cela peut tout à fait se passer : il peut y avoir un souci digestif qui prédispose à l’acné depuis longtemps, et la pilule l’a mis sous cloche. Le problème avec l’éviction des FODMAPS sur le long terme, c’est que les FODMAPS sont à l’origine des aliments « bons » pour nous, car ils nourrissent la flore intestinale. Donc après une phase d’éviction totale, il est important de réintroduire progressivement, en collaboration avec votre micro nutritioniste, pour n’éliminer à long terme que la ou les familles que vous ne pouvez vraiment pas tolérer. Car autrement vous vous exposez réellement à des carences et à un microbiote très pauvre, ce qui est la porte ouverte vers des problèmes d’acné/hormonaux renforcés. Je vous encourage réellement à reparler à votre micronutritioniste dès que vous pourrez. Par ailleurs, aviez-vous fait un test pour le SIBO ?

          • Eugénie 21 Juin, 2020 à 8:59

            Bonjour Emmanuelle,
            Un grand merci pour vos conseils !
            Non pas de test pour le SIBO …
            Je ne sais plus trop que faire, je trouve qu’on est très mal renseigné en France et je ne sais plus par quel bout prendre le problème…
            Merci Emanuelle

  5. Heloïse 28 Avr, 2020 à 1:32

    Bonjour,
    Merci pour votre site très intéressant.
    Je souhaiterais arrêter ma pilule qui a un effet anti acné (dienogest) et prendre le traitement roaccutane pour me débarrasser définitivement de l’acné. Toutefois je dois prendre un contraceptif obligatoirement et je ne suis pas a l’aise avec le stérilet.
    Avez vous un avis sur les pilules qui accompagnent le traitement roaccutane et qui ne donnent pas d’effet rebond à l’arrêt de la pilule, a la fin du traitement ?
    Je me demande si les pilules anti androgénique ne pourraient pas compromettre le résultat de roaccutane. J’hésite donc à changer la mienne (qlaira) pour une pilule de 2e génération (avec un progrestatif androgénique non « addictif » pour la peau). Merci beaucoup.

  6. Audrey 20 Avr, 2020 à 9:37

    Bonjour,
    Je me suis inscrite à la méthode vers une peau sans acné en 7 étapes et j’ai découvert votre site il y a quelques jours. Je trouve que c’est une super méthode car vous proposez plusieurs options qui me semblent pertinentes. Cela fait plusieurs années que je me bats contre mon acné qui est n’est jamais la même. Etant jeune, on m’a prescrit la pilule car j’avais justement de l’acné. Je suis ensuite passée au patch et à l’anneau vaginale. J’ai tout arrêté il y a 6 mois de ça et je me rends compte que mon acné revient en force malgré tous ce que je peux entreprendre (alimentation, soin, etc). C’est une acné qui n’est plus « gérable » comme avant. Elle est localisée en majorité dans le bas du visage et également sur les tempes. Du coup, en lisant vos articles, je pense être victime d’acné hormonale. J’ai vu qu’il était possible de faire un traitement soit du foie avec le sylimarine, soit des intestins avec le probiopur. Vous conseillez également un traitement de magnésium et de zinc. Je me pose la questions suivante: Par quoi pourrais-je commencer? Que me conseillez-vous?
    Merci infiniment pour tout.
    Meilleures salutations.
    Audrey

  7. Joujou 16 Jan, 2020 à 1:18

    Bonjour
    Jai 44ans J’ai toujours été sous pilule et je n’ai jamais eu de problème d’acné J’ai décidé De mettre le stérilet au cuivre que j’ai supporté deux ans ensuite javais des saignements qui duraient plus d’un mois avec des kystes donc ma gynécologue me l’a strictement interdit et m’a mise sous optimizette et voilà que j’ai des boutons sous la peau qui font tres mal et de tres petits boutons blanc comme une rosacee et je sens aussi une chaleur et tous cela concentré sur ma jour droite
    J’ai demandé à changer de pilule elle m’a dit qu’après 40ans les œstrogènes sont déconseillés.que faire est ce que le magnésium appliqué sur mon visage peut être efficace ? Aidez moi sil vous plaît
    Merci ?

    • Emanuelle Haudegond 25 Jan, 2020 à 9:51

      Je pense que si vous avez des signes de rosacée il faut aller voir la gynéco et décider ensemble soit d’une autre pilule soit d’une autre forme de contraception, Joujou. C’est étrange que le problème intervienne maintenant. Le dosage ou le type d’hormones de synthèse choisi semble ne pas vous convenir…

  8. Yo 08 Jan, 2020 à 7:55

    Bonjour,

    J’ai arrêté ludeal ge depuis juin 2019 et me suis faite poser un stérilet en cuivre. Mon corps a repris ses droits et depuis novembre j’ai de l’acné essentiellement située dans le bas du visage. J’ai été consulter un dermatologue qui m’a prescrit une ordonnance recto-verso que j’hésite à utiliser. En effet, je suis noire de peau et j’ai peur que les produits prescrits m’éclaircisse la peau. Que pouvez vous me conseiller ?
    Merci par avance.

    • Emanuelle Haudegond 08 Jan, 2020 à 9:04

      Bonjour Yo, l’acné en bas du visage peut indiquer une acné d’origine hormonale. Cela peut être dû à l’arrêt même de la pilule, donc être temporaire, ou cela peut être un souci antérieur à la pilule, masqué par celle-ci, qui ressurgit maintenant. Il faudra donc attendre pour voir ce qui se passe. J’aurais tendance à vous aiguiller vers les produits à base de miel de manuka : sérum et crème, le matin et d’utiliser le soir l’exfoliant enzymatique et (si l’acné est sévère) le sérum purifiant. Ils sont à la fois doux mais actifs et ne peuvent en aucun cas éclaircir la peau.

  9. Sarah 05 Nov, 2019 à 8:06

    Bonsoir Emmanuelle,
    Tout d’abord merci pour vos précieux conseils et soutien que j’ai trouvés ici.

    J’ai 30 ans, je suis diagnostiquée SOPK. Début 2019 j’ai eu une migraine ophtalmique avec troubles neuro dus à la pilule. Ma gyneco m’a dit que j’étais intolérante aux pilules et que mon foie était saturé.
    Je suis tjrs sous pilule mais minidosée (optimizette), je n’ai plus de migraines et je prend nutridim pour le foie. Je surveille mon alimentation, réduction sucre et produits laitiers pour ne pas créer d’inflammations. Je suis mince à la base et j’ai perdu pas mal de poids cet été.
    Depuis août, beaucoup de boutons sont apparus sur le menton malgré mes restrictions alimentaires (sur sucres et lait). J’ai mis la pilule minidosee en cause du coup mais je sais bien que ça masque le fond de mon problème.

    Est ce qu’il se peut que la pilule « freine » mes efforts (alimentaires, activités physiques) ?
    J’ai la croyance (suite à divers discours de gyneco) que seule la pilule peut calmer mes ovaires et les mettre au repos avec mon SOPK.
    J’envisage d’arrêter la pilule cette fin d’année.

    Je perds confiance en moi avec ces boutons et parce que je trouve déjà faire bcp d’efforts sur le plan alimentaire. Je vis mal aussi l’injustice, être mince et ne pas pouvoir se lâcher culinairement parlant.

    Je vous remercie par avance pour l’attention que vous porterez à mon message.

    Cordialement
    Sarah

    • Emanuelle Haudegond 09 Nov, 2019 à 2:31

      Bonjour Sarah, je comprends, c’est frustrant quand on fait des efforts et que ça n’a pas l’air de s’arranger, je compatis à 100%, girl ! Mais aussi Sarah c’est normal : quand on perd du poids, ça ressort par de l’acné ! C’est juste très commun et c’est différent ces boutons-là des boutons réguliers. En tout cas, ce qui est sûr c’est que vous êtes dans la bonne direction, en réduisant l’inflammation. C’est juste que vous pouvez manger anti-acné/anti-androgène sans perdre de poids si vous voulez. Vous avez certainement besoin d’ajuster certaines choses, d’apprendre à manger à IG modéré mais avec de « bonnes » graisses, si ce n’est pas ce que vous souhaitez (la perte de poids). Mais ce qui est sûr, si ce que vous souhaitez est arrêter la pilule, vos efforts vers moins d’inflammation et l’exercice physique, c’est bien. Votre foie peut prendre un peu de repos, et quand vous arrêterez l’état de votre foie, c’est important….

  10. Poppie 20 Oct, 2019 à 7:16

    Bonjour Emmanelle, j’ai enfin arrêté Androcur (on m’a déclaré un menongiome mais malgré tout j’avais trop peur d’arrêter). Mon medecin m’a dit pas de sucre pas d’acné. Il m’a conseillé d’arreter tout sucre (fruit feculent), de manger bcp de bonne viande, poisson gras, huile de coco. Les légumes que je supporte. Et m’a donné bcp de complements de vitamines zinc pensee sauvage bardane omega 3 etc….. je prends aussi de l’ashwaganda et des fleurs de bach pr le stress et cours tous les jours
    Qu’en pensez-vous?
    J’ai tellement peur que tout redevienne comme avant où je ne me supportais plus…..
    Je vous remercie par avance,
    POPPIE

  11. toujas 02 Août, 2019 à 6:15

    bonjours emanuelle, ou faut il chercher quand le bilan hormonal est dans les normes ? comment savoir d’ou cette inflamation vient ? quel test faire ?

  12. Lisa 01 Août, 2019 à 4:09

    Bonjours Emmanuelle j’ai arrêter Jasmine il y a un anniversaire car aucun effet sur la peau . Bilan hormonale tout est normal et aussi pas de sopk . Je mange sans gluten sens lait bol 2l d’eau par jour je ne mange pas beaucoup de sucre et peu de viande . Je remarque que ma peau va mieux depuis quelques mois mais avant les règles pendant une semaine j’ai vraiment beaucoup de boutons os de gros boutons enflammé mais des petit point noirs q il s’infectent et des boutons rouges 2 par jours ! Comment limiter les dégâts ? A chaque règles c’est pareil et ce depuis 3 mois cela me fait des ciractrices très dur à faire partir j’ai arrêter le zinc sue j’ai pris 8 mois mais là je n’en l’en sort pas . Aidez mois svp

  13. POPPIE 27 Juil, 2019 à 12:34

    Bonjour Emmanuelle, je vous suis depuis des années: merci beaucoup pour votre site.
    Je suis sous androcur depuis 13 ans pour une acné resistante. C’est étrange je pouvais être 6 mois avec une peau parfaite et d’un coup cela revenait. Avant de commencer Androcur j’en étais arrivée à un point où j’étais défigurée et ne sentais pas bon. Les medecins n’ont jamais compris d’où cela venait car je n’ai pas le profil a priori.
    Suite aux découvertes récentes sur l’androcur j’ai passé mercredi une irm cérébrale et on m’a trouvé un méningiome.
    Je suis terrorisée à l’idée d’arreter mon médicament. D’aller travailler defigurée. C’est un cauchemar.
    Je mange depuis 5 ans tel que vous le conseillez dans votre site et. Pensez vous que cela pourra limiter les dégâts de l’arret du traitement? Auriez-vous des conseils pour eviter la grosse poussée d’acné?
    Je vous remercie d’avance pour votre réponse.
    Poppie (36 ans)

    • Emanuelle Haudegond 28 Juil, 2019 à 7:00

      Bonjour Poppie, je suis désolée d’entendre votre parcours. Je pense que si vous mangez à index glycémique modéré depuis 5 ans, il est probable que votre acné soit dû à autre chose que l’insulino-résistance. J’aurais cependant tendance à vous recommander de continuer pour l’instant, parce que cela limite toujours l’ampleur de l’acné. En revanche, il y a vraisemblablement quelque chose d’autre derrière. Un problème d’intolérance alimentaire ? Une inflammation ? Un souci thyroïdien ? Une exposition à des perturbateurs endocriniens ? Mon programme sur l’équilibre hormonal, prévu en automne, devrait vous apporter de précieuses informations. Je pense que vous devriez vous y intéresser à sa sortie, car cela me permettra de vous aiguiller. En attendant, en cette période de sevrage, mon conseil de base est d’agir sur le foie et d’apporter du magnésium et du zinc. La silymarine, le magnésium cutané et le zinc chelaté, en cure de 3 mois, seraient mes premiers réflexes à ce stade. Ils ne peuvent qu’aider, en attendant le programme.

      • Poppie 29 Juil, 2019 à 9:35

        Bonjour Emmanuelle, et merci pour votre réponse rapide.
        En réalité je mange à IG bas depuis 5 ans mais sans avoir de problème de peau car je suis sous Androcur.
        Je l’arrête d’ici quelques jours… et je vais voir si ce mode d’alimentation m’évite une grosse rechute de l’acné. Ca va être le test, je vous tiendrai au courant (je ne mange plus de produits transformés depuis 5 ans, plus de sucre, céréales complets et bio et lait de brebis un peu seulement et j’ai fait de nombreuses cure de MSM).
        J’ai arrêté le gluten et le lait depuis 2 semaines car je me doutais que l’IRM serait mauvaise.
        Je suis les conseils de votre guide d’arrêt de la pilule. Je me fais des menus, des green smoohies.
        j’ai pris rdv chez la naturopathe. Je vais commander les produits que vous me conseillez et m’inscrire à votre programme dès qu’il sortira.
        j’ai beau être terrifiée à l’idée d’arrêter, je suis heureuse de me débarrasser de ces hormones.

  14. Lea 19 Mai, 2019 à 6:15

    Bonjour Emanuelle et toute l’équipe,
    Merci de votre temps et de vos précieux conseils,

    J’ai 22ans; j’ai arrêté ma pilule il y a maintenant 6 mois et je commence depuis 2-3 mois à avoir une poussée d’acné, c’est pour cela que je l’avais commencé il y a 5ans suite au conseil de ma Gyneco…
    Je n’ai toujours pas le retour de mes règles depuis, aucun saignements, rien!
    Je ne sais pas trop par quoi commencer de plus je suis en Australie depuis 6mois et encore pour 6 autres. J’ai commandé sur un site français un pendentif censé rééquilibrer les hormones (principe de la Réinformation Vibratoire) mais je ne sais pas du tout si ça va fonctionner.
    Ne voulant pas prendre de médicament j’ai également commencé une cure de gattilier il y a un mois + de la vitamine C.
    J’utilise depuis peu des produits skincare (lotion salicylic toner, glycolic acid 8% et de l’acide hyaluronic), ils aident pas mal mais ça règle pas la source du problème…
    Par quoi dois-je commencer?
    Merci encore mille fois pour ce que vous faites, je trouve ça formidable et surtout d’une grande aide!
    Léa

    • Emanuelle Haudegond 23 Mai, 2019 à 2:59

      Bonjour Léa, si le problème persiste malgré le gattilier, il faudra aller chez le médecin. Il est possible que la pilule ait masqué un souci pré-existant. Je vois beaucoup de jeunes femmes souffrir ainsi de syndrome des ovaires polykystiques. Cela ne veut pas dire que c’est votre cas, mais il faudra vérifier. Je parle du SOPK dans beaucoup d’articles, en faisant une recherche sur Google SOPK + beaute-pure, vous devriez les trouver. Bonne chance en attendant, et si vous avez besoin de moi, je reste à l’écoute…

      • Lea 26 Mai, 2019 à 6:07

        Bonjour Emanuelle,
        Merci de votre réponse!
        J’ai lu et regardé pas mal de chose que vous avez partagé sur le SOPK, il est en effet fort probable que ça me concerne…
        La grosse question c’est : est-il possible de déclencher mes règles naturellement?
        J’ai peur de voir un médecin et qu’il me redonne des hormones artificielles…
        Merci de votre temps, j’attends avec impatience mon colis pour commencer ma nouvelle « routine beauté » et compte faire des analyses dès le retour de mon road trip
        Bien à vous
        Léa

  15. pascale 21 Avr, 2019 à 9:34

    bonjour Emmanuelle,
    j’ai arrêté la pilule triafemi (que je prenais suite à l’arrêt de la commercialisation de diane 35) depuis 3 mois . j’ai 29 ans et j’ai commencé la pilule (diane 35) à 18 ans , pour une acné modérée.
    aujourd’hui, quelques boutons sont revenus , sur le visage (tempes et bas des mâchoires essentiellement) et épaules. Pour l’instant, rien de trop problématique, mais j’ai peur que cela empire. Jusqu’à combien de temps après l’arrêt de la pilule , les effets négatifs peuvent-il apparaître ?
    De plus , mes cheveux tombent énormément (j’en avait déjà perdu beaucoup lors de la prise de diane , puis de triafémi, environ la moitié de ma masse de cheveux).
    que puis je faire pour contrer cette chute de cheveux?;

    je viens de découvrir qu’on pouvait arrêter la pilule progressivement . je regrette de ne pas l’avoir su avant !

    merci

    • Emanuelle Haudegond 28 Avr, 2019 à 12:17

      Bonjour Pascale, c’est généralement autour du 3 ème mois après l’arrêt qu’on commence à sentir les effets du sevrage, mais il n’y a pas de « moyen » pour savoir combien de temps cela va durer, c’est éminemment une question individuelle. Pour la perte de cheveux : veiller à ne pas avoir de carences (c’est courant après la pilule) et pas d’androgènes excédentaires (donc éviter le sucre, et le stress à tout prix). Je vous renvoie également à l’article sur le sujet.

  16. Nathurelle 14 Fév, 2019 à 11:43

    Bonjour,

    J’espère que vous aurez la possibilité de me répondre car je traverse une période vraiment difficile actuellement !

    J’ai pris le générique de jasminelle suite à un arrêt de Jasmine qui a occasionné beaucoup d’acné. Il se trouve que cette pilule me donnait un très fort taux de cholestérol donc mon médecin a refusé catégoriquement de me la prescrire à nouveau. Je me suis retrouvée à devoir arrêter la pilule. Il me restait quelques plaquettes donc je me suis lancée dans un arrêt progressif sur huit mois en espaçant les prises, j’avais tellement peur d’un retour d’acné.
    Finalement l’arrêt progressif s’est bien passé, je perdais beaucoup mes cheveux cependant. J’ai arrêté la pilule définitivement début mai 2018. J’avais de temps en temps un bouton enflammé au moment des règles ou ovulation (j’ai été réglée tout de suite et régulièrement) six mois après l’arrêt de la pilule j’ai fait un bilan complet hormonal et tout est normal (même régulé par rapport à pendant la prise de la pilule).
    Cependant, depuis novembre 2018, les poussées ont été plus violente, plusieurs boules douloureuses apparaissent au moment de l’ovulation et avant les règles et la peau devient globalement granuleuse puis ça se calme et c’est le moment pour moi de gérer les cicatrices avant le retour des ennuis.
    La pire poussée a eu lieu ce mois-ci (j’ai vécu aussi un événement assez traumatisant donc ça peut être lié). j’ai eu d’abord la joue droite envahie (4 gros kystes qui ont laissé de belles marques) et là c’est le menton, 4 gros kystes boules douloureuses, qui ne désenfle pas pendant une semaine voir +.
    Quand je vois ma peau sans maquillage c’est vraiment dur, des marques rouges et marrons très marquées sur les joues, le menton, le haut du visage est parfait, le front est lisse (alors que j’avais la peau du front granuleuse sous pilule étrange).
    Tout est situé en bas du visage et se manifeste au moment de l’ovulation et des règles. J’ai eu peu de répit pendant ce cycle alors qu’avant j’avais plusieurs semaines sans poussée mais là ça a été vraiment horrible.
    J’ai 29 ans, je ne fume pas, je consomme très peu de produits laitiers voir pas du tout, j’ai déjà fait des tests d’allergie (prise de sang notamment) j’ai une allergie aux moisissures et aux acariens. Je fais du vélo tous les jours mais il faut que je me remettre au sport, je suis quelqu’un d’assez stressé/anxieux. Je dors bien (8Hminimum par nuit), je ne suis pas en surproids au contraire (environ 42 kg) je ne sais pas ma glycémie ni l’état de ma flore intestinale, je vis dans une ville polluée mais ça a toujours été le cas.
    J’espère vous avoir donné un maximum d’éléments
    J’ai très envie de prendre de la Spironolactone pour voir ce que cela ferait sur moi, je n’arrive pas à gérer cette poussée qui a été vraiment pire que les autres.

    Merci de votre aide

    • Juliane 27 Sep, 2019 à 5:43

      Bonjour Nathurelle,
      Est-ce que tu as finalement décidé d’essayer la spironolactone? Pourrais-tu me partager ton expérience?
      Merci

      • Nathurelle 12 Déc, 2019 à 10:18

        Bonjour Juliane 🙂 Désolée pour ce retour très tardif je n’étais pas revenue sur la page de l’article depuis voyant que je n’avais pas de retour. Je n’ai pas pris de Spironolactone, j’ai fait des examens pour voir si j’étais SOPK (échographie / Prise de sang / suivi sage femme) et il se trouve que non donc j’ai commencé une cure de gattilier avec ma sage femme et ça a été radical, les gros gros kystes sous cutané qui restaient deux mois ont cessé d’apparaître immédiatement, gros soulagement. Ce n’est pas non plus miraculeux car je continuais à avoir des petites poussées de boutons au moment de l’ovation et/ou règles. Mais ces poussées ont tendance à se calmer, les boutons se font de plus en plus petits, plus rares.. J’ai eu deux mois de peau parfaite à la rentrée et ce fut un vrai bonheur mais depuis novembre encore des petites poussées au moment de l’ovulation surtout (j’en sors à peine là c’est pénible..). Donc je suis loin d’être défigurée, mais quand même ces petites cicatrices qui s’accumulent et des petits boutons blancs de temps en temps font que je trouve le temps long. ça fait maintenant 18 mois que j’ai arrêté la pilule et je sais qu’il faut être patient mais c’est dur. Actuellement j’arrête le gattilier que j’ai pris très longtemps (Quasi 9 mois à la place des 6 prévus) et je commence une cure de L Glutamine avec des pro biotiques pour réparer un peu mes intestins suite à la prise de pilule. Généralement j’ai quand même deux semaines de peau parfaite dans le mois et deux semaines compliquées mais gérable dans l’ensemble. Je me demande juste si un jour ça s’arrête complètement…
        Sur une note plus positive je ne regrette pour RIEN au monde d’avoir arrêter la pilule et je suis heureuse du chemin parcouru, je pense que le plus dur est derrière moi. Je suis contente de ne pas avoir céder à la tentation roaccutane. Pour la spironolactone, pour le moment je préfère continuer à suivre la voie naturelle qui est longue mais voyant des améliorations je ne perds pas espoir.

  17. Maëlle 23 Jan, 2019 à 2:39

    Bonjour,

    Je me permets de et vou ecrire ici car je suis désemparée.
    En effet j’ai arrêté ma pilule varnoline continu en avril 2018 ( je la prenais depuis 2013). Pendant 4 mois‘ rien a signaler, pas d´acné, hormis des cycles irréguliers.( cycle de 45-60 jours)
    Début septembre l’acné a commencé au ressurgir, d’abord le’ cou et au niveau des tempes. Cependant ça reste léger.
    Aujourd’hui ça s’est aggravé malgré les choses changements opérés, tant au niveau de mon alimentation ( suppression du sucre, manger du bon gras, des fruits et légumes effilés bio ) qu’au niveau du nettoyage de la peau.
    Je dois dire qu’au niveau du sommeil, j’ai d’un mal m’endormir, je suis renfermée sur moi même, je ne pratique aucune activités physique. J’ai consulté mà gynécologue et il s’avère que j’ai des ovaires micropolykystiques. Elle m’à prescrit de la progestérone pour retrouver un cycle normal. Cependant j’ai refusé de la prendre.
    D’apres mon Naturopathe mon foie serait fatigué. Pour ça je dois prendre deux’ gouttes d’huile essentielle d’en citron à jeûn matin et soir.
    Pour mes règles qu’en je ?’ai pas eu depuis le 9 novembre, je dois prendre de la sauge sclarée 2 gouttes 1 fois par jour.
    Cependant je suis un peu perdue! Comment savoir si mon dérèglement hormonal est dû à un manque d’œstrogènes? Puisque la sauge imite les œstrogènes.
    A noter que j’ai de l´acné essentiellement du côté gauche au niveau du bas des tempes, et de gros boutons le long de ligne la des cheveux.
    A ce jour je ne sais plus quoi faire.
    Désolée pour ce long message, mais j’espérer vraiment que vous pourrez me fournir des pistes pour y voir plusieurs clair.
    Merci d’avance.

  18. Lili 17 Juin, 2018 à 8:35

    Bonjour, je laisse un commentaire en espérant avoir un éclairage de votre part. J’ai pris plusieurs pilules il y a quelques années (j’ai 25 ans) pour l’acné ou la contraception, typiquement diane 35 ya 10 ans puis Leeloo. Il s’avère que durant la prise et à l’arrêt je n’ai pas eu de résultats flagrants, en mieux ou pire. Par la suite vers 20 ans sans pillule j’ai commencé à développer des poils sur zones indésirables (mamelons, menton) sachant que j’étais déjà très poilue des jambes. Cette année pour cause de retards de règles chroniques, depuis toujours on peut dire (1 à 3 mois) j’effectue un bilan sanguin hormonal auprès du gyneco assez complet à J+3 puis J+21 mais pas avec les mêmes hormones à chaque fois. Il me prescrit au préalable Duphaston que j’ai pris 2 jours tellement je l’ai pas supporté. RAS a J+3 du cycle. A J+21 fer et vitamine D légèrement déficitaire mais surtout une testostérone très importante à 1,5 ml et 5,5 nmol (le double de la norme) Je vais voir mon généraliste qui me dit qu’il faudrait tester plusieurs fois pour que ce soit significatif et me conseille de prendre ma température tous les jours lol. Donc je me retrouve sans solutions et avec tous mes points noirs sur visage et dos, mes poils. Moi qui suis particulièrement addicte au sucre j’essaie de le réduire au cas où ça aurait une influence notable mais c’est très difficile. J’essaie aussi de manger plus de fruits et légumes. Que me conseillez vous ? Merci.

  19. Océane 11 Juin, 2018 à 4:46

    Bonjour Emmanuelle,

    Je suis tombée sur vos articles par hasard en essayant de trouver une solution à mon problème : l’Acné, oui avec un grand A parce qu’il me gache litterallement la vie !

    Tout d’abord (je vais essayer d’etre brève), j’ai arrété la pillule il y a 2 ans (j’ai 26 ans mtn), 6 mois après, lors d’un voyage en Australie, je me retrouve avec de l’acné inflammatoire (gros kystes qui font mal) de partout sur le visage, le decolleté et le dos… ca descendait meme sur le ventre et les bras, avec en plus une allergie solaire (tout petits boutons rouges localisés sur tout le haut du corps) = Confiance en moi – 8000000.
    Suite à ca, j’ai fais roaccutane (grosse Erreur), 9 mois de traitement pour qu’au final on me diagnostique SOPK, Nombreux kystes aux ovaires, anovulation, acné again….J’ai commencé a voir une naturo qui m’a mise sous homéopathie et j’ai commencé la sympto et la Lunaception (je reste plusieurs heures à la lumière de la pleine lune durant 3 jours) et ca à marché ! Deja un pb en moins !
    On m’a egalement posé un sterilet que je compte enlever tres prochainement car je le soupsonne de me donner de l’acné meme si ce n’est pas fondé et que tous les gyneco me disent le contraire… qu’en pensez vous ?

    J’ai completement changé mon alimentation, je mange le plus local et bio possible, surtout du cru et des jus de fruits et de légumes, je mange très peu de gluten, de sucres et de produits laitiers a cause de leur caractère inflammatoire.
    Niveau cosmetique, j’ai adopté depuis peu votre routine beauté.
    Je dois faire des analyses prochainement a savoir si je suis OPK confirmée (verifier les taux de LH, eostrogène, progesterone, testosterone, FSH…etc)
    J’ai simplement une petite question, grace à la reaparition de mes règles pensez vous que tout se remette en place progressivement (surtout au niveau de la peau) ? et que mes kystes au niveau des ovaires diminuent ?

    Merci pour tous vos conseils, j’ai bcp appris en lisant vos articles.

    • Lea 25 Mai, 2019 à 12:42

      Bonjour Océane,
      As-tu retrouvé tes règles grâce à l’homéopathie ?
      As-tu réussi à retrouver une belle peau?
      Merci de ta réponse
      Léa

  20. JR 06 Juin, 2018 à 9:06

    Bonjour à toutes,
    Mon parcours ; Diane 35 à 17 ans pour des problèmes d’acné puis changement de pilule pour des problèmes veineux, plusieurs pilules ont suivient.
    Puis arrête de la pilule, retour de l’acné, roacutane vers 21ans, peau parfaite, cheveux au top de leurs forme.
    Après la fin du traitement arrêté de la pilule, aucun effet négatif pendant 1 an environ après l’arret, sauf absence de règle pendant cette période, consultation de ma genico en 2015.
    Après plusieurs examens, je suis OPK. Pris de médicament pour déclencher mon cycle, ça a fonctionné et l’acné est revenue, changement de pilule peu dosé pour Belara (3generation) depuis 2 ans, aucun problème d’acne par contre perte de cheveux de plus en plus impressionnant…
    l’avis de mon médecin : cause : pilule
    Endocrino : cause OPK (il me propose 1/2 comprimé d’endocur pendant 21 jours)
    Genico : aucun avis c’est normal
    Honnêtement, la chute de cheveux est tellement importante que je redoute d’aller me laver les cheveux, j’en pleure.
    Je broie du noir depuis plusieurs mois, je ne me reconnais plus.. je ne sais quoi faire.. qui écouter…
    J’aimerai trouver le juste équilibre pour me sentir à nouveau bien dans ma peau. Quelqu’un avec les mêmes problèmes ? Des avis sur belara ?
    Endocur ? Merci d’avoir pris le temps de me lire

  21. Elise 29 Avr, 2018 à 7:03

    Bonjour, comment peut on connaître si l on a une sensibilité à certaines hormones à partir du moment où la prise de sang ne révèle aucun déséquilibre flagrant? Où chercher? Merci!

    • Emanuelle Haudegond 30 Avr, 2018 à 12:55

      Bonjour Elise, c’est généralement un signe d’inflammation généralisée : la cause d’une inflammation peut être diverse. Cela peut être par exemple dû à une intolérance alimentaire non détectée…

  22. julia Ancora 08 Avr, 2018 à 9:43

    Bonjour,
    je suis julia j’ai 21 ans et j’aai une forte acné qui est revenue depuis au moins 1 an. Elle s’accentue petit à petit malgré une alimentation plus saine et restreinte pour la peau.
    J’ai déjà pris roaccutane et diane 35 et je ne veux plus jamais les prendre ( déreglement hormonal) j’ai également une hypothyroidie et je pense très sincerement que c’est ces deux produits toxiques qui me l’ont amené…
    Mes résultats sanguins sont normaux ( taux normaux de testo et oestrogènes mais Progesterone un peu basse je pense) Je prends actuellement le Gattilier ( 3 gel par jour) et je ne voies pas d’amélioration…. je crois même voir le contraire…

    Je ne sais pas du tout si ça vient de mes hormones mâles ou femelles donc je ne sais pas si je dois me tourner vers des anti-androgènes ou alors cela viendrai des xénoestrogènes?

    L’endocrinologue m’a fait passer un test OPK et je ne l’ai pas heureusement mais en même temps cela me complique le diagnostique…

    merci
    Julia

Les commentaires sont clos.

Méthode gratuite 7 étapes + Communauté Facebook

Éliminez votre acné au naturel !

JE COMMENCE MIANTENANT

Titre

Aller en haut