Est-ce que votre thyroïde vous donne de l’acné ?

Selon mon expérience, une thyroïde un peu « paresseuse » peut occasionner une acné chronique. Pourtant, on y pense rarement. Et, parce que le problème est souvent mal détecté,  il est possible de ne jamais s’en apercevoir…

Qu’est-ce que la thyroïde ?

La thyroïde est une glande en forme de papillon située à l’avant du cou. Elle fabrique l’hormone thyroïdienne, qui est une protéine faite de tyrosine et d’iode. On peut résumer le rôle crucial de l’hormone thyroïdienne pour la santé ainsi : c’est l’interrupteur qui va « allumer » chacune de nos cellules. Bref, une source d’énergie sans laquelle rien ne se passe. Elle stimule notre métabolisme et est essentielle à de nombreuses fonctions corporelles, dont la détoxification, la digestion… bref, si notre thyroïde est en sous-régime, notre santé en général va s’en ressentir.

Comment la thyroïde peut vous donner de l’acné

Le problème le plus courant avec la thyroïde est l’hypothyroïdie : elle ne produit pas assez d’hormone thyroïdienne. La situation inverse, où elle en produit trop (hyperthyroïdie) peut également occasionner de l’acné. Elle fera l’objet d’un autre article, mais elle est moins commune.

L’hypothyroïdie est une source d’acné parce que :

  • si vous n’avez pas assez d’hormone thyroïdienne, vous pouvez tout simplement ne pas avoir assez d’énergie cellulaire pour ovuler tous les mois. Comme je l’expliquais dans « I can’t get any ovulation », l’ovulation est un évènement assez incroyable qui demande à notre corps énormément de ressources et d’énergie. De l’ovulation dépend la formation de corps jaune qui est une « fabrique à progestérone ». Or la progestérone (celle produite par notre corps, à ne pas confondre avec les progestines de la pilule par exemple, voir Ce que les fabricants de pilule vous cachent : votre pilule ne contient pas de progestérone ) parce qu’elle équilibre l’oestrogène, est une des meilleures alliées contre l’acné.
  • l’hypothyroïdie accroit l’insuline-résistance. Lorsque vous mangez un glucide qui va se transformer en glucose (sucre) dans le sang, le corps interprète cela comme un danger et va chercher à s’en débarrasser. Il fabrique une hormone, l’insuline, dont le but est d’abaisser ce taux de sucre en l’amenant dans les cellules. Malheureusement, cette insuline peut être plus ou moins efficace. Si elle est peu efficace, le sucre reste dans le sang (très mauvais), et l’insuline est sécrétée en énormes quantités (encore plus mauvais). Or l’insuline est l’ennemie de l’acné : elle stimule à court terme les glandes sébacées. À long terme, l’insulino-résistance accroit également les risques de SOPK (syndrome des ovaires polykystiques), une condition hormonale source également d’acné.
  • L’hypothyroïdie ralentit la détoxication hormonale. C’est un point crucial. Lorsqu’une hormone a fait son travail, il est normal que le corps s’en débarrasse, voir Comment le foie recycle les hormones. Malheureusement, cela demande un foie qui fonctionne bien. S’il lui manque l’énergie nécessaire, ce qui est le cas en hypothyroïdie, la détoxication naturelle de l’oestrogène et de la testostérone peut être considérablement ralentie.

Selon certaines études, l’hypothyroïdie affecterait près d’une femme sur dix. Malheureusement, elle est souvent non détectée, même en faisant des analyses sanguines.

Le test standard est en effet celui de la TSH (Thyroïde Stimulating Hormone), une hormone située au niveau de l’hypophyse qui stimule votre glande thyroïde. Quand la glande produit assez d’hormone thyroïdienne, votre hypophyse produit moins de TSH. S’il n’y a pas assez d’hormone thyroïdienne, votre hypophyse produira plus de TSH. C’est pourquoi NORMALEMENT une TSH élevée signifie que vous n’avez pas assez d’hormone thyroïdienne (hypothyroïdie).

Cependant, les spécialistes ne s’accordent pas sur ce qui est une TSH élevée. La limite à ne pas dépasser varie largement selon les pays et les laboratoires, allant de 2,5 à 5 mIU/L.

De plus, de plus en plus d’évidences suggèrent que se fier au seul taux de TSH est une aberration. Beaucoup de situations peuvent freiner la production de TSH dans l’hypophyse, dont certaines très communes, comme l’inflammation. Ainsi, si vous souffrez d’une intolérance alimentaire non détectée (par exemple au gluten) et que vous êtes en état d’inflammation, votre taux de TSH peut très bien être « dans les normes », alors que vous ne produisez pas assez d’hormone thyroïdienne. Comme évoqué dans Quand le médecin vous dit que votre thyroïde est OK et qu’il se trompe, il vous faudra alors insister pour obtenir des examens complémentaires, notamment une recherche d’anticorps.

La thyroïde est très sensible

Heureusement, la thyroïde est très sensible, et c’est une bonne chose. Elle va réagir à l’alimentation, au mode de vie et à certaines postures de yoga. Ainsi elle peut être « boostée » sans effets secondaires. C’est pourquoi cette année, dans la Méthode avancée, nous avons intégré des recommandations spécifiques et un plan d’action pour ceux qui soupçonnent une thyroïde paresseuse.

En veillant à :

  • intégrer dans son alimentation certaines vitamines et minéraux de manière régulière
  • effectuant certaines postures de yoga faciles et stimulantes

vous pouvez agir de manière bénéfique sur cette petite glande qui ne demande, après tout, qu’à nous faire du bien… Cela vaut largement la peine d’essayer, et votre peau vous dira merci !

Et vous ? Souffrez-vous d’hypothyroïdie, ou le soupçonnez-vous ? Quelle est votre expérience, et l’influence sur votre peau ?

Exprimez-vous, votre témoignage peut en aider d’autres…

A propos Emanuelle Haudegond

Emanuelle Haudegond est la fondatrice de beaute-pure.com, un site dédié au bien-être féminin hormonal naturel et à la beauté de la peau. Spécialiste de la peau, diplômée de l'état de Californie, elle a longtemps travaillé auprès de dermatologues et de chirurgiens plasticiens avant de fonder sa propre clinique de soins esthétiques à Los Angeles. Elle a ainsi aidé des milliers de femmes de tous âges à retrouver santé de la peau et bien-être à chaque étape de la vie. Passionnée par la peau, guidée par des principes naturopathiques, elle partage au fil des articles de beaute-pure.com sa philosophie et ses astuces pour une peau magnifique et une vie de femme au naturel. Vous trouverez également dans son e-boutique, beaute-pure-boutique.com, une sélection de ses produits de beauté préférés, adaptés aux peaux à problèmes, et des compléments alimentaires brevetés.
  • Marie dit :

    Bonjour Emmanuelle!

    Je suis votre blog depuis mon arrêt de la pilule l’année dernière et toutes les informations que j’ai pu y trouver mon beaucoup aidé mais j’ai encore quelques interrogations…

    Pour récapituler: 4 mois après l’arrêt j’ai recommencé à avoir de l’acné (raison pour laquelle j’avais commencé à prendre Diane 35 puis Yaz 11ans auparavant). Sur les conseils de ma dermatologue j’ai fait une cure de 2 mois d’antibiotiques et j’ai appliqué des crèmes en local (peroxyde de benzoyle et adapalene) sans résultat, mon acné continuait d’empirer (et j’avais toujours des problèmes de ballonnement/digestion)!
    Cet été j’ai donc décidé de prendre le virage « bio » :
    – J’ai commencé par un régime FODMAP (aujourd’hui je continue à éviter produits laitiers, gluten et sucres)
    – J’ai fait un test d’intolérance alimentaire (bilan biopredix) qui a révélé des intolérances fortes notamment aux : gliadines, produits laitiers, blanc d’œuf, fruits secs oléagineux, levures, riz blanc, haricots rouges, pommes de terre…
    – J’ai ajouté à mon régime des compléments alimentaires : oméga 3, magnésium, vitamine D, zinc, glutamine, fibres… ainsi que des probiotiques.
    – J’ai consulté un nutritionniste, un médécin en ayruvéda, un acupuncteur, une hypnothérapeute, un microkinésithérapeute
    – J’ai mis en place une routine beauté à base de miel de manuka, d’aloe vera, d’huiles végétales (jojoba, nigelle, neem), d’huiles essentielles, de rhassoul et d’exfoliants enzymatiques
    – J’ai remplacé mon fond de teint conventionnel par des poudres minérales

    Et je suis très heureuse de pouvoir enfin dire qu’après une très forte et longue « crise de guérison », l’état de ma peau mais aussi ma forme physique et mon moral se sont nettement améliorés en 3 mois! Aujourd’hui je n’ai plus que des cicatrices, les poussées ont disparu!! 🙂

    Le seul problème c’est que mes règles sont irrégulières (je ne les ai pas eu depuis 3 mois) alors que j’étais réglée parfaitement avant la pilule et que j’ai été bien réglé pendant 8 mois après l’arrêt. Cela m’a donc poussé à aller voir un endocrinologue qui m’a diagnostiqué ce matin un SOPK + une Thyroïdite d’Hashimoto. J’en en effet des ovaires avec beaucoup de follicules, un niveau de TSH élevé avec T3 et T4 faibles et des anticorps anti hormone thyroïdienne…
    Mais comme je me sens beaucoup mieux j’ai du mal à le croire, je pensais que tout allait rentrer dans l’ordre. Je pensais que mes règles allaient bientôt revenir.

    Est-ce que ce diagnostique peut être réversible? Je ne sais plus trop quoi penser…

    Merci,
    Marie

    • Bonjour Marie,

      Tout d’abord, le SOPK est un syndrome, c’est à dire une combinaison de symptômes. Cela veut dire que si vous n’avez plus ces symptômes, vous aurez toujours l’étiquette SOPK par défaut, mais que cela vous importera peu. C’est le cas de beaucoup de mes clientes, qui sont officiellement SOPK, mais qui ont réussi à modérer, voire éliminer leurs symptômes, et qui s’en fichent donc un peu.
      D’une manière générale, on peut considérer que le SOPK est une difficulté à ovuler. Un problème de thyroïde peut très bien rendre l’ovulation difficile. Aussi, il est probable que le SOPK soit une conséquence du pb thyroïdien. Dans le cas de la maladie d’Hashimoto, on a toujours affaire à un phénomène d’hyper perméabilité de la paroi intestinale (« intestin poreux »). Il faut donc relier cette situation à vos intolérances. La clé est donc dans un premier temps d’observer avec le plus grand soin l’exclusion des aliments qui vous posent problème, et d’avoir une rotation des autres aliments (alimentation très variée) afin de ne pas en créer de nouvelles intolérances (l’exposition trop fréquente à un aliment peut en créer de nouvelles). Il est particulièrement important en cas d’Hashimoto d’éliminer tout gluten (exclusion totale) car sa composition serait très proche d’une partie de la glande thyroïde, et le corps confondrait l’un et l’autre, et les attaquerait en conséquence sans discernement. Mon conseil est de vous constituer une équipe thérapeutique autour de la problématique d’Hashimoto, comprenant médecin et nutritioniste. Vous aurez peut-être besoin d’un apport d’hormones thyroïdiennes. Ce qui est sûr cependant : le besoin en apport d’hormones thyroïdiennes diminue quand le corps n’est pas en stress (donc quand les intolérances ne sont pas ressenties, avec l’éviction) + vous ovulez quand vous avez assez d’hormones thyroïdiennes (donc vous avez vos règles). En clair : vous pouvez tout à fait vous sentir bien, ne pas avoir de symptômes, pour le SOPK comme pour Hashimoto, avec le soutien et le mode de vie approprié. Ce n’est généralement pas linéaire, il y a pas parfois des hauts et des bas, mais je pense donc que vous êtes dans la bonne direction, et qu’il ne faut pas lâcher l’affaire !

  • Gwendo dit :

    Bonjour

    Vous parlez d hypothyroïdie et pour l hyperthyroïdie ça peut apporter une acné hormonale aussi ? Si oui que faire dans ces cas là niveau alimentation et autres ?
    Merci de votre réponse

  • Anna dit :

    Bonjour Emmanuelle,
    Merci pour votre article ! Je n’ai pas trouvé l’article concernant l’hyperthyroïdie ? Peut-être ai-je mal cherché !
    Je suis atteinte d’une maladie de Basedow (donc hyper) depuis quelques années, je souffre d’acné et je me demande si c’est lié. Je suis venue presque à bout d’une acné kystique en régulant un peu mon système hormonal, mais depuis que j’ai été diagnostiquée et sous-traitement, c’est terrible ! L’acné revient en force, et n’est plus kystique, plutôt « granuleuse », plein de petits boutons concentrés. Je ne sais pas du tout quoi faire, c’est très déprimant !
    Merci beaucoup pour votre réponse, si jamais cet article existe bien !
    Bien bien à vous
    Anna

  • Léa dit :

    Bonjour Emmanuelle,
    Je me permets de vous laisser un commentaire car je trouve peu de documentation sur le lien hypothyroïdie et acné. J’ai été diagnostiquée avec la maladie d’Hashimoto en début d’année. Je suis suivie par une naturopathe qui m’a fait un régime sur mesure (sans gluten et sans lait, et en enlevant tous les aliments pour lesquels j’ai des intolérances), avec pas mal de compléments alimentaires (glutamine, rhodiola, vitamine D, magnesium… bref a peu près tout ce que vous conseillez pour cette maladie!). Je n’ai pas encore testé les postures de yoga « spécial thyroïde » mais je vais m’y mettre. J’ai bien compris qu’une hypothyroïdie ralentit le fonctionnement du foie et des ovaires (ou du moins le complique), par conséquent, peut-on affirmer qu’une hyperandrogénie puisse être causée par une hypothyroïdie ? J’ai l’impression que c’est le cas mais je voudrais en avoir le coeur net. J’ai une acné kystique persistante et les seules solutions non-naturelles qui ont fonctionné sont les pilules anti-androgéniques ou le spironolactone, qui est aussi un anti-androgénique. Mon régime m’a permis de diminuer grandement les boutons enflammés mais les micro kystes persistent. Je voudrais donc tout savoir si, à votre avis, ma démarche est correcte (en gros si la cause de mon acné est belle et bien ma thyroïde) ou s’il peut y avoir autre chose.
    Merci de votre aide
    Léa

    • une hyperandrogénie puisse être causée par une hypothyroïdie Oui, elle peut l’être, entre autre parce que l’hypothyroïdie accentue les pbs de glycémie. Si glycémie instable = insuline élevée, si insuline élevée = acné et ovaires qui produisent plus de testostérone qu’ils ne devraient. Par ailleurs, si votre intestin est hyperperméable (« poreux ») ce qui peut être le cas si vous réagissez à un ou plusieurs aliments, votre corps réagira contre les substances qui passent à travers la paroi de l’intestin et s’auto-attaquera. Et il cherchera à éliminer par la peau ce qui ne devrait pas se trouver dans le sang. Donc je pense que la piste explorée par votre naturopathe peut être judicieuse. Maintenant, ce type de protocole peut mettre du temps à agir, car le problème a mis généralement des années à se créer, donc il faut être patiente. Par ailleurs, la démarche ne doit pas que comporter des recommandations d’ordre alimentaire. Il est (entre autre) important d’agir également sur le stress, les biorythmes et d’éviter à tout prix les perturbateurs endocriniens….Pour info, l’Ashwagandha est souvent utilisée en cas d’hypothyroïdie (Hashimoto ou pas). C’est une plante qui peut peut-être se substituer à la rhodiola, elle est également adaptogène. J’en parlerais à votre naturopathe, éventuellement…

      • Léa dit :

        Merci de votre réponse! Ma naturopathe m’a également dit que les intestins mettaient beaucoup de temps à se réparer (au moins 1 ans/1 an et demi voire deux ans). Pour le stress elle m’a conseillé de prendre du magnésium et du rhodiola, mais je lui parlerai de l’Ashwagandha. En revanche je n’ai jamais entendu parler des biorythmes… D’après ce que j’ai trouvé sur internet il faut vivre au rythme de son horloge biologique ? Je vais essayer de prendre mon mal en patience. Ma naturopathe ma également dit qu’elle pouvait agir sur les androgènes, mais que pour ça je devais quitter la pilule (je vais l’arrêter en décembre, c’est un pur progestatif qui me fait de toutes façons plus de mal que de bien, acné comprise…)
        Merci en tous cas à vous.
        Léa

  • Camille dit :

    bonjour ! Je suis en hypothyroïdie et sous eutirox . A ce jour, ma thyroïde ne s’est toujours pas équilibrée depuis la mois d’octobre donc pour cela je vais revoir le médecin et refaire une prise de sang . Je fais de l’acné kystique sous peau qui ne veut pas sortir ! Ma question est de savoir si je peux prendre la pilule cerazette ou bien progestan ? ma gynéco m’a dit que la progestérone pourrait apaiser mon hypothyroïdie, mes crise de nervosité et d’angoisse et la peau ! J’ai 46 ans
    Je vous remercie 😉

  • BILLET Nathalie dit :

    Bonjour Emanuelle.
    Je viens de découvrir votre site et sans vouloir exagérer, vous me paraissez beaucoup plus crédible et censé que tous ces médecins que j’ai pu consulté jusqu’à présent (dermatologues, endocrinologues, gynécologues, etc…).
    Pour parler de moi, je n’ai jamais eu d’acné ado. Du côté de mes parents, personne n’a souffert de boutons ou d’acné. Je suis la seule !
    Mon acné hormonale est apparue vers l’âge de 28 ans environ.
    C’est vers l’âge de 30 ans que mon gynécologue a trouvé que j’étais en hypothyroïdie car je n’arrivais pas à tomber enceinte. J’avais des cycles anovulatoires.
    J’ai actuellement 49 ans. J’ai failli mourir l’année dernière après avoir pris DIANE 35 (j’ai fait un AVC) car je voulais essayer d’apaiser mon acné.
    J’en souffre comme la plupart des personnes dans mon cas et j’en deviens désespérée. J’ai honte de moi et je me sens sale.
    J’en ai marre de tous ces médecins qui me font culpabiliser et qui me disent d’être patiente car d’après eux, ça partira à la ménopause. Faire autant d’années d’études pour raconter des « conneries ». Ils ne s’intéressent pas à l’humain…
    Maintenant, cela fait 1 an que je prends des antibiotiques pour essayer de « calmer » mes boutons mais rien n’y fait. Et je sais que ce n’est pas bon du tout pour la santé.
    Alors, je suis ravie d’avoir pu faire votre connaissance à travers vos vidéos et conseils.
    Je viens de m’inscrire sur la liste d’attente de votre programme et je compte sur votre aide.
    Please, help me !
    A très bientôt.
    Nathalie

  • Deya dit :

    Bonjour,

    J’ai une thyroïde paresseuse qui est très fréquemment contrôlée avec les taux de TSH et T4L mais pas traitée.
    On m’avait prescrit un bilan anticorps à deux reprises mais rien. Du coup ce n’est pas une hypothyroïdie auto-immune, toutefois la TSH tourne souvent autour de 4 et la T4L dans la norme basse.
    Je n’ai plus d’acné depuis 4 ou 5 ans (j’ai 27 ans) mais je perds mes cheveux (peut-être une alopécie?), je prends très facilement du poids dès que je mange des glucides et je n’ai pas la pêche.
    Je sais que le stress peut être en cause mais c’est très difficile de s’en débarrasser lorque l’on a des problèmes personnels. Ma psy m’a prescrit du Xanax à prendre lorsque des crises d’angoisse font leur apparition, surtout en public.

    Concernant la thyroïde est-ce qu’il faudrait la traiter médicalement?
    Je sais que vous ne connaissez pas mon cas et je ne vous demande pas une consultation médicale en ligne mais est-ce que je devrais prendre rendez-vous de nouveau avec un autre endocrino ou une TSH à 4 (sans anti-corps) ne sera jamais traitée quoiqu’il en soit?

    Merci d’avance!

  • Poppy dit :

    Bonjour Emanuelle,
    Je m’appelle Poppie et j’ai aujourd’hui 34 ans.
    Mes premiers boutons sont apparus vers l’âge de 15 ans. Même si il n’y avait rien d’anormal pour mon âge, je l’ai tout de suite très mal vécu (je me sentais « sale »). Le dermato m’a prescrit du Tetralysal. j’en ai fait plusieurs cure lorsque j’avais de grosses poussées.
    Puis ces quelques boutons se sont transformés en microkystes sur le front, avec une peau grasse. Les dermatologues m’ont dit qu’ils ne pouvaient rien faire pour moi.
    Vers l’âge de 20 ans cela a empiré. il me semble que je prenais une pilule (que je prenais irrégulièrement) mais je ne me souviens plus du nom, c’est surement mon généraliste qui me l’avait prescrite. ma peau était grasse, remplie de points noirs et de boutons rouges douloureux qui devenaient blancs.
    Je me sentais trop mal j’ai arrêté mes études, arrêté mon petit boulot et suis restée enfermée un an chez mes parents.
    Puis l’acné a complètement disparu (sans absolument rien faire) et je suis partie vivre en Italie.
    pdt 6 mois ma peau a été tout simplement parfaite, sans la moindre imperfection. Je sais que c’est dur à croire. puis un matin je me suis réveillée avec le front remplis de petits boutons et en 3 jours j’étais de nouveau remplie d’acné, je commençais à sentir mauvais (sentir la transpiration, obligée de me laver 3 fois par jours) et perdre beaucoup de cheveux.
    je suis rentrée en France et ma mère m’a conseillée d’aller voir un gynéco. ce que j’ai fait. Il m’a dit je vous donne Androcur (1/2 comprimé + jasminelle) et dans 6 mois vous n’avez plus rien.
    au bout d’un mois plus rien. Magique. Au bout de 6 mois il me dit on essaye d’arrêter Androcur et on prend DIANE: rechute. Retour à Androcur, tout rentre dans l’ordre, puis de nouveau rechute: je prends Roaccutane en plus, cela marche, plus rien au bout d’un mois. Puis au bout de 3 mois de Rocaccutane: rechute! La dermato était très étonnée et m’a dit d’arrêter le traitement et de prendre mon mal en patience. Puis l’acné est repartie. Puis un jour: rechute à nouveau: alors je suis passée à 1 comprimé de Roaccutane. et malgré quelque petites rechutes j’étais enfin stabilisée: plus un seul boutons pendant 4 ans!
    Le gynéco m’a dit que j’avais l’air d’être stabilisée et que l’on allait essayer de baisser Androcur à 1/2 comprimé au lieu d’un entier: en 1 mois ma peau était redevenue grasse et j’étais remplie de boutons tout rouges (indolores et jamais blanc). J’ai aussitôt repris Androcur 1 comprimé mais cela n’a absolument rien changé. J’ai fait une cure de Roaccutane qui a amélioré ma peau. Mais sans être spectaculaire. c’est la que j’ai connu votre site, il y a un peu plus de 3 ans. Alors durant 3 années j’ai mangé sans gluten, puis sans lait de vache, puis sans lait animal, j’ai ensuite fait le régime hypotoxique (du mieux que je pouvais) sans résultat.
    Maintenant je remange du gluten mais pas de produits raffinés, je mange très très peu de produit laitier et de préférence du lait de brebis. je ne mange plus aucun produit transformé, jamais de sucre de gâteaux industriels ou de bonbons… je marche beaucoup (1h30 de balade quotidienne avec mon husky).
    La dermatologue m’a dit que ce n’était plus de l’acné mais que ma peau était devenu très réactive.
    je ne peux plus aller au soleil, dès que je mange chaud je deviens violette! j’ai des bouffées de chaleur comme une femme ménoposée. j’ai le visage qui rougit tout le temps et j’ai des boutons rouges. ma peau a changé. Même si ça n’est pas catastrophique je le vis très très mal.
    Mon médecin généraliste m’a trouvé une hypothyroidie. je prends du Levothyrox. Dès que j’arrête: je replonge. J’avais espéré que ça agirait sur mon acné mais non.
    Voilà, désolée pour ce mail interminable mais ça me gâche la vie, comme à bcp de personne qui sont ici. Je ne sors que pour aller travailler et sortir mon chien.
    Et ce qui m’inquiète c’est que l’endocrino, le gynéco et le dermato ne comprennent pas d’où vient mon acné. à chaque fois ils me disent qu’ils n’ont jamais vu ça. (dans le sens où ça vient puis ça part, Roaccutane ne marche pas, androcur plus bcp….) Mes ovaires sont très bien, pas de SOPK. Ils m’ont dit que c’était peut être psychologique. (j’ai vu des psychiatres mais pas de résultats non plus).
    Avez-vous des conseils Emanuelle?
    Merci pour votre site et bon courage à tous ceux qui n’arrivent pas à se sortir de leur acné.
    Poppie

  • Emmanuelle dit :

    Bonjour Emanuelle, bonjour Elsa,

    Merci pour vos articles et votre dévouement à ce site! Je le suis maintenant depuis une bonne année. Ma peau s’est nettement améliorée mais l’état ne s’est pas vraiment stabilisée, je connais encore beaucoup de bas! Cela fat un certain temps que je voulais vous écrire concernant la thyroïde et voilà qu’un article lui est dédié! J’ai eu un cancer de la thyroïde il y a 4 ans et depuis je souffre d’acné. Les traitements chimiques (IRAthérapie) n’ont pas fait de bien à mon organisme en général et cela s’en ressent au niveau de peau encore aujourd’hui. Les médecins « classiques » ne font pas la relation entre acné et thyroïde et pourtant je suis persuadée que tout cela est lié. Comment faire pour avoir une oreille attentive et surtout de bons conseils? Est-il possible d’intégrer la méthode avancée? j’ai une grande confiance en vous et je pense pouvoir trouver certaines solutions à ce problème qui a tendance à bien me tracasser au quotidien!

    • Emanuelle Haudegond dit :

      Bonjour Emmanuelle,
      Je vous remercie de votre confiance et de vos très gentils mots (que je transmets à Elsa, bien sûr). Oui, la relation entre thyroïde et acné n’est malheureusement pas très bien relayée, et pourtant je la voie pratiquement tous les jours avec ma clientèle privée. Mon conseil, en dehors d’être suivie par un très bon médecin, très à l’aise avec les problèmes de thyroïde, serait effectivement la méthode avancée 2017. Son protocole « acné/thyroïde » devrait vous être très utile. J’essaye de prévoir une session pour ce printemps, patience !

  • cecilia dit :

    bonjour,
    j ai de l acne depuis plus de vingt ans et ai commence a prendre diane 35 vers 17 ans car mes regles etaient tres irregulieres et acne legere
    j ai commence a perdre mes cheveux mais j en avais beaucoup et tres epais
    j ai alterne avec de l androcure et arret pilule pendant toutes ces annees
    legere amelioration sois diane, l androcure me stoppait mes regles
    depuis 6 ans ma perte de cheveux s edt acceleree et mes cheveux sont devenus de plus en plus fins
    je fais regulierement des examins sznguins ( tsh, t4 normales idem pour les hormones progesterones et oestrogrnes
    mais j ai visiblement des recepteurs hypersensibles et pour la premiere fois on vient de me doser les anticorps antithyroglobulines qui son tres eleves alirs que tsh et t4 sont normales
    je pense avoir hashimoto ( un cas dans ka fzmille)
    qurl traitement naturel puis je prendre
    on voit a present min crane tellement j zi perdu de cheveux! j ai besoin d une aide urgente
    merci d avance de votre reponse

    • Emanuelle Haudegond dit :

      Bonjour Cécilia, j’aimerais pouvoir vous dire que je possède une pilule magique qui agira immédiatement et rapidement, mais je ne l’ai pas. En revanche, ce que je peux vous dire, c’est que vous évoquez est très commun : la prise de pilule jeune (mise sous « silence » de l’ovulation depuis longtemps) + androcur peut facilement occasionner des soucis au niveau perte de cheveux : je l’évoquais dans l’article sur la perte de cheveux. Quant au diagnostic Hashimoto, il faut bien sûr qu’il soit poser par votre médecin, mais effectivement la présence d’anticorps peut orienter vers cela. Mon conseil est de revenir vers votre médecin pour en avoir le coeur net, et de voir s’il juge une médication nécessaire. Sachez toutefois d’avoir en parallèle le soutien d’un thérapeute en santé naturelle spécialisé peut vous être très utile : avec Hashimoto, certains aliments sont bénéfiques, d’autres peuvent poser problèmes. De même, certaines habitudes de mode de vie peuvent faire une grande différence. Ce ne sera pas aussi rapide que d’avaler une pilule ou supplément, mais vous mettre en place un plan personnalisé d’hygiène de vie, c’est vous donner les clés d’une solution à long terme. Je vous encourage donc à parler au médecin, et éventuellement à me recontacter si vous souhaitez aller plus loin en parallèle, d’accord ?

      • cecilia dit :

        merci emmanuelle
        oui je souhaite aller plus loin en parallele car visiblement l andocrinologue va attendre que mes taux de tsh et t 4 soient juges anormald alirs que j ai des znticoprs en nombre eleve et ma thyroide commence a grossir…
        je pense avoir deja trop attendu avec des resultats hormonaux soit disant normaux
        comment puis je proceder?
        faut il attendre la methode avancee ou pouvez vous me contacter?
        d avance merci

        • Emanuelle Haudegond dit :

          Bonjour Cécilia, je suis désolée, je ne peux en ce moment accepter de nouveaux clients, je suis engagée pour de nombreux mois. Et surtout, je pense qu’il faut avant tout que vous ayez un bon suivi médical, ce qui n’a pas l’air d’être le cas. C’est malheureusement très commun en France pour la thyroïde, selon mon observation. Je vous engage avant tout à changer d’endocrino en vous rapprochant peut-être d’un centre hospitalier universitaire. J’ai également « googlé » : bon médecin google thyroïde, et vous trouverez des pistes auprès d’internautes. Il est important que vous ayez un médecin à votre écoute, et que vous ayez accès à toutes les analyses sur le long court, car il faut contrôler l’évolution dans le temps. Et en parallèle, un naturopathe spécialisé dans les soucis de thyroïde/et/ou la méthode avancée offriront une aide supplémentaire. Bonne chance !

          • cecilia dit :

            merci emmanuelle
            je suis tres inquiete par ma perte massive de cheveux. on m a recommande des injections biotine bepsnthene, pensez vous que cela peut etre efficace alors que min probkeme est hormonal?
            j ai commence un traitemet bio5 qui est cense agir naturellement sur la perte de cheveux, qu en pensez ous?
            il y a egalement la mesotherapie, …
            je veux agir rapidement car mon cuir chevelu commence a etre visible.
            merci dd votre aide

          • Emanuelle Haudegond dit :

            Bonjour Cécilia,

            Je pense que ce type d’intervention est toujours à tenter, pour fortifier. Mais comme je l’explique ici, si le processus est enclenché, les choses peuvent être lentes. Et il faut agir sur la racine du problème, toujours.

  • Marie dit :

    Bonjour,

    Suite à un bilan général effectué avec ma généraliste, il a été découvert une TSH à 4.9 mUI/l + une carence importante en vitamine D. Tout le reste : transminase, cholestérol, glycémie, ferritine, hématologie, créatinine, sodium, chlores, potassium, protéine, calcium etc. est dans la norme. Bilan parfait hormis cette thyroïde qui, pourtant était à 1,67 il y a 4 mois et 1.68 il y a 1 an.
    Concernant le symptômes, j’ai toujours des choses qui pouvaient s’apparenter à une hypo (prise de poids parfois inexpliqué, acné, sensibilité au froid, fatigue mais légère) mais maintenant que la TSH a grimpé, je n’en ai pas plus qu’avant.
    J’ai donc refais une analyse + complète:
    – TSH 2.78 mUI/l
    – T3L : 3.05 pg/ml et 7.7 pmol/l
    – T4L: 0.66 ng/dl et 8.5 pmol/l

    Par ailleurs, je souhaite un bébé. Ayant des soucis d’ovulation depuis l’arrêt, j’ai bien évidemment pensé que cette thyroïde pouvait jouer. Mais je n’ovulais pas quand elle était à 1.68 et j’ovule maintenant alors qu’elle est supérieure à 2. Je ne comprends plus rien

    ça me semble correspondre à une hypo. Je dois refaire le point avec mon médecin. Ce que je ne comprends pas, c’est pourquoi ces variations : 1.68 puis 4.9 puis 2.7.

    Je prends ma température basale depuis le mois d’octobre. Je fluctue entre 36.3 et 36.7 le matin à 6h15. 36.9 à 37.1 en période post ovulatoire. Est-ce que ça va dans le sens d’une hypo ?
    Dois-je faire appel à un endocrino ? J’ai lu qu’une hypo pouvait entraîner des fausses-couches ou avoir des conséquences sur le bébé.

    Bref, je suis un peu perdue…
    Merci

    • Emanuelle Haudegond dit :

      Bonjour Marie,

      Je ne peux rien avancer, bien sûr, ne vous connaissant pas et n’ayant pas toutes les informations. Une hypothèse : les personnes qui souffrent de la maladie d’Hashimoto (hypo thyroïdie auto immune), aux stades précoces, voient leurs niveaux thyroïdiens évoluer extrêmement : ils souffrent souvent d’hyper thyroïdie avant d’hypo thyroïdie. Il serait à mon avis utile de vous faire tester pour les anti-corps, test qui vous permettrait d’infirmer ou confirmer cette hypothèse.

  • Emmanuelle dit :

    Bonjour Emanuelle, bonjour Elsa,

    Merci pour vos articles et votre dévouement à ce site! Je le suis maintenant depuis une bonne année. Ma peau s’est nettement améliorée mais l’état ne s’est pas vraiment stabilisée, je connais encore beaucoup de bas! Cela fat un certain temps que je voulais vous écrire concernant la thyroïde et voilà qu’un article lui est dédié! J’ai eu un cancer de la thyroïde il y a 4 ans et depuis je souffre d’acné. Les traitements chimiques (IRAthérapie) n’ont pas fait de bien à mon organisme en général et cela s’en ressent au niveau de peau encore aujourd’hui. Les médecins « classiques » ne font pas la relation entre acné et thyroïde et pourtant je suis persuadée que tout cela est lié. Comment faire pour avoir une oreille attentive et surtout de bons conseils? Est-il possible d’intégrer la méthode avancée? j’ai une grande confiance en vous et je pense pouvoir trouver certaines solutions à ce problème qui a tendance à bien me tracasser au quotidien!

  • Lisa dit :

    Bonjour Emmanuelle,

    J’aimerais avoir votre avis, car depuis quelques mois de nombreux symptômes m’empoissonnent la vie sans que j’arrive à m’en débarrasser.
    – La première chose est que j’ai arrêté ma pilule contraceptive il y a 8 mois environ (beaucoup d’effets secondaires, rétention d’eau, mal aux jambes, baisse de libido etc). Les 3 premiers mois j’ai eu des règles très régulières et ensuite plus rien. J’ai perdu du poids directement, mais aussi quelques mois après encore.
    – Au moment du début de mon arrêt de règles j’ai commencé à faire beaucoup de crises d’angoisse / panique, j’ai été très stressée = j’ai eu beaucoup de symptomes de spasmophilie (pieds qui fourmillent, muscles qui se raidissent, boule dans la gorge…). Ces états de stress sont variables, mais j’ai encore des périodes de grosses crises d’angoisse qui surviennent sans prévenir.
    – J’ai découvert en faisant des prises de sang, que je souffrais d’hypothyroidie. Je suis donc suivie depuis 5 mois par une endocrino, qui m’a prescrit du Levothyrox. Mes taux sont revenus à la normale. Nous visons un arrêt progressif d’ici l’été.
    – J’ai depuis l’arrêt de la pilule des petits boutons sur le front, qui apparaissent environ toutes les 3 semaines.
    – J’ai aussi fait des échographies, où l’on a pu voir que j’avais des microkystes autour des ovaires. Ma gynécologue m’assure que ce n’est rien de grave. Je dois aller faire une prise de sang pour avoir un bilan hormonal complet à fournir à mon endocrino.

    Voila pour l’essentiel du tableau, je ne sais pas quel niveau de détails je dois donner pour que ma situation puisse être vraiment compréhensible.
    Mais je voulais savoir, y a t’il un moyen de réguler tout ça ?
    Est ce que les crises d’angoisses peuvent être en lien avec ce déréglèment ? De même que les boutons ?

    Merci beaucoup d’avance pour votre aide

    • Est ce que les crises d’angoisses peuvent être en lien avec ce déréglèment ? De même que les boutons ?
      Oui, je pense que le point commun, ce peut être la thyroïde. Ce que vous décrivez est assez typique. Il serait important de avoir si vous souffrez d’hypothyroïdie « simple » ou « auto-immune », comme dans la maladie d’Hashimoto, où votre organisme attaque la glande thyroïde. La façon de savoir est un test d’anticorps spécifique dans vos bilans sanguins, votre médecin doit pouvoir vous renseigner. L’hypothyroïdie auto-immmune est de plus en plus commune, et elle aura une incidence sur l’ovulation (à priori, plus difficile). Elle peut être reliée à de possibles pb de stress (hypo/hyper cortisol) d’intolérances, de barrière intestinale poreuse, de carences… Certains perturbateurs endocriniens sont également soupçonnés de jouer un rôle.
      Une chose très importante aussi à vérifier est votre réaction face au gluten.
      J’espère avoir aidé et que cela vous donne des pistes, Lina… Si vous avez besoin de plus, il faudra se reparler.

  • Flore dit :

    Bonjour,

    Comment savoir si on souffre d’hypothyroïdie ? Quels sont les symptômes, mis à part l’acné ?
    Pour ma part j’ai de l’acné (surtout l’été) sur le bas du visage, le cou et le dos, j’ai 35 ans.
    J’ai aussi de la rosacée sur les joues.
    Que dois-je demander au médecin comme test qui soit fiable ?

    Merci d’avance.

    • Elsa Kreiss dit :

      Bonjour Flore,

      Voici un lien vers un article qui devrait vous éclairer quant aux symptômes. N’hésitez pas à demander des tests, effectivement, en cas de doute. Attention cependant, il faut parfois pousser un peu pour dépister correctement le problème : Emanuelle explique ici pourquoi.

      • Marc dit :

        Bonjour,
        Je souffre d’une thyroïdite d’Hashimoto ( non traitée medicamenteusement) et je suis épileptique. Moi qui aie connu l’ acné dans mon adolescence de façon légère. Aujourd’hui, à 40 ans je suis couverte d’acné sur le visage et parfois le dos.
        Je ne sais pas si ces lésions sont dues à un problème hormonal ou non, car elles peuvent quasiment disparaître pour reflamber par la suite et sans aucun lien particulier avec mes menstruations.
        Mon alimentation est quasiment saine, je me maquille rarement, je nettoie mon visage avec un savon noir et lorsque mes boutons sont inflammés, je fais des masques au miel et curcuma.
        Ma peau est très sensible, allergique. 40 au test.
        Que puis je faire pour faire disparaître ses boutons qui me traumatise.

        • Emanuelle Haudegond dit :

          Bonjour Marc, les poussées peuvent très bien correspondre à des fluctuations de production thyroïdienne. À certains moments, votre production peut être particulièrement basse, ce qui occasionnerait l’acné. Mon alimentation est quasiment saine L’alimentation à privilégier en cas d’Hashimoto est très particulière, et ne peut pas être inventée. Plusieurs études montrent un lien étroit entre la maladie d`Hashimoto et l`intolérance au gluten (maladie coeliaque). C’est donc la première chose à vérifier. De plus, les besoins en vitamine D et en certains minéraux sont accrus…

          • Marc dit :

            Vous êtes la première personne à me parler de régime pour la thyroïdite d’hashimoto, Aucun médecin ne l’a fait auparavant. J’ai déjà demandé des tests pour la maladie cœliaque et les médecins me rient au nez et parlent d’effet de mode.
            J’ai déjà banni le lait et c’est vrai je mange du gluten ou préparation à base de gluten même si c’est rare.
            Je fais beaucoup d’allergies cutanée et alimentaire et donc mon choix alimentaire est restreint. Je fais des écarts que je paie cher parfois c’est vrai.
            Ou pourrai je trouver ce régime svp?

          • Emanuelle Haudegond dit :

            Bonjour Marc, Je fais beaucoup d’allergies cutanée et alimentaire , cela confirme ce que je vous disais : il existe une connexion entre la réaction immunitaire de la maladie d’Hashimoto et celle des allergies. les médecins me rient au nez et parlent d’effet de mode. Je suis vraiment navrée d’entendre cela. Ce phénomène, pourtant bien établi et relayé aux US, semble peu connu en France. J’ai cependant trouvé le lien suivant en français: http://www.fibrokur.com/relations-Hashimoto-gluten-maladie-coeliaque/. Dans votre cas, où il existe de nombreuses allergies, il faudrait que votre plan alimentaire soit conçu « seulement pour vous ».

  • laure dit :

    Bonjour Emmanuelle,
    Est-ce que vous pourriez transmettre les informations (posture de yoga et alimentation) en lien avec hypothyroïdie aux participants de la session avancée précédente svp?
    En un an j’ai vu beaucoup de progrès sur mon acné. La méthode avancée m’a incité à me rapprocher d’une naturopathe qui m’a accompagné et permis de détecter des intolérances alimentaires. Depuis mon acné s’est grandement amélioré mais je n’ai toujours pas de règles régulière (3 à 4 fois dans l’année maximum) et je pense que l’acné qui persiste et revient est liée à cela et à l’incapacité de mon corps d’ovuler correctement.
    D’avance merci!

    • Emanuelle Haudegond dit :

      Oui Laure je transmettrai les informations, pas de soucis. Contente de savoir que l’acné va mieux. Ne désespérez pas pour le cycle, surtout : je compte justement beaucoup écrire sur ce sujet en 2017. Courage !

  • mary dit :

    bonjour je souffre d’hypothyroïdie sans acné;quels conseils me donneriez vous pour la redoper?
    merci

    • Emanuelle Haudegond dit :

      Les conseils dépendent de votre hypothyroïdie, Mary : il existe une grande différence selon qu’elle est auto-immune, comme dans la maladie d’Hashimoto, ou pas…

  • Camille dit :

    Bonjour,
    J’ai une hypothyroïdie que je traite depuis toujours avec le médicament Levothyrox (dosage 100mg). On la détecté lorsque j’avais 9 ans. Aujourd’hui j’en ai 23 et j’ai une acné chronique depuis mes 17 ans.
    J’ai cependant procédé à plusieurs changement dans mon mode de vie: plus de viande ni de produit laitiers, moins de gluten, huiles essentielles, massages, danse, yoga, produits cosmétiques naturels et vegan (dont Lily lolo principalement), etc. J’ai également suivi votre méthode anti acné (huile de jojoba, rhassoul, peeling citron, changement serviette et taie d’oreiller tous les trois jours, etc).
    Même si je constate au fur et à mesure quelques améliorations, je ne suis jamais parvenue à éradiquer totalement l’acné. En effet, surtout lors des périodes de règles et d’ovulation, ma peau s’enflamme et devient plus grasse.
    Malgré les avis des médecins et de mes proches, j’ai toujours que mon hypothyroïdie et mon acné était intimement liées.
    Aujourd’hui, je sens que quelque part, dans mon corps, il y a un dysfonctionnement seulement j’ai du mal à le situer et je cherche un moyen durable de le stabiliser.
    Que me recommandriez-vous ?
    Merci à vous pour tous vos précieux conseils!
    A bientôt!

    • Emanuelle Haudegond dit :

      Ô Camille, si vous saviez comme j’entends souvent des parcours tel que le votre ! Il est tellement dommage que ces choses soient si mal connues. Le médicament donne une certaine dose d’hormone thyroïdienne, et d’un certain type seulement. En traitement naturel, nous essayons de compléter son effet par l’alimentation, le contrôle du stress, le yoga et (parfois) certains suppléments. Mon expérience est qu’on peut ainsi améliorer le bien-être et la peau. Il n’y a pas de fatalité à souffrir d’acné à l’ovulation/les règles dans votre situation. Je reparlerai de la méthode avancée bientôt sur le blog et il y aura une téléconférence, donc vous pourrez me poser vos questions, si vous voulez.

      • Camille dit :

        Bonjour Emanuelle,
        Merci pour votre réponse.
        J’attends donc avec impatience la téléconférence!
        A bientôt!

  • Jennifer dit :

    Bonjour,

    J’ai un problème d’acné chronique mais impossible de savoir d’où vient le problème…

    Lorsque j’étais adolescente il m’est arrivé d’avoir quelques boutons au niveau du menton et du coté du nez mais sans gravité.
    A mes 19 ans j’ai commencé à prendre la pillule LEELOO. J’ai vu apparaître peu de temps après un à deux boutons assez volumineux proche du coin de la bouche (vraiment très disgracieux) qui finissaient par disparaître au bout d’environ 3 semaines, puis plus rien, puis ça revenait et toujours au même endroit… Je n’avais jamais mis la pillule en cause car ce n’était pas chronique, j’avais l’impression que mes boutons apparaissaient en période de stress et de fatigue.
    Mais au bout de 4 ans ils apparaissent toujours et ça s’aggrave, ils sont là constamment,laissant des traces rouges alors que je n’y touche pas et s’étalant sur la joue gauche particulièrement.
    J’en ai donc parlé à mon médecin qui m’a dit que c’était hormonal et m’a prescrit MINNERVA (DIANE 35). Cela fait maintenant 5 mois que je la prend mais j’ai toujours ces boutons qui me laissent de plus en plus de traces sur le visage..Mes boutons sont moins volumineux mais j’en ai toujours et je ne comprends pas pourquoi ça atteind spécialement ma joue gauche…
    Ces boutons me gâchent la vie et me déprime, je suis obligée de les cacher avec du maquillage ce qui aggrave surement la chose mais je ne peux pas faire autrement. Ça occupe mes pensées h24 et quand j’ai le moral à zéro me fait pleurer…
    Je fais du sport plusieurs fois par semaines, mange très sainement et est arrêté les produits laitiers. J’utilise des produits de nettoyage bio sans produit chimique et bb crème « sans silicones »…
    Auriez-vous une piste de ce qui me causeraient ces boutons?
    Car si c’était un acnée cosmétique ou une intolérence alimentaire j’aurai des boutons plus éparpillés non? (Je n’ai pas de boutons sur le corps).

    Merci d’avoir lu mon long témoinage…
    Bon courage à toutes contre cette acné qui nous pourri la vie!!!

    • Alison dit :

      Si tu en as spécialement sur la joue, ça peut être lié à un soucis respiratoire (as-tu des soucis de ce côté là, fumes-tu, laisses-tu ta peau respirer suffisamment?) (mais ça devrait être sur les deux joues, dans ce cas)
      Le fait que ton acné soit très localisée laisse penser qu’il s’agit d’un problème précis.
      Es-tu soumise à un fort stress, as-tu des soucis avec un de tes parents?

      • Jennifer dit :

        Bonjour Alison,

        Non justement je ne fume pas, mais il est vrai que j’ai été soumise à un certain stress et que j’ai toujours du mal à m’endormir donc niveau sommeil ce n’est surment pas le top…
        Je vais tester la méthode du double nettoyage avec le savon au miel de manuka, manger sainement en essayer d’éliminer certains aliments, continuer mon sport et faire du yoga. Cela ne pourra qu’arranger les choses de toute façon!
        Le pire c’est les traces rouges que ça me laisse, du coup j’ai l’impression de ne jamais m’en sortir…

  • Mu dit :

    Bonjour,

    J’ai une hypothyroidie traitée depuis des années, mais je n’ai jamais réussi à me débarrasser de mon acné hormonale située dans le dos (je n’ai jamais eu vraiment d’acné sur le visage). Même en faisant attention à l’alimentation et à une hygiène irréprochable.
    La pilule n’est guère une solution car soit elle est compatible avec l’hypothyroidie mais elle a tendance à donner aussi de l’acné…, soit elle est anti-acné mais dès l’arrêt de celle-ci c’est l’horreur…
    Une solution ?

    • Emanuelle Haudegond dit :

      L’alimentation susceptible de soutenir la thyroïde est très spécifique, Mu. D’ailleurs, les personnes qui jugent manger « très sainement » peuvent souvent aggraver un problème de thyroïde/acné, en autre parce qu’elles peuvent manger en excès certaines végétaux crucifères insuffisamment cuits ou manquer de vraie vitamine A (à ne pas confondre avec le béta-carotène). Par ailleurs, les dosages des médicaments peuvent être insuffisants selon les moments de votre vie, car la thyroïde peut être particulièrement « à plat » par intermittence, elle n’est pas stable. Si le problème persiste et que par ailleurs vous avez des « baisses de régime » par moment (fatigue), vous devriez certainement voir un naturopathe spécialisé…

  • >