Comment combattre l’acné rosacée (naturopathie)

Vous avez des boutons, mais également une peau extrêmement sensible, des bouffées de chaleur cutanée, et de la rougeur en permanence ? Vous ne souffrez peut-être pas d’acné, mais d’acné rosacée. Cela change tout, et il est possible qu’une autre approche, de l’intérieur, puisse vous aider.

L’acné rosacée est une condition de peau inflammatoire, caractérisée par de la rougeur au visage et de la sensibilité.

Cette condition est de plus en plus fréquente (1), et elle est très difficile à vivre. Surtout, elle aime beaucoup brouiller les pistes.

  • L’acné rosacée est souvent peu visible sur une peau jeune, et peut donc rester longtemps insoupçonnée. Elle a tendance à empirer après 30 ans, et c’est généralement après cet âge qu’elle est remarquée. Chez la femme, dès la péri-ménopause (qui peut commencer 10 ans avant la ménopause, donc souvent dès le début quarantaine), sous l’influence de la perte de progestérone, la rosacée a tendance à s’enflammer.
  • Appelée « la malédiction des celtes »dans la culture populaire, elle a tendance à affecter les personnes à la peau pâle. Mais on la trouvera parfois également chez des personnes à la peau plus foncée (2).
  • Malgré son nom, elle ne doit surtout pas être confondue avec l’acné vulgaire. L’acné rosacée se caractérise par des « flushs » : d’embarrassantes bouffées de chaleur qui embrasent la peau et la rende facilement écarlate. Elle est accompagnée également d’une hyper-sensibilité de la peau, rendant tout choix de produit cosmétique très difficile.

C’est pourquoi si votre peau est rouge et vous avez des boutons, le premier bon réflexe, c’est d’aller voir un dermatologue. En général, une simple observation clinique lui permettra de poser le diagnostique, qui est indispensable.

Veillez donc à être sûr(e) de votre condition, et à écouter ses conseils. Une double approche est souvent ce qui donne les meilleurs résultats.

Quelques faits sur l’acné rosacée

L’évolution

1. C’est une affection de la peau qui est évolutive. En d’autres termes, elle a tendance à s’aggraver, ce qui rend la prévention essentielle. La médecine allopathique recommandera avant tout d’éviter les facteurs aggravants, comme l’alcool, les aliments épicés, les écarts de température, l’exposition solaire.

Mal comprise

2. On ne comprend pas très bien les causes de l’acné rosacée. On reconnait son caractère inflammatoire et vasculaire, mais les différentes théories, incriminant la présence d’un parasite cutané (Démodex) et une bactérie de l’estomac (Helicobacter pylori) restent non prouvées.

Pas de traitement définitif

3. Il n’y pas de traitements capable de guérir de manière définitive la rosacée. C’est pourquoi la plupart des traitements allopathiques s’appuient sur :

  • Des traitements locaux (Metronidazol, Acide azélaïque) et  des traitements par voie générale (antifongiques, antibiotiques) pour endiguer les crises et combattre les boutons.
  • Des lasers vasculaires ou de la lumière pulsée pour atténuer les rougeurs.

Ce que je recommande quand on vient me voir en cas d’acné rosacée (approche naturopathique)

L’acné rosacée présente deux caractéristiques indiscutables : c’est un problème inflammatoire et vasculaire. C’est pourquoi une approche interne, visant à réduire l’inflammation et à renforcer la santé du système veineux (qui dépend du foie) est à mon sens indispensable.

Mon conseil est avant tout d’adopter un mode de vie anti-inflammatoire dont voici les points principaux :

1. Alimentation anti-inflammatoire

Pas de sucre, d’aliments à index glycémique élevé, de gluten, d’alcool et de produits laitiers. Ce sont les aliments les plus inflammatoires, et aussi ceux auxquels on est le plus souvent intolérants. Ces aliments sont riches en acide arachidonique qui augmente les prostaglandines E2 (un métabolite de l’acide arachidonique pro-inflammatoire). Le gluten doit souvent être totalement évité, car une exposition même minime et intermittente peut relancer la condition.
– Les fruits et surtout les légumes frais BIO, dont une partie crus, sont anti-inflammatoires et « alimentent » les bonnes bactéries de votre flore intestinale, très importante à ce stade.
– Consommez beaucoup oméga-3. Soit dans les graines ou les huiles de lin, de chanvre, ou dans des poissons tels que sardine, hareng, l’anchois, maquereau, saumon, truite sauvage. Un déséquilibre dans le rapport d’oméga-6 et d’oméga-3 peut contribuer à augmenter l’inflammation par la production des prostaglandines E2. Au besoin, pensez à une supplémentation en omega-3, avec une formule plus riche en EPA que DHA, comme celle-ci.
– Le zinc est un micronutrient dont le rôle modérateur de l’inflammation a été prouvé (3). Les huitres, le germe de blé, les graines de courge, les lentilles en sont riches. Au besoin, une supplémentation en zinc peut être envisagée. Une supplémentation en zinc, à la dose relativement faible de 20 mg par jour, a permis sur une période de 3 mois une diminution d’environ 75 % des symptômes de rosacée (4).
– Être très généreux avec toutes les herbes et épices anti-inflammatoires (si tolérés bien sûr) : curcuma, ail, gingembre, oignons, carottes, tous les choux.
– Boire du thé vert plutôt que du café (pas plus de 3 tasses par jour) (5)

2. Reconstituer une flore intestinale en bonne santé

C’est un des points où l’approche naturelle diffère de l’approche allopathique. En effet,  selon de nombreux naturopathes, dont  J.E. Pizzorno, la rosacée est souvent la conséquence d’un problème d’origine alimentaire ou digestive. Dès lors, reconstituer la flore intestinale est un geste indispensable. Or la prise d’antibiotiques, souvent préconisée en médecine allopathique, nuit à l’équilibre de cette flore…

– Identifier les possibles intolérances alimentaires : les personnes souffrant d’intolérances alimentaires et/ou de maladie des intestins sont les plus susceptibles de souffrir de rosacée. Au besoin, consulter pour demander des tests d’intolérance (hélas peu remboursés, assez chers et souvent peu fiables) ou éliminer d’abord les 4 groupes les plus susceptibles de déclencher une intolérance (gluten, sucre, alcool, produits laitiers… oeufs chez certaines personnes) et si une amélioration ne se fait pas ressentir au bout de 4/5 semaines, penser aux tests.
Ne pas prendre si possible la pilule contraceptive, néfaste à la flore intestinale (6) et/ou d’antibiotiques.
– Manger des aliments lacto-fermentés (et donc s’en fabriquer régulièrement).
– Prendre des probiotiques, au moins 3 cures par an.
– S’assurer qu’on fabrique assez d’acides digestifs : si vous souffrez de reflux ou de ballonnements, prendre éventuellement de la bétaine hydrochloride.

3. Contrôle du stress

Contrôlez le stress, qui est toujours un facteur aggravant. Il agit comme de l’essence jetée sur le feu.

  • Faites-vous masser au moins une fois par mois.
  • Pour les femmes : passez assez du temps avec d’autres femmes (ce qui stimule l’ocytocine, hormone qui nous protège en cas de stress).
  • Pratiquez une activité physique modérée (la marche tous les jours est idéale).
  • La méditation ou de la cohérence cardiaque ont un effet reconnu médicalement sur notre perception du stress. Il suffit de 10 minutes par jour pour en bénéficier des bienfaits.
  • Prendre du magnésium de manière régulière (2 à 3 cures par an minimum)

4. Evitez les toxines environnementales (pesticides, plastiques, mercure…)

5. Portez un écran solaire tous les jours dès les premiers rayons de soleil.

6. Ne pas fumer….

Compléments alimentaires anti-inflammatoires

Attention : les compléments ne se substituent en aucun cas au mode de vie, qui doit toujours être la base de tout. Ils sont complémentaires seulement. Si on choisit de les utiliser, procéder par cures à alterner, pas ensemble.

Seules les prises de probiotiques, d’omega-3 et de magnésium peuvent être combinée à un de ces compléments :

Opti-MSM : cure de 2 à 3 mois (je recommande généralement de commencer par celui-ci, car il agit sur plusieurs facteurs en même temps, dont le foie, et son efficacité est reportée largement). Par ailleurs, l’utilité du MSM en application locale a été prouvée (7).

Zinc : cure de 2 mois

Curcuma : cure de 2 mois

Que mettre sur sa peau ?

D’une manière générale, il vaut mieux être très minimaliste coté produits cosmétiques quand on souffre d’acné rosacée.

Les médicaments topiques restent souvent indispensables en cas de crise.

Comment se constituer un routine de soin ?

Mes conseils au niveau produits dépendent essentiellement de l’intensité de la rosacée. J’utilise les critères suivants pour déterminer l’intensité (attention, il s’agit de critères personnels) :

– Stade 1 : Pre-rosacée : peau sensible, avec tendance au bouffées de chaleur, flush ou bouffées vaso-motrices occasionnelles (moins d’une fois par semaine)

– Stade 2 : Rosacée légère : peau sensible, avec bouffées de chaleur, flush ou bouffées vaso-motrices fréquentes (plus d’une fois par semaine)

– Stade 3 : Rosacée modérée : rougeurs permanentes avec bouffées de chaleurs, flush ou bouffées vaso-motrices fréquentes.

– Stade 4 : Rosacée sévère : rougeurs permanentes avec bouffées de chaleurs, flush ou bouffées vaso-motrices fréquentes, avec boutons et pointes de pus (très commune chez les femmes après 30-40 ans).

– Stade 5 : Rosacée très sévère : outre différents signes des stades 1,2, 3, 4, ce stade s’accompagne de signes complémentaires : par exemple une tendance à l’oedème (rétention d’eau, visage enflé), et/ou une peau épaissie (particulièrement autour du nez), et/ou une peau granuleuse au toucher.

– Stade 6 : Rosacée hyperthrophique : Rhinophyma ou phase hypertrophique d’épaississement des tissus du nez. Il est rare d’arriver au stade 6, et cela concerne généralement les hommes.

Quelques considérations :

Comme l’important est d’apaiser l’inflammation et que c’est essentiellement un travail interne, on choisira peu de produits. On les prendra de qualité (privilégier le bio si possible) et on gardera que les fonctions essentielles :

  • se nettoyer
  • hydrater

Une sélection personnelle…

Pour se nettoyer :

Pas de soucis pour le stade 1, qui peut utiliser un bon savon saponifié à froid doux, comme le savon Lemme bee de chez Groundsoap, enrichi en beurre de karité et en extraits d’avoine ou le Savon à froid à la Carotte fraîche N°5 de chez Savon Stories

Le stade 2 aimera généralement l’Oléogelée de chez Denovo, surtout si quelques boutons apparaissent parfois, car la Propolis a des propriétés antibactériennes assainissantes de l’épiderme.

Le stade 3 sera très heureux avec le Nettoyant Purifiant de chez Gressa, dont la base lavante est très douce et qui contient des eaux florales de Lavande, Calendula, Immortelle et Camomille.

Je commence à être frileuse dès le stade 4, car souvent à ce stade, même le rinçage à l’eau du robinet peut être problématique. Si l’eau du réseau est dure ou saturée en produits chimiques (zone urbaine, ou agriculture intensive), la peau peut réagir. C’est pourquoi dès ce stade, il peut être avantageux de ne pas utiliser de nettoyant qui se rincent.

Une solution peut être d’utiliser :

Une Eau micellaire, comme celle d’Ekia

L’autre solution est d’utiliser un Nettoyant à base d’huile, que l’on rince à la Japonaise, avec des compresses tièdes (le fait que ce nettoyant soit lipidique contrecarre l’agressivité éventuelle de l’eau).

J’aime beaucoup le Balancing cleanser de chez Gressa à cet effet . C’est un peu mon « nettoyant de confiance » quand la peau est très réactive et ne supporte plus grand chose. Les huiles de beauté utilisées : Ricin, Cameline, Courge, Eglantier, sont très thérapeutiques et apaisantes. Elles aident considérablement à reconstituer le film hydro-lipidique, souvent malmené à ce stade.

C’est donc mon nettoyant préféré dès le stade 4, et il l’est définitivement au stade 5 !

Pour s’hydrater

Vaste sujet !

Hydrater la peau rosacée peut être très épineux.

D’un coté, tout état de déshydratation, même léger, peut empirer la rosacée en déclenchant des bouffées.

De l’autre, la peau avec acné rosacée peut réagir à énormément d’ingrédients.

Quelques ingrédients à rechercher :

  • le zinc
  • l’aloe vera
  • le concombre
  • la réglisse
  • la camomille
  • le santal
  • sélénium
  • le bleuet
  • le thé vert

Les stades 1, 2 et 3 sont généralement heureux avec :

Encore une fois, les choses se compliquent dès le stade 4 ! J’ai plus confiance en des huiles végétales pures que des formules crèmes, qui ont forcément plus d’ingrédients et comportent donc davantage de risques de réactions.

Ma préférée en hydratation

Encore une fois, c’est un produit de chez Gressa qui remporte mes suffrages en ce moment à partir du stade 4 : l’Huile purifiante. C’est un mélange d’huiles de beauté et de plantes régénérantes : Eglantier, Cranberry, Macadamia, Sésame, Pépins de raisin, et de plantes apaisantes. On peut l’utiliser pure, ou mélangée dans une noisette de gel d’Aloe vera si on veut une texture plus légère. Elle est généralement très bien tolérée, et régénère visiblement.

Si la peau est très déshydratée

Pensez à l’hydrater de l’intérieur en complément. C’est efficace, et moins « dangereux » pour l’acné rosacée que d’utiliser une crème. Les huiles de Bourrache et d’Onagre peuvent aider, ainsi que les huiles de poisson. Une très bonne synergie, contenant des huiles de Saumon et de pépins de Framboise (anti-inflammatoire), du Zinc (apaisant), du Sélénium (régénérant) et de l’Astaxanthine (protectrice face au soleil) : le Dermatone de chez Biothalassol, vraiment utile.

Et les huiles essentielles, dans tout ça ?

Certaines huiles essentielles se sont taillées cependant une réputation positive pour le soin de l’acné rosacée : les huiles essentielles de Lavande, de Néroli, de Rose, d’Immortelle et de Camomille sont présentes dans de nombreuses formulations.

Il faut cependant être très prudent avec les huiles essentielles quand on a de l’acné rosacée. Elles sont très actives et peuvent entrainer facilement des réactions.  Mon conseil est plutôt de les éviter dès le stade 4, à l’exception de la Camomille bleue, utile en cas de crise. A utiliser toujours très diluée, bien sûr (1 goutte d’HE pour 6 gouttes d’Huile végétale).

Thérapies complémentaires

Quand l’acné rosacée est très développée, ou quand des changements hormonaux enflamment la condition (pré-ménopause…), il peut être intéressant d’avoir recours à des thérapies complémentaires. J’ai vu de très beaux résultats auprès de ma clientèle à la suite de plusieurs sessions d’acuponcture et d’irrigation du colon.

 

Vous trouvez cet article utile ? Parlez-en à vos amis (merci) :

Merci de partager cet article sur sur Facebook, sur Linked In, chez Google+ ou sur Twitter,
en cliquant sur un ou plusieurs des boutons ci-dessous.

Si vous l’avez trouvé utile, bien sûr !

Merci d’avance !

 

 

 

 

  1. Berg M, Liden S. An epidemiological study of rosacea. Acta Dermato-Venereologica. 1989;69:419-423.
  2. Wilkin J, Dahl M, Detmar M, Drake L, Feinstein A, Odom R, Powell F. Standard classification of rosacea: Report of the National Rosacea Society Expert Committee on the Classification and Staging of Rosacea. Journal of the American Academy of Dermatology. 2002;46:584-587.
  3. Nour Zahi Gammoh and Lothar Rink Zinc in Infection and Inflammation Nutrients. 2017 Jun; 9(6): 624.
  4. Sharquie, K.E., R.A. Najim, and H.N. Al-Salman. “Oral zinc sulfate in the treatment of rosacea: A double-blind, placebo-controlled study.” International Journal of Dermatology Vol. 45, No. 7 (2006): 857–861.
  5. Hussain, A. Clinical cases from Aurora, Richmond Hill, and Bradford, ON. 2014-2016.
  6. Adlercreutz H, Pulkkinen MO, Hämäläinen EK, Korpela JT. Studies on the role of intestinal bacteria in metabolism of synthetic and natural steroid hormones.  1984 Jan;20(1):217-29.
  7. Berardesca E1, Cameli N, Cavallotti C, Levy JL, Piérard GE, de Paoli Ambrosi G. Combined effects of silymarin and methylsulfonylmethane in the management of rosacea: clinical and instrumental evaluation. Cosmet Dermatol. 2008 M

 

A propos Emanuelle Haudegond

Emanuelle Haudegond est la fondatrice de beaute-pure. Elle est l'auteur de la méthode gratuite "Vers une Peau sans Acné en 7 étapes" et de la méthode avancée "Méthode Peau-Zéro-Défaut", pour les peaux à problèmes. Diplômée de l'état de Californie, elle a longtemps travaillé auprès de dermatologues et de chirurgiens plasticiens avant de fonder sa propre clinique de soins esthétiques à Los Angeles. Passionnée par la peau, guidée par des principes naturopathiques, elle partage au fil des articles sa philosophie et ses astuces pour une peau magnifique. Vous trouverez également dans son e-boutique, beaute-pure-boutique.com, une sélection de ses produits de beauté préférés, adaptés aux peaux à problèmes, et des compléments alimentaires brevetés.

27 Responses to Comment combattre l’acné rosacée (naturopathie)

  1. Pitseleh 18 Avr, 2018 à 3:52 #

    Bonjour,
    J’imagine que toutes les personnes qui viennent ici sont convaincus par vos dires.
    Mais concernant l’alimentation, j’ai lu des articles scientifiques sérieux concernant les méfaits du sucre sur certains aspects de la santé et un témoignage intéressant dans le livre « Zéro sucre » de D.Gerkens mais JAMAIS, et même au contraire j’ai lu exactement l’inverse, concernant le gluten ou les produits laitiers. Pouvez-vous citer vos sources concernant le gluten ou les produits laitiers permettant de dire que c’est l’alpha et l’oméga d’une belle peau?

    Sachant que le lactose n’est pas la même chose que les produits laitiers (il n’y a pas de lactose dans un certain nombre de fromage ou pratiquement pas dans le beurre, par exemple) et que je sais bien que l’intolérance au lactose est très répandu (et scientifiquement vérifiable) et que l’allergie au lactose, qui est quelque chose de différent de l’intolérance, existe mais est rare.

    Et un témoignage personnelle: j’ai une rosacée papulo-pustuleuse (stade 4/5 dans votre classification, sur le nez, les joues et le menton) et j’ai arrêté le sucre pendant quelques mois (tous les sucres libres (http://www.who.int/mediacentre/news/releases/2015/sugar-guideline/fr/), sauf les sucres naturellement présent par exemple dans les produits laitiers (lactose), les fruits entiers (fructose + fibres) et l’alcool).
    Résultat: aucun effet sur ma rosacée (absolument aucune amélioration) mais en revanche, sur le front (sans rosacée) j’avais une peau légèrement granuleuse (invisible mais qui se sentait au toucher) et après quelques semaines d’arrêt du sucre (sauf exceptions cités plus haut), la peau de mon front était toute lisse et plus belle. Donc je crois tout à fait à l’effet du sucre sur la peau (notamment pour les problèmes d’acné, à tester mais en essayant de supprimer uniquement les sucres simples déjà) mais pas sur les problèmes d’origine vasculaire comme vraisemblablement la rosacée.

  2. Anne 10 Avr, 2018 à 4:14 #

    Bonjour Emanuelle,
    J’ai une petite question pas vraiment en lien avec l’article. J’ai participé à la formation gratuite et payante et j’aurai aimé savoir ce que vous pensez du hammam facial maison (eau seule et/ou alors avec HE ) beaucoup de site internet le conseil mais j’ai peur que celui-ci fasse davantage Ressortir les boutons car ouvre les pores; qu’en pensez-vous ? Et à quelle fréquence ?

    • Emanuelle Haudegond 11 Avr, 2018 à 6:35 #

      Bonjour Anne, si vous avez de l’acné rosacée, c’est définitivement un « non »… Et pour l’acné vulgaire, je suis aussi plutôt méfiante, car si la personne a un système vasculaire fragile, cela peut empirer les choses…

  3. Laura 09 Avr, 2018 à 4:24 #

    Bonjour,
    J’ai voulu stupidement reprendre une pilule. Au bout de 24h de prise, monstrueuse acné rosacée. Ca fait 2 jours maintenant. Selon le dermatologue j’ai une grosse dominance en oestrogenes. Je suis défigurée et visage en feu. Que faire pour faire diminuer la crise. Le dermatologue me proposait des antibios. C’est non.
    Merci.
    Laura

    • Emanuelle Haudegond 11 Avr, 2018 à 6:41 #

      Bonjour Laura,

      Avant tout, il faut discuter avec le médecin pour la pilule, qui semble très mal adaptée… Pour endiguer une forte crise, je tablerai sur le curcuma/omge 3/probiotiques personnellement en interne et la camomille bleue, avec l’eau de la Roche-Posay et des compresses fraiches en externe… mais tout dépend de votre grade habituel d’acné rosacée. Le fait d’avoir une crise si forte si rapidement semble indiquer une inflammation importante, une fois la crise passée j’essaierais de mettre en place le mode de vie anti-inflammatoire décrit dans l’article, il est possible (entre autre) que vous ayez des sensibilités alimentaires.

  4. Adeline 08 Avr, 2018 à 8:43 #

    Bonjour Emmanuelle,

    Pour la rosacée Stade 3, conseillez-vous le Nettoyant Purifiant – Purifying Cleanser – Gressa Skin matin ET soir? Une esthéticienne m’a conseillé de ne pas utiliser de coton pour me démaquiller car le frottement empirerait l’acné… Qu’en pensez-vous?

    Bonne journée.

    • Emanuelle Haudegond 09 Avr, 2018 à 6:06 #

      Bonjour Adeline,
      Plutôt un nettoyage que deux, et privilégier celui du soir, le matin on n’en a généralement pas besoin.
      Pas de coton, pas de frottements, je suis d’accord avec l’esthéticienne…

  5. Aurélie Gauthier 08 Avr, 2018 à 12:41 #

    Merci Emanuelle pour cet article très utile –

  6. Agnès 08 Avr, 2018 à 10:37 #

    Bonjour Emmanuelle
    Merci pour vos conseils toujours clairs, efficaces, et pleins de bienveillance.
    Cela fait 30 ans que je souffre d’acné (j’ai 46 ans) que j’ai réussi à bien calmer grâce à vos conseils.
    Et maintenant je découvre que j’ai de la rosacée…Je suis donc ravie par votre article car il est difficile de trouver de l’information sur le sujet.
    J’ai pris l’habitude de me demaquiller avec de l’argile blanche mélangée à de l’eau que je retire avec des compressés tièdes. Est ce une bonne idée selon vous?
    Merci encore pour tout!
    Agnès

  7. Angélina 08 Avr, 2018 à 9:01 #

    Bonjour,

    Je soigne ma rosacée avec succès depuis 3 ans (je suis en pré ménopause) avec une lotion micellaire, de l’eau de la roche posay et surtout avec une huile de rose musquée dans laquelle j’ajoute quelques gouttes de ciste ladanifère (elle est aussi très efficace pour améliorer la fermeté de la peau) … Je l’applique le soir. Le matin, j’utilise une crème au karité pour hydrater ma peau. Puis une poudre bio pour matifier (ma peau conserve des zones grasses). Et miracle cela fonctionne, malgré ma vie professionnelle stressante. Bon parallèllement je fais attention à mon alimentation, beaucoup de légumes, plus de produits laitiers,bon je n’ai pas renoncé au pain (mon péché mignon !) mais il est bio ! En complément alimentaire, j’utilse les oméga 3 (le soir) et 15 jours par mois avant mes règles l’huile d’onagre. Cela n’empêche pas quelques bouffées de chaleur (surtout la nuit) mais en tout cas, ma peau est bien plus belle et quasiment redevenue normale (hormis sa sensibilité qui est toujours là). On me dit souvent que je ne fais pas mes 49 ans !

  8. Lulu 08 Avr, 2018 à 9:01 #

    Bonjour Emmanuelle, merci beaucoup pour cet article très intéressant.

    Je ne comprends pas bien que vous conseilliez au Stade 4 l’utilisation du nettoyant Balancing cleanser de chez Gressa.
    N’est-ce pas contradictoire avec ce dont vous nous informez dans cet article ?
    En effet d’une part il contient plusieurs ingrédients (et est donc plus susceptible de provoquer des réactions) contrairement à un nettoyage avec une seule huile, ou à un liniment. et d’autre part il contient de l’huile essentielle de Geranium. Alors que vous dites que les HE sont à éviter (sauf la Camomille).
    Pourriez-vous s’il vous plait éclairer ma lanterne ?

    • Lulu 08 Avr, 2018 à 9:04 #

      Vous conseillez, en parlant de l’Opti MSN, de commencer par « celui-ci ». Mais ça ne renvoie vers aucun lien. Duquel parlez-vous ?

      • Lulu 08 Avr, 2018 à 9:10 #

        Vous conseillez aussi l’eau micellaire comme celle de Ekia, mais elle contient de l’alcool et du parfum. Il me semblait que ça n’était pas conseillé en cas de rosacée ?

      • Emanuelle Haudegond 08 Avr, 2018 à 6:33 #

        Je conseille toujours de prendre de l’Opti-MSM, Lulu, c’est la garantie de la plus haute qualité possible (très important quand on parle de MSM, beaucoup de MSM sont fabriqués en Chine, et certains ne sont même pas de qualité alimentaire).

    • Emanuelle Haudegond 08 Avr, 2018 à 6:28 #

      Bonjour Lulu, il s’agit ici de la différence entre la théorie et la pratique. En théorie, je conseille à une personne souffrant qui a de l’acné rosacée et qui est perdue face à des étiquettes de choisir plutôt des formulations simples, avec peu d’ingrédients et ne pas jouer à l’apprenti-sorcier avec des huiles essentielles elle-même. En pratique, il y a le Balancing cleanser qui a été testé chez nous. C’est avant tout un mélange d’huiles végétales fines et rares (c’est rarement les huiles qui posent problèmes dans une formulation pour l’acné rosacée). Cela ne veut pas dire qu’il conviendra à tout le monde, mais les HE sont en bas de liste, toutes indiquées traditionnellement pour l’acné rosacée et en quantité infinitésimales. C’est donc à mon avis un choix assez sûr.

      • Lulu 10 Avr, 2018 à 9:30 #

        Merci beaucoup pour vos réponses !

  9. Caro 08 Avr, 2018 à 8:38 #

    Bonjour,

    un grand merci pour cette article très complet ,je ne savais plus quoi faire avec ma peau vous me redonnez une lueur d’espoir .

    Je suis hélas au stade 4 mais avec vos bon conseils je vais essayer de m’en sortir .
    Puis je quand même exfolier ma peau avec la bromelaine?
    Je suis un peu perdu dans les compléments comment faire pour ne pas tous les mélanger?
    Mille merci pour votre aide.

    • Emanuelle Haudegond 08 Avr, 2018 à 6:48 #

      Bonjour Caro, d’une manière générale, dès qu’on arrive au stade 4, une fois qu’on a adopté les mesures d’hygiène de vie anti-inflammatoire (toujours le plus important) dans l’idéal on essaie surtout de trouver le nettoyant et l’hydratant qui nous convient. Le choix de l’exfoliant, qui est optionnel, devrait se faire plus tard, une fois qu’on a sa routine bien en place…

  10. Gautherie 08 Avr, 2018 à 8:02 #

    Bonjour,
    J’ai 37 ans et je suis opk. Plus jeune, j’ai eu une acné très importante et aujourd’hui, j’ai évolué vers une acné rosacée . Pour hydrater la peau,j’ai tenté l’aloé Véra, mais j’ai fait une allergie. Quelle alternative est possible dès lors qu’on a une peau vraiment réactive? Merci

  11. Ju 08 Avr, 2018 à 7:33 #

    Bonjour,
    Merci pour cet article !
    Est-il possible de cumuler une acnée classique (dans mon cas due au SOPK) et une acnée rosacée de stade 1 ou 2?
    Merci

    • Emanuelle Haudegond 08 Avr, 2018 à 6:12 #

      Oui, tout à fait Ju, c’est même très classique. Souvent, derrière ces deux conditions, on voie un foie pas au top de sa forme, d’ailleurs.

  12. Lili 06 Avr, 2018 à 7:54 #

    Merci pour cet article très complet qui tombe à pic. Je reviens justement de chez ma dermatologue car 1 an et demi après avoir arrêté la pilule j’enchaine les problèmes de peau.
    De grosses crises d’acné et maintenant un début de rosacée (j’ai 30 ans). Je suis également en pleine crise de « micro pustules » situées en zone péri-buccale apparemment causée par un produit qui provoque une occlusion de ma peau. D’après ma dermatologue cette crise peut mettre entre 6 mois et 1 an pour se déclarer et je ne sais pas du tout qui est le responsable.
    Cela fait des mois maintenant que ma routine est basée sur vos conseils. J’utilise un hydrolat de thé vert, de l’huile de jojoba ou de nigelle pour hydrater et nettoyer ma peau, je la lave parfois au rhassoul, je fais des masques au miel de manuka que je rince avec de l’eau et une éponge konjac. J’utilise un fond de teint fluide qui est soi-disant non comédogène. C’est peut-être lui le responsable?
    En tout cas je ne reconnais plus ma peau, je ne la comprends plus. Elle tire, elle est hyper réactive, j’ai les joues inflammées et rouge à cause de la rosacée et de ces micro pustules.
    Ma dermato me conseille de ne plus utiliser d’huiles et de revenir à des crèmes de parapharmacie mais je ne suis pas convaincue!
    Dois-je continuer ma routine naturelle? Est-ce que l’huile de jojoba et de nigelle peuvent étouffer la peau au point de provoquer de grosses zones d’acné? Que me conseilleriez-vous de faire?
    Je vous remercie pour l’aide que vous pourrez m’apporter.

  13. lucie 05 Avr, 2018 à 3:50 #

    Bonjour,
    je souffre moi meme de rosacee . Je dirais au stade 3.
    Que pensez-vous du liniment oléo-calcaire dans mon cas, sachant que je ne supporte plus le nettoyage à l’eau et que je réagis mal à certaines eaux micellaires parfumées .
    Par ailleurs, une exfoliation très légère est-elle possible. Si oui sous quelle forme?
    D’avance merci

    Lucie

    • Emanuelle Haudegond 06 Avr, 2018 à 10:55 #

      Bonjour Lucie,
      Le liniment est effectivement une des options possibles. Mais j’ai pu observer que tous les liniments n’étaient pas égaux, donc je pense qu’il faudra peut-être essayer différentes formulations pour trouver celle qui vous conviendra. Cela dépend entre autre du type d’huile utilisée pour le fabriquer, de la qualité de cette huile (bio…) etc. Pour l’exfoliation, il ne faut bien sûr pas de grains. La poudre enzymatique Denovo devrait cependant être possible au stade 3, en l’utilisant deux/trois fois par semaine : https://www.beaute-pure-boutique.com/home/204-exfoliant-enzymatique-purifiant-epure-denovo-3760100420081.html?search_query=denovo&results=19. Autre possibilité à essayer : le nettoyage au miel (faire un test avant). Mais dans ces derniers deux cas, il y aura un rinçage à l’eau, donc ne pas en abuser…

Laisser un commentaire