Comment obtenir le meilleur de votre déo bio

Je suis personnellement un peu obsédée par les aisselles (et bien oui, il en faut !).

En tant que diplômée en drainage lymphatique, j’en connais l’importance pour la santé. C’est là où se concentrent beaucoup de nos glandes lymphatiques. Ces glandes sont essentielles pour « recycler » les toxines et nous garder en bonne santé. Elles luttent au quotidien contre l’acné et la cellulite, pour notre équilibre hormonal…

S’il y a bien UN produit naturel dans lequel il faut investir, c’est le déodorant bio/naturel.

Au départ pas très « glamour », les formulations se sont grandement améliorées au fil des années. Elles sont désormais agréables à utiliser et efficaces.

Il y a maintenant l’embarras du choix !

Vous pouvez acheter des déodorants bio de plusieurs sortes : en sticks, en pots, avec ou sans huiles essentielles, version « classique » ou sans bicarbonate (pour les peaux hyper sensibles) par exemple sur beaute-pure.

Seulement, ce type de déodorant étant légèrement différent, un petit « mode d’emploi » peut s’avérer utile.

Voici comment obtenir le meilleur de votre déo bio :

Sur une peau sèche tu appliqueras…

Il est facile de sortir de la douche et d’empoigner son stick sans réaliser que la peau humectée va empêcher une bonne pénétration du produit. Le meilleur conseil que l’on puisse donner, c’est d’essuyer cette zone délicatement avec sa serviette de bain et d’attendre quelques minutes. C’est parfait, on en profite pour prendre soin de sa peau…

Ne pas en mettre trop

Les déodorants traditionnels requièrent généralement beaucoup de matière pour être efficace. Ici, c’est tout le contraire. Pour les déos naturels en sticks, il vous suffira généralement de deux passages sur la peau, trois éventuellement. Si vous utilisez plus de produits, vous risquez d’avoir l’impression d’être « collante ». Et si votre déodorant est aux huiles essentielles, vous augmentez la possibilité d’une irritation.

Optimiser l’absorption

C’est également une clé très importante du succès. La plupart de ces formulations sont à base d’huile de Jojoba, un matériau « noble » qui est techniquement une cire. Elle est donc solide à température ambiante, et demande à être réchauffée au contact de la peau pour pouvoir glisser. C’est pourquoi avec le stick, une petite pause d’une, deux secondes en début d’application est utile. Le produit s’adoucit et donne dès lors le meilleur de lui-même.

Dans les pots, les huiles essentielles peuvent « remonter »

Les gouttelettes d’huiles essentielles sont légères. S’il fait beau, il peut arriver que dans les versions en pots, la base du produit (huile de jojoba ou de coco par exemple) ait ramolli et que les huiles soient remontées à la surface. Elles seront alors concentrées en un seul endroit, et la prochaine application peut mener à une irritation. Il ne faut pas hésiter alors à faire un peu de cuisine : on réchauffe le produit très délicatement au bain-marie, et on mélange doucement. Cela va répartir les huiles essentielles uniformément, et le produit sera de nouveau impeccable en refroidissant.

Attention aux peaux irritées

Si vous avez l’habitude de raser vos aisselles, prévoyez de ne pas utiliser le déodorant immédiatement après. Il est facile d’avoir des micro-coupures : les huiles essentielles sur une coupure, cela ne fait pas du bien !

Faire des rotations

Idem si vous remarquez une irritation : il peut toujours arriver que nous supportions moins bien une huile essentielle soudainement. Faire une pause permet à la peau de se reposer. Souvent on peut de nouveau ré-introduire l’huile essentielle en question sans problème après quelques jours. Personnellement, j’ai une version neutre chez moi, sans huiles essentielles, que je garde pour ces moments-là.

Si vous êtes hyper sensible

Il n’y a pas que la peau du visage qui soit hyper sensible : si vos aisselles ont besoin de beaucoup de tendresse également, donnez-leur les versions « peaux sensibles », sans bicarbonate, pour le plus de douceur possible.

L’aromathérapie au quotidien

Les déos bio sont une occasion de profiter des huiles essentielles. Personnellement, je possède plusieurs déodorants naturels, et je suis mon inspiration le matin, en choisissant un parfum plutôt qu’un autre. C’est en fonction de la journée et de ce que je veux ressentir. Sentir bon, c’est avoir confiance en soi, se laisser transporter par ses sens, c’est se sentir bien… Quand je vous dis que je suis obsédée !

A propos Emanuelle Haudegond

Emanuelle Haudegond est la fondatrice de beaute-pure. Elle est l'auteur de la méthode gratuite "Vers une Peau sans Acné en 7 étapes" et de la méthode avancée "Méthode Peau-Zéro-Défaut", pour les peaux à problèmes. Diplômée de l'état de Californie, elle a longtemps travaillé auprès de dermatologues et de chirurgiens plasticiens avant de fonder sa propre clinique de soins esthétiques à Los Angeles. Passionnée par la peau, guidée par des principes naturopathiques, elle partage au fil des articles sa philosophie et ses astuces pour une peau magnifique. Vous trouverez également dans son e-boutique, beaute-pure-boutique.com, une sélection de ses produits de beauté préférés, adaptés aux peaux à problèmes, et des compléments alimentaires brevetés.

24 Responses to Comment obtenir le meilleur de votre déo bio

  1. maeva 10 Juil, 2017 à 9:03 #

    bjr, j’ai une transpiration excessive depuis toujours avec une odeur très forte et désagréable. je ne trouve aucun déo qui me convient. je fabriquais le mien comme dit plus haut par une autre personne (bicarbonate + fécule de mais + HV coco) qui semblait fonctionner niveau odeur mais qui me laisse des traces de gras sous les aisselles (certainement du à l’HV de coco), comment faire pour ne plus avoir ce type de taches ? malgré ce déodorant (qui fonctionne mieux que les autres) j’ai encore des soucis niveaux odeurs, connaitriez vous une recette de déo que je puisse faire moi même et qui combatte mes mauvaises odeurs ?

    • Emanuelle Haudegond 10 Juil, 2017 à 2:43 #

      Bonjour Maeva, personnellement j’utilise les déodorants Schmidt’s qui me conviennent, mais peut-être des lecteurs auront-ils des suggestions ?

  2. Pauline 09 Juil, 2017 à 8:51 #

    Bonjour,

    Depuis quelques années maintenant je n’achète plus de déodorant du commerce mais j’en fabrique un maison (huile de coco, bicarbonate de soude, fécule de maïs et huiles essentielles en option, + cire jaune d’abeille en été pour solidifier l’huile de coco) à l’efficacité redoutable : aucune odeur, même par très forte chaleur (je précise tout de même : déodorant mais pas anti-transpirant !).

    J’ai remarqué que la finesse du bicarbonate de soude impactait beaucoup le produit: préférer un BC très fin cosmétique (à acheter en pharmacie) plutôt que du ménager ou alimentaire qui semble être en plus gros grains. Quand ce dernier est utilisé, cela peut provoquer quelques irritations sur les aisselles après application de la crème déodorante.

    Ma question est : que préconisez-vous quand les aisselles sont un peu irritées dans ce cas ? Actuellement, je mets une HV (macadamia ou coco) le soir après la douche…

    Merci!

    Pauline

    • Emanuelle Haudegond 09 Juil, 2017 à 9:51 #

      Bonjour Pauline,

      Oui le bicarbonate peut, même dans les meilleures formulations, parfois irriter à certains moments. Personnellement, c’est pour cela que je fais des rotations avec le déo Schmidt’s peau sensible, qui n’en contient pas, le temps que la peau se calme. J’ai trouvé qu’avec les déos naturels, ce principe de rotations aide beaucoup.

      • Pingusson 19 Juil, 2017 à 6:03 #

        Bonjour Emmanuelle,

        merci pour votre réponse rapide ! La rotation est une bonne idée que je vais tester.

        Je me demande aussi si vous pourriez faire, à l’occasion, un article récapitulatif des différentes HV, leurs propriétés et dans quels types de peaux elles sont recommandées ou déconseillées : vous parlez beaucoup des HV jojoba, chaulmoogra, chanvre, carotte… et je me demande comment les utiliser en synergie (si c’est possible), ou selon les problèmes : acné active, peau sensible, tâches/cicatrices, Etc. Peut-on toute les utiliser en guise de nettoyage/démaquillant ? Ce serait super pour pouvoir s’y retrouver dans toutes ces possibilités.

        Encore merci pour votre travail de très grande qualité en tout cas !

        Pauline

        • Emanuelle Haudegond 21 Juil, 2017 à 12:00 #

          Coucou Pauline, c’est une bonne idée d’article, je vais m’y pencher ! On peut les utiliser toutes (celles que vous citez) en première partie du double-nettoyage, sauf celle de carotte : cette dernière n’est pas une huile en soi, mais un macérat.

          • Pauline 30 Juil, 2017 à 10:44 #

            Bonjour Emmanuelle, vivement votre article alors, car cela fait un mois que je fais le double nettoyage avec … le macérât huileux de carotte ? Avec l’été, j’ai pensé que cela pouvait favoriser
            L’effet bonne mine. J’ai remplacé par HV de macadamia… qu’en pensez-vous ? Dès qu’elle est fini je passe à Jojoba ou chanvre, j’hésite. Merci d’avance pour votre retour ! Pauline

          • Emanuelle Haudegond 30 Juil, 2017 à 1:44 #

            Bonjour Pauline, il n’y pas forcément de mal avec un macérât, c’est juste que cela peut être fait avec n’importe quelle huile végétale, une non-comédogène comme une plus problématique. Il faut juste vérifier avec quoi la votre est faite. L’HV de Macadamia fait partie des huiles généralement très bien tolérées par les peaux avec acné. J’ai un gros faible pour celle de Chanvre en été/début automne, car son rendu et toucher est « sec » et elle est apaisante… Très agréable en cette saison; Voilà Pauline…

  3. Jennifer 19 Avr, 2017 à 2:49 #

    Bonjour Emmanuelle,

    Mon message ne concerne pas les déodorants mais je voulais vous poser une question a propos de l urucum, peut on en prendre quotidiennement a dose préventive ou cela est il dangereux? Faut il se limiter a quelques semaines max durant l été?
    Étant donné que ce sont des anti oxydants normalement il n y a pas de danger à en prendre tous les jours non?
    Et cela colore t il beaucoup la peau?

    Merci pour votre réponse,
    Jennifer

    • Emanuelle Haudegond 21 Avr, 2017 à 10:21 #

      Bonjour Jennifer,

      Personnellement, pour tous les suppléments, je suis en faveur de cure, et jamais d’emploi permanent. Cela concerne l’Urucum également. Donc pour amener un joli hâle à la belle saison, et le maintenir pendant l’été en conjonction avec l’astaxanthine, c’est très bien. Mais l’employer en permanence serait tout à fait différent : l’urucum est très riche en en certaines pro-vitamines, c’est un « super-aliment » mais pas une nourriture de base, à mon avis.

  4. Eirolf 18 Avr, 2017 à 2:29 #

    Bonjour,

    Pour ma part je fabrique mon déodorant moi même à base d’eau florale, de gomme de xanthane, de bicarbonate et d’huiles essentielles. C’est très efficace 😉 Malheureusement, que ce soit pour la majorité des déos bios que j’ai pu tester auparavant, où pour mon déo fait maison, cela provoque des auréoles jaunes ou décolorées sur mes vêtements. Après comme c’est à l’intérieur ça ne se voit pas trop. Mais je me suis toujours demandé d’où cela pouvait provenir ? Est-ce que ça vient des HE ? Est-ce que les déos Schmidt’s ont tendances à le faire aussi ?

  5. Nana 18 Avr, 2017 à 9:38 #

    Bonjour,
    Merci pour cet article : personnellement Schmidt a été une catastrophe sans nom pour moi : ganglions extrêmement gonflés qui mettaient plusieurs jours à partir, baisser les bras en plein été était un supplice tellement c’était gros, j’avais la peau qui pelait après avoir été irritée aussi longtemps. Je devais mettre une grosse couche d’Egyptian magic cream pour réparer la peau de mes aisselles.
    J’ai tester les déo Clémence & Vivien qui ont une très belle compo et que j’adore mais je remarque qu’ils ne tiennnent pas très bien sur moi, en fin de journée, je sens la transpiration …
    Et celui qui m’apporte totale satisfaction, c’est finalement le déodorant solide de Pachamamaï qu’il faut humidifer pour déposer de la matière sur les aisselles.
    Je confirme que trouver son déo n’est pas mince affaire avec tout ce qu’on fait !

    • Emanuelle Haudegond 18 Avr, 2017 à 10:07 #

      Bonjour Nana, je penne qu’il est très important, dès qu’on sent qu’il y a irritation avec les huiles essentielles, de ne pas ré-appliquer le déo, et d’avoir une version « sans huiles essentielles » le temps que cela se calme. Comme j’explique dans l’article, c’est ce que je fais. Aussi, si on est très sensible, la version « peaux sensibles » sans bicarbonate de soude peut être à essayer, si vous recherchez toujours une version en stick : https://www.beaute-pure-boutique.com/home/277-schmidt-s-deodorant-sensible-grand-format-stick-92g.html. Elle existe avec ou sans Huile essentielle.

  6. Lily 16 Avr, 2017 à 1:06 #

    J’ai longtemps eu du mal à trouver un déodorant bio efficace. Il y a dix ans c’était un galère sans nom de trouver un déo bio efficace dès le début des premières chaleurs.
    Aujourd’hui avec soapwalla et schmidt’s on a le choix. Mais un jour à court de mon déo fétiche j’ai testé du bicarbonate pur sous les aisselles et c’était encore mieux et plus économique. Par contre ça peut irriter.

  7. Maureen 16 Avr, 2017 à 8:19 #

    Bonjour, ayant déjà utilisée le déodorant schmidt’s à la rose il ne m’a pas convaincu, laissant des grandes oreoles légèrement coloré sur mes vêtements là où se trouve les aisselles, c’est normal ?

    • Emanuelle Haudegond 16 Avr, 2017 à 2:29 #

      Bonjour Maureen, je ne peux pas vous répondre : nous ne commercialisons pas ce parfum, je ne le connais donc pas… Ceci étant, les déodorants Schmidt’s sont des déodorants, pas des antiperspirants : ils ne bloquent pas la sudation (un vrai + pour la santé). Selon le matériau des vêtements, il est possible que la sudation + matériau ai occasionné le souci. Je n’ai pas eu ce type d’expérience moi-même, je ne suis pas sûre de ce qui a pu se passer…

      • Emanuelle Haudegond 18 Avr, 2017 à 9:26 #

        Rebonjour Maureen,

        J’ai réfléchi, et j’ai peut-être une piste : à ma connaissance, la version « rose » est la seule chez Schmidt’s qui est parfumée mais sans huiles essentielles. Le parfum est listé comme « Natural fragrance » : il est possible que ce parfum particulier (vanille et rose) soit un « absolu » et qu’il vous ait occasionné ce souci à cause de sa composition différente. Comme nous n’avons pas cette référence, il est difficile de savoir pour sûr. Mais comme nous n’avons pas ce souci avec les versions aux huiles essentielles, ça serait mon raisonnement…

  8. catherine 14 Avr, 2017 à 4:52 #

    Bonjour,
    J’ai une question qui, pardon,,n’a rien à voir avec le thème de l’article. Mon esthéticienne m’a fait remarqué que j’ai la peau du visage très déshydratée et m’a conseillé de ne pas la laver avec de l’eau (très calcaire). J’aimerais utiliser de l’eau micellaire et j’avais remarqué que vous proposiez le liminent oléocalcaire Anaé dans la boutique beauté pure mais elle n’y est plus. J’aimerais l’acheter dans le commerce mais le conseillez-vous toujours pour le démaquillant? (J’ai la peau sensible, déshydratée et un peu d’acné hormonale)
    Je ne sais pas bien comment m’y prendre pour créer une nouvelle routine… merci beaucoup pour votre conseil! Belles fêtes de Pâques:)

    • Emanuelle Haudegond 16 Avr, 2017 à 2:35 #

      Bonjour Cat, vu votre type de peau et les soucis exposés, j’aurais plutôt tendance à vous recommander le démaquillant suivant :
      https://www.beaute-pure-boutique.com/peau-grasse/112-oleogelee-denovo-nettoyant-demaquillant-bleuet-et-propolis.html
      Il contient de la propolis, bonne pour l’acné, il conserve bien l’hydratation de la peau, et il s’applique à sec : donc on n’emploie de l’eau qu’une fois pour rincer… un avantage si elle est très calcaire.

      • Jolie Fleur 19 Avr, 2017 à 4:46 #

        Bonjour!
        Est-il mieux d’utiliser l »huile de jojoba avant l’oléogelée pour faire un double nettoyage ou ce n’est pas nécessaire?
        Merci.

        • Elsa Kreiss 19 Avr, 2017 à 8:09 #

          Bonjour Jolie Fleur,

          Je me permets de répondre : l’Oléogelée s’utilise effectivement seule.

      • Cat 21 Avr, 2017 à 8:57 #

        Merci beaucoup, j’ai repéré le gant Vitalis dans la boutique. Me le conseillez-vous également pour le démaquillage? Le concept me plait car je n’aurait pas besoin d’acheter beaucoup d’eau…merci encore.

        • Cat 21 Avr, 2017 à 8:59 #

          *D’appliquer beaucoup d’eau pardon

        • Emanuelle Haudegond 26 Avr, 2017 à 1:52 #

          Au vu de la description de votre peau, je pense que le gant pourrait être légèrement trop asséchant pour vous, Cat. Je tenterais plutôt l’Oléogelée, qui apporte plus d’hydratation et dont la Propolis purifiante peut être utile…

Laisser un commentaire