Femmes : perdez-vous vos cheveux (ou avez-vous de l’acné) à cause de ceci ?

Raisons de perdre ces cheveuxLa perte de cheveux est certainement un des soucis les plus dévastateurs qu’une femme puisse connaître : la chevelure est associée à l’image même de la féminité. C’est pourquoi lorsque les cheveux s’accumulent sur la brosse ou le lavabo le matin, c’est souvent la panique !

Il existe de multiples raisons de perdre ses cheveux. Aussi, quand une de mes clientes vient me voir avec ce souci, j’essaye de trouver avec elle ce qui peut être à l’origine du problème. Quelles stratégies peut-elle, en l’occurence, adopter ? Si vous rencontrez le problème, voici une liste (qui ne prétend pas être exhaustive) des 5 situations auxquelles vous devriez peut-être penser. Par ailleurs, elles sont susceptibles de donner également de l’acné, alors si c’est votre problème, lisez aussi !

what-if-i-take-pill-by-accident_183x90_915586201. Votre pilule contraceptive (ou implant) est mal adaptée, ou vous venez de l’arrêter.

Certaines pilules contiennent une progestine dit « à index androgénique élevé » qui est susceptible d’occasionner une perte de cheveux (et de l’acné !) chez certaines personnes sensibles. Parmi les progestines à index androgénique élevé, on retrouve :

  • le levonorgestrel (implant NORPLANT, DIU (stérilet) MIRENA, il est présent dans plusieurs pilules contraceptives)
  • l’etonogestrel (anneau vaginal NUVARING, présent également dans de nombreuses pilules)
  • la medroxyprogesterone (injections de DEPO-PROVERA)

Une progestine est une hormone synthétique, que l’on appelle souvent de manière erronée « progestérone » mais qui n’est surtout pas à confondre avec la progestérone naturelle fabriquée par vos ovaires. Je parle ici de la différence cruciale entre progestine et progestérone.

La progestérone fabriquée par votre corps, elle, est bénéfique pour les cheveux, car elle inhibe l’enzyme 5 alpha-reductase (1), une enzyme qui convertit la testostérone en une forme plus active, la dihydrotestostérone (DHT). Elle joue ainsi un rôle anti-androgénique certain.

Quelles sont les solutions ?
Vous pouvez passer à un type de pilule à index androgénique moins élevé, par exemple à base de drospirenone, de norgestimate ou de cyproterone. Cependant, la pilule contraceptive inhibe l’ovulation (c’est sa raison d’être) donc la création par votre corps de progestérone naturelle. Or vous en avez énormément besoin pour vos cheveux et votre peau.

De plus les hormones de synthèse sont beaucoup plus fortes que nos vraies hormones. Or tout changement brutal et soudain de niveau d’hormones est susceptible d’engendrer une perte de cheveux. C’est pourquoi l’arrêt de toute pilule contraceptive, même à index androgénique peu élevé, peut vous exposer au problème.  Pourquoi ne pas essayer d’autres formes de contraception, sans hormones de synthèse ? Je parle ici des indices combinés (symptothermie), qui est la méthode que j’utilise. Mais il en existe plusieurs, dont vous trouverez une bonne description dans cet article.

9acqkodtm2. Vous produisez trop d’androgènes, ou y êtes hypersensible.

Les androgènes sont des hormones « mâles », mais toute femme en fabrique (dans des proportions moindres que les hommes, bien sûr) et en a besoin : les androgènes sont, entre autres, très importants pour une libido saine. Cependant, le problème, comme toujours, vient quand il y a excès : les androgènes sont susceptibles alors d’occasionner de l’acné, une perte de cheveux ou, au contraire, de l’hirsutisme (un excès de pilosité).

L’excès d’androgènes peut venir de nos glandes surrénales (situées au dessus des reins) ou au  niveau de nos ovaires. Si une analyse sanguine montre un niveau élevé de dehydroepiandrosterone sulfate (DHEA-S) mais que vos niveaux de testosterone et d’androstenedione sont normaux, l’excès vient en majorité de vos surrénales. Si l’ensemble des trois marqueurs sont élevés, alors l’excès vient en majorité des ovaires.

Que faire en cas de d’hyperandrogénie venant des surrénales ?

Votre docteur recherchera avant tout s’il y a une anomalie fonctionnelle. Par exemple il recherchera si vous avez une hyperplasie surrénalienne (une maladie génétique), ou une tumeur androgèno-sécrétante ou un syndrome de Cushing.

Cependant, beaucoup plus courants sont les cas de SOPK (syndrome des ovaires polykystiques) dont l’origine est surrénalienne. Près de 20% des SOPK (2) le sont.

Contrairement aux SOPK venant des ovaires, ce type de SOPK n’est PAS induit pas une résistance à l’insuline, ou tout autre situation (intolérances… inflammation…) qui peut empêcher l’ovulation, et dont je parle plus en détails ici. Il est le plus souvent influencé par le stress. On soupçonne également que l’exposition à des perturbateurs endocriniens peut jouer un rôle.

Quelles sont les solutions ?

Relax, baby… Si vous avez été diagnostiqué avec un SOPK, et que votre analyse sanguine révèle une origine surrénalienne, votre pire ennemi est le stress. Les techniques de relaxation (sophrologie, yoga, méditation, entre autres) sont certainement à explorer. Le magnésium ou la rhodiola, une plante adaptogène, sont également des pistes.

Que faire en cas de d’hyperandrogénie venant des ovaires ?

Bien que cela soit loin d’être toujours le cas (voir d’autres pistes ici), le SOPK « classique » implique généralement une insulino-résistance. Il est donc essentiel d’apprendre à conserver une glycémie stable tout au long de la journée, en évitant les aliments à index glycémique élevé par exemple. L’exercice physique est également important, et notamment le renforcement musculaire, car ils augmentent l’insulino-sensibilité (3). Certains compléments alimentaires peuvent être également être essayés dans ce but, comme la berbérine, le magnésium (préférez la forme transcutanée, à effet plus rapide), la taurine, le myo-inositol, le chrome, ou la N-acetyl cysteine. En revanche, la pilule contraceptive accroitrait l’insulino-résistance (4) et empêcherait la prise de poids musculaire chez les jeunes femmes (5), ce qui en fait à priori une option peu judicieuse quand on a ce type de SOPK.

signs-symptoms-ovulation-follicle-rupture3. Vous n’avez pas assez de progestérone.

Comme évoqué précédemment, la progestérone naturelle a un effet anti-androgénique. Produite par notre corps à partir du corps jaune (quand le follicule émet l’ovule, le follicule se transforme en une structure appelée corps jaune qui produit de la progestérone), elle dépend donc de l’ovulation. Le meilleur moyen d’avoir de la progestérone est donc d’ovuler régulièrement. Sous pilule, ou si vous souffrez de SOPK, vous n’ovulez pas et risquez de manquer de progestérone. Le stress peut également conduire à ce manque, car le cortisol, une des hormones du stress, est produite à partir de la progestérone.

Comment je sais si j’ai assez de progestérone ?

Le niveau de progestérone augmente après l’ovulation et est à son maximum une semaine avant les règles. Cela se traduit par une augmentation de la température basale. Si vous effectuez une prise de sang une semaine avant vos règles, votre progestérone devrait alors être au minimum (en fait, plus il y a de progestérone, mieux c’est) dans les normes correspondant à la phase lutéale du laboratoire. À titre d’information, la norme retenue en Californie à J-8 pour la progestérone est : supérieure à 8ng/mL.

Attention : il est inutile de faire une analyse si vous êtes sous pilule. Vous n’ovulez pas, et donc n’avez pas de progestérone naturelle. Inutile également de tester votre progestérone en première partie du cycle : les niveaux sont alors bas, ce qui est tout à fait normal. Enfin, si votre cycle est très long depuis longtemps, que vous avez vos règles deux à trois par an, vous ovulez très peu : donc il est probable que vous ayez peu de progestérone naturelle…

Que faire en cas de manque de progestérone ?

Le meilleur moyen d’avoir de la progestérone est encore une fois d’ovuler régulièrement. Comme j’en parlais dans l’article suivant, l’ovulation n’est pas toujours évidente. La formation du corps jaune demande énormément d’énergie (thyroïde…) et de nutriments. Elle requiert, entre autre, de bons apports en magnésium, en iode, zinc, sélénium et vitamine D. Une inflammation généralisée, caractéristique de problèmes digestifs ou d’intolérances (par exemple au gluten ou aux produits laitiers), peut également empêcher une ovulation régulière, ainsi qu’encore une fois, le stress.

Pour promouvoir une ovulation régulière, il faut donc faire attention à avoir une alimentation riche en ces nutriments, obtenir suffisamment de vitamine D, maîtriser sa gestion du stress et corriger ce qui peut favoriser l’inflammation : intolérances alimentaires, perméabilité intestinale, insuffisance thyroïdienne, ou insulino-résistance par exemple.

Certaines plantes peuvent être utilisées pour favoriser l’ovulation, dont le gattilier. Attention cependant en cas de SOPK : le gattilier augmente les niveau de LH, et peut au contraire aggraver votre condition si vos niveaux de LH sont déjà élevés. J’en parle en détails ici.

thyroid-fix4. Vous avez un problème de thyroïde.

Une perte de cheveux conséquente peut être le résultat d’un excès comme d’un manque d’hormones thyroïdiennes. Comme évoqué dans cet article, en se fiant aux seuls niveaux de TSH, votre médecin peut vous dire que votre thyroïde est OK… et se tromper. Des tests supplémentaires (T3, anticorps thyroïdiens) peuvent apporter plus de lumière.

Que faire en cas de problème thyroïdien ?

Votre médecin peut choisir de vous traiter en apportant de la T4, de la T3, ou une combinaison des deux.

Cependant si votre problème thyroïdien est dû une maladie auto-immunitaire, une bonne stratégie consiste à abaisser la réponse auto-immunitaire en corrigeant la flore intestinale et en faisant particulièrement attention au gluten. Le sélénium est également crucial dans ce cas.

5. Vous manquez de fer ou de zinc

zinc-pillsVos cheveux ont besoin de fer pour être heureux, c’est pourquoi une anémie peut occasionner le problème. Demandez à votre médecin à être testée, et voyez s’il vous recommande un complément. De la même manière, le zinc stimule l’ovulation, réduit l’inflammation et bloque les androgènes, toutes choses utiles pour votre peau et vos cheveux. Une insuffisance en zinc est fréquente chez les végétariens (6) et sous pilule contraceptive (7).

Quand verrez-vous des résultats ?

Malheureusement, même si vous avez identifié la cause, et que vous avez mis en place une stratégie adéquate, vous aurez certainement besoin de temps avant d’aimer à nouveau votre chevelure. Les cheveux poussent en plusieurs phases, dont l’une, la phase télogène, est une phase de repos. Une partie de vos cheveux est en phase télogène en ce moment. Lorsque vos cheveux sont en phase télogène, ils sont destinés à tomber deux à six mois plus tard, quoi que vous fassiez.

C’est pourquoi, même avec la meilleure stratégie, il peut se passer un long moment avant de retrouver votre toison d’autrefois. Mais ne baissez pas les bras. Soyez persévérante, restez concentrée sur votre stratégie et faites confiance en votre corps !

Et en aromathérapie, on fait quoi ?

L’huile essentielle de Romarin BIO, comme celle-ci, est réputée pour fortifier, assainir et stimuler le cuir chevelu. Pour l’utiliser simplement pour le soin des cheveux, et pour favoriser leur repousse, il peut être utile d’ajouter 2 ou 3 gouttes de cette huile à votre dose de shampoing.

J’aimerais entendre parler de vous…

Avez-vous déjà eu une perte importante de cheveux ?

Qu’est-ce qui était à l’origine du problème ? Qu’avez-vous fait pour retrouver votre chevelure ?

Crédits :

(1) https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/6542470

(2) https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25008465

(3) https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20351587

(4) http://press.endocrine.org/doi/full/10.1210/jc.2002-021528

(5) https://www.sciencedaily.com/releases/2009/04/090417084014.htm

(6) https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23595983

(7) https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/6481708

Certaines des informations contenues dans cet article ont été recueillies dans un article original pointu de la naturopathe Lara Briden, auteur du livre Period Repair Manual et reproduites avec l’accord de son auteur. Si vous êtes à l’aise avec l’anglais, n’hésitez pas à visiter son blog !

A propos Emanuelle Haudegond

Emanuelle Haudegond est la fondatrice de beaute-pure.com, un site dédié au bien-être féminin hormonal naturel et à la beauté de la peau. Spécialiste de la peau, diplômée de l'état de Californie, elle a longtemps travaillé auprès de dermatologues et de chirurgiens plasticiens avant de fonder sa propre clinique de soins esthétiques à Los Angeles. Elle a ainsi aidé des milliers de femmes de tous âges à retrouver santé de la peau et bien-être à chaque étape de la vie. Passionnée par la peau, guidée par des principes naturopathiques, elle partage au fil des articles de beaute-pure.com sa philosophie et ses astuces pour une peau magnifique et une vie de femme au naturel. Vous trouverez également dans son e-boutique, beaute-pure-boutique.com, une sélection de ses produits de beauté préférés, adaptés aux peaux à problèmes, et des compléments alimentaires brevetés.

,

  • Kristelle dit :

    Bonjour ,

    Voilà mon histoire ,

    Avril 2018 arrêt pilule jasminelle a 38 ans . Après 10 de prise .
    Deux moins après l’arret Peau un peu plus grasse mais rien de très important , par contre une énorme chute de cheveux , a ce jour je dirais que j’ai perdu 70 % de mes cheveux .. la chute est diffuse mais surtout dans la nuque derrière les oreilles les tempes , et dessusles oreilles et sur le front . Mes cheveux sont devenu cassants .. très fin comme électrique .

    Bilan sanguin ras sauf un taux de cortisol deux ou trois fois plus élevé que la norme .

    Le gynécologue m’a fait reprendre une pilule Jasmine cette fois ..
    Mon taux de testostérone est norme basse .

    Avez un conseil , je sombre dans la dépression .
    Merci à vous

  • Alexia dit :

    Bonjour,
    Je perds énormément mes cheveux (par poignée) depuis que j’ai arrêté la pilule. Problèmes de peau également, plutôt acné hormonale suite à l’arrêt.
    Je n’arrive pas à m’en débarrasser et trouver une solution ! Que faire pour détecter le problème ?

    • Kristelle dit :

      Bonjour Alexia,

      J’ai le même problème que toi depuis arrêt pilule jasminelle chute horrible de cheveux ai les 3/4 en moins .. je déprime car j’avais déjà les cheveux fins .
      Ça fait 7 mois ou plus que ça dure ..
      le dermato l’a diagnostiqué une alopécie androgenique !!
      A 39 ans .. je suis dépitée ..
      As tu trouvé une solution ?
      Merci .

      Kristelle

  • Corinne dit :

    Bonjour
    J ai 52 ans. J ai subis une hystérectomie totale. Ménopause violente++++(pas de cancer).
    Mais ce qui me hante le plus, au delà des autres symptomes violents, c est la perte de densité de mes cheveux, leur affinement et leur perte. J ai tout essayé je crois. Levure de bière, spiruline, zinc, huile essentielles,comprimés, huile de ricin. Je ne sais plus quoi faire. Je suis désespérée.
    Merci beaucoup à vous
    Corinne

  • STÉPHANIE dit :

    Bonjour Emmanuelle. Je me permets de demander une nouvelle fois votre conseil. Je perds beaucoup mes cheveux depuis plusieurs semaines. J’ai vécu il y a 3 mois plusieurs semaines de stress intense qui en sont sûrement la cause. Je suis aussi en train de me sevrer très progressivement de l’androcur, ce qui n’aide sûrement pas non plus. J’utilise déjà l’huile de ricin et le romarin mais quels compléments alimentaires pouvez-vous me conseiller ? Merci pour vos tous vos conseils et votre boutique dans laquelle j’ai déjà puisé plusieurs produits qui m’aident à supporter physiquement et psychologiquement ce sevrage.

    • Bonjour Stéphanie : ce que j’aurais tendance à recommander à ce stade serait d’optimiser l’optimiser l’apport de magnésium + alcaliniser votre organisme. Pensez légumes verts foncés avec des feuilles : blettes et autres feuilles vert sombre + salades vertes sombre + betterave + orange + fenouil + carotte + courge orange ou jaune + céleri+ pomme de terre + anis (condiment) + cumin (condiment) + curcuma (condiment) + gingembre (condiment) + sel marin + cacao cru + lait de coco TOUT BIO. Personnellement, j’envisagerais une cure de 3 mois de magnésium transcutané : 200ml + 100ml la cure de 3 mois. Le magnésium est se qu’on perd du corps en cas de stress et c’est un sauveur de l’équilibre hormonal. J’expliquais ici pourquoi je le recommande à toutes. J’expliquais ici l’incroyable impact du magnésium sur les hormones de la femme, comment le magnésium transcutané peut sauver vos hormones : démonstration : https://www.beaute-pure.com/comment-le-magnesium-transcutane-peut-sauver-vos-hormones-demonstration/

      • STÉPHANIE dit :

        Merci Emmanuelle. Je vais donc miser à plein sur l’alimentation car je prends déjà du magnésium marin tous les matins depuis des mois (d’ailleurs quand j’arrête je ne vais pas bien du tout – déprime, angoisse…). Je bois pas mal de thé vert pur (pour ses vertues anti-androgènes), j’espère qu’il n’absorbe pas trop mon fer. Merci pour vos conseils.

  • Colleen dit :

    J’utilise la creme Emerita depuis six mois et mes cheveux tombent enormement.

  • Chloé dit :

    Bonjour, que faire si mes DHEAS sont normaux, mais mes androstrendione sont en haut des limites? Je me demande si c’est ce qui explique que je perds beaucoup mes cheveux depuis près d’un an (sur le crâne et les côtés). J’ai 44 ans, je suis en ménopause depuis que j’ai 30-34 ans (et je prends des hormones synthétiques estrogel + prometrium). Merci pour vos dossiers, c’est la première fois que je trouve de l’info aussi simple à comprendre sur les hormones!

  • Elodie dit :

    Bonjour Emmanuelle,
    Ca y est la chute de cheveux post accouchement est arrivée. J’ai accouché il y a 3 mois et lors des shampoings je perds une bonne poignée de cheveux. Que me conseillez-vous pour y remédier? Complement alimentaire? Shampoings? Soins?? J’aimerai aussi que le traitement ne me donne pas de boutons. Le forcapil peut en donner a certaine femme… merci pour votre aide. Elodie

    • Bonjour Elodie, en externe, des bains d’huile de ricin avec de l’huile essentielle de Romarin. En compléments alimentaires, c’est épineux si vous allaitez. Cela demande l’avis de votre médecin, pour ne pas nuire au bébé. Souvent, il faut avant tout combler d’éventuelles carences en zinc et en fer, et vérifier l’état de la thyroïde….

      • Elodie dit :

        Merci pour votre retour. Non je n’allaite pas donc je peux prendre des compléments. J’ai entendu parlé du maca ? Avez-vous des retours sur des compléments efficaces?

        Merci

        • Bonjour Elodie, le maca n’est pas à mon avis sans danger potentiel, il n’est pas pour toutes… Je pense que vous devriez d’abord faire vérifier votre thyroïde, fer et zinc avant de vous lancer dans une autre supplémentation. Après un bébé, il arrive fréquemment que nos niveaux de nutriments soient un peu bas, on a beaucoup donné au bébé…

  • Mélodie dit :

    Bonjour Emmanuelle, connaissez-vous une marque de mousse coiffante naturelle svp? peut-être à proposer sur la boutique…
    Merci

    • Bonjour Mélodie, c’est en effet quelque chose qui pourrait être utile sur la boutique. En terme de crème coiffante, nous avons pour le moment la Crème lactée Denovo, qui permet de traiter ET de styliser. C’est un bon produit, il faut en mettre très peu pour que les cheveux ne soient pas alourdis. Aussi, si vous perdez vos cheveux, pensez à l’huile essentielle de Romarin. Je vais essayer de faire un article sur le sujet, mais cette huile essentielle est incontournable dans ce cas.

  • Cecile dit :

    Bonjour,

    J’ai 40 ans et je suis en période de pré ménopause , je perds mes cheveux , moi qui ne les perdais jamais , avez-vous un conseil à me donner s’il vous plaît ??

  • lili dit :

    Bonjour,

    J’aimerais savoir si il est dangereux de mélanger le Saw Palmetto avec des pytho-oestrogènes? Je prends actuellement 3 gélules par jours d’huile d’onagre, la même quantité d’huile de bourrache, de fenugrec et d’ortie, ainsi qu’une gélule de saw palmetto et de gatillier. J’espère ainsi retrouver un équilibre hormonal. Selon mes analyses j’ai un taux normal de LH et de progestérone mais un taux bas d’oestrogènes (limite basse) et un taux élévé (limite haute) de testostérone. Cela donne lieu à toute sorte de désagréments insupportables. A savoir qu’à la prise de pilule tous ces symptômes disparaissent mais je ne veux plus la prendre.

    • Bonjour Lili, ce n’est juste pas ma vision des choses que de mélanger autant de choses, de compléments, de plantes, etc. Face à un possible déséquilibre hormonal, je pense que la première chose, c’est d’écouter son corps, sans chercher à le diriger, donc sans rien utiliser. Et là, pendant au moins deux à trois mois, d’observer son cycle en utilisant la symptothermie. Que dit le corps ? Comment est le cycle sur 3 mois ? On peut garder la bourrache, mais le reste c’est superflu. L’important, ce sont des légumes-racines en cette saison, des graines et des huiles (sésame, noisette, noix, amandes, cajou, noix du brésil…) et des épices pour soutenir la digestion : cannelle, cardamone, curcuma, muscade, gingembre…, + plein de fibres (donc des légumes verts à feuilles) + de l’eau (mais jamais froide) et du sommeil et de la relaxation…

  • Deborah dit :

    Bonjour Emmanuelle,

    Merci pour vos magnifiques articles. J’ai lu de nombreux articles concernant l’ortie contre la chute de cheveux. Cependant je suis tombée sur un article qui disait ceci:

     »Secoisolariciresinol, a lignan in nettle root displayed a modest inhibitory effect on DHT binding to SHBG in vitro, theoretically resulting in greater concentrations of free DHT in serum and in local tissues. The lignan 3,4-divanillyltetrahydrofuran, also present in nettle root was able to completely inhibit DHT from binding to SHBG, yet another indication that it can result in increased free (active) DHT available to tissues such as that in the scalp. »

    C’est pourquoi je me demandais si l’ortie est un bloqueur de DHT ou pas. Pourriez-vous m’éclairer? Est-elle bonne contre la chute de cheveux ou bien justement augmente t’elle le taux de DHT dans les tissus comme le cuir chevelu?

    Je bois régulièrement des tisanes d’orties feuilles et racines car je perds beaucoup de cheveux. Je ne sais pas si c’est bon dans mon cas.

    Je vous remercie d’avance,

    Deborah

  • Cécile dit :

    Bonjour
    Je perd mes cheveux et j’ai de l’acnée essentiellement autour de la bouche et du menton .
    Je perd beaucoup les cheveux car j’ai du psoriasis dans le cuir chevelu
    Pensez vous qu’il y ait un lien avec mon acné
    Cela fait 10 ans que je ne m’en sors pas. J’ai 40 ans.
    Merci pour votre aide.

  • Béatrice dit :

    Bonsoir

    J’ai une très grosse perte de cheveux depuis 2 ans et ils se sont très affinés (comme éléctriques) , masse capillaire, surtout le dessus, et j’ai découvert depuis peu que j’ai 2 kystes aux ovaires.
    Pensez vous qu’après le traitement mes cheveux repousseront bien , se réepaissiront et retrouveront la normale?
    Cela m’angoisse beaucoup 🙁
    Merci.

    • Bonjour Béatrice, je n’ai pas assez de détails pour pouvoir vous aider, ne sachant pas de quel type de kystes et du traitement évoqué… D’une manière générale, si le souci n’a été que temporaire, il est probable qu’effectivement, vos cheveux repousseront, même si c’est souvent long, comme évoqué dans l’article.

  • sa dit :

    Bonjour; merci pour tous vos conseils
    j’ai des cheveux gras et très fins et une chute importante , j’ai aussi le problème de poils partout , le bilan hormonale montre qu’il y a que la testostérone qui est un peu élevé ; les autres androgènes (delta 4 androsténidione-DHEA-S) dans la norme , progestérone et E2 TSH- FSH- LH aussi dans la norme , j’ai mes règles chaque mois aucun problème, j’ai cette chute et cette pilosité depuis l’adolescence , d’où peut venir mon problème et qu’elle est la solution adaptée . aidez moi s’il vous plait

    • Bonjour Sa, la première chose à se demander, c’est si vous êtes sujette à l’insulino-résistance. J’en parlais un peu ici (même si vous ne souffrez pas de SOPK, l’article vous concerne)

      • sa dit :

        je ne suis pas sujette à l’insuino-résistance d’après les test

        • sa dit :

          je ne suis pas obèse et je ne prend pas de pilule, FT3 et FT4 aussi dans a norme
          je veux juste savoir si vous conseillez le palmier nain à vos clientes qui ont les androgènes élevés et est ce que ça marche avec elles (SPOK: ça leurs diminue la chute et la pilosité?) et est ce que je peux l’associer avec l’ortie puisqu’il est très riche en minéraux et régule les hormones d’après ce que j’ai lue ou mieux avec le gattilier( le gattilier je le prend depuis 4 ou 5mois jusqu’à maintenant je ne vois pas une grande différence)

          • Bonjour Sa, je ne conseille jamais un complément sans connaître le profil de la personne de manière individuelle (à moins qu’il ne s’agisse de quelque chose de générique et sans risque, type magnésium). De plus, ma philosophie n’est pas de chercher à « cacher » ou à contrecarrer un symptôme avec un complément. Je pense qu’il est beaucoup plus productif de s’interroger sur ce qui peut le produire, et d’éliminer l’élément déclenchant. C’est la solution à long terme.

          • Aurelie dit :

            Bonjour, je suis dans le même cas que toi. Je n’ai pas de problème d’insulino résistance et je pense que mon problème vient d’une hypersensibilité aux androgènes due surement aux surrénales car c’est clair que quand j’ai un coup de stress, j’ai ensuite les cheveux gras puis une irritation du cuir chevelu et chute. Le truc c’est que le stress fait parti de la vie, ok on peut apprendre à mieux le gérer mais il y aura toujours des situations stressantes. Et comme toi, je ne sais pas quoi prendre. Emmanuelle conseille de consulter avant de prendre un complément mais perso je n’ai jamais rencontré personne de compétent pour me conseiller. Alors je pensais prendre du gatilier, peux tu me dire si tu as vu des effets maintenant ?

          • Aurelie dit :

            Je présice que j’ai fait une cure de MSN et une série de piqûres de bepanthene et biotine mais sans succès.

  • g dit :

    bonjour, avez vous un remède naturel efficace contre les poins noir et les ports dilatés. merci

    • Bonjour,

      Nous avons donné des solutions ici. Cela devrait vous aider…

      • g dit :

        merci pour votre réponse,
        est ce que vous savez si les feuilles d’ortie en gélules ou tisane peuvent être efficace pour le taux d’androgène élevé, j’ai lue que les racines sont efficace inhibiteur de 5alpha réductase mais ils sont aussi anti aromatase (anti oestrogène)
        est ce que les feuilles sont anti androgène sans qu’ils soient anti aromatase

  • Nadege dit :

    Bonjour
    J’ai parcouru tous les articles sur votre blog sans trouver d’article sur les cheveux gras. Aussi je me permets de venir sur cette article pour vous poser ma question. J’ai les cheveux fins et extrêmement gras ce qui vient empirer mon front ( je fais de l acné rosacee depuis 10 ans et j’ai les ongles striés => votre dernier article était très intéressant je fais une cure de betteraves) et je voudrai savoir si vous aviez des conseils pour avoir des cheveux propres sans faire des shampoing trop régulier. Merci en tt cas pour tous vos conseils car aujourd’hui il y a un réel manque d’efficacité pour traiter lacne. Bonne journée

  • Sophie C. dit :

    J’ai eu la désagréable expérience d’une pelade sévère et je suis loin d’être convainque par les traitements médicamenteux. Les corticoïdes m’ont déclenché un eczéma et j’ai finalement arrêté tous les traitements. Je me suis penché sur les médecines douces et ça m’a bien réussi. Mes cheveux ont cessé de tomber et ont très vite repoussé. On lit partout que c’est le stress qui provoque la pelade, moi c’est surtout la pelade qui m’a stressé !
    Je suis donc allée faire de plein de (bonne) énergie chez un maître reiki (un bon !) et j’ai complété en local par une application tous les 2 jours d’Actipouss Plus (Miss Antilles). Je fais un travail sur moi-même pour chasser les idées négatives et je relativise (après tout, je ne subis pas une chimio!). Comme j’ai les cheveux longs (enfin ceux qu’ils me restent) j’ai investi dans des peignes, barrettes, foulards et même des extensions que je bricole pour masquer mon alopécie presque totale.
    C’est dur à vivre donc attention à la spirale de la déprime et des médicaments !
    La pelade n’a pas l’air d’intéresser les chercheurs mais ce serait bien que les personnes qui en sont atteintes partagent leur expérience.
    Certains s’en sorte bien avec des compléments de plantes et de vitamines.
    Alors Emmanuelle, à quand un livre de recettes contre la pelade?
    Bien à vous,
    Sophie

    • Bonjour Sophie, mais enfin le livre, c’est à vous de l’écrire, votre retour d’expérience est magnifique, merci d’avoir partagé ! Je crois en effet qu’un travail sur soi-même, relativiser, partager astuces, soutien (et protocoles naturels ?) sont essentiels pour faire avancer les choses face à cette condition qui peut être très destabilisante pour une femme. Peut-être une page FB serait utile ? Que celles qui seraient intéressées l’exprime, ça donnera une idée de s’il faut passer à l’action…

  • Louise Aubery dit :

    Bonjour Emmanuelle,

    J’ai grand besoin de votre aide.
    Voilà mon problème : j’ai commencé à prendre la pilule Diane 35 il y a 2 ans, pour remédier à mon acné.
    Cela a très bien marché.
    Sauf que mes cheveux se sont vraiment affinés, c’était très bizarre.
    Les coiffeurs m’ont dit qu’en arrêtant la pilule, je retrouverai mes cheveux d’avant. Je souhaitais l’arrêter dans tous les cas; donc j’ai fait beaucoup de recherches et entamé un arrêt progressif sur 6 mois.
    Je pensais m’en être sortie, mais non : 3 moos après la fin du sevrage, j’ai retrouvé mon acné, beaucoup de microkystes sur le front, les joues, le menton; mes cheveux sont devenus très gras et je les perds énormément.
    J’ai fait une analyse de sang : taux de testostérone assez élevés mais dans la norme, taux de progéstérones et oestrogènes dans la norme également, mais après analyse poussée mon taux de TSH est assez bas et surtout mon taux de T3 Free qui est sous la norme.
    Pensez-vous que cela est un problème thryoïdien ?
    J’ai également des problèmes intestinaux, mais j’ai du mal à croire que tout cela serait dû à ma flore intestinale !!

    • Bonjour Louise, les problèmes intestinaux, ce n’est pas qu’une question de flore, cela peut être dû à des questions d’intolérance alimentaire, et cela peut avoir une influence très nette sur vos hormones, entre autre sur la conversion en T3. Bien sûr, il faudrait en savoir plus sur vous pour le vérifier. Mais ce qu’il faut se dire, c’est que la situation est probablement assez ancienne : si vous aviez de l’acné avant pilule, il est probable que le problème de base était déjà là. Comme je l’expliquais dans cette série d’articles, la pilule arrange rarement les choses : elle accentue les problèmes de glycémie et de carences…

  • VICC dit :

    Bonjour,,

    Je me pose une question, suite à la lecture de tous vos commentaires : un hirsutisme peut donc apparaître d’un coup, sans précédent, sans contexte particulier (grossesse etc), sans antécédent de rasage ou de pilosité prononcée ?

    Mis à part la prise de la pilule dès mes 14 ans, je n’avais pas beaucoup de poils, ni aucun problèmes de douleurs pendant mes règles.

    24 ans, BOUM. Du duvet, de plus en plus prononcé, qui apparaît, partout. J’ai vu endocrinologue, dermatologue, médecins, aucun n’a pu se prononcer. Cela fait un an que je regarde, sans toucher, sans rien faire, les poils qui gagnent du terrain un peu partout, et les réactions passer peu à peu du « mais non c’est dans ta tête » au « ah oui peut être, mais bon, pour l’instant c’est pas grave ». Parce que l’errance médicale, on adore. Je perds depuis un mois peu à peu mes cheveux, par poignées. Stress ? Hirsutisme ? Je n’ai pas encore de réponse.

    Je serai donc plus que soulagée d’avoir des retours de votre part :

    – J’ai lu un commentaire négatif vis-à-vis de la menthe, est-ce possible qu’elle ait l’effet inverse de celui désiré ?
    – Si certaines d’entre vous habitent à Lyon et veulent organiser une rencontre, je serais partante !

    Merci de m’avoir lue.

  • Swannie dit :

    Bonjour Emmanuelle,

    Tout d’abord un immense pour votre article!
    J’ai fait pas mal de recherche sur la chute de cheveux chez la femme, et peu d’articles sont aussi complets et instructifs que le vôtre.

    Je souhaitais donc vous faire de mon expérience personnelle sur ce problème délicat.

    J’ai été confrontée à une importante perte de cheveux (+ acné) il y a 6 ans suite à l’arrêt de la pilule Jasmine que je prenais depuis une dixaine d’années après avoir testé d’autres pilules.

    De plus, ayant commencé à prendre la pilule dès l’âge de mes 16 ans pour cause d’aménorrhée (conséquence de troubles anorexiques importants), mes ovaires n’ont jamais véritablement « travaillé » toutes seules et ce de manière naturelle.

    Je me souviens avoir essayé à l’époque tout un tas de traitements dermatologiques sans grand succès, pour finalement reprendre Jasmine, désespérée par le peu de résultats que j’obtenais avec ces traitements. Après avoir fait un bilan hormonal, cette chute de cheveux (+ acné) était vraisemblablement due à un dérèglement hormonal suite à l’arrêt de Jasmine.

    J’ai donc repris la pilule ces 6 dernières années et retrouvé ainsi une belle peau et chevelure de « rêve ».

    Mais depuis le mois de février dernier, j’ai à nouveau décidé d’arrêter la pilule. Tout d’abord parce que je n’en ai pas besoin, mais aussi parce que l’idée de prendre des hormones de synthèse me déplait particulièrement.

    Et rebelotte… chute de cheveux.

    Ce qui m’amène à penser que d’une, la pilule ne fait que masquer le problème, et de deux, mes ovaires sont restées trop longtemps au repos.
    En effet, bien avant que je ne prenne la pilule pour cause d’aménorrhée (cad à partir de mes 16 ans), je n’ai jamais eu de souci particulier.

    Aujourd’hui, ayant également changé mon mode de vie au quotidien et prônant une « médication » par les plantes ou l’alimentation (je n’ai également plus de troubles anorexiques depuis plusieurs années), mes règles sont régulières mais mes ovaires un peu flemmardes… Je dois faire un nouveau bilan hormonal et sanguin cette semaine.

    En attendant, je me suis tournée vers la phytothérapie et gemmothérapie afin de favoriser la production de progestérone naturelle.
    J’ai commencé il y a une semaine ortie + gattilier + alchillée millefeuille à raison de trois fois par jour dans un grand verre d’eau. Plus silice de végétaux pour aider à renforcer mes cheveux et leur apporter les oligo éléments dont ils ont besoin, et l’huile essentielle d’ylang ylang mélangée au shampoing.

    Ayant commencé il y a peu, je ne peux encore vous faire part des résultats. Il faut compter au minimum deux semaines pour savoir comment le corps réagit. Toutefois, je crois sincèrement que la prise de plantes naturelles peut être une solution adaptée, aux effets secondaires minimes et apportant de biens meilleurs résultats sur le long terme.

    Après tout, les pilules ou autres médicaments sont conçus en synthétisant des molécules de plantes naturelles. Pourquoi alors, la plante en elle-même ne pourrait-elle pas fonctionner?

    Le tout est d’apprendre à être patiente… 🙂

    Je reviendrais vers vous vous faire part des résultats de mes bilans hormonal et sanguin.

    Merci à vous pour vos précieux conseils.

    Swannie

  • florence dit :

    Bonjour Emanuelle et Elsa

    J’ai pris la pilule Diane 35, puis Minerva, puis Yaz pendant un peu plus de 15 ans. Je la prenais pour des problèmes d’acné et d’hirsutisme.
    A l’arrêt de la pilule, en plus de l’acné qui est revenue, l’hirsutisme aussi… Je pense ne pas en soufffrir autant que d’autres personnes (je suis blonde), mais malgré tout j’aimerai agir sur la moustache…

    Je pense à une épilation… mais j’ai bien évidemment très peur de la repousse (car pour moi, peut-être à tort, les poils liés à l’hirsutisme – moustache, menton etc… – ne sont pas les mêmes que ceux qu’on a habituellement…)… Du coup, j’hésite… vaut-il mieux procéder à une épilation via une esthéticienne (à reproduire régulièrement) ou vaut-il mieux passer par un dermato avec épilation au laser ou à la lumière pulsée… ou autre procédé que je ne connaîtrais pas?

    En ce moment, je suis un peu désespérée… Tout stagne… J’ai essayé le sans gluten mais je n’ai pas vu d’amélioration… pour vous dire, j’envisage même de reprendre la pilule… (pour éventuellement voir si l’arrêt progressif marcherait pour moi…)

    Et j’ai vu mon médecin la semaine dernière… Je lui ai parlé de mon acné hormonale, lui ai demandé s’il avait qcch à me conseiller… MAIS sans antibio, et il n’a même pas pris la peine de regarder mes boutons… ou de me dire quoi que ce soit…

    • Emanuelle Haudegond dit :

      Bonjour Florence, pour la dépilation, face au même problème, j’ai personnellement choisi un appareil à utiliser à la maison. J’ai acheté le mien aux Etats-Unis, où la technologie du laser est permise dans des appareils maison. J’ai préféré la technologie du laser, car elle est plus rapide que la lumière pulsée. Quand j’utilise l’appareil en France, j’ai un adaptateur spécialisé pour la prise électrique (les normes ne sont pas les mêmes), qui est facile à trouver. Le laser est considéré plus « risqué » que l’IPL, donc je ne suis pas en train de dire que c’est le meilleur choix pour tout le monde. Mais ça été un excellent investissement pour moi, j’en suis extrêmement contente. Mais je ne suis pas blonde (poils au contraire très foncés) et surtout pour avoir travaillé avec des chirurgiens esthétiques, j’ai été au contact de plusieurs machines laser, et je suis les consignes de sécurité à la lettre. En tout cas, en 6 mois d’utilisation j’ai vu une très nette amélioration, et un an plus tard le problème était réglé.

  • Elo dit :

    Bonjour,

    On m’a récemment découvert le SOPK à 27 ans.
    Après analyses de sang on m’a dit que mes hormones étaient « normales ».
    J’ai une pilosité importante et je perds pas mal de cheveux aussi.

    J’ai eu de l’acné depuis mes 13 ans et ai fait roaccutane à 17 ans.
    Cela fait 4 ans que je ne prends plus la pilulle.

    J’ai toujours de l’acné surtout sur le bas du visage.

    Comment être sure de quel origine est mon SOPK ?
    Par quel moyen peut on vous contacter pour une consultation?

    Merci,

  • Isah dit :

    Bonjour
    J’ai une perte de cheveux importante depuis environ un mois. J’ai déjà les cheveux très fins et donc cela me stress car j’ai vraiment peu de masse. Je prend des compléments alimentaires pour la chute de cheveux depuis 2 semaines à base de vitamines B …
    J’ai 50 ans et mon gynécologue m’a changé de pilule depuis 6 semaines pour une pilule micro dosée.
    Je suis passée de varnoline que je prenais depuis longtemps à optimizette donc j’en déduis que c’est à cause de ce changement hormonal. Par ailleurs depuis 6 semaines je n’ai plus mes règles. Ma gynécologue m’avait prévenu que cette pilule pouvait stopper les règles mais que ce n’était pas systématique, cela dépendait des femmes.
    Pensez vous que la chute va se stabiliser avec le temps et dans ce cas faut-il patienter ? faudrait il que j’arrête complètement la pilule pour voir ou s’en suit niveau menaupose?
    Mon gynécologue me dit que l’arrêt de la pilule risque d’engendrer les désagréments de la premenopause qui peuvent durer plusieurs années mais qu’en même temps tant que l’on prend la pilule on ne peut pas savoir ou on en est, donc de toute façon à partir d’un certain âge il faut arrêter !
    Je serai très intéressée par un article sur la premenaupose et la menaupose car nous avons peu d’information sur cette période de la vie d’un femme qui chamboule les hormones et sur les solutions et remèdes naturelles pour l’aborder dans les meilleures conditions.
    Merci pour votre site tres instructif.

    • Emanuelle Haudegond dit :

      Je serai très intéressée par un article sur la premenaupose et la menaupose

      J’aurais tellement de choses à dire sur le sujet, Isah, cela serait véritablement un livre…
      Merci de votre retour, je garde en tête…

      • Chloé dit :

        Je suis en ménopause précoce depuis que j’ai 30 ans (j’en ai 45 maintenant), et on ne trouve AUCUNE information pour nous aider… Je suis moi aussi très intéressée à vous entendre sur le sujet! En ce moment, je prends des hormones substitutives, en plus d’avoir une thyroïde contrôlée par un médicament. Ma DHEAS est dans les normes, mon adrostrendione est un peu en haut des limites – depuis des mois je perds mes cheveux, je crois que c’est lié…. Que faire?

  • Margaux dit :

    Bonjour,

    Je viens ici pour trouver de l’aide. Je m’explique : je perd mes cheveux depuis bientôt 3 mois (début en novembre) avec une perte significative de ma masse de cheveux. J’ai 23 ans et j’ai arrêté ma pillule au mois août dernier ne la supportant plus (pillule 2eme G optilova). Avant ça, en avril dernier j’ai connu un décès d’un proche mais ce décès semble trop loin dans le temps pour expliquer cela ? La pillule serais le problème ? J’ai eu de nombreux rdv Gynecologue, dermatologue et la seul solution a mon problème serait androcur ? Je ne pense pas. Après tout les avis et retour négatif dessus je ne suis pas prête à commencer. Suite à des analyse hormonales la seul chose qui a un peu augmenter son les 4 androstenedione qui est légèrement au dessus cela signifie quoi ? Rien d’autre à signaler ! Je suis une cours de vitamines et minéraux depuis 1 mois. Je vais certainement prendre rdv chez un endo Pourriez vous m’aider ou me donner des conseils ? Merci !!!

    • céline dit :

      bonjour les tisanes d orties sont très bonne en cas de pertes de cheveux , j ‘ai un gros dérèglement hormonal et à chaque fois que ça se produit( perte de cheveux) , je reviens toujours aux tisanes d’ortie + gelules d’ashwaganda.

  • Nathalie dit :

    Bonjour Emmanuelle

    J’ai de l’acné depuis environ l’âge de 25 ans (j’en ai 43 !). J’ai eu quelques périodes de répit (traitements antibiotiques et l’après grossesse) mais c’est tjs revenu, principalement à cause du stress. Voilà presqu’un an que je me suis inscrite à la méthode en 7 étapes (également inscrite sur la liste d’attente de la méthode avancée depuis février 2016…). Dès les premiers jours, mon acné a commencé à s’atténuer. Malheureusement, cette amélioration n’a pas duré : j’ai été pas mal stressée par mon travail et c’est revenu de plus belle et pire encore. Je pense avoir sur le visage tous les sortes de boutons (comédons, kystes proéminents et douloureux qui mettent des semaines à partir, des kystes qui se transforment en boutons blancs, des boutons blancs tous simples, des boutons sous la peau qui laissent la peau comme rugueuse au toucher…). L’enfer ! Mes analyses de sang ne montrent rien de particulier. Ma routine est telle que vous la préconisez ( double nettoyage H. Jojoba + nettoyant au réa tree joveda + eau LP blanche+ H jojoba le matin, le soir oleogelée +eau LP+ H jojoba) j’utilise les bare mineral SP 15 pour l …
    J’ai changé de travail depuis la mi octobre pour être moins stressée, je fais des séances d’acupuncture… je ne sais plus quoi faire.

    • Elsa Kreiss dit :

      Bonjour Nathalie,

      Je me permets de répondre : le stress est un problème fréquent… et majeur. Ce que vous avez mis en place (changement de travail et acupuncture) est super, et va payer ! En parallèle, une cure anti-stress, par exemple de gomphrena, peut être d’un grand apport. Dans votre cas, c’est en interne qu’il faut agir prioritairement.

      Routine beauté : attention au fond de teint bareMinerals, qui contient du bismuth oxychloride, irritant. Je vois que vous n’utilisez pas d’exfoliant ni de masque : ils vous seraient bien utiles en cette période de crise. Quel est votre score à ce test, pour mieux vous conseiller ?

      Courage, je sais bien que les rechutes peuvent être extrêmement déprimantes : vous allez y arriver !

      • Nathalie dit :

        Merci Elsa pour vos encouragements.
        J’ai un score de 29 au test.
        J’utilise plusieurs fois par semaine les exfoliants denovo et fais un peeling végétal aux céréales une fois par semaine. De temps en temps je fais des masques au miel de manuka ou purifiants au clou de girofle. Mais j’avoue que je suis un peu perdue car je ne sais pas si je peux combiner les soins. Avant d’utiliser les exfoliants, je faisais des peeling au citron… N’y a t il pas un risque d’irriter la peau à trop exfolier ou/et faire des peelings ?
        Quand au fond de teint, je vais donc investir dans la marque Lilly Lolo…

        • Elsa Kreiss dit :

          Bonjour Nathalie,

          « N’y a t il pas un risque d’irriter la peau à trop exfolier ou/et faire des peelings ? » : Non, quand la sensibilité de la peau le permet (tout à fait votre cas !) et que le rythme est intensifié progressivement. Face à la crise, je vous conseille le combo sérum + exfoliant enzymatique DeNovo : il a cela de plus que le peeling citron qu’il est purifiant. Un exemple d’introduction progressive de ces produits sous forme de tableau dans cet article.

          Vous pouvez également intensifier les masques au miel de manuka : si votre peau les accepte bien, vous pouvez en faire tous les jours en période de crise.

          Courage !!

  • Louisa dit :

    Bonjour,
    J’ai 28 ans et j’ai énormément d’acné depuis l’âge de 14 ans. J’ai pris la pilule dès l’âge de 15 ans et j’ai dû l’arrêter en juillet 2016 suite à la découverte d’un méningiome cérébral. J’ai été opéré et tout est rentré dans l’ordre. Je n’ai pas repris la pilule depuis et je ne l’a reprendrait pas. Seulement, mon problème d’acné est toujours très très présent et je perds une quantité folle de cheveux depuis mon opération. Je pensais qu’après quelques mois ça passerait, mais non.
    J’ai fais une analyse de sang qui ne montre rien d’anormal et une échographie des ovaires et tout va bien. Je suis complètement perdue aussi bien pour ma peau que pour mes cheveux.
    Je suis votre méthode depuis presque 4 ans maintenant (produits, alimentation, routine etc…).
    (Petite précision, j’ai été sous traitement (isotrétinoïne et ensuite antiandrogénique) pendant plusieurs années et ma peau était magnifique pendant ces périodes). Mais pas question pour moi de reprendre ces traitements bien sûr !
    Je vous remercie pour votre aide.

    • Elsa Kreiss dit :

      Bonjour Louisa,

      Votre arrêt de la pilule est encore récent : il faut parfois de longs mois pour que le corps retrouve un équilibre sans hormones de synthèse. Avez-vous lu cet article d’Emanuelle ? Il contient des conseils plus spécifiques, adaptés aux femmes qui retrouvent leur acné après l’arrêt de la pilule.

      Il peut également arriver que l’acné résiste à nos conseils : dans ce cas, une approche plus fine est nécessaire. Pour les personnes concernées, nous avons conçu une méthode plus poussée, la méthode avancée. Je vous encourage à vous inscrire sur la liste d’attente afin de recevoir les informations sur cette méthode : une nouvelle session aura lieu prochainement, et je pense qu’elle pourrait vous aider !

  • Floriane dit :

    Bonjour Emmanuelle,

    Je souffre d’acné depuis maintenant 12 ans et perds mes cheveux en plaque depuis 6 ans, je souffre de pelades chroniques, j’applique des corticoides en lotions sur mes plaques et prends des compléments alimentaires (cystiphane) pour fortifier les cheveux malgré plusieurs repousses les cheveux retombent à divers endroits du cuir chevelu. Lors de ma première pelade, il y a 6 ans seul mon taux de cortisol était élevé. J’ai lu que le msn pouvait favoriser le ralentissement de la chute des cheveux mais existe-t-il un risque que les poils du visage se développent ? Je vous remercie de votre retour

  • Saskia dit :

    Bonjour,

    Voilà un an que je perds mes cheveux (un paquet quand je les rince), quelques moi que je suis votre programme et vois une amélioration au niveau de mon acné visage surtout.
    Cependant toujours de l’acné, et les cheveux…. suite à une prise de sang je ne manque pas de vitamines sauf D et de ferritine.
    Mon médecin, est perdue… ne voit pas de problème hormonal.
    Me faut-il consulter un endocrinologue ?

    • Emanuelle Haudegond dit :

      Bonjour Saskia, une carence en fer est capable d’occasionner le problème. Si je comprends bien, votre analyse en montre une. Il faut donc reparler au médecin…

      • Saskia dit :

        Merci pour ce retour, je suis sous Selenium, fer, vitamine D et C. Mois de cheveux qui me reste dans les mains en les lavant, mais toujours un problème d’acné bien que de plus en plus léger il reste toujours récurrent.

        L’endocrinologue reste l’interlocuteur privilégié dans ma stratégie médical.

      • Mélinda dit :

        Bonjour Emmanuelle, J’ai 26 ans et depuis mes 19 ans je prends la pilule mais voilà depuis fin Aout 2016 j’ai arrêté de prendre la pilule (évanécia je crois), car je ressentais beaucoup de petites douleur vers la poitrine, au niveau des ovaires, des essoufflements…. bref je sentais que mon corps me disait STOP ! je voulais revenir au naturel car pour moi avec du recul la pilule est un véritable poison qui chamboule complètement notre corps et nos émotions, du coups je me suis fait poser un stérilet au cuivre 7 MED 380 (avec insistance car je n’ai pas eu encore d’enfant), je ne voulais plus du tout d’hormones!! Septembre tout va pour le mieux on va dire et Octobre le début des ennuies, retour à l’adolescence avec des boutons rouges et blanc douloureux situé au niveau des joues et de la machoire, peau grasse, j’avoue que je commence à déprimer, je ne sais pas par ou commencer pour rétablir tous ça, j’ai pris comme même un rendez vous chez ma dermatologue pour avoir son avis mais je ne veux plus aucun produit chimique sur ma peau!!!! peut être qu’il faut un certain temps pour que tout revienne dans l’ordre je ne sais pas…. et là depuis le mois de Novembre je remarque que mes cheveux sont très gras, sans volume et très fin! et que tout les jours je perd un peux plus de cheveux cela m’inquiète énormément! j’en pleure, que dois je faire? et quelle en ai la cause réelle?! je pensais pas que je le payerai à ce point là! c’est injuste! mais pour rien au monde je ne ferai marche arrière car je sais qu’au fond de moi j’ai pris la meilleur décision. aidez moi merci.

        • Emanuelle Haudegond dit :

          Bonjour Mélinda,
          Il se peut que la pilule ait « caché » un problème sous-jacent, ou que le stérilet ne soit pas fait pour vous, ou les deux. Comme l’explique Miss Frottis : « Le DIU est contraceptif en faisant très mal travailler les ovaires. Si la patiente a des ovaires micro kystiques, ce sera l’enfer : coliques expulsives, dyspareunie, kystes fonctionnels, acné… Un DIU, c’est parfait pour toutes celles qui ont un utérus et des ovaires en béton armé. » Bref, il serait judicieux de refaire le point avec le médecin. La chose positive, c’est que désormais sans hormones de synthèse, un bilan hormonal sera possible et vous donnera de bonnes infos. Je vous conseille de lire l’article suivant aussi.

  • Audrey dit :

    Bonjour,
    Cela fait un peu plus de 7 mois que je perd mes cheveux en masse. Ayant changé de pilules mi février pour passer de Diane 35 à jasminelle, je pensais que c’était en cause mais que cela se calmerait rapidement. En juillet, la chute ne s’arrêtant pas j’ai arrêté la pilule. Depuis j’ai remonté mon taux de ferritine qui était alors assez bas mais la chute est toujours présente avec de l’acné en plus. Depuis début octobre j’ai arrêté le gluten (je ne consomme plus de produits laitiers depuis plusieurs mois) et consomme exclusivement des aliments à IG bas, plus une supplementation en vitamine D car je suis pratiquement en carence.
    Que faire de plus? Les médecins n’ont pas l’air de croire à la piste des hormones et ne me prescrivent aucun bilan hormonal…..

    • Emanuelle Haudegond dit :

      Bonjour Audrey, comme évoqué dans l’article, il peut y avoir un grand décalage entre l’amélioration de la carence ou déséquilibre qui a conduit au problème et un effet VISIBLE sur la chevelure, donc ne désespérez pas…

  • Emmanuelle dit :

    Bonjour,

    comme beaucoup, je viens poster ici… les meilleures informations et conseils que j’ai pu obtenir proviennent de votre site, alors merci!!

    J’ai commencé à avoir de l’acné après la naissance de mon 3ème enfant, suite à la pose d’un stérilet cuivre (jamais eu d’acné avant, maxi un bouton une fois tous les 2 mois…)… J’ai pris mon mal en patience et ne me suis pas affolée de suite, mais les choses ont progressivement pris de l’ampleur…
    Ca fait désormais 5 ans environ que le phénomène perdure, et je sature…
    Niveau contraception, je ne prends plus rien (donc pas d’influence hormonale). Alimentation: je ne prends plus de lait de vache, je favorise les aliments à IG bas (revu mon petit dej, je mange des porridges au lait végétal…), légumes bio du coin, farines variées et complètes etc etc… L’état de ma peau en général est un peu mieux, mais j’ai toujours des kystes bizarres et dernièrement ça revient +++… (exemple : un truc énorme qui pousse en l’espace d’une nuit sur mon front, sans signe pré-curseur, même pas hyper douloureux, juste gonflé, qui va partir comme ses petits copains sans jamais passer par la case « blanc crado » ni rien… juste rouge pendant des jours…et la trace va mettre des semaines à disparaître).
    Maquillage : minéral (lily lolo depuis un an)
    Niveau cycles : le dernier a été de 21 jours!!! Avec des symptômes pré-menstruels d’enfer dès l’ovulation (c’est, il me semble, la seconde partie de cycle qui est extrêmement courte chez moi… d’ailleurs avant d’avoir mon aîné, je faisais des courbes de témpérature, j’ai fait 2 fausses-couches, ma phase lutéale était courte… 10 j maxi)… je suis sujette aux kystes ovariens, mais fonctionnels (pas OPK)… ma dernière PDS date du mois dernier car j’étais très fatiguée… analyses concernant thyroïde normales… et le reste normal (pas de recherche niveau endocrinien).
    et je perds mes cheveux ) longueur d’année (comme quelqu’un à l’automne qui n’a pas de chute anormale, sauf que chez moi ça dure en permanence… heureusement j’ai une « grosse tignasse » donc je ne m’inquiète pas à outrance). Pas de pb de pilosité excessive autrement.
    Je fais du sport 2x/semaine… je me force à boire des tisanes car sinon, je ne bois pas assez… j’ai testé les aliments fermentés, pas vu de différence (bon, je n’ai peut-être pas persévéré assez longtemps).

    Je ne sais plus quoi faire, à tel point que j’au pris rdv chez ma généraliste jeudi … je pense demander un bilan hormonal…
    J’ai ressorti la plaquette de Tolexine aussi, tellement j’en ai marre… ça me pèse sur le moral, j’ai honte de moi (en ce moment, j’ai une « grappe » de petits kystes qui a fait son apparition en racine des cheveux… des petites bosses couleur peau, qui vont partir comme les autres… mais en attendant… et eux sont douloureux!)
    J’ai l’impression que ça n’arrêtera jamais… et même sans les triturer (j’ai appris à prendre sur moi de ce côté-là), je me retrouve avec des cicatrices… c’est navrant à l’approche de la quarantaine… Même si au quotidien, ce n’est pas choquant une fois maquillée, j’en ai marre de ce visage douloureux par endroit, et des mauvaises surprises au quotidien…

    Quelle piste me reste-t-il???

    Merci par avance.

    • Emanuelle Haudegond dit :

      Bonjour Emmanuelle,
      je pense demander un bilan hormonal…
      Comme je le dis souvent, Emmanuelle, je trouve que c’est toujours une bonne idée. Cela n’oblige pas à prendre d’éventuels médicaments si ce n’est pas ce qu’on souhaite, en revanche, plus on a d’information, mieux c’est. Si votre phase lutéale est courte, à priori vous pouvez être à cours de progestérone (peu de corps jaune), ce qui est une piste. Comme on commence à perdre de la progestérone à la péri-ménopause (qui commence autour de la quarantaine) les deux choses peuvent se cumuler. Il serait intéressant de voir ce qu’une analyse vous dit. Aussi, nous avons de (très) nombreux témoignages liant stérilet au cuivre/acné. Nous ne savons pas exactement ce qui explique le phénomène, mais il semblerait que le stérilet au cuivre puisse être mal toléré par certaines femmes, surtout si leur cycle était imparfait avant la pose. Comme le dit Miss Frottis ici, « le stérilet, c’est quand on a des ovaires en béton armé ». Une piste à suivre ? Tenez-nous au courant si vous pouvez, Emmanuelle, d’accord ?

  • fannette dit :

    Bonjour pensez vous qu’une dysplasie pre cancereuse severe de type 3 du col de l’utérus peut être » une cause d’acné  » merci

  • Mathilde dit :

    je cherche desespérement un bon dermatologue sur paris, boulogne ou proche ? des idées ?
    acné de l’adulte (arret de la pilule il y’a six mois)…. peau déséché et grasse par endroit …..

    HELP ME !

    • Emanuelle Haudegond dit :

      Bonjour Mathilde,
      Je publie bien sûr votre demande, si des lecteurs veulent vous renseigner, j’en serais enchantée. Simplement, mon expérience est que les réponses données par de nombreux dermatologues/médecins pour un souci de ce genre sont généralement : 1/des antibiotiques (et j’explique ici pourquoi je pense que cela peut aggraver l’acné sur le long terme) 2/des crèmes/gels topiques agressifs et asséchants qui n’auront pas d’effets sur la cause racine du problème 3/la pilule ou autre traitements hormonaux de synthèse, soit disant pour « réguler » les hormones, ce qu’ils ne font jamais (puisqu’ils se substituent aux hormones naturelles, ce qui est très différent). A la suite d’acné à l’arrêt de la pilule il y a 6 mois, la peau réagit à une situation hormonale. Mon conseil serait donc, si vous voulez consulter, d’aller voir un endocrinologue. Il est toujours bon d’avoir un bilan hormonal sanguin, surtout que maintenant votre corps peut être « lu » sans l’écran des hormones de synthèse. Mais je pense qu’il y a beaucoup de choses qu’on peut également améliorer de manière holistique avec ce genre de situation (alimentation + mode de vie), d’autant que 6 mois après pilule, ce n’est pas long. Aussi je vous encourage à rester à l’écoute du blog. Courage ! Tenez bon !

  • Nanou dit :

    Bonjour Emmanuelle
    Je souffre d’une chute de cheveux depuis 15 ans. Un peu d’acne mais pas d’hirsutisme, pas de problemes de regles ou de fertilite. Pendant mes deux grossesses j’ai recupere tous mes cheveux et une peau magnifique mais les problemes sont revenus ensuite. Jài une petite hypothyroidie mais le levothyrox me donne une acne effroyable donc je suis en train d’arreter. Mes analyses hormonales montrent une dhea et testosterone basses (je prend de la dhea dep.uis 2 mois), oestradiol et progesterone normales. Je prend des vitamines b, du fer, du zinc, de l’huile de bourrache, cela a stabilise la chute mais le plus efficace me semble etre la meso therapie du cuir chevelu qui me donne d’assez bons resultats (rien en comparaison avec l’effet grossesse !). J’enviasge d’essayer le houblon et le gatilier car je ne sais plus quoi faire !

  • JULIE H. dit :

    Bonjour Emmanuelle !
    MERCI POUR TOUT.
    QUestion: est-ce qu’un SOPK peut-il être dû seulement à un manque de iode ?

    • Emanuelle Haudegond dit :

      Coucou Julie, le SOPK peut se manifester à la suite de problèmes de thyroïde, donc oui. Mais il est rare que les pbs de thyroïde soient uniquement dus au manque d’iode…

  • Land Mickaella dit :

    merci pour votre article

    de mon coté je perds les cheveux suite à mon accouchement. je les perds par meche.

    bon courage à toutes

  • Anne dit :

    Bonjour Emmanuelle,
    J’ai déjà parlé de mon fort SPM, et le régime carottes a vraiment fait une différence, en en réduisant la durée. Je soupçonne un manque de progestérone et je vais demander une prescription pour une prise de sang. Un passage que je n’ai pas bien compris ou interprété : « Le niveau de progestérone augmente après l’ovulation et est à son maximum une semaine avant les règles. (…). Si vous effectuez une prise de sang une semaine avant vos règles, votre progestérone devrait alors être au minimum » Au minimum ou au maximum ?
    Je ne prends plus la pilule depuis de nombreuses années et j’ai des cycles très réguliers, mais les 10 jours avant les règles sont une vraie torture. Je perds beaucoup mes cheveux de manière chronique. N’en ayant à la base pas beaucoup, c’est vraiment une source d’inquiétude. La prise d’ortie et de prêle favorise cependant leur repousse. Ce qui n’a pas été mentionné, mais que j’associe au même problème, probablement hormonal, c’est que je perds aussi mes sourcils, et par périodes, je peux me retrouver avec des trous à la base où ils sont censés être plus fournis, que je comble au crayon, et ça fini par repousser.
    Merci pour vos articles

  • Celia dit :

    Bonjour, je souffre de SOPK depuis des années et je ne souhaite pas prendre la pilule ni le stérilet avec hormones. J’essaie l’homéopathie mais aucun résultats. Du coup j’ai 30 ans et de l’acné depuis des années qui m’empêchent de vivre. Je ne sais plus quel remède prendre car beaucoup ne fonctionnent pas. Mes résultats d’analyses sont tous bons maladie de Basedow stable, hormones aussi. Merci à vous. Bonne journée

  • Ophélie Naudin dit :

    bonjour Emmanuelle! super article, comme toujours.

    J’ai lu que le saw palmetto ( palmier nain) pouvait inhiber la 5 alpha reductase. Savez vous si on peut en prendre sans risque ( la marque solgar en préconise pour l’hypertrophie bénigne de la prostate, aussi liée à l’hyperactivité de cette enzyme)? Utilisez vous ce compléments ? J’aimerai tester mais j’ai peur de devenir dépendante et d’avoir de l’acné si j’arrête ( comme à l’arrêt de la pilule)… mais si ça peut améliorer mes cheveux et ma peau…

    Merci de me répondre!

  • Framboise dit :

    Bonjour
    J aurai besoin de vos lumières car je suis complètement perdue

    Je n ai jamais eu mes règles jai une aménorrhée primaire ( pas de règles à 17 ans donc mise sous Diane ) jai arrête la pilule il y a 6 mois et je n ai eu que 3 jours des pertes légèrement marron en juin….
    Sachant que dans la famille ma mère a eu recours à DU clomid pr m avoir …. car pas D ovulation et cycle irrégulier

    En parallèle j’ai consulté une naturopathe , une herbaliste je suis donc supplémentee en magnésium marin, en zinc en vitamine D, je prend de L onagre des probiotiques
    Côté herbaliste on essaye de me redonner un cycle grâce à des teintures mères de sauge Achille et armoise avec des plantes comme le chardon marie et la matricaire pr aider mon foie

    Côté alimentation je ne suis pas irréprochable mais dans L ensemble c’est assez équilibré , je souffrais d acné et rosace ++ actuellement cest raisonnable mais je perds mes cheveux

    Côté gynéco jai fait des prises de sang mais sans repère car pas de règle LH a 17.3 et FSH à 4.9 ui/L les Androstenedione sont à 4 ng/ml

    Mais œstrogène à 65pn/ml et à L écho pas D ovulation

    Niveau glaire je vois bien qu il y a des modifications ( +\- épais …. blanc D œufs )

    Je voudrai savoir ce que vous en pensez et si il y a quelque chose qui pourrait m aider à retrouver un cycle naturel

  • Lily dit :

    J’ai eu ce problème il y a quelques années suite à l’arrêt de la pilule. J’ai fait une cure d’ortie piquante en poudre. J’en prenais une cuillère à café par jour avec un peu de purée de pommes. La chute s’est très vite arrêtée et ma chevelure s’est progressivement épaissie.
    L’ortie est vraiment une super plante particulièrement indiquée pour la beauté des ongles et des cheveux.

  • Corinne dit :

    Bonjour, j’ai perdu beaucoup de cheveux, j’ai cherché et j’ai trouvé le pourquoi . Manque de soufre .Depuis je prend du msm tout les jours et après deux mois mes cheveux poussent beaucoup plus épais et la perte est normale . Je pense que notre alimentation nous apporte pas assez de soufre et les bienfaits de ce complément alimentaire ne s’arrête pas seulement la beauté des cheveux.

    • Soumeya dit :

      Bonjour

      Quels sont les points important que vous avez chercher afin de trouver la vraie source du problème ?
      Qu’avez vous demander à votre mecedin ?

      D’avance merci pour votre reponse

  • aliènor dit :

    Bonjour et merci pour cet article qui fait écho à un grand problème que j’ai rencontré et contre lequel je me bat encore aujourd’hui. Il semble que c’est suite à l’arrêt de la pilule Cérazette que j’ai commencé à perdre des cheveux. J’ai mis du temps à m’en inquiéter et c’est devenu une réelle obsession. J’ai attendu plusieurs mois pour que cela se rétablisse en faisant attention à mon alimentation et mon mode de vie mais rien n’y faisait et la perte me détruisait chaque jour un peu plus mon égo déjà fragile. J’ai fait la grosse erreur de prendre la pilule Diane 35 pour contrer cela, ce qui a fonctionné mais au prix d’insupportables effets secondaires. J’ai de nouveau tout arrêté au mois de février de cette année. La chute a repris en mai et s’est poursuivie jusqu’en aout/septembre ou j’ai commencé un traitement topique appelé le minoxidil… A l’heure actuelle, je fais tout pour avoir un mode de vie le plus sain possible et le traitement dermatologique m’a permis très rapidement d’avoir une chute de nouveau normale et de « revivre sereinement ». Cela a été extrêmement difficile. Et il me semble que c’est un traitement à vie, c’est difficile à accepter mais dans les alopécies dites androgénétiques, telles qu’elles peuvent se déclarer chez des personnes sujettes suite à la prise d’un contraceptif angrogénétique, il n’y a pas d’autres choix semble t’il. Etant à préciser que toutes ces informations, je suis allées les glaner par moi même sur les internet car malheureusement la plupart des soignants prennent cette question très à la légère et nous expédient en quelques minutes alors qu’on aurait sincèrement besoin d’un peu de pédagogie et d’humanité pour faire face à ce problème certes superficiel mais ô combien traumatisant… J’espère que ce long récit ne découragera pas celles pour qui la chute est réversible (et non androgénétique) et c’est de tout coeur ce que je vous souhaite!!!! Belle journée à vous

    • ElodieH dit :

      Bonjour,
      Je subi la même chose suite à l’arrêt de la Diane 35 et attend encore (depuis bientôt 6 mois) que cela se stabilise mais rien n’y fait et je suis très dégarnie ojd. Je ne veux pas reprendre cette cochonnerie mais ne veux pas finir chauve non plus à 23 ans, alors ma question est : la reprise de cette pilule avait-elle juste stoppé ta chute ou avait t’elle fait REPOUSSER tes cheveux tombés ?
      Concernant l’alopécie androgénique je suis persuadée que ce n’est pas irréversible et que notre corps peut (avec du temps!) se remettre de tout ça, alors tiens bon !
      Moi je cherche encore des solutions naturelles et vais probablement commencer prendre des Baie de Sabal. A suivre, j’attends encore qql avis

      • aliènor dit :

        La prise de diane 35 a permis de freiner ma chute de cheveux qui était revenu à un niveau normal et a également régulé ma seborrhée qui est particulièrement importante. Mes cheveux repoussent mais de plus en plus fin à chaque fois, en 4 mois de Diane je n’avais pas constaté de différence au niveau de ma densité. Par contre, j’ai bon espoir que le traitement topique au minoxidil m’aidera a retrouver peu à peu de la densité. C’est quoi les baies de sabal ? j’en ai jamais entendu parler et pourtant j’en ai lu des choses sur la chute de cheveux….

      • céline dit :

        bonjour, buvez des tisanes d’orties tous les jours+ lotion à l’ortie à mettre sur le cuir chevelu. Vous verrez si c’est une alopécie androgénique, cela réglera votre problème, bon courage.

  • Soso dit :

    Bonjour. Votre article arrive au bon moment et mon cas vient confirmer ce que vous dites… Je suis exactement dans le cas d’un deuxième arrêt de pillule. La première fois (après 14 ans sans pause et plusieurs années sous Diane) je n’ai eu que 3 fois mon cycle en 7 mois, un retour brutal de l’acné et une perte de cheuveux sévère. Mon nombre de follicules étant élevé mais analyses normales, ma gyneco m’a suspecté ayant le spok et ma fait reprendre la pillule. S’en ai suivi 6 mois de test avec une première puis avec une autre pilule, mais j’avais mes règles une semaine sur deux…. Par contre moins de perte de cheuveux et moins d’acné. En revanche, une forte pilosité est apparu. J’ai aussi fait des échos et je n’avais aucun kyste aux ovaires au final. Et des analyses de sang normales. Suite à ces 6 mois j’ai consulté un naturopathe car ma gyneco voulais me remettre sous Diane alors que mon souhait était d’arrêter les hormones, d’autant plus que depuis 6 mois au final rien n’avais vraiment justifié la reprise à part des doutes de ma gyneco de spok, sauf que je ne l’ai pas d’après les analyses….. J’ai donc de nouveau arrêté la pillule mais cette fois-ci avec en complément du gatilier, un mélange de plante à prendre le matin, des gélules de bourrache et d’onagre. J’ai aussi eu du fer de prescrit car un niveau bas, du zinc à cause du retour de l’acné et du magnésium marin. J’ai commencé la cure naturelle en mai et les compléments alimentaires en septembre. En parallèle j’ai aussi suivi une diète pendant 3 mois éliminant lactose et au possible le gluten. Cela fait 4 mois depuis le début de la cure naturelle et j’ai déjà eu 3 cycles régulier. Ma chute de cheveux àa repris en août de manière brutale, c’était horrible et c’est depuis début septembre que je prends les compléments alimentaires. On est mi octobre et ça commence seulement à se stabiliser. Par contre l’acné revient en force….. Sur le visage et le dos. Et ma pilosité qui s’est accentuée aussi au niveau du dos, ventre et des joues. Mes dernières prises de sang n’ont pas montrées de déséquilibre hormonal pourtant…. Bref. Je continue ma cure naturelle et les compléments. Je vois déjà plein de repousse de cheuveux. C’est déjà ça. Pour l’acné…. J’applique tous les conseils de ce site. Mais je pense qu’il va falloir du temps à mon corps pour fonctionner sans hormones chimiques. J’espère que ça finira par se stabiliser…. Merci en tout cas pour cet article très instructif sur comment tout cela fonctionne.

    • Emanuelle Haudegond dit :

      Coucou Soso, il est possible que certains des compléments : gattilier, onagre et bourrache ne soit pas adéquate pour votre profil hormonal. Dans un monde idéal, on fait comme cela : arrêt de la pilule, attente de 4 mois, analyse de la situation avec bilan hormonal (prises de sang et questionnaire) + analyse de graphiques sympto-thermiques, et là on envisage éventuellement un traitement s’il y a besoin… Si l’acné continue au delà des deux prochains mois, je vous engage à rediscuter avec la personne qui vous a conseillé, il peut ne pas être adéquate pour vous.

      • Soso dit :

        La première fois j’ai effectivement arrêté sans autres alternatives. Et en 7 mois je n’ai eu que 3 fois mon cycle avec perte de cheuveux, acné et pilosité. Mais les analyses de sang et les échos que j’ai fait n’ont rien montré et ça faisait déjà 5/6 mois sans pillule et autres compléments. Je l’ai reprise au bout 7 mois et je pense que je n’aurai jamais dû car les 6 mois qui on suivi n’ont fait que reporter le pb à plus tard. Je l’ai donc arrêté de nouveau fin mai. Maintenant je suis à 4 mois et demi sans pillule et avec mon traitement naturel et j’ai de nouveau un cycle régulier. Même si il y a chute de cheuveux et acné ne serait-ce pas dû à l’arrêt de la pillule ? C’est ce que pense le naturopathe. Ayant en plus commencé à la prendre à 14 ans mon corps à besoin de temps pour apprendre à fonctionner tout seul selon lui….

        • Manon dit :

          Bonjour Soso,

          Je me reconnais dans votre description, sauf que mes analyses sanguines et écho ont mis en évidence le SOPK. Je cherche actuellement un naturopathe qui pourrait me guider vers un équilibre hormonal naturel (car j’ai eu la faiblesse de reprendre la pilule quand jai su que j’avais ça). En connaissez vous un bon?

  • Salia dit :

    Bonjour,

    Merci pour cette article, mais que faire en cas de sensibilité aux androgenes? j’ai une perte de cheveux depuis 6 ans mais qui s’est fortement accentuée depuis 3 ans, j’ai vu plusieurs dermatologues et endoctrinologues qui ont constaté une sensibilité aux androgenes, je souffre également d’une forte pilosité et d’acné, et les seuls traitements qui me sont proposés sont des traitements hormonaux assez lourd. Du coup je ne sais que faire, face à ma tignasse qui se réduit comme peau de chagrin.

    • Emanuelle Haudegond dit :

      Bonjour Salia,
      que faire en cas de sensibilité aux androgenes?

      Il faut minimiser cette sensibilité (donc vous rendre plus résistante, si vous préférez) en identifiant sa racine. Fréquemment, c’est une inflammation…

      • sarah dit :

        et comment palier à cette inflammation ?

        • Emanuelle Haudegond dit :

          Bonjour Sarah,
          Il faut rechercher ce qui occasionne l’inflammation, et bien sûr le supprimer : il peut y avoir un souci interne, de type intolérance alimentaire ou problème digestif. Non détecté, cela peut engendrer un état inflammatoire chronique. Certaines habitudes (tabac…) ou aliments (sucres…) peuvent également être très inflammatoires. Il faut donc rechercher ce qui est en cause.
          En espérant avoir aidé…

  • Charlotte dit :

    Bonjour Emmanuelle,

    Merci pour cet article très intéressant!
    J’ai justement des problèmes de perte de cheveux en ce moment… en plus d’avoir d’énormes poussées d’acné sur les mâchoires et les joues…
    j’ai arrêté la pilule il y a 5 mois maintenant (Diane 35, qui ne marchais pas sur mon acné) et j’ai demandé à mon médecin une prise de sang pour voir ou en sont mes hormones, étant donné qu’on m’a toujours dit que mon acné est hormonal… bref, prise de sang faite, toutes mes hormones vont très bien, pas d’excès de testostérone, j’en déduis que mon acné n’est pas hormonal…? Mais, taux de progestérone très faible, alors que je suis justement en phase lutéale… mais la médecin n’a rien eu à me dire par rapport à ça, elle ne voit pas où est le problème concernant mes cheveux et mon acné… donc je ne sais plus vraiment quoi faire à vrai dire…

    • Emanuelle Haudegond dit :

      toutes mes hormones vont très bien, pas d’excès de testostérone, j’en déduis que mon acné n’est pas hormonal

      Mais, taux de progestérone très faible, alors que je suis justement en phase lutéale…

      Bonjour Charlotte, Il n’existe pas UNE acné hormonale, mais bien plusieurs, et ce n’est pas seulement une question de testostérone…

  • Amélie dit :

    Bonjour Emmanuelle,

    C’est une question qui se pose souvent chez moi mais de manière relativement moderée. Je ne l’ai jamais explorée suffisamment pour savoir quelle en était l’origine mais j’ai à la fois des problèmes de thyroïde et d’excès d’androgènes.
    Par contre je peux vous confirmer que j’ai subi une perte des cheveux très conséquente quelques temps après mon arrêt de la pilule. Ça fait deux ans maintenant, je commence à retrouver de la densité de cheveux, je suis très attentive à mon alimentation, le plus possible sans gluten et sans indices glycémiques élevés, assez alcalin avec beaucoup de végétaux. J’ai aussi modifié progressivement la façon dont je m’occupais de mes cheveux, pour arriver à un lavage par semaine, alternativement au ghassoul ou au shampoing ayurvédique khadi ; pour tenir, je les brosse assez longuement et délicatement, matin et soir, afin de repartir le sébum jusqu’aux pointes, ce qui protège la chevelure et permet d’éviter les paquets de cheveux gras ; quoique ce n’est sans doute pas à faire en cas d’acné active.
    Voilà pour mon retour d’expérience, merci pour cet article très intéressant.

    Amélie

  • melanie dit :

    Bonjour Emmanuelle merci pour cet article c’est un problème que je vis actuellement et je sombre dans la dépression c’est très difficile moralement. J’ai commencé à perdre mes cheveux il y a un an et demi quand j’ai changé de moyen de contraception (implant) j’ai vécu un calvaire avec de l’acné ! Au bout de 6 mois j’ai retiré cet implant l’acné est parti mais la perte de cheveux est toujours là je n’ai toujours pas trouvé l’origine et je cumule les rdv avec des médecins s plus incompétents les uns que les autres ! J’ai pensé à me raser la tête … Dommage d’en arriver là à 26 ans seulement

    • aliènor dit :

      bonjour mélanie, avez vous envisagé l’alopécie androgénétique, elle peut bien être traitée!!

      • melanie dit :

        Bonjour Aliènor, j’ai prochainement rendez-vous pour une analyse du cuir chevelu et un autre rendez-vous chez un dermatologue. Je vais voir ce qu’il en est ! J’ai peur de devoir passer par le minoxidil même si je n’en entends pas que du bien ! Ce que je ne comprends pas c’est qu’en ayant arrêté l’implant et ayant repris mon ancienne pilule, le problème ne s’est pas arrêté ! Depuis quelques mois je suis sous Diane 35 et j’avoue ne pas être très rassurée.

  • Frédérique dit :

    bonjour,
    hypothyroïdie de hashimoto diagnostiquée en janvier 2015 et toujours une importante perte de cheveux dûe à un très faible taux de ferritine ( je ne supporte pas le tardyferon prescrit et la spiruline etc…est déconseillée avec hashimoto) , une idée pour un supplément de qualité ?
    je vous remercie.

    • Emanuelle Haudegond dit :

      Bonjour Frédérique, le problème peut ne pas être lié uniquement à la ferritine mais à la gestion même de l’hypothyroïdie : les bons dosages peuvent être durs à trouver, ou vous pouvez avoir besoin d’autres extraits que ce qu’on vous donne, ou vous pouvez avoir avoir besoin d’être sans gluten, etc. Toutes situations qui peuvent prolonger les variations thyroïdiennes, donc hormonales, donc le problème capillaire, auxquels cas un supplément n’est pas ce qui résoudrait le problème. Je vous incite à revoir avant tout votre protocole avec la personne qui vous traite.

  • >