Carence en vitamine D : attention, acné !

S’il y a bien une carence à éviter pour l’acné, c’est celle en vitamine D.

J’expliquais sur Instagram pourquoi :

Pourtant en hiver en France métropolitaine, 1 adulte sur 4 seulement atteindrait un seuil adéquat de vitamine D (1) !

Je voudrais évoquer aujourd’hui :

  • les raisons qui me poussent à systématiquement faire évaluer la vitamine D chez mes clientes souffrant d’acné
  • vous apprendre à évaluer vos risques
  • ma stratégie pour remonter son taux (et pourquoi je pense que les ampoules de votre médecin ne sont pas toujours la meilleure solution !)

Pourquoi la vitamine D est critique en cas d’acné

La science est claire : la carence en vitamine D est beaucoup plus commune auprès des personnes souffrant d’acné que celles qui n’en souffrent pas.

Cela a été établi dans plusieurs études, en Corée du sud (2), en Turquie (3) et Égypte (4)

Franchement, cela n’a rien d’étonnant : la vitamine D, c’est le St Graal pour l’acné !

Elle a des propriétés anti-inflammatoires (5), nous permet d’éviter la résistance à l’insuline (6), elle améliore notre immunité (7) et permet à nos intestins de produire d’autres vitamines (8).

Ces bienfaits sont particulièrement indispensables à toute personne souffrant d’acné.

Êtes-vous carencée en vitamine D ?

Si vous vivez en métropole, il y a de forts risques.

En effet, 80% de la synthèse de vitamine D s’effectue par la peau, 20% seulement par l’alimentation.

À la belle saison, pas de problèmes. On peut s’exposer au soleil de manière sécuritaire pour synthétiser la vitamine D (et non, il ne faut pas exposer votre visage). J’avais expliqué comment ici.

Le problème, c’est qu’en hiver, même si vous vivez au sud de la France, le changement de longueur d’onde des ultraviolets ne vous permet plus de la synthétiser. C’est fichu.

Il existe aussi des éléments qui vont accentuer votre risque de carence : votre âge, votre poids et plein de petites choses insolites, comme votre consommation de champignons, votre mental ou la couleur de votre peau.

Vous voulez savoir si vous êtes à risque, et pourquoi ?

J’ai créé ce petit quiz informel, n’hésitez pas à le passer !

Bien sûr, pour valider l’hypothèse d’une carence, il faudra aller chez votre médecin et vous faire tester.

Être carencée, c’est quoi ?

Ce serait beaucoup plus simple s’il y a avait un consensus. Mais ce n’est pas vraiment le cas.

En France, votre médecin considèrera généralement que :

  • lorsque votre taux de vitamine D est inférieur à 30 ng/ml, vous êtes en  insuffisance
  • lorsqu’il est inférieur à 15 ng/ml, vous êtes en déficit modéré à sévère en vitamine D

Mais cela veut-il dire qu’il suffit d’avoir plus de 30 ng/ml pour être en bonne santé ?

Non ! C’est ce pensent certains médecins, dits fonctionnels. Ces médecins pensent que le taux optimal de vitamine D devrait être sensiblement plus élevé. Ils recommandent des taux entre 40 et 70 ng/ml  (Dr. Hyman, Dr. Kresser) voire entre 60 et 90 ng/ml (Dr. Daniel).

En bref : il vous faut au moins 30 ng/ml mais de nombreux médecins pensent qu’un taux sensiblement supérieur est préférable.

Comment faire remonter son taux de vitamine D pour éviter l’acné?

En été, pas de problème. Une simple exposition au soleil d’été du corps entier pendant 15 à 20 minutes suffit à produire jusqu’à 15 000 UI (unités internationales) de vitamine D. Un bain de soleil tous les jours fait remonter vos taux rapidement.

Le problème est en hiver. Même s’il fait beau, vous ne synthétiserez pas la vitamine D. Ceci est dû à l’angle par lequel les rayons du soleil pénètrent sur la Terre. Plus l’axe est horizontal, plus l’atmosphère terrestre bloque les UVB.

Bref, en hiver, pas de synthèse à partir de l’exposition solaire !

Il faudra attendre Avril pour un peu d’espoir:)

Les produits complémentaires sont souvent nécessaires

Certes, on peut mettre l’accent sur les aliments riches en vitamine D.

Voici un classement par ordre de richesse en vitamine D des aliments auxquels vous pouvez penser au quotidien :

  • L’huile de fois de morue
  • Le saumon
  • Le maquereau
  • Les sardines
  • Les oeufs
  • Les champignons

Cependant, même en consommant du poisson tous les jours, il vous sera quasiment impossible d’obtenir une dose suffisante vitamine D en hiver.

C’est pourquoi il est souvent nécessaire de penser aux produits complémentaires.

Attention cependant :  les compléments alimentaires contenant de la vitamine D peuvent exposer à des apports trop élevés et provoquer une hypercalcémie, c’est à dire un taux trop élevé de calcium dans le sang. Il est important de ne pas dépasser certaines doses. On s’accorde ainsi sur le fait qu’une prise supérieure ou égale à 10 000 UI par jour pendant longtemps (prise supérieure à un mois) peut être dangereuse.

Dans tous les cas, avant de décider d’une prise de vitamine D en complément, il est important d’en parler à votre médecin, de vous faire tester et de vous faire suivre par lui.

Quel complément de vitamine D préférer ?

La science a démontré que la vitamine D3 est la forme qui s’apparente le plus à la vitamine D naturellement fabriquée par le corps (cholécalciférol).

Ses effets seraient plus durables que les autres formes de vitamine D.

Cependant, il est important qu’elle soit associée à un corps gras, car la vitamine D est une vitamine liposoluble.

Il existe deux types de compléments alimentaires de vitamine D3 sous forme liquide, dans un corps gras :

  • les compléments fabriqués à partir de lanoline
  • ceux extraits du lichen boréal, le seul végétal à contenir naturellement de la vitamine D3

Personnellement, je ne suis pas une grande fan de ceux à base de lanoline. La lanoline, c’est de la graisse de mouton. Elle est issue généralement des élevages intensifs animaux. On peut donc y trouver des médicaments ou des hormones administrés aux animaux.

C’est pourquoi je privilégie ceux à base de lichen boréal, avec une certification bio. Ce sont ceux que je recommande à mes clientes et que vous trouverez donc en boutique de beaute-pure.

Ampoule unidose ou pas ?

Une fois votre taux de vitamine D sanguin testé, s’il s’avère que vous êtes en carence, votre médecin vous prescrira souvent en France une ampoule unidose de vitamine (UVEDOSE).

Ces ampoules contiennent une grande quantité de vitamine D à prendre en une prise (50000 ou 100000 UI de vitamine D3, ce qui représente un dosage très élevé).

Pourtant, de nombreux spécialistes pensent que cette approche n’est pas parfaite.

En effet, il semblerait que l’efficacité de ce type d’ampoule soit temporaire.

Après avoir augmenté très brusquement lors des 2 premières semaines, le taux de vitamine D retomberait dans la zone de déficit au bout de seulement 3 semaines.

C’est ce qu’établit cet excellent article du journaliste scientifique Julien Venesson.

En clair, ce type de prise ne permettrait pas de lutter contre les carences (9). Il faudrait lui préférer des petites doses quotidiennes.

Quel dosage de vitamine D3 ?

C’est la question à mille euros.

Avant tout, la quantité d’UI de vitamine D souhaitable chaque jour dépend de votre taux de départ. C’est pourquoi il faut se faire tester. Vous n’avez pas les mêmes besoins si vous êtes fortement carencée que si votre taux est supérieur à 30 ng/ml.

Surtout, les recommandations varient selon les différentes organisations sanitaires et les pays. La France est notoirement très frileuse en la matière.

Voici les recommandations Nord-américaines et Canadiennes :

En clair, pour ces pays, dès 9 ans, la dose quotidienne « de maintenance » l’hiver est de 4000 UI/par jour.
Si l’on est carencée, il est d’usage de commencer par des doses plus importantes (pendant 2 à 3 semaines) puis de passer à ces doses de maintenance, tout en étant suivie.

Ce que je fais à titre personnel :

Premièrement, je m’inspire  des recommandations émises par le mouvement  #VitaminD4All.

Le 7 décembre 2020, 210 personnalités internationales, dont 127 médecins, regroupées sous la bannière du mouvement #VitaminD4All, ont publié un manifeste.

Il s’agissait d’une déclaration dans l’optique d’une protection contre la COVID-19 mais elle est basée sur un consensus international en matière de vitamine D et ses bienfaits pour la santé en général.
Ce manifeste demande que :
  • l’on vise un taux sanguin de 30 ng/mL (75 nmol/L) de 25(OH)D pour tous ;
  • toute personne non supplémentée commence par la prise quotidienne de 10 000 UI (250 µg) pendant 2 à 3 semaines jusqu’à obtenir un taux sanguin de 30 ng/mL ;
  •  ces personnes enchaînent avec la prise quotidienne de 4 000 UI de vitamine D (100 µg), ou au moins 2 000 UI, pour maintenir ce taux sanguin ;
  • les personnes les plus à risque de déficit prennent 2 fois cette dose (avec contrôle sanguin pour éviter les surdosages)

C’est ainsi qu’après m’être fait testée – mon taux étant de 20 ng/mL mi décembre – j’ai commencé par une prise quotidienne de 10 000 UI (250 µg) pendant 3 semaines puis je suis passée à 4 000 UI (100 µg) depuis.

Et la suite des évènements, c’est quoi ?

Dans un deuxième temps, je veille à ce que mes apports de magnésium soient suffisants.

En effet,  la vitamine D et le magnésium « travaillent » ensemble.

Si l’on est stressé, on perd facilement son magnésium, et cela augmente ainsi le risque de carence en vitamine D.

Je fais donc une cure de magnésium en parallèle. Je préfère le magnésium transcutané, dont l’action est rapide.

 

Mais en février, j’entends me faire retester (analyse sanguine) pour vérifier que mon taux de vitamine D est optimal.

Et surtout, dès les beaux jours, je reprends l’exposition solaire sur le corps.

J’ai trop hâte, pas vous ?

Références

(1) https://www.inserm.fr/actualite/bonnes-attitudes-contre-carence-en-vitamine/

(2) Comparison of Vitamin D Levels in Patients with and without Acne: A Case-Control Study Combined with a Randomized Controlled TrialAugust 2016PLoS ONE 11(8):e0161162 DOI:10.1371/journal.pone.0161162

(3)  Preliminary evidence for vitamin D deficiency in nodulocystic acne
Mustafa Turgut Yildizgören1,* and Arzu Karatas Togral2 Dermatoendocrinol. 2014 Jan-Dec; 6(1): e983687.
Published online 2015 Jan 14. doi: 10.4161/derm.29799

(4) The impact of active vitamin D administration on the clinical outcomes of acne vulgaris
Amal Ahmed Mohamed 1, Eman Mohamed Salah Ahmed 2, Rasha T A Abdel-Aziz 3, Halaa H Eldeeb Abdallah 4, Hadeel El-Hanafi 5, Ghada Hussein 6, Maggie M Abbassi 7, Radwa El Borolossy 8 Randomized Controlled Trial J Dermatolog Treat
. 2021 Nov;32(7):756-761. doi: 10.1080/09546634.2019.1708852. Epub 2020 Jan 3.

(5) IMMUNOMODULATORY EFFECTS OF VITAMIN D ON SKIN INFLAMMATION
E Toniato 1, E Spinas 2, A Saggini 3, S K Kritas 4, A Caraffa 5, P Antinolfi 5, R Saggini 6, F Pandolfi 7, P Conti 8 J Biol Regul Homeost Agents
. Jul-Sep 2015;29(3):563-7.

(6) Role of Vitamin D in Insulin Resistance
Chih-Chien Sung,1 Min-Tser Liao,2 Kuo-Cheng Lu,3 and Chia-Chao Wu BioMed Research International / 2012 / Article

(7) Toll-like receptor triggering of a vitamin D-mediated human antimicrobial response. Liu PT, Stenger S, Li H, Wenzel L, Tan BH, Krutzik SR et al. Science 2006; 311: 1770-3.

(8) Vitamin D deficiency changes the intestinal microbiome reducing B vitamin production in the gut. The resulting lack of pantothenic acid adversely affects the immune system, producing a « pro-inflammatory » state associated with atherosclerosis and autoimmunity. S C Gominak 2016 Sep;94:103-7.doi: 10.1016/j.mehy.2016.07.007. Epub 2016 Jul 14.

Partagez cet article !

À propos de l'auteur : Emanuelle Haudegond

Emanuelle Haudegond est la fondatrice de beaute-pure.com, un site dédié au bien-être féminin hormonal naturel et à la beauté de la peau. Spécialiste de la peau, diplômée de l'état de Californie, elle a longtemps travaillé auprès de dermatologues et de chirurgiens plasticiens avant de fonder sa propre clinique de soins à Los Angeles. Elle a ainsi aidé des milliers de femmes de tous âges à retrouver santé de la peau et bien-être à chaque étape de la vie. Passionnée par la peau, guidée par des principes naturopathiques, elle donne au fil des articles de beaute-pure.com ses astuces pour une peau magnifique. Ancienne acnéïque, elle partage dans sa méthode "7 étapes vers une peau sans acné" sa philosophie d'un combat contre l'acné au naturel. Vous trouverez également dans son e-boutique une sélection de ses produits de soins préférés, adaptés aux peaux à problèmes, et des compléments alimentaires brevetés.

La méthode !

Vers une peau sans acné en 7 étapes

Découvrez comment des milliers de femmes se sont délivrées de leur acné sans produits agressifs ni médicaments. Sûr, simple, et efficace

JE COMMENCE !

Titre

Aller en haut