Et si vous passiez à la coupe menstruelle ?

La coupe menstruelle, beaucoup de lectrices l’ont déjà adoptée. Elle peut être un très bon choix quand on a de l’acné hormonale face aux questions posées par la sécurité de certains tampons. Et si pour vous, la coupe menstruelle, c’était pour bientôt ?

La coupe, d’abord, c’est quoi ?

La coupe menstruelle est un petit récipient souple que l’on place dans le vagin pendant les règles.

Elle permet ainsi de retenir le sang, mais ne l’absorbe pas : elle se remplit petit à petit. Quand elle est pleine, on la retire, on la vide dans le lavabo ou dans les toilettes, et on la lave rapidement (en la rinçant bien).

La coupe a de nombreux d’avantages auxquels on ne pense pas forcément, et elle peut s’avérer judicieuse quand on a de l’acné…

Alternative santé

Un article explosif…

Le tampon, une influence possible sur nos hormones (et donc notre peau !)

Si vous suivez beauté-pure régulièrement, vous savez probablement que notre vie hormonale a une grande influence sur les problèmes de peau, dont l’acné.

L’un des conseils donné régulièrement par Emanuelle est d’éviter le contact avec certaines substances nocives, qui peuvent avoir un impact sur notre vie hormonale : les perturbateurs endocriniens.

Certains perturbateurs sont connus, d’autres moins. Beaucoup de femmes ignorent ainsi qu’en utilisant des tampons hygiéniques pendant leurs règles, elles peuvent tous les mois être exposées à de la dioxine.

La dioxine est issue du processus de blanchiment utilisé lors de la fabrication des tampons. C’est l’une des substance les plus actives et toxiques connues. Son impact sur la vie hormonale est tel que certains n’hésitent pas à l’impliquer dans certains cas d’endométriose, ainsi que dans des anomalies congénitales, dans l’incapacité à porter une grossesse à terme ou dans une diminution de la fertilité.

Découvrez à ce sujet l’article paru dans Alternative Santé.

Bien sûr, on manque de recul pour juger de l’impact réel de la dioxine sur notre santé. Cependant, il apparaît de simple bon sens d’éviter son contact régulier avec une muqueuse (les parois du vagin), car toutes les muqueuses sont hautement absorbantes et très sujettes aux micro-coupures…

Les alternatives existent. La coupe menstruelle, par exemple. Saine, cette protection durable est d’autant plus intéressante qu’elle peut aussi vraiment améliorer votre confort pendant les règles ! Depuis que je l’ai découverte, je n’utilise plus qu’elle. Je ne regrette qu’une chose : ne pas l’avoir connue plus tôt !

Ecologique, économique… et mignonne !

Adolescente, j’ai vécu près d’une usine de protections hygiéniques. Elles jonchaient la route qui passait à côté. Sans connaître aucun chiffre, je me disais que cela devait faire beaucoup, beaucoup de déchets. En fait, une femme qui utilise des tampons en usera à peu près 10 000 dans sa vie.

La coupe menstruelle, elle, dure 5 à 10 ans. Cette protection unique est donc également très économique, et ce quel que soit le prix du modèle que vous choisissez (15, 20, 30 euros). Faites le calcul !

Et ce qui m’a vraiment décidée, c’est que l’objet est plutôt mignon. J’imaginais la coupe comme un bout de caoutchouc incolore pas franchement glamour. Et bien pas du tout. En surfant sur Internet, j’ai découvert qu’il existait des coupes roses, mauves, jaunes, bleues…

Finalement, j’ai eu un coup de coeur pour le modèle à paillettes de Meluna : à cette période du mois où on se sent souvent moins séduisante, avoir une protection un peu « fun », c’est très agréable. C’est un peu comme de porter de jolis dessous !

meluna-pailletee

Le modèle à paillettes de MeLuna, so girly !

La contenance d’une coupe est nettement supérieure à la capacité d’absorption d’un tampon.

Une coupe grande taille peut recueillir 30 ml de sang, contre 18 à 21 ml pour un tampon Super Plus. Beaucoup de coupes standard en recueillent 20 ml. Selon le flux, et si taille est bien choisie, on peut garder sa coupe en place pendant 12 heures !

J’insère la mienne le matin, et je n’ai plus à m’occuper de ma protection de toute la journée. Plus jamais je ne me retrouve forcée d’improviser une serviette avec du papier toilette parce que j’ai oublié ma recharge de tampons… Et je suis aussi parfaitement tranquille la nuit. Fini les draps tachés !

Une protection saine

La coupe protège votre santé : contrairement aux tampons, qui absorbent le flux, ce qui assèche le vagin et favorise les mycoses, la coupe se contente de le recueillir. Sa surface lisse limite également le dépôt de bactéries.

Faite de silicone de grade médical ou de TPE, des matériaux très bien tolérés, et exempte de parfum, la coupe convient également aux femmes sensibles ou allergiques. Enfin, ne délivrant pas de toxines dans votre organisme, elle vous préserve de tout risque de syndrome du choc toxique.

Et la plus discrète !

Pour moi, le plus grand avantage de la coupe sur n’importe quelle autre protection hygiénique, c’est l’absence totale de mauvaises odeurs.

Une révélation ! Ce ne sont pas les règles qui sentent mauvais : ce sont les tampons et les serviettes, en faisant macérer le sang, qui causent les odeurs. Et comme la coupe n’a pas de ficelle, elle ne sent pas non plus l’urine (vous savez, quand on n’a pas retenu le fil avant de faire pipi…). C’est absolument génial !

Le partenaire ne sent rien non plus : avec la coupe, les préliminaires sont possibles pendant les règles ! Se montrer nue sans gêne aussi : la tige reste invisible, à l’intérieur du corps.

En cas de flux important

Personnellement, je n’ai dû vider ma coupe en cours de journée qu’après la pose de mon DIU, qui avait provisoirement accru mon flux.

C’est là qu’il faut prévoir un plan B :

Certaines emportent une bouteille d’eau pour pouvoir nettoyer leur coupe s’il n’y a pas de lavabo ; moi non : je me contente de me laver les mains avant d’entrer aux toilettes, et d’essuyer ma coupe avec du papier.

D’autres possèdent la coupe dans deux tailles différentes : l’une plus petite, pour le début et la fin de leurs règles, et l’autre plus grande pour le milieu, quand le flux est plus abondant. Si vous avez l’habitude d’utiliser deux tailles de tampons, c’est une très bonne solution !

En pratique…

Comment on la met ?

La coupe que j’utilise, la Meluna, arrive avec un petit sac, qui permet de la conserver entre deux utilisations, et un mode d’emploi. Je me souviens de ma surprise : elle est mignonne, mais elle paraît grosse… Elle a à peu près la longueur d’un tampon, mais elle est plus large.

Evidemment : le système n’est pas du tout le même. La coupe ne se gonfle pas de sang comme le tampon qui grossit dans le corps. Elle a donc d’emblée sa taille « adulte ».

D’où une technique particulière d’insertion (non, cela ne fait pas mal !). La coupe est très souple ; il suffit de la plier pour pouvoir la mettre en place facilement.

pliage

Le pliage « C-fold » (il en existe d’autres)

On l’introduit ensuite dans le vagin en la maintenant bien pliée (oui… il faut mettre les mains « dans le cambouis »).

On repère le col de l’utérus : si vous ne le connaissez pas, vous le découvrirez ! Il est souvent décrit par les utilisatrices de coupes comme « une protubérance qui rappelle un nez ».

On vérifie alors que la coupe entoure bien le col, qu’elle est bien déployée, qu’elle adhère correctement aux parois du vagin. Bien posée, la coupe est indolore et parfaitement confortable.positionnement-meluna

Sa mise en place peut sembler compliquée au début. Apparemment, il n’est pas rare d’avoir besoin d’un peu d’entraînement pour l’insérer facilement et en un clin d’oeil. J’ai connu quelques fuites les premiers temps. Mais maintenant, je place ma coupe sans réfléchir, et je n’ai plus aucun problème. J’ai pris le coup de main, et vous l’aurez très vite aussi !

Comment on l’enlève ?

Je sens que ma coupe est pleine quand elle se fait lourde, qu’elle commence à descendre, comme un tampon. Mais le retrait est différent : on ne tire pas directement sur la tige comme on le faisait avec la ficelle. On « pousse » avec les muscles du vagin pour faire descendre la coupe et la rendre accessible, puis on la pince à sa base pour la « déventouser ». Et on tire.

La tige n’est d’ailleurs pas indispensable : beaucoup de femmes finissent par la couper, plus ou moins court, une fois familiarisées avec leur coupe. La coupe est customisable !

Le retrait ne m’a posé qu’un seul problème : j’ai dû arrêter d’ôter ma protection dans n’importe quelle position (j’enlevais parfois mes tampons allongée) pour ne pas la renverser !

coupe-lavabo

L’entretien est tout simple… et bien suffisant !

Comment ça se lave ?

Pendant les règles, l’entretien de la coupe se limite à de simples rinçages à l’eau claire. Il n’est pas utile de la savonner : au contraire, un nettoyant inapproprié peut déséquilibrer la flore vaginale.

Cela peut sembler étrange : on a tellement l’habitude des mains gantées du gynécologue, du tampon neuf, immaculé… Cependant, le vagin, qui n’est pas une plaie ouverte, est très bien fait pour accueillir des choses d’une propreté ordinaire, notamment lors des rapports sexuels…

Ce n’est qu’en fin de cycle que l’on stérilise sa coupe (je la place quelques minutes dans l’eau bouillante).

Et vous, que pensez-vous de la coupe menstruelle ? Êtes-vous tentée ? Si oui, n’hésitez pas à poser vos questions !

 

Ressources utiles :

Pour de plus amples informations :

 

Si vous êtes prête à passer à l’acte :

Comment choisir

 

A propos Elsa Kreiss

Elsa Kreiss est auteur indépendant. Passionnée par la biologie, la psychologie, le bien-être et la beauté, adepte d'une alimentation saine et appétissante, elle découvre en 2013 beaute-pure.com. Enthousiaste, elle adopte le mode de vie anti-acné et obtient d’excellents résultats sur sa peau. Découvrez au fil de ses articles son approche pratique, ses découvertes et ses astuces...

, , , , ,

  • Annie dit :

    Bonjour, j’utilise la coupe depuis quelques mois et j’en suis satisfaite. Cependant, je remarque que j’ai beaucoup plus vite envie d’uriner (sans doute parce que la coupe appuie sur ma vessie) et j’ai des difficultés pour uriner ensuite. Est-ce parce que la coupe est trop rigide? Dans ce cas, quelle marque de coupes propose des coupes plus souples? Merci

    • Elsa Kreiss dit :

      Bonjour Annie,

      Je n’ai pas connu ce problème personnellement, mais à lire les propos d’autres femmes concernées, il semblerait que deux choses puissent aider : 1) essayer de placer la coupe plus haut 2) si cela ne change rien, changer de coupe, pour un modèle plus souple effectivement : quelle marque possédez-vous ?

  • Claire dit :

    Bonjour,

    Je viens vers vous car j’aimerai passer à la cup mais j’ai un DIU au cuivre. J’ai vu que certaines utilisatrices de cup avaient aspiré leur stérilet en la retirant. Avez vous eu ce problème ? C’est la seule raison qui m’empêche de passer à l’acte.

    Merci d’avance de votre réponse,

    Claire

    • Elsa Kreiss dit :

      Bonjour Claire,

      Non, je n’ai jamais eu ce problème. Sachez que l’effet « ventouse » de la coupe n’est qu’une expression : il n’est pas franchement aspirant.

  • Martinette dit :

    Vous pouvez voir aussi cette vidéo pour mettre et retirer la coupe menstruelle. https://www.youtube.com/watch?v=YIVA1gS9m6E – Ca vient du site http://www.lesanglaisontdebarque.com. Ca explique toutes les étapes par transparence dans le corps d’une femme.

  • Emy dit :

    Bonjour,

    Je vais me faire poser un sterilet dans 3/4 jours, et ma gynéco m’a prescrit des ovules pendant 12 jours depuis le début des règles.
    Puis-je utiliser la cup ou pas ??
    Je ne trouve pas de réponses, ma gynéco n’est pas à son bureau et les serviettes c’est une horreur… j’avais oublié….
    Merci 🙂

  • Sylvia dit :

    bonjour,

    je viens de sauter le pas et ai commandé une coupe.
    40 ans, et porteuse d’un DIU j’ appréhende un peu malgré tout.
    Mais j’ai lu beaucoup d’articles la concernant et je suis convaincue.
    Il me reste à l’essayer
    Une peur cependant, ne pas pouvoir la retirer….

  • Estelle dit :

    Bonjour !

    Super article qui explique très bien les choses. Je suis moi-même utilisatrice de la coupe depuis maintenant 4 ans et totalement satisfaite.
    Seulement, je vais changer de contraception en passant de la pilule au DIU au cuivre. Une de mes amies m’a dit que sa gynécologue lui avait formellement déconseillé d’utiliser des tampons pendant le premier mois pour limiter tout risque d’infection. Du coup je me suis demandée si c’était également valable avec la coupe. Je ne me vois vraiment pas devoir remettre des serviettes hygiéniques (qui pour moi sont bien plus à risque d’infections !) même pendant un mois. Je voudrais connaître votre expérience sur ce sujet-là.
    Je compte demander à ma gynécologue de couper le fil très court pour limiter les risques d’expulsion du stérilet, mais je suis réticente à lui dire que j’utilise la coupe.

    • Elsa Kreiss dit :

      Bonjour Estelle,

      J’avais reçu un conseil similaire de ma gynécologue pour la coupe (je n’avais pas hésité à lui dire que j’en employais une, et elle n’avait pas manifesté d’a priori négatif, au contraire) : attendre les règles suivantes pour la reporter. Par contre, j’ignore pourquoi le risque d’infection serait supérieur juste après la pose du DIU dans le cas des tampons déjà, et donc à quel point le conseil est pertinent ; je ne peux donc malheureusement pas vous en dire plus…

  • Mel dit :

    Coucou les filles, mooncup et endométriose sont elles compatibles ?

    bisouuus

    mel

  • mylene dit :

    oui effectivement je trouvais cette conclusion « suspicieuse » (même si elle me l’a affirmé clairement sur son blog récemment) car en faisant des recherches sur internet je ne trouvais pas de documentation allant dans ce sens!
    elle m’a beaucoup décontenancée pour tout vous dire!

    je suis à l’étape 2 de la méthode, j’ai acheté quelques produits sur votre boutique que j’attends avec impatience 🙂
    si vous pouvez m’envoyer l’étape 3 de la méthode je suis preneuse!

    et vous, sous DIU, en suivant la méthode vous avez vaincu l’acné?

    • Elsa Kreiss dit :

      Je trouve néanmoins le point de vue de cette gynécologue intéressant, car il se pourrait effectivement que certaines acnés soient liées au DIU, mais il est vrai que la raison précise, s’il y en a bien une, reste à confirmer/démontrer.

      Je viens de vous envoyer l’étape 3 par mail.

      Oui, la méthode, et sous DIU, a fonctionné sur mon acné !

      • mylene dit :

        oui je ne remets pas en compte ses compétences, elle à des articles très intéressants, notamment sur le DIU qui m’ont beaucoup aidés dans ma documentation.

        j’ai juste ressenti une angoisse quand elle m’a dit ça, en pensant que j’avais finalement aggraver mon cas en mettant le DIU…
        mais je me sens tellement mieux depuis que je l’ai, physiquement, et mentalement, la prise d’hormone m’a toujours dérangé, même si pendant des années j’ai préféré avoir des migraines que de l’acné, je n’étais jamais tranquille!

        merci pour la méthode et pour votre écoute, c’est agréable de pouvoir en parler, car parfois on se sent vraiment démunies, et limite parano! 😉

        je vous donnerai des informations au fur et à mesure de mon traitement antibiotique.

        • Elsa Kreiss dit :

          Avec plaisir ! 🙂

        • Loupiotte dit :

          Bonjour Mylène et Elsa,

          J’ai moi aussi vécu une grosse période d’acné intense suite à la réinstallation d’un DIU au cuivre après ma grossesse. J’étais moi aussi tombée sur les conclusions de Miss Frottis, mais après réflexion, je ne voyais pas trop quelle pourrait être mon alternative contraception… J’ai donc gardé mon DIU au cuivre. (Comme vous avec la pilule, migraine, déprime, etc…)

          Après un an et demi (oui, ce fut long…) je dois dire que mes problèmes de peau sont plutôt derrière moi. Je suis loin du teint parfait, mais ça va beaucoup mieux: quelques microkystes gérables, un seul vrai bouton par mois (surtout si j’ai eu la brillante idée de tenter d’éliminer un microkyste… il devient alors un bouton enflammé 9 fois sur 10…), un teint beaucoup plus clair.

          J’ai suivi la méthode d’Emmanuelle (que je remercie chaudement, d’ailleurs…) sans être parfaitement stricte – parce que je suis incapable d’être stricte sur quoi que ce soit dans la vie (et que j’aime trop le fromage… hihi!) Mais pour ce qui est des soins du visage, j’ai été très assidue.

          Ce qui, je crois, a fait le plus de différence:
          – protection solaire, protection solaire, protection solaire (par chez moi, je n’ai trouvé qu’un produit plutôt physique et qui ne me faisait pas de mal : Anthelios de LRPosay)
          – maquillage Lily Lolo uniquement, rien d’autre, c’est génial, ça permet de se sentir jolie quand même et c’est bon pour la peau
          – le STRESS… Je crois que je faisais de l’acné-de-la-thésarde: j’ai déposé ma thèse et pouf, la semaine suivante, moitié moins de boutons… Une bonne leçon de vie!

          Alors, je dirais: faisons ce que nous pouvons pour notre régime de vie et de soins de la peau, mais ne nous en faisons pas trop AVEC ÇA! Ça stresse! On dirait aussi que mes boutons ont diminué le jour où je me suis dit: bon, j’ai une peau pas fameuse, tant pis, j’ai plein d’autres qualités, allez au diable, satanés boutons, je ne veux plus entendre parler de vous! Je vous ignore! C’est un peu naïf, peut-être, mais j’ai vraiment le sentiment que cela m’a aidé, de m’en ficher un peu!

          Quoi qu’il en soit, bon courage, et profitez de la vie quand même!

          • Elsa Kreiss dit :

            Merci pour cette contribution, Loupiotte ! Et félicitations pour vos résultats sur votre peau !

            Pour ma part, c’est également largement la gestion du stress qui m’a permis de venir à bout de mon acné. C’est un facteur aggravant majeur et très commun…

          • mylene dit :

            merci Loupiotte pour votre témoignage, je me sens moins seule!
            je sais aussi que j’ai beaucoup d’efforts à faire au niveau de la gestion du stress! depuis le début de l’année je suis très stressée par le travail, j’ai du mal à dormir…
            Je viens tout juste de m’inscrire dans un club de sport, ça m’aide, je rentre je suis claquée, je dors! Mais dès le lendemain matin les crampes et douleurs du stress réapparaissent!…

            j’ai du mal à évacuer le stress, au mois de mai je me suis coincé les lombaires! mon ostéo m’a dit que j’étais une boule toute dure de nerfs!

            vous auriez des conseils contre le stress?

  • mylene dit :

    Bonjour Elsa
    je suis très intéressée par votre article car je me suis déjà posée la question de changer mes tampons contre une cup!
    franchement j’aurai d’avantage de questions à vous poser sur le DIU, je suis moi même porteuse d’un DIU au cuivre depuis moins de 6 mois, et j’avoue être un peu perdue!
    mon commentaire n’est peut être pas au bon endroit je m’en excuse, mais à quel endroit pourrions nous en parler? si toutefois vous en avez envie 🙂
    merci

    • Elsa Kreiss dit :

      Bonjour mylene,

      Demandez toujours, je verrai si je peux répondre 😉 !

      • mylene dit :

        Merci Elsa!
        Je vous raconte brièvement (enfin j’essaye).
        En début d’année j’ai décidé d’arrêter toute contraception hormonale à cause de multitude d’effets secondaires qui me bouffaient la vie, et le moral (mycoses à répétition, perte de libido, hypersensibilité pendant les rapports sexuels, migraines …).
        J’ai toujours été sujette aux migraines et à l’acné malheureusement! Vous savez je suppose que les pilules qui « traitent » l’acné ne sont pas recommandées pour les « migraineuses » et qu’une pilule plus « douce » dans les dosages peut/va causer de l’acné. Ce qui a été mon cas bien sûr!… 🙁
        Ma gynéco déprimée devant l’échec de toutes ses tentatives (j’ai essayé tout un panel de pilule en 5 ans, toutes avec des effets secondaires non négligeables sur mon quotidien ) m’a conseillé le DIU au cuivre.
        Je me suis documentée sur internet et je ne voyais pas de raison de ne pas le faire, plus d’hormones, plus besoin de penser à rien, retour à des cycles naturels… Bref c’est fait!
        Sauf que depuis je retrouve une acné digne de mes 14 ans même pire! 1 ou 2 jours avant l’ovulation jusqu’à la semaine suivant mes règles j’ai des kystes énormes sur le front, le menton, le haut des joues, les tempes… Je déprime! Ils mettent plusieurs semaines à partir et d’autres lésions inflammatoires apparaissent entre temps bien sûr!
        Je viens d’entamer un traitement anti-biotique de 3 mois pour m’aider car ma peau était complètement horrible : ports dilatés, teint gris, rougeurs, points noirs, kystes et surtout la peau grasse comme je n’ai jamais eu! En une semaine de traitement je n’ai pas eu de nouveau bouton, les gros qui étaient là commence à s’estomper… On m’a quand même dit que si les antibiotiques ne fonctionnaient pas restait l’alternative du roaccutane! Alors que je crois que le problème ce sont mes hormones.

        Je fouine beaucoup sur internet pour trouver des solutions, d’où mon arrivée chez Beauté Pure 😉 mais je prends peur parce que je trouve des sites ou on dit que le DIU pourrait être la cause de l’acné car il fait très mal travailler les ovaires, qu’il peut engendre le SOPK, (info vue sur le blog MissFrottis par exemple)…
        Je suis perdue. Je pensais me libérer de l’acné en supprimant les hormones, sauf que MES hormones ne sont pas mieux!…
        Mes questions sont : que pensez vous de ce qu’on dit au sujet du DIU?
        Quelle est votre expérience avec le DIU?
        La recrudescence de mon acné est-elle une coïncidence ou existe-t-il vraiment un lien avec le DIU?
        En sachant que j’ai pris la pilule pendant 15 ans, et que j’ai tout arrêté d’un coup pour passer au DIU…

        merci pour votre aide
        j’espère ne pas avoir été trop bavarde…

        • Elsa Kreiss dit :

          Je compatis, mylene : toutes les pilules me donnaient des migraines, alors que je n’en ai absolument pas au naturel. C’est justement l’une des raisons qui m’ont fait choisir le DIU.

          Oui, je connais le point de vue de Miss Frottis sur la question. Je trouve qu’on ne peut pas être formel là-dessus : les liens possibles entre acné et DIU au cuivre n’ont fait l’objet d’aucune étude… Le mécanisme même d’action du DIU au cuivre serait encore sujet à controverses. On ne peut donc que se baser sur l’expérience, et celle-ci est très différente suivant les personnes.

          Oui, nous avons déjà eu des témoignages de jeunes femme constatant une aggravation de leur acné après la pose d’un DIU au cuivre (et qui avaient arrêté toute contraception hormonale très longtemps avant cette pose). Mais cela n’a pas, par exemple, été mon cas : j’ai simplement retrouvé mon acné « initiale », que j’ai ensuite résolue grâce à la méthode. Il semble donc très difficile de généraliser sur le sujet, surtout en l’état actuel des connaissances.

          Dans votre cas, c’est d’autant plus difficile à dire que vous avez « enchaîné » sur un DIU juste après la pilule. On ne peut donc pas comparer avec votre « naturel » (il faudrait pour cela un passage prolongé sous contraception naturelle ou locale, préservatif par exemple, avec les risques que cela peut comporter // l’indice de Pearl).

          Je suis désolée de ne pouvoir apporter de réponse plus utile, mylene… J’aurais quand même tendance à dire que si les antibiotiques fonctionnent « malgré » le DIU, c’est qu’il y a possibilité de vous soigner en conservant celui-ci – point de vue tout personnel évidemment. Tenez-nous au courant, ces histoires de DIU et d’acné nous intéressent énormément.

          • mylene dit :

            merci Elsa pour votre réponse, et merci de me dire que je ne suis pas folle quand je dis à ma gyneco que toutes les pilules que j’ai pris n’ont fait qu’aggraver mes migraines!…

            j’ai conscience que le fait d’avoir enchaîné avec le DIU sans transition au naturel ne permet pas d’établir le lien direct avec mon acné, mais je me demande si le fait que le DIU fasse mal travailler mes ovaires (et donc augmenterait la production d’androgène) ne serait pas à l’origine de ces kystes inflammatoires très douloureux..?
            Qu’en pensez vous?

            dans tous les cas j’ai retrouvé mon acné « initial » comme vous dites, sur le visage, le dos et le décolleté, mais les lésions inflammatoires sont nouvelles…
            je viens de décider d’arrêter le lait de vache, que je consommais jusqu’à maintenant plutôt en grosse quantité (2 à 3 yaourts par jour + lait dans tous mes cafés, beurre en tartine…). J’ai lu que le lait de vache pouvait provoquer ce genre de lésions d’acné, très inflammées et douloureuses, et qui mettent plusieurs semaines à disparaître, quand elles ne laissent pas de cicatrices parce qu’elles se sont infectées!…

            dans tous les cas c’est la première fois depuis que je suis sous DIU que ces lésions sur mon front ne se sont pas infectées justement, j’espère et même je crois que c’est l’action des antibiotiques, je vois donc un point positif dans ce tableau noir!

            ma grande peur est que dès l’arrêt des antibiotiques tout recommence!

          • Elsa Kreiss dit :

            Disons que l’affirmation selon laquelle « le DIU fait très mal travailler les ovaires » ne fait pas du tout consensus chez les spécialistes, mylene : Miss Frottis a tiré cette conclusion de son expérience avec sa patientèle (elle me l’a dit, car je lui avais il y a quelque temps demandé sur quoi reposait cette conclusion, toutes les questions liées au DIU me passionnant). Cela ne signifie pas qu’elle se trompe nécessairement, simplement, on ne peut donc pas pour le moment considérer l’action du DIU sur les ovaires comme établie.

            Limiter les produits laitiers est une très bonne idée. Suivez bien la méthode gratuite, et tenez-moi au courant de ses effets sur vous sous DIU !

            (Je confirme pour les migraines : je n’ai jamais de migraines au naturel, c’est un effet secondaire classique et listé de nombreuses pilules.)

  • La Karott dit :

    Bonjour,
    Je voudrais simplement dire que je suis convaincue par la coupe menstruelle depuis maintenant 9 ans ; outre l’aspect écologique et économique, quelle liberté!
    Pour ma part je la vide 1 fois par jour, sous la douche, et je suis tranquille pour la journée.
    On en trouve de toutes tailles et de toutes les « consistances » (souples ou moins souples), chacune peut trouver son bonheur.
    Bien contente que cela devienne + largement répandu, parce que les tampons et serviettes des supermarchés, c’est tout bonnement horrible!

  • severine dit :

    Bonjour, j’apprécie ma coupe mais j’ai toujours peur quand je la retire que ce geste répété tant de fois accélère la descente d’organe… qu’en pensez vous?

    • Elsa Kreiss dit :

      Bonjour severine !

      A ma connaissance, il n’y a pas de littérature scientifique associant coupe menstruelle et prolapsus. Je ne peux donc que vous donner mon sentiment personnel : si ma coupe n’arrive pas à aspirer les fils de mon DIU, je ne vois pas comment elle pourrait aspirer un organe.

      On pense à l’effet « ventouse », mais en fait, les trous de la coupe laissent passer l’air, ce qui n’est pas le cas dans une ventouse. De plus, on est loin de retirer la coupe à la manière d’une ventouse, puisqu’on la pince pour la décoller des parois du vagin avant de tirer. L’aspiration, s’il y en a une, doit donc, je pense, être très faible. Mais ce n’est que mon point de vue.

  • Luce-Marie dit :

    Bonjour Elsa,
    Wow quelle mine d’information sur le sujet. Je viens d’apprendre l’utilité des petits trous!!

    Voilà 6 ans je j’utilise la coupe menstruelle DivaCup pour ne pas la nommer.

    Malheureusement je l’utilise seulement en début et fin de cycle et de jour seulement. J’aimerais pouvoir l’utiliser tout au long de mon cycle car je reviens avec mes vieilles habitudes d’utilisation de tampon.

    Voici mes problèmes rencontrés.

    Lors de journée de flux abondant, ma coupe déborde et c’est compliqué et désagréable de changer une coupe qui déborde quelque fois par jour. Aussi en règle générale lorsqu’installée, j’ai des fuites et la nuit j’ai trop peur des fuites alors je ne l’utilise pas.

    Aussi, la coupe presse sur ma vessie et j’ai plus souvent envie d’uriner.

    Le mode d’emploi de ma coupe dit de l’insérer peut profondément où la tige est tout au bord. Je vais toutefois revoir ma façon de la mettre en écoutant vos conseils, ils me semblent très intelligents.

    Merci

    • Elsa Kreiss dit :

      Bonsoir Luce-Marie !

      Je suis contente que cela vous serve ! 🙂

      Pression sur la vessie, les solutions possibles :
      – placer la coupe plus haut, en effet, pour voir si un positionnement différent appuie moins sur la vessie. Si cela ne suffisait pas :
      – essayer une coupe plus souple, qui logiquement devrait « appuyer » moins ;
      – peut-être essayer une coupe plus courte (la DivaCup est une coupe assez longue) ;
      – j’allais dire enfin, ou plus petite, mais si votre flux est trop abondant pour votre coupe actuelle, ce ne sera pas très intéressant…

  • LaRousse dit :

    Bonjour,

    Je suis fort intéressée depuis plusieurs mois par ces coupes menstruelles (que j’aurai bien voulu utiliser et avoir il y a de « nombreuses » années).
    Tant pis cela n’a pas été le cas !

    Aujourd’hui, je voudrais faire passer le message, et même plus, à ma fille (et d’autres).
    J’aimerai savoir si, vu son âge, cela est faisable (je pense que oui).
    Elle a 12 ans et fait beaucoup de sport (équitation, danse, natation…).
    Je lui en ai évidemment parlé il y a quelques temps et elle est d’accord !
    J’en ai également parlé à mon médecin, qui elle n’en avait pas entendu parlé; c’est chose faite (j’ai propagé l’info).
    Elle n’a jamais mis de tampon et c’est tant mieux vu la m…. (petit jeu du pendu pour savoir ce que j’en pense) que c’est !

    Que me conseillez vous comme taille et comme modèle ?
    Je suis prête à faire un essai même si je n’ai plus mes règles depuis tout autant de lustres.

    Merci pour les informations et les témoignages de toutes mamans, pré-ado, etc.
    Merci pour votre article qui conforte mon intention de lui faire ( à ma fille et à d’autres ) essayer cette méthode.
    Dans l’attente de vos conseils précieux.
    Encore merci

    • Elsa Kreiss dit :

      Bonjour LaRousse !

      Je vous conseille de regarder en priorité du côté du forum EasyCup : il y a différents témoignages de jeunes filles ayant commencé à utiliser une coupe très jeunes. Je préfère vous diriger là-bas, car n’ayant pas fait cette expérience moi-même (j’ai découvert la coupe bien plus tard), je pense que ce serait plus édifiant pour vous et votre fille que tout ce que je pourrais expliquer.

      En tout cas, il est sûr que la coupe menstruelle n’est pas contre-indiquée quand on est très jeune. Par contre, selon comment est l’hymen, l’insertion peut être plus délicate (j’aurais assez tendance du coup à conseiller une petite taille pour débuter, mais je me pose la question pour le modèle : a priori, la Sport conviendrait peut-être mieux du point de vue de la tonicité, mais la Classique est plus aisée à plier avant l’insertion…).

  • Nanamisa dit :

    Hello !
    Merci pour ce sujet, tu m’as convaincue (c’est pas faute d’avoir refait mon stock de tampons et serviettes avant hier xD) je vais passer à la cup ! Je l’ai connu justement grâce a la video super comique dont tu parles, j’étais un peu curieuse mais je trouve ça tellement gros … Enfin bon, j’ai regardé la video d’une youtubeuse qui disait ne plus pouvoir s’en passer et ton sujet aussi me rassure
    Dur au début mais si on finit par prendre le coup de main, autant essayer maintenant.
    Pour toi Meluna est une bonne marque ? Je dois avouer que j’ai ce stupide a priori du « si c’est moins cher que les autres, c’est parce que c’est de moins bonne qualité ».
    Enfin bon, est ce que tu peux me donner ton avis, je suis pressée de commander sur Meluna mais j’hésite avec ladycup ou easycup

    Merci 😀

    • Elsa Kreiss dit :

      Bonjour Nanamisa !

      Celle de la vidéo est spécialement grosse, je trouve ! sans doute une grande taille. Mais c’est de toute façon souple et ne se sent pas au port, tu verras !

      MeLuna, j’aime vraiment beaucoup : je n’ai jamais eu le moindre problème avec ma coupe de cette marque (dont le matériau serait de plus mieux recyclable que le silicone). Je pense que le prix peu élevé est un gros atout, surtout pour une première coupe (triste de perdre par exemple 30 euros si on s’est trompée de taille ou autre !), et je ne constate pas de problème de qualité.

      LadyCup : j’en ai eu une. C’est une très jolie coupe et très efficace, mais très glissante (absence de stries à la base et matériau super lisse). Pour ma part, j’avais énormément de difficultés à la retirer (effet « poisson qui glisse dans l’eau » 😉 ), mais d’autres utilisatrices en sont très satisfaites (j’imagine que la lubrification naturelle, plus ou moins importante, doit jouer pour ou contre 😉 ).

  • Tara dit :

    Bonjour,

    je me suis enfin décidée à investir dans une cup mais je dois dire que j’ai vraiment beaucoup de mal à la placer. Cette nuit je me suis retrouvée avec des fuites épouvantables. Avant cela, dans la journée je l’avais placée tellement haute que je n’arrivais plus à la retirer. Et malgré tout elle reste pliée et ne se déploie pas complètement.
    J’ai essayé tout ce que je pouvais mais pour le moment c’est sans grand succès. Je vais continuer à essayer encore et encore parce que je ne veux plus utiliser de tampons mais j’aimerais pas que ça dure trop longtemps .

    • Elsa Kreiss dit :

      Bonjour Tara !

      Il faut parfois quelques cycles pour parvenir à un usage satisfaisant. Vous y arriverez vous aussi !

      Coupe qui reste pliée : la pincer dans le sens contraire pour la déployer.

      Retrait : bien pousser avec les muscles pour faire descendre la coupe et la rendre accessible.

      Fuites : c’est uniquement la nuit, jamais en journée ?

  • sophie dit :

    Bonjour,

    Merci pour cet article qui m’a moi aussi fait franchir le pas. Je connaissais la cup, mais n’osais pas. Il faut dire que j’ai des règles très abondantes qui nécessiteraient un traitement médicamenteux selon ma gynéco. Mais comme je préfère éviter les médicaments le plus possible, je supporte chaque mois deux ou trois jours de flux très très important. Dans cette situation bien sûr, le nombre de tampons et de serviettes que j’utilise est considérable ! Et si je pouvais éviter une telle consommation, je serai plus en accord avec mon impact sur l’environnement.

    Donc, j’ai essayé la cup pendant tt un cycle : quelques fuites et surtout beaucoup de cups vidées pendant les deux jours de gros flux… Assez angoissant en fait.

    Je cherche à comprendre la cause de telles fuites (non dues à des débordements). Il se trouve qu’à ttes mes visites de gynéco, le médecin a toujours commencé par m’annoncer que mon utérus était rétroversé. Y a-t-il donc, à votre avis, une petite manip à faire quand je mets la cup, pour qu’elle soit un peu plus inclinée ? Et si oui, quelle orientation choisir ?
    Un grand merci !

    Sophie

    • Elsa Kreiss dit :

      Bonjour sophie !

      Alors oui, il est possible qu’il vous faille orienter la coupe un peu différemment : il faudrait que vous repériez votre col manuellement. C’est un peu spéléologique, mais peut vraiment aider : après insertion de la coupe, repousser un peu les parois du vagin et vérifier si le col ne dépasse pas de la coupe. La coupe peut être un peu à côté, ce qui donne des fuites. Une fois la bonne position trouvée et après un peu de pratique, cette vérification n’est plus nécessaire.

      Autres possibilités :
      – des trous qui se bouchent, ce qui fait que la coupe se « déventouse ». Si vous constatez que les trous sont bouchés quand vous la retirez, peut-être faudra-t-il les agrandir un petit peu ;
      – de « fausses fuites » : parfois, un peu de sang se dépose sur les parois du vagin pendant les manipulations. La coupe ne pouvant le récupérer, il laisse ensuite de petites traces. On peut passer un peu d’eau avec les doigts pour l’ôter (ou passer outre et porter un sous-vêtement noir).

      N’hésitez pas à me recontacter si aucune de ces options ne correspond à la situation !

      PS : flux très important : voir si une taille supérieure ne serait pas plus pratique.

  • JuliaCS dit :

    C’est coupes c’est une petite merveille. Lorsqu’on a un flux abondant comme moi ça fuit pendant les premiers jours de règle mais un protège slip par jour suffit. J’utilise la coupe depuis 1 an pendant lequel j’ai fait des économies considérables en tampons et autres serviettes. Par contre je trouve que les petits trous sur les côtés sont difficiles à nettoyer, même après ébullition dans une casserole d’eau.

  • A dit :

    Allo !!
    Merci beaucoup pour ce témoignage !!
    Moi aussi j’en ai entendu parlé depuis plusieurs mois, rencontré une copine d’une copine qui l’a adopté, et ça m’a tenté, mais comme toutes, j’appréhende!!
    En effet, les avantages sont tellement nombreux (économique, écologique, discret, pratique en rando, camping etc…) !!
    Mon problème actuel est que mes règles sont tellement faibles que je ne peux même pas porter de tampons minis, ils me font trop mal et un protège slip changé à la mi journée me suffit largement !!
    Aussi, une copine a eu le syndrome du choc, et j’avoue que dans tous les cas remettre des tampons me fait peur…
    Donc la solution cup m’intéresse. Je suis donc contente de lire tous vos témoignages et de lire qu’on peut se permettre de la vider et juste la « sécher » avec du papier et la remettre (les toilettes de mon bureau n’ont pas de lavabos, et sont situées dans la cuisine, je me vois pas la laver dans l’évier…), je pourrais donc la vider en milieu de journée (si besoin vu mon flux…), et la rincer le soir… à voir donc avec ma gynéco semaine prochaine en vue d’une autre contraception…
    Donc encore, merci à toutes!!! Je vais surement me lancer…

  • joe dit :

    J’ai souvent des fuites.
    Je voudrais trouver la raison.
    Quand je la vide elle est pleine à moitié ou au 3/4 et c’est au bout de 3h qu’il y a une fuite
    Pourtant je la mets assez loin comme un tampon, une fois sur moi je ne la sens plus, je n’arrive pas à voir l’effet ventouse, j’ai pris une grande taille pour flux abondant.
    Je ne la vide pas plus souvent car j’ai l’esperance de l’avoir bien mise et que ça ne coule pas.
    Le col de l’utérus on ne peux pas le sentir puisqu’on met la coupe en amont?
    Pour l’insertion, c’est avec les 2 mains le mieux? car j’ai besoin de mon autre main pour écarter légèrement.

    Cela pourrait venir de la taille? ou de la façon de la mettre?
    Désolé pour ces détails sordides mais je voudrais tellement y arriver.
    Merci d’avance!

    • Elsa Kreiss dit :

      Bonjour joe !

      Est-ce que sont de grosses fuites ou des « traces » ?

      La coupe est-elle bien déployée, sans pli ?

      Sinon on peut tout à fait placer sa coupe assez haut,
      mais avec le risque qu’elle aille trop loin et passe à côté du col, comme ici.

      Alors pour repérer le col une fois la coupe en place, pas le choix :
      il faut écarter un peu la paroi du vagin et passer le doigt à côté,
      dépasser la coupe et vérifier qu’on ne sent pas le bourrelet du col dépasser au fond.
      Je précise que j’ai beaucoup procédé ainsi au début, et que par la suite c’est devenu inutile,
      le placement était bon tout de suite, avec l’habitude.

      Une autre possibilité est une coupe qui se « décroche ».
      Dans ce cas, vérifier que les petits trous ne se bouchent pas :
      si c’est fréquemment le cas, les agrandir peut régler le problème.
      Et qu’il n’y a pas un trop plein d’air après la pose
      (voir ici).

      Aucun problème pour employer les deux mains.

      Ne vous découragez pas : il faut souvent un ou deux cycles pour apprivoiser la bête.
      Le tout est de parvenir à identifier le problème (on les cumule rarement).

  • J dit :

    Un grand merci pour les réponses que vous m’avez apportées pour les « fuites ». En effet, je ne savais pas ou se trouvait mon utérus et je mettais la coupe à côté…
    Maintenant ça marche à tous les coups, c’est un grand bonheur pour moi. J’étais tellement déçue que ça ne fonctionne pas. Je me sens vraiment libérée grâce à l’utilisation de la coupe. Encore merci!!!

    • Elsa Kreiss dit :

      Oh super, J !!

      Je suis bien contente d’avoir été utile ! 🙂 

      • J dit :

        Je vais maintenant en parler autour de moi!!!

      • Carole dit :

        Merci beaucoup pour ces explications Elsa : j’étais hyper contente de ma coupe depuis des années et depuis mon accouchement, malgré la taille supérieure, les fuites étaient fréquentes ! Je n’avais pas pensé à vérifier le positionnement par rapport au col, alors que les modifications anatomiques font que, peut-être, la façon dont je mettais la coupe avant ne convient plus parfaitement.
        PS : j’ajoute que j’ai été ravie de la coupe pendant des années mais que mon flux étant devenu plus abondant, je dois maintenant la vider en journée les 2-3 premiers jours et c’est quand même très pénible quand on n’a pas de toilettes avec lavabo, quand on est sur une aire d’autoroute, au travail, etc. Enfin je suppose que c’est un coup de main à prendre, il n’est pas question que je repasse aux tampons pour autant !

        • Elsa Kreiss dit :

          Bonjour Carole !

          Il semblerait effectivement qu’il faille parfois changer de technique voire de coupe après une grossesse. Il y a plusieurs sujets sur la question sur le forum Easycup, si jamais le repérage du col n’était pas suffisant !

  • Mumu dit :

    Bonjour,
    J’ai découvert cette coupe menstruelle grâce à cet article, donc je vous remercie, j’en ai commandé 2 via la boutique naturelle (une plus petite que l’autre) et je les ai reçu aujourd’hui, « Stérilisées et essayées », insertion et retrait n’ont pas du tout était compliqué 🙂 j’ai gardé plus de 2 heures la coupe et n’ai rien senti, aucune gêne contrairement au tampon quelquefois ! du coup j’attend le mois prochain pour essayer avec les menstruations ! ce sera moins facile du coup mais j’appréhende beaucoup moins le fait de savoir que le retrait ne me parait vraiment pas si difficile. Merci encore pour cette découverte !
    Bonne journée

    • Elsa Kreiss dit :

      Je pense du coup que vous ne devriez pas avoir davantage
      de difficultés pendant la période, Mumu, au contraire :
      souvent, les femmes trouvent les essais « à blanc »
      plus difficiles et moins confortables.

      Bonne journée à vous aussi !

  • Marylin dit :

    Hello,
    Moi il m’a fallu 6 mois de réflexions avant de m’y mettre réellement… mais ça y est, j’ai ma Mooncup et l’ai testée depuis 2 mois.
    Et ben… ce n’est pas si facile au début, il y a quand même quelques réglages à faire !
    (j’explique un peu tout ça dans une vidéo homemade : http://youtu.be/yv8BaKw66d8 )
    Mais globalement, je trouve le concept génial et je ne veux surtout pas revenir à une autre protection.

  • Emmeline dit :

    Utilisatrice depuis 6 ans, je n’ai toujours pas la meilleure technique lors des vidages, mais je ne retournerais aux tampons pour rien au monde ! (je l’ai fais une fois car prise au dépourvu, et bien c’était vraiment trop bizarre);
    Aux tout début c’est assez perturbant, on a un peu du mal, mais après 3 ou 4 cycles on prends le coup de main.
    Si besoin de faire une « vidange » en cours de journée, soit on a la chance d’avoir un lavabo dans le WC, soit on se lave les mains avt et après et on essuie juste la coupe. Même en rando c’est bien plus simple, s’il faut vider on trouve un coin discret, on n’oublie pas sa bouteille d’eau, et on ne laisse derrière sois qu’un peu de sang et d’eau; là où les utilisatrices de tampon doivent trouver comment transporter leurs déchets pour ne pas polluer derrière elles (et un tampon dans le sac à dos, c’est loin d’être fun).

    économies, écologie, moins de soucis, respect de son intimité. Que des avantages !

    une bonne surprise de retrouver une coupe menstruelle sur beauté-pure !

    • La Karott dit :

      Je me permets ce petit hors sujet pour dire qu’en randonnée (et même souvent « en temps normal »), je prends toujours ma bouteille d’eau quand je vais faire pipi : ainsi je me rince au lieu d’utiliser du papier. Je trouve que c’est beaucoup mieux!!

  • Alia dit :

    J’utilise une coupe depuis environ 1 an et je suis conquise par sa simplicité d’utilisation.
    J’utilisais des tampons depuis 20 ans… jusqu’à ce qu’on me découvre une fertilité pas terrible, une réserve ovarienne en forte baisse, ect… et jusqu’à ce que je découvre comment les tampons sont fabriqués… 🙁

  • Julia dit :

    Bonjour Elsa,

    Merci pour cet article. La coupe m’intéresse fortement. Le seul hic est que je me suis fait opérer d’une endométriose il y a deux ans. Et je sais que les tampons ont pu en être la cause. Du coup, j’ai un peu peur que la coupe soit déconseillée en cas d’antécédent d’endométriose.
    Qu’en pensez-vous?
    Merci beaucoup.
    Belle journée.
    Julia

    • Elsa Kreiss dit :

      Bonjour Julia,

      Si dans le cas des tampons conventionnels, on peut invoquer
      un lien dioxine/endométriose, dans le cas de la coupe,
      je ne peux pas vous répondre formellement.

      Aux Etats-Unis, l’Associated Pharmacologists and Toxicologists
      soutient que la coupe engendre un risque accru d’endométriose,
      en créant une obstruction qui pourrait faire remonter le flux.

      Cette position, qu’aucune étude n’a cependant permis d’étayer,
      est notamment basée sur l’idée que l’endométriose est due au flux rétrograde.

      Mais en l’état actuel des connaissances,
      le flux rétrograde comme facteur d’endométriose est une hypothèse,
      les causes de la pathologie étant encore mal cernées.

      Par ailleurs, près de 90% des femmes auraient des flux rétrogrades,
      sans pour autant souffrir toutes d’endométriose.
      Si le flux rétrograde était à incriminer,
      il semblerait donc qu’il n’engendre pas seul la pathologie
      (des facteurs génétiques, immunitaires, alimentaires, ont été étudiés).

      N’hésitez pas à poser la question à votre médecin ou gynécologue.
      Et s’il dispose d’éléments plus affirmatifs, à me les communiquer ;
      c’est une question importante.

  • palmir dit :

    J’ai découvert la cup il y a 4 ans lors d’un salon bio.
    J’étais prête à l’ essayer l’année dernière, suite à des allergies aux serviettes hygieniques.
    A ce moment, j’ai découvert une autre technique qui n’utilise rien.

    J’ai donc voulu essayer l’autre technique avant la cup(et cela fait 1 an déjà que je le fais) . Cela me convient très bien. Du coup je n’ai pas encore acheté la cup.

    Pour infos, je vous partage ces deux liens vidéos qui expliquent comment cela fonctionne.

    http://vivrecru.org/parlons-de-regles/#.U5jTn_l_swE

    et

    http://vivrecru.org/parlons-de-regles-la-suite/#.U5jZg_l_swE

    • Elsa Kreiss dit :

      Bonjour palmir,

      Je vous avais fait une réponse le mois dernier, et je l’ai bêtement effacée…

      Je disais donc : le flux instinctif, c’est très intéressant. J’ai découvert cela l’an dernier et j’ai constaté que mon corps faisait cela tout naturellement le premier jour des règles, qui restent retenues jusqu’à ce que j’aille aux toilettes. Je n’ai jamais de fuites, c’est magique !

      Je pense que c’est vraiment une expérience à faire et un moyen de se reconnecter avec son corps (j’estime que la coupe en est un aussi, d’une autre façon, notamment parce qu’on découvre son col et le véritable aspect de ses règles).

    • La Karott dit :

      Habituellement pendant mes règles, lorsque je reste chez moi ou que je n’ai pas de longue sortie à faire, je ne mets pas de « protection » et mon corps gère très bien, comme expliqué dans cette vidéo (merci pour le lien).

  • kpucine dit :

    Bonjour à toutes,
    Alors moi je me sens bien bête mais j’avoue que je n’arrive pas à l’utiliser… j’ai acheté une coupe il y a plusieurs années, et après plusieurs tentatives malheureuses, je l’ai rangée… et c’est bien dommage car je ne supporte plus les tampons, depuis quelques temps ça me démange !!! Je suis passée aux tampons « bio », que je supporte mieux mais qui sont très chers… la coupe serait donc la solution, mais impossible de la mettre en place…

    • Elsa Kreiss dit :

      Bonjour kpucine,

      Tu n’arrivais pas du tout à l’insérer, ou c’était un autre problème ?

      • kpucine dit :

        Bonjour Elsa,
        Merci pour ta réponse !
        J’avais du mal à l’insérer, et encore pire pour l’enlever !! Je ne veux pas mettre des détails « gore » ;), mais je mettais du sang partout et ça me faisait trop mal… je me pinçais moi même, bref, l’horreur !!!

        • Elsa Kreiss dit :

          En effet, je comprends que l’expérience ne t’aie pas encouragée à persister !
          Si tu veux retenter l’expérience un jour, je trouve le forum EasyCup très aidant :
          pour conseiller une technique d’insertion ou de retrait plus adaptée,
          ou un modèle qui conviendrait mieux (cela peut venir de là aussi : la taille,
          la souplesse, la forme… cela peut tout changer pour certaines).

          • Kpucine dit :

            Merci Elsa ! Je vais aller faire un tour sur ce forum alors… car en effet si je pouvais passer à la coupe définitivement, je le ferais avec plaisir !

          • Kpucine dit :

            Bonjour Elsa,
            Je suis allée chercher ma cup ce matin, car toutes ces discussions ont trotté dans ma tête… ma question : elle date donc de 2008, n’a pas été utilisée depuis et je me demande si elle ne peut pas être poreuse, et du coup moins efficace ?? Je l’ai trouvée un peu épaisse, je me demande si les autres marques ne seraient pas moins épaisses ?? C’est une DivaCup.
            Merci beaucoup !

          • Elsa Kreiss dit :

            Bonjour Kpucine,

            A moins qu’elle ne montre des signes tels qu’une odeur étrange,
            un film collant, etc, et si elle a été correctement conservée,
            la coupe étant à la base durable, je dirais que ça se tente !

            Concernant l’épaisseur, elle est effectivement variable selon les marques.
            Je n’ai pas eu la Diva entre les mains. La MeLuna est plutôt fine, et souple,
            par rapport à par exemple la LadyCup, pour celles que j’ai pu tester.

        • Camille dit :

          Bonjour les filles,

          Moi aussi j’ai tenté il y a quelques mois la moon cup (c’est tellement plus mignon en anglais !). Il faut reconnaître que tous ses avantages font rêver ! Sauf que, comme kpucine, je n’ai pas réussi à l’utiliser. En réalité, ce n’est pas tellement l’insertion qui a été difficile que le retrait.

          Première difficulté, la taille de la coupe. J’avais lu que pour les femmes avec un vagin assez court, il était parfois nécessaire de couper la queue pour ne pas la sentir dans le vagin. J’y suis allée pas à pas, un jour je coupais un petit peu puis un autre je coupais un peu plus jusqu’à couper entièrement la queue.

          Une fois la queue entièrement coupée, j’ai incroyablement galéré à retirer la moon cup ! Premièrement, après l’avoir portée plusieurs heures, elle s’était enfoncée un peu plus profondément dans le vagin et je n’ai pas des doigts de deux mètres de long et l’angoisse (oui oui, j’ai vraiment pris peur) de ne pas réussir à m’en dépatouiller n’a certainement pas facilité les choses (mon vagin se contractait). En fait, avec mes doigts, je n’arrivais à atteindre que le bas de la cup et… il n’y avait plus la petite queue pour m’aider !

          Cette histoire reste encore un mystère pour moi mais avec la frayeur que j’ai eue ce jour là… je peux dire que je ne suis pas encore remise psychologiquement pour retenter l’aventure !

          En tout cas je vous envie les filles, car les tampons et les serviettes, c’est pas une sinécure !

          • Elsa Kreiss dit :

            Bonjour Camille,

            Tu poussais bien avec les muscles pour faire descendre la coupe
            avant de la saisir ?

          • Camille dit :

            Bonjour Elsa,

            C’est ce que je disais, en fait ça m’a été difficile de pousser parce que je m’inquiétais de ne pas réussir à m’en sortir donc mon vagin se contractait :s
            Par ailleurs, je ne sais pas si je suis la seule dans ce cas mais, n’ayant jamais accouché, quand je pousse, c’est comme si je ne sentais pas vraiment d’effet à l’intérieur. Je ne sais pas si ça te parle ou à d’autres 🙂

          • Elsa Kreiss dit :

            Ok, je vois bien.
            Alors non, je sens très bien la poussée – 
            on fait comme si on allait à la selle,
            donc en fait un mouvement qu’on connaît déjà.

            Je pense que la panique a dû jouer.

  • Sarah dit :

    Bonjour,

    Cela fait un an et demi que j’utilise une coupe, et c’est peu de dire que cela a changé ma vie ! Depuis la coupe, je connais mieux mon anatomie. Je pense que certaines morales religieuses ont beaucoup à voir avec le fait que personne avant moi dans ma famille n’en avait jamais utilisé, alors que cela existe depuis des décennies ! Personnellement, je la recommanderai à mes filles quand elles auront leurs règles, on verra bien si elles adopteront ou pas.

    Un cycle d’utilisation et c’est comme si je l’avais eue toute ma vie. Un peu comme les serviettes, puis les tampons quand j’ai eu mes premières règles finalement, pas plus!

    Je rajouterais une petite note utile : je ne vide pas la coupe dans les toilettes, car le sang se dépose au fond, et y reste un moment, donc je préfère trouver un lavabo à côté des toilettes. Sinon en cas de nécessité, on peut effectivement la rincer avec une bouteille d’eau.

  • cécile dit :

    Bonjour,

    Alors là c’est la découverte totale, je n’en avais strictement jamais entendue parler ! Je suis curieuse d’essayer. J’ai arrêter le pilule récemment pour ne plus manger des hormones, de fait mon cycle est très irrégulier. Même si j’ai très peu de perte, je pense que je peux en porter une ?

    Merci pour la découverte !

  • Rory dit :

    Personnellement je n’ai jamais réussi à la mettre. J’avais davantage peur de pas réussir à la sortir mais c’est l’inverse qui s’est passé. Ce n’est pas que je la met mal, non, elle rentre pas c’est tout. J’ai pourtant pris la plus petite. Du coup je suis passée aux serviettes hygiéniques lavable sous différentes colories.

    • Elsa Kreiss dit :

      Aucun pliage n’a fonctionné, Rory, même pas le punch down ?
      Les serviettes lavables sont effectivement une bonne solution sinon,
      écologiquement et parce qu’il n’y a pas de produits douteux.

  • C.Void dit :

    Avant j’utilisais des serviettes. Avec mon flux abondant, je devais mettre des énormes serviettes la nuit et j’avais souvent des fuites, ça influait sur la qualité de mon sommeil car je n’étais pas tranquille. De plus pendant toute la semaine j’avais des irritations au niveau des plis de l’aine à cause des rabas autocollants que je devais légèrement découper pour adapter les serviettes à ma morphologie… Les tampons me rebutaient (avec leur coton qui s’imbibe lentement à l’intérieur de soi-même, leur ficelle qui pendouille, les fuites éventuelles)…
    C’était LA GALERE.

    Ensuite j’ai découvert ce qu’était la coupe menstruelle. Pendant 2 mois je me suis renseignée, j’ai hésité, comparé les marques, les prix, les modèles… (d’ailleurs merci au site et forum Easycup!) J’ai fini par acheter une petite Fleurcup violette.
    Quand je l’ai essayée j’ai tout de suite compris le geste du pliage, c’était facile. Par contre j’ai trouvé l’insertion (et surtout le retrait) désagréable. Et puis la tige même coupée de moitié me faisait mal, alors je l’ai coupée à ras et je n’ai jamais eu de problème pour aller la chercher sans tige.
    J’ai appris à mieux connaître mon anatomie, j’ai vu concrètement l’évolution de mon cycle menstruel. Vider le sang et les caillots ne m’a jamais rebutée, mais j’admets qu’il ne faut pas être rebutée par la vue du sang car on met effectivement un peu « les mains dans le cambouis ».
    J’ai eu une seule fois une « fuite », pendant ma 2ème semaine d’utilisation, car j’avais eu un flux très important pendant la nuit et les trous s’étaient un peu bouchés. Heureusement je n’ai eu aucune tache car je l’ai sentie devenir non-étanche au réveil.

    Bref aujourd’hui je ne vis plus la période des règles comme une torture infernale, et je n’ai plus besoin de cacher mes protections usagées, de refuser les baignades, de mettre des sous-vêtements la nuit, de me sentir mal à l’aise quant à mon odeur corporelle, d’aller « refaire le plein » au supermarché et que tout le monde voit ce que j’utilise au fond de ma culotte…
    J’ai seulement à la vider/rincer au réveil et avant de me coucher. La seule chose contraignante c’est que j’ai besoin de me déshabiller en bas, et de m’accroupir car je n’arrive pas à la mettre autrement.

    Personnellement je stérilise ma cup dans un bol d’eau couvert au micro-ondes pendant 3mn, car la méthode de la casserole est vraiment trop casse-tête pour moi !
    Par contre tous les 2-3 cycles je dois lui faire un bain d’eau oxygénée diluée pour dissoudre les taches qui restent dans les trous et sur les parois même après stérilisation.

    La cup, c’est révolutionnaire ! Je ne m’en séparerais plus. Je lui ai même cousu un joli pochon sur mesure afin de la ranger (le pochon Fleurcup est laid, a l’air peu solide et coûte trop cher).

  • Cynthia dit :

    Bonjour Elsa! Merci pour cet article, je tiens peut êtres ci élu que chose qui a une incidence sur mon acné hormonale! On peut rêver 🙂 en tout cas j’aimerais beaucoup’y mettre pour tous ces nombreux avantages… Mais voilà je me pose une question : peut on utiliser la coupe si l’on porte un sterilet? J’ai récemment voulu essayer des coupes jetable acheté en pharmacie et je me suis rendue compte par après que leur usage était déconseillées dans ce cas là… Qu’en pensez vous???
    Merciii!
    Cynthia

    • Elsa Kreiss dit :

      Bonjour Cynthia,

      Il est sûr que l’acné hormonale ne sera pas résolue par le seul passage à la coupe :D. Mais une somme de petits gestes peut faire beaucoup (j’en sais quelque chose, l’acné et moi ayant combattu longuement…).

      Pour le stérilet : il se trouve que j’ai un DIU au cuivre depuis l’an dernier. Je n’ai pas eu jusqu’ici le moindre problème pour le faire cohabiter avec ma coupe. Le fabricant n’y voit pas de contre-indication.

      Il y a eu débat sur cette question, mais rien de certain n’en est sorti : on observe des expulsions de stérilet, notamment la première année, chez des femmes qui n’ont jamais porté de coupe menstruelle. Difficile, donc, de faire un lien certain de cause à effet quand cela arrive à une femme qui emploie une coupe… Martin Winckler est très rassurant. Un autre médecin l’est moins, mais précise que son propos est théorique. On n’a en fait pas suffisamment de recul sur la question pour apporter de réponse très affirmée.

      Pour ma part, j’étais très motivée pour tester la cohabitation et ainsi enrichir la science et la statistique ;).

      • Loupiotte dit :

        Bonjour!

        Je porte la coupe menstruelle depuis plus de 15 ans. Au début, cela s’appelait le Keeper, c’était fait aux États-Unis, en caoutchouc naturel brun foncé qui tachait… pas très chic, mais efficace! Je n’ai jamais eu envie d’autre chose. Je l’ai porté en toute occasion, en voyage (génial, même au fin fond de la jungle ou en visite dans un village reculé du Maroc, quand la serviette ou le tampon usagé devient un déchet trrrrès problématique). Pour le sport, le vélo, la nage, la nuit, la robe sexy, l’avion, les longues routes, pour… tout le temps, finalement.

        Je porte aussi un stérilet au cuivre depuis environ 12 ans (avec interruption bébé). Je n’ai jamais eu de problèmes, sauf une fois : en enlevant ma coupe, un jour, j’ai tiré sur le fil du stérilet qui est sorti! Je n’ai rien senti, un
        pincement peut-être, mais j’ai du retourner à la clinique pour une installation – une petite galère quoi, mais rien de grave. Désormais, je fais plus attention à ce que les fils du stérilet (qui pour moi, doivent être un peu long… bon, je passe les détails de ma vie…) soient bien au fond avant de mettre la coupe. Mais je ne me suis jamais posé la question pendant 10 ans et tout était OK! Et maintenant, j’avoue que je me pose la question une fois sur 5… Avec des fils très courts, aucun souci c’est sûr! La gynéco qui me l’a reposé m’a dit n’avoir vu ça que deux fois en carrière. Ça arrive, mais faut être malchanceuse. Et puis c’est pas grave…

        Parfois, en début de cycle (flux très très très abondant pour moi) je ne rajoute qu’un petit protège-dessous en coton, lavable ou jetable (Natracare) et je suis en «bussiness» contre toute éventualité, en toute tranquilité d’esprit. Jamais eu de souci relatif à l’hygiène de la coupe, et je ne l’ai jamais stérilisée (oups, je n’y ai jamais pensé, personnellement, je la lave au savon à la fin du cycle, et je la rince à l’eau très chaude avant de l’insérer. Mais je ne donne pas de conseils là-dessus!). La première coupe m’a duré environ 4 ans (elle a été volé dans mon sac au retour de voyage, ils ont dû se demander c’était quoi…), la seconde, environ 6 ans aussi mais elle n’était même pas usée, j’ai changé car j’ai eu un enfant, pour le modèle plus grand. Ça fait 2 ans et elle est impeccable.

        Je pense que stérilet au cuivre + coupe menstruelle, c’est la manière écologique, voire simplement logique, de vivre sa génitalité féminine de manière harmonieuse avec soi-même et la nature!

        J’encourage vraiment toutes les femmes à s’informer et à tenter l’expérience. Je pense que la compagnie DivaCup accepte le remboursement sans questions de la coupe après essai si cela ne vous convient pas.

        Merci, Emmanuelle, d’accueillir des informations comme celles-ci, qui relèvent encore un peu du tabou, sur ton merveilleux site.

        Bonne journée!

        • Elsa Kreiss dit :

          Merci beaucoup Loupiotte pour ce retour !

          J’ajoute que si on a des craintes,
          on peut choisir de positionner sa coupe plus bas :
          certaines la posent très près du col,
          mais ce n’est pas la seule possibilité.

      • La Karott dit :

        J’ai moi même un DIU cuivre et j’utilise une coupe menstruelle. Je n’ai eu aucun problème jusqu’à maintenant.
        Ma médecin généraliste (qui est « ma gynéco » en fait, puisqu’elle me suit sur ce plan, fait les divers examens, pose des stérilets, fait des IVG, suivi de grossesse, bref tout, elle est super) est aussi dans ce cas, elle utilise une cup et porte un stérilet cuivre. Pas de problème non plus pour elle.

        Au passage, elle m’avait donné ce petit truc car juste après la pose de mon stérilet j’avais des règles très importantes avec douleurs : prendre de l’ibuprofène non seulement diminue les douleurs (étant assez stoïque et « anti-médocs » je ne voyais donc pas l’utilité d’en prendre), mais aussi permet d’avoir des règles moins abondantes (car il diminue les contractions de l’utérus!). Effectivement, ça marche et c’est bon à savoir!

  • J dit :

    Merci pour çe super article! J’utilise la coupe depuis bientôt un an et j’ai toujours des problèmes de fuite. Peux-tu expliquer plus clairement comment tu la positionnes? Si il faut l’enfoncer en la poussant du bout des doigts ou carrément aller à l’intérieur? Si il y a un moyen de vérifier qu’elle est bien mise?
    Merci!

    • Elsa Kreiss dit :

      Bonjour J !

      Alors oui, il faut aller à l’intérieur ! N’hésite surtout pas.

      Les fuites peuvent avoir plusieurs causes à ma connaissance :
      – La coupe n’entoure pas le col de l’utérus, mais passe à côté. Il faut donc s’assurer qu’elle l’entoure bien. Si tu ne fais pas ce « repérage », essaie, voir ce que ça donne. Au toucher, le col est une protubérance ronde.
      – Les petits trous de la coupe sont bouchés. Certaines les agrandissent un peu avec une épingle.
      – L’effet « ventouse » n’est pas là. En cas, la « méthode Marisette », trouvée via le forum Easycup, semble efficace…

    • C.Void dit :

      Coucou !
      Je l’utilise depuis un an également, je n’ai eu qu’une seule fuite, au début. Voilà comment je m’assure qu’elle est étanche:
      – j’essaie de ne pas laisser la coupe se déployer avant d’être bien engagée; si je n’y arrive pas soit je la sors et recommence, soit je la pousse fort (ce n’est pas très agréable mais pas douloureux)
      – ensuite je la pousse doucement et la positionne bien au fond en la faisant tourner pour voir si elle bouge sans problème
      – si elle n’est pas complètement déployée ou si elle bloque, je tourne mon doigt autour pour vider l’air, tout en poussant un peu les parois du vagin pour faire de la place et en la gardant enfoncée; en faisant ceci je m’assure que le col de l’utérus est bien « dans » la coupe, sinon je la tourne et l’ajuste doucement.

      En faisant comme ça normalement pas de risque de fuite (à part en cas d’obstruction des petits trous ou à cause d’un trop-plein).
      La rigidité de la coupe joue un rôle important dans sa capacité à rester étanche !! Toutes les marques (et modèles) ne sont pas égales. La mienne me convient parfaitement (petite Fleurcup).
      La méthode de pliage peut aussi être un facteur d’étanchéité selon la rigidité de ta coupe et sa capacité à reprendre sa forme.

  • Sophie dit :

    bonjour, merci pour cet article qui pour moi tombe à pic (ou presque). ce matin même j’ai acheté une coupe sans réelle conviction et sans réellement savoir comment s’en servir. Vous m’avait totalement convaincu et le prix de vos coupes est très attractif (j’ai payé la mienne le double) et elles sont beaucoup plus jolies. J’aurais une question : quel savon utiliser pour nettoyer la coupe (j’ai vai qu’il ne fallait pas utiliser le savon pour les mains, trop irritant) ? Merci

    • Elsa Kreiss dit :

      Bonjour Sophie,

      Je n’utilise absolument aucun savon pour ma part : ce n’est pas nécessaire (précise la notice de ma coupe). Je me borne donc à des rinçages à l’eau claire, et à la stérilisation dans l’eau de bouillante après chaque cycle.

  • Lydie dit :

    Bonjour
    Ma fille de 13 ans a des regles tres abondantes je lui ai dit d’essayer des mini tampons mais elle n’a pas encore essaye. Est ce que je peux lui conseiller d’essayer la coupe ? Elle n’a pas eu de rapports sexuels donc cela est peut etre moins facile a mettre ?
    Je ne connais pas moi meme la coupe je viens de decouvrir votre article
    Merci pour vos conseils

    • Elsa Kreiss dit :

      Bonjour Lydie,

      J’imagine que cela dépend de comment est l’hymen : pour ma part, j’ai pu utiliser des tampons de n’importe quel format dès mes premières règles sans problème ni douleur, ce qui n’est pas le cas de toutes les jeunes filles. La coupe n’est en tout cas pas contre-indiquée par les fabricants si l’on est vierge. On peut employer un lubrifiant à base d’eau pour faciliter l’insertion si elle est un peu difficile. Toutefois, je n’ai pas moi-même essayé la coupe avant les premiers rapports, donc je ne peux pas faire de compte rendu d’expérience ici.

  • Maud dit :

    Je suis un peu sceptique : le sang stagne dans la coupe situé dans le vagin pdt 12h ? N’y a t il pas un risque infectieux ?

    • Elsa Kreiss dit :

      Bonjour Maud !

      La durée plus courte de port préconisée pour les tampons
      viserait principalement à limiter les risques
      de syndrome du choc toxique.
      Ce syndrome n’a jamais été observé sur une utilisatrice de coupe.
      Cela expliquerait que l’on puisse la garder plus longtemps.
      Par contre, j’ignore de quelle façon la limite de douze heures
      a été déterminée.
      Je suis donc en train de me renseigner sur cette question,
      et compléterai ma réponse avec un maximum d’éléments
      dès que je serai en mesure de le faire.

      • Elsa Kreiss dit :

        En complément :

        J’ai répondu plus haut à Julia sur l’endométriose.

        Concernant d’autres affections, voici notamment ce que dit
        un article des professeurs Barbara North et Michael Oldham 
        paru dans le Journal of Women Health en 2011
        (résultats d’une étude menée sur 406 femmes) :

        « l’utilisation de la coupe n’engendre pas de colonisation accrue par les
        micro-organismes associés à la vaginose bactérienne, à la vulvovaginite
        (candida et autres levures), ou aux infections urinaires.
        (…) avant, pendant et à la suite de l’utilisation de la coupe,
        la flore vaginale est demeurée normale. »

  • onestlaa dit :

    Pour l’insérer faut pas être vierge bien sur ? 🙂

  • Freshfruits dit :

    Bonjour, merci pour cet article.
    Je m’intéresse depuis longtemps à la coupe menstruelle, sans oser me lancer.
    Mais je me sens maintenant prête !

    Pour information toutefois, il existe des tampons biologiques non blanchis, j’utilise ceux de la marque Natracare.

  • savie dit :

    Pour ma part la coupe je l’ai adoptée à 100% !
    Une vrai révélation qui rend la période des règles … comme les autres jours du mois !
    Déjà, comme tu le dis si bien, pas de ficelle qui devient tout sauf hygiénique et pas de fuites.
    Deuxième point, voir que je ne perdais pas des litres de sang mais juste quelques millilitres ! Avec les serviettes j’avais l’impression que ça n’arrêtait jamais alors que là on se rend vraiment compte de notre sang perdu ; ce n’est pas sale, ce n’est pas les chutes du niagara.
    Il faut juste apprendre à l’enlever ! La première fois que j’ai voulu l’enlever ce fut un grand moment de solitude ahah mais maintenant en 2 secondes c’est bon.
    Et non mettre ses doigts dans son vagin ce n’est pas bizarre, crade ou je ne sais quoi ! C’est notre corps, il est propre et on a le droit de le toucher !

    Bref je trouve que ça dédramatise les règles et on se réapproprie cette période !

  • Marina dit :

    Merci pour ce témoignage Elsa!

    J’ai fais des recherche et je fais le test de suite du tampon dans de l’au (apparemment au bout de 6h au retrait du tampon de l’eau , on verrai des centaines de petites fibres blanches qui serai en suspension dans l’eau!! ).

    Ceci m’intéresse extrêmement, avoir une Endométriose ou des problèmes de fécondité causé par des tampons, sa serai vraiment l’horreur! (je bosse en irm et j’en vois énormément donc pour vous dire que çà n’est pas exceptionnel).

    Par contre, concernant la coupe je suis embêté car je suis incapable de mettre un tampon sans applicateur.. alors qu’elle solution?

    es ce que le retrait de la coupe peux faire mal? encore merci a Elsa et a Emmanuel pour ce nouvel article toujours aussi passionnant..

    Marina

    • Elsa Kreiss dit :

      Bonjour Marina,

      Alors autant je trouvais le retrait des tampons parfois douloureux, autant celui de la coupe, pas du tout ! Elle « glisse », sans doute parce que la surface est lisse.

      Pour l’insertion, cela dépend du problème : est-ce que les difficultés avec les tampons sans applicateurs viennent d’une peur de mettre « les mains dans le cambouis », ou d’une difficulté à poser la protection correctement ?

      • Marina dit :

        Je ne sais pas, un peu des deux certainement. L’insertion d’un tampon sans applicateur m’a toujours rebuté

        • Elsa Kreiss dit :

          Alors une chose que j’ai trouvée plus facile avec la coupe, c’est de la positionner dans la bonne direction – les tampons sans applicateurs, je les plaçais souvent de travers (un peu douloureux).

    • Marina dit :

      eh bien je viens de plonger un tampon dans de l’eau, pas besoin d’attendre 6h pour voir apparaître de très fines fibres blanches .. Je suis bien contente de le constater, je vais passer a la coupe..

      Elsa comment savoir qu’elle coupe est la mieux adapté ?
      a nouveau, merci

    • Laura dit :

      J’apporte ma contribution : cela fait un moment que je suis passée à la coupe, j’ai eu un peu de mal au début pour bien la placée (j’avais des problèmes de fuites) mais j’ai très vite pris le coup de main, alors que comme toi, je n’ai jamais réussi à mettre de tampon sans applicateur ! La texture n’étant pas la même je trouve ca beaucoup plus simple avec la coupe.

  • lucie dit :

    Bonjour et merci pour cet article. Je connais la coupe menstruelle depuis quelques temps et n’ai jamais osé passer à l’acte. Adepte des tampons depuis le debut de mes règles, votre article m’interroge… D’autant que je suis assez sensible de ce côté la. Je vais y réfléchir plus serieusement. Ce qui me freine, c’est de la porter la nuit, enfin dans une position couchée. Et surtout, de ne pas réussir à l’enlever ! J’ai toujours utilisé des tampons avec applicateur…
    J’ai une petite question concernant les activités sportives, reste elle parfaitement en place ? Merci

    • Elsa Kreiss dit :

      Bonsoir Lucie,

      Alors oui, on peut faire de l’exercice avec sans problème, comme avec les tampons. Il existe sinon chez Meluna un modèle spécial sportives, plus rigide, notamment indiqué en cas de plancher pelvien très musclé. Mais je ne l’ai pas personnellement testé.

      Le retrait ne m’a pas posé de problème particulier : la coupe ne se perd pas dans le vagin. On la localise à l’aide de la tige (qui bien qu’à l’intérieur du corps, n’est pas très loin non plus !), et la coupe descend tout naturellement lorsqu’on « pousse » avec les muscles. Je trouve d’ailleurs le retrait plus agréable qu’avec un tampon : la coupe « glisse », alors que le tampon m’était parfois un peu douloureux à ôter.

      Et elle ne bouge pas la nuit.

  • >