La berbérine, la plante qui réduit l’acné de 45% ?

On me demande souvent s’il existe une plante ou un supplément miracle « pour l’acné », et la réponse est : non ! D’abord parce que l’acné peut arriver pour des raisons très diverses, et demande une réponse personnalisée. Ensuite, rien ne peut se substituer au mode de vie et à l’alimentation pour un vrai travail de fond.

Cependant, au Panthéon des suppléments qui peuvent peut-être aider certains d’entre vous (SOPK) se situe la berbérine. Je voudrais donc aujourd’hui vous donner plus de détails sur ce complément, et évoquer comment il est traditionnellement utilisé.

Qu’est-ce que la berbérine ?

La berbérine n’est pas une plante en soi, c’est un extrait alcaloïde qui peut être trouvé dans diverses plantes.

On en trouve ainsi dans l’hydraste du Canada (Goldenseal, ou Hydrastis canadensis), et dans d’autres plantes de la famille « berberis » : berberis aquifolium, berberis vulgaris, etc. Elle est bien connue des médecines Chinoises et Ayurvédiques, qui l’utilisent depuis longtemps pour soigner les infections et contrôler le diabète, ainsi que par les indiens d’Amérique. Selon mon expérience, l’hydraste du Canada est toujours employée de manière bénigne aux Etats-Unis : c’est un réflexe courant d’en prendre quand on a pris froid et qu’on veut « booster » son système immunitaire et souhaite une action antibiotique naturelle.

La berbérine est donc un des composants de ces plantes, que l’on concentre. Cet extrait a commencé à faire parler de lui pour l’acné en 2012 : cette année-là, une étude scientifique Iranienne  a porté sur 49 adolescents souffrant d’acné (1).

On a traité un premier groupe avec 600mg de berbérine par jour et un deuxième groupe avec un placébo. Les résultats obtenus, tout à fait inhabituels, ont laissé les scientifiques pantois.

Ceux qui utilisaient la berbérine ont pu profiter d’une réduction de la sévérité de leur acné de 45% au bout de 4 semaines.

Comment la berbérine agirait-elle sur l’acné ?

La berbérine possède de nombreuses qualités, mais certaines d’entre elles sont particulièrement utiles pour l’acné :

1. Elle améliore la sensibilité des cellules à l’insuline et diminue le taux de sucre dans le sang.

La berbérine augmente la sensibilité des cellules à l’insuline et réduit le taux de glucose (sucre sanguin).

C’est un domaine où l’efficacité de la berbérine ne peut pas être remise en cause, tant les études scientifiques abondent ! C’est même une des rares plantes qui puisse se targuer d’une efficacité égale (et prouvée) égale à celle d’un médicament.

En effet, une étude (2) a  clairement démontré que la berbérine possédait la même efficacité que la Metformine, un médicament antidiabétique de référence, pour abaisser le taux de sucre dans le sang.

La berbérine est efficace aussi bien pour réduire le taux de glucose sanguin que pour réduire l’insuline (3).

Ces questions de glucose et d’insuline sont très importante pour l’acné. Le glucose stimule la production de kératine, ce qui augmente les risques de bouchons pour les pores. L’insuline stimule les glandes sébacées, donc votre peau devient de plus en plus grasse (4).

Avec la berbérine, les cellules sont plus sensibles à l’insuline, ce qui permet d’en produire moins.

 

2. La berbérine réduit le taux de testostérone sanguin chez les femmes souffrant de SOPK.

C’est particulièrement intéressant pour celles qui souffrent d’acné liée au SOPK, car il est commun que cette condition s’accompagne d’un excès d’androgènes dans le sang. Cela peut se traduire par :

  • de l’hirsutisme (pilosité excessive),
  • une perte de cheveux,
  • une difficulté à concevoir,
  • de l’hyperpigmentation (taches pigmentaires, particulièrement au niveau des avant-bras, pli de l’aine ou dans le cou),
  • de l’agressivité,
  • et bien sûr de l’acné.

Cette réduction de testostérone et d’androgènes « libres » (actifs) chez les femmes souffrant de SOPK a été très rapide dans certaines études : en 3 mois, le taux en était diminué (6).

Il a été démontré par ailleurs que la berbérine pouvait favoriser l’ovulation chez ces femmes (5) et les chances d’une fécondation in vitro (6).

3. La berbérine est un anti-inflammatoire et antibiotique naturel.

La médecine chinoise utilise la berbérine pour ses vertus antibiotiques.

Il a été établi qu’elle était efficace sur de nombreux micro-organismes (7,8, 9) au niveau de l’estomac, dont le coriace Candida albicans.

De plus, elle générerait dans l’estomac des acides gras à courte chaine (10), ce qui a un effet anti-inflammatoire.

L’acné étant une maladie à la fois bactérienne et inflammatoire, ces vertus sont particulièrement intéressantes.

Alors la berbérine, ce serait pour qui ?

Les vertus de la berbérine sont particulièrement bien établies pour la réduction du sucre sanguin, de l’insuline et de la testostérone.

Un des marqueurs POSSIBLES de l’insulino-résistance : la forme du corps « pomme », où l’excès éventuel de poids se concentre au dessus de la taille.

En conséquence, elle semble plus particulièrement indiquée pour les jeunes femmes atteintes d’un SOPK  « classique ». Dans ce type de SOPK, les jeunes femmes ont souvent un taux d’insuline élevé (insulino-résistance) et courent davantage de risques de développer un diabète.

C’est le profil de SOPK le plus courant, même si j’explique ici qu’il est loin d’être le seul.

Attention cependant…

Il convient bien sûr d’en discuter avec votre médecin. Même si la berbérine est un supplément considéré comme sûr, une supplémentation n’est jamais anodine. La berbérine doit être prise sous la supervision d’un professionnel de santé, d’autant qu’il existe de nombreuses précautions d’emploi (liste qui ne prétend pas être exhaustive) :

  • La berbérine ne doit pas être prise pendant la grossesse et l’allaitement : pendant la grossesse, la berbérine pourrait traverser le placenta et nuire au bébé.
  • Des interactions sont possibles avec certains médicaments, notamment à base de Cyclosporine.
  • Elle ne doit pas être prise à long terme (plus de 8-12 semaines).

Comment la berbérine est généralement prise :

La plupart des professionnels déconseillent une prise continue sur le long terme. Ils encouragent l’intermittence.

Ainsi :

  • Le docteur en gynécologie Sarah Gottfried, recommande ici de ne pas prendre la berbérine pendant plus de 8 semaines, et faire une pause de 2-4 semaines avant de la reprendre éventuellement.
  • La naturopathe canadienne Lara Briden, conseille ici à ses clients de la prendre 6 jours par semaine (donc avec un jour de pause) et de faire au moins une pause d’un mois après 3 mois de prise.

La prise s’effectue en plusieurs fois pendant la journée, au cours des repas, pour en abaisser l’impact sur la glycémie.

Ne jamais attendre un miracle d’un supplément seul…

L’insulino-résistance est l’antichambre du diabète. Elle est donc non seulement facteur d’acné, mais dangereuse pour la santé. C’est pourquoi, même si la berbérine est efficace à abaisser insuline et glucose, il faut toujours l’accompagner de mesures alimentaires, par exemple en consommant moins de glucides raffinés (comme la farine blanche) et de sucre et davantage d’aliments à teneur élevée en protéines.

La berbérine est donc le plus souvent utilisée quand on initie ce type de programme alimentaire, ou pour le renforcer.

Ce que j’en pense :

Comme évoqué précédemment, la berbérine n’est pas LA pilule magique contre l’acné. Elle ne convient pas à tout le monde et ne devrait pas être prise sans accompagnement professionnel.

Cependant, de nombreux naturopathes et médecins la conseillent aux Etats-Unis. J’ai pu donc juger de son efficacité sur l’acné de plusieurs de mes clientes souffrant de SOPK, quand cette condition était accompagnée de problèmes de glycémie. Elle peut alors s’avérer spectaculaire.

J’ai donc jugé utile d’évoquer une alternative naturelle, peu connue en France. Si votre médecin est ouvert aux traitements naturels, peut-être voudrez-vous en parler ensemble ?

 

Références :

(1) https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23038982

(2) https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18442638

(3) https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18442638

(4) https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22419445

(5) https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4672885/

(6) https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23869585

(7) https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/12422513

(8) https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21660679

(9) https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16379555

(10) https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22880019

A propos Emanuelle Haudegond

Emanuelle Haudegond est la fondatrice de beaute-pure. Elle est l'auteur de la méthode gratuite "Vers une Peau sans Acné en 7 étapes" et de la méthode avancée "Méthode Peau-Zéro-Défaut", pour les peaux à problèmes. Diplômée de l'état de Californie, elle a longtemps travaillé auprès de dermatologues et de chirurgiens plasticiens avant de fonder sa propre clinique de soins esthétiques à Los Angeles. Passionnée par la peau, guidée par des principes naturopathiques, elle partage au fil des articles sa philosophie et ses astuces pour une peau magnifique. Vous trouverez également dans son e-boutique, beaute-pure-boutique.com, une sélection de ses produits de beauté préférés, adaptés aux peaux à problèmes, et des compléments alimentaires brevetés.
  • Katia dit :

    Bonjour, et d abord merci pour votre blog !

    Je suis OMPK et prend androcur depuis 2 ans. Je ne suis plus moi meme je m’ empoisonne tous les jours … J ai essayée d’ arreter l ‘année derniere et cata! Acné kystique et perte de cheveux.

    Seulement je veux un bébé et ayant mit en place une alimentation saine et du sport je n en peux plus de m empoisonnée a coté! D autant que je suis epuisée et comme  » morte  » a l interieur.
    Je veux l’ arreter mais je suis en reconversion pro et dois prendre confiance en moi… Pensez vous que la berberine pourrait m’ aider pendant l’ arret ? Je dois aussi voir une ethiopathe qui dit pouvoir aider a retrouver des ovulations.
    Qu en pensez vous ? Est ce que vous consultez ? Car mon medecin va me rire au nez si je lui parle d’une  » plante »… ? Merci beaucoup.

    • Bonjour Katia, la berbérine est une plante qui permet de réguler la glycémie. Les problèmes de glycémie sont fréquents en cas OPK. A ce titre, elle est souvent utilisée, de manière ponctuelle. Cependant, dans votre situation, je pense qu’il est indispensable d’être accompagnée par quelqu’un qui peut personnaliser votre suivi…

  • Vanessa dit :

    Bonjour,
    Je viens de découvrir ce blog et je trouve pas mal d’informations. Je suis diagnostiquée SOPK depuis 8 ans et depuis j’ai eu 2 enfants sous traitement. Jusqu’à maintenant, mon SOPK était géré sauf ces dernières années où j’ai pris 15kg en 1 mois. RDV chez l’endocrino et prise de sang. Tout est normal sauf mon test au glucose sur 2h, glycémie normale et insuline qui augmente à 1h et encore à 2h ainsi que mes androgènes qui sont élevés. 2 critères bien connus du SOPK.
    Mon endocrino vient de me prescrire un traitement à la metformin avec 500mg, 2x/jour. Je viens de découvrir la berbérine. Je ne connaissais pas. Est ce que je peux associé la berbérine à mon traitement metformin?
    La metformin va surtout agir sur l’insuline mais pas sur l’acné, ni l’excès d’androgènes.

    Merci d’avance pour votre réponse.

    • Bonjour Vanessa : non, il ne faut pas associer les deux, car ils font sensiblement la même chose, et l’effet sera beaucoup plus fort. Oui, l’insulino-résistance est classique en cas de SOPK….

  • Alison dit :

    Je voudrais, moi aussi, apporter ma pierre à l’édifice.
    J’entends tout le temps parler des bienfaits d’une alimentation « saine » sur l’acné et que c’est absolument indispensable si l’on veut en guérir. Seulement, tous les cas sont différents. Je suis désolée, mais un changement d’alimentation, chez certaines personnes, ne fait aucune différence. J’en fais l’expérience depuis 2 ans. Que je passe mon temps à manger des fruits, des légumineuses, du lait végétal en remplacement des produits laitiers, peu de sucre, ou que je me gave de chocolat et de mauvais gras, je ne vois aucune différence pour ma part. Je pense que dans mon cas, le stress est le seul facteur de mon acné, et que j’ai beau manger ultra clean, et bien l’alimentation n’est pas le problème, donc ça ne change strictement rien. Attention donc avec la généralisation. Je veux dire, manger clean c’est super et c’est bon pour la santé, mais n’en déplaise, l’alimentation n’est pas -toujours- ni la solution indispensable, ni la meilleure. Je me suis beaucoup privée pendant des mois, étant très gourmande de nature, à ne plus manger de fromage, de gâteaux, etc, et tout ça…pour rien. Je ne referai plus la même erreur.

    • Bonjour Allison : je ne saurais être plus d’accord avec vous. L’acné, et la santé en général, ne dépendent pas que de l’alimentation. Beaucoup d’autres facteurs entrent en compte, dont le bien-être psychologique, effectivement. Je vous remercie de le souligner, c’est très important !

  • Léa dit :

    Bonjour Emmanuelle,

    Je me permets de rebondir sur le sujet, ayant une dystrophie ovarienne microfolliculaire bilatérale (DOPK), produisant beaucoup trop d’oestrogènes…
    Comprenant donc à 30 ans que mon acné est d’origine hormonale, ayant trop d’hormones mâles.

    J’ai une acné récalcitrante depuis plus de 15 ans > essentiellement des microkystes, erythrose : au niveau des joues, près des oreilles, bas du visage jusqu’au menton et également dans le cou.

    Acné par intermittence en fonction des traitements, ayant testé :

    -Diane 35
    -Médicament / antibiotique à base de Tetracycline ( allergique)
    -Roaccutane ( 2 cures)
    -Androcure
    -Jasmine ( pilule)
    -Laser et Lumière Pulsée (12 séances)
    -Homéopathie…

    Ces traitements ont fonctionné pendant une période définie puis l’acné finit toujours par revenir, le problème de fond n’étant jamais traité.

    Après 15 années sous pilule je décide de l’arrêter en juillet dernier (car je ne souhaitais plus être sous hormones artificielles, et je voulais laisser mon corps fonctionner seul) mais mes cycles étaient extrêmement irréguliers et variaient entre 42 et 65 jours… ( l’acné toujours présente )
    Je decide de consulter mon gynécologue et demande à faire un bilan hormonal. C’est ainsi que j’ai appris que j’avais une DOPK, et que je devais donc reprendre une pilule adaptée à savoir la Triafemi, sous conseil de mon gynécologue et de mon radiologue. Celle-ci régulerait d’une part mon taux hormonal, et d’autre part, par conséquent mon acné.

    Je prends cette pilule depuis seulement 2 semaines, donc il est encore trop tôt pour mesurer les résultats. Je souhaitais connaitre votre avis concernant les solutions pour soigner les problèmes de peaux liés à un taux d’hormones mâles élevé, car d’après bon nombre de gynéco, seule la pilule est efficace.

    Je vous remercie pour votre retour et également pour les précieux conseils sur votre blog !!

    • Bonjour Léa,
      Bravo pour votre démarche, cela demande du courage.
      Sauf erreur de ma part, le DOPK est une autre façon d’appeler le SOPK : http://www.aly-abbara.com/livre_gyn_obs/termes/dystrophie_ovarienne_sopk.html
      Je ne suis pas étonnée de votre parcours, car en effet au regard de ce type acné, il ne sert à rien de traiter de l’extérieur (laser, crèmes, etc), car la raison qui explique « l’excitation » des glandes sébacées est hormonale. Et si vous remplacez vos hormones naturelles par des hormones de synthèse (androcur, diane, jasmine..) à leur arrêt le problème revient. Il n’existe pas de « remède » universel contre le taux d’hormonal d’hormones mâles élevé, mais avec une approche individualisée, on peut souvent diminuer les symptômes et apaiser la condition (donc, non, « la pilule n’est PAS la seule solution). Mon conseil serait : 1. de réfléchir sur ce qui peut expliquer le SOPK dans VOTRE situation, à partir de SOPK : quel type êtes-vous ? et si vous pouvez mettre le doigt sur une possible « racine » de la condition (insulino-résistance, thyroïde, etc..) 2. D’éviter à partir de maintenant ce qui peut contribuer à vous faire sécréter de nouvelles hormones mâles : stress (cortisol) et aliments à IG élevé, entre autre. Il faut avoir un taux de glucose sanguin « stable », entre autre 3. De prendre très grand soin de votre foie et de votre flore intestinale. Tous deux jouent un très grand rôle dans la sécrétion hormonale. Certains suppléments « basiques », comme la silymarine et les probiotiques, peuvent être envisagés.
      Ce sont quelques pistes « de base » – Il faudrait bien sûr en savoir plus sur votre situation réelle. Sachez cependant que la pilule ne « règle » jamais un problème hormonal. Elle le cache, ce qui est très différent. De plus, si le SOPK est lié à un problème d’insulino-résistance (votre capacité à gérer votre sucre sanguin) la pilule peut largement contribuer à renforcer ce problème, c’est avéré. C’est pourquoi cela peut très vite devenir un cercle vicieux, dont il est difficile de sortir.
      Je reste à disposition si vous avez besoin d’éclaircissements, Léa, bien sur…

  • Elisabeth dit :

    bonjour ,
    Si la berberine doit donner du résultat , en combien de temps peut on les constater .
    Merci

  • Ann dit :

    Bonsoir
    Peut-on prendre la berbérine pour aider à la perte de poids?
    Mes tests sanguins montrent une glycémie normale mais celle-ci est calculée le matin à jeun. Or je pense que je suis un peu insulino-résistante. J’évite de manger des sucres raffinés.

    Du coup est-ce que je peux prendre ce complément alimentaire ou ça ne fera rien?

    • Bonjour Ann,

      La berbérine est traditionnellement utilisée dans ce sens, parce qu’elle cible l’insulino-résistance, accélère le métabolisme, diminue l’inflammation et contribue à l’équilibre de la sphère intestinale. Mais il faut toujours considérer les choses dans leur globalité : le premier réflexe est bien sûr d’agir sur l’alimentation, et se rappeler que le contrôle du stress et l’exercice physique agissent également directement sur l’insulino-résistance. En d’autres termes, cela peut certainement être une aide, mais dans le cadre dans plan global.

  • Sarah K dit :

    Bonjour

    J’ai pris de la berbérine à raison de 4 gélules par jour (un avant chaque « repas ») pendant 3 semaines en juin et j’ai vu un superbe résultat.
    J’aimerais recommencer une cure, cependant je ne mange des glucides qu’au petit déjeuner et au déjeuner, serait-il possible de ne prendre qu’une gélule avant ces deux repas (ce qui amène à 500mg de berbérine/jour) ? ou ce n’est pas suffisant pour avoir une effet ?
    Comme la berbérine est chère, je voudrais la faire durer…
    Merci d’avance pour votre réponse.

  • audrey dit :

    bonjour,

    Je prend actuellement du chardon marie puis je prendre en même temps de la Berberine?
    Souffrant d’acné modérée depuis que j’ai eu mon premier enfant (2011) et pendant mes 2 grossesses aucun boutons et avant grossesse j’étais sous pilule donc aucun problème d’acné. J’ai essayé beaucoup de chose pour faire disparaître mon acné mais rien ne fonctionne acupuncture, homéopathie, suivie par une naturophate réequilibre de mon alimentation, Nettoyage de la peau et maquillage naturelle…..) de ce fait j’ai fait une prise de sang pour un bilan hormonal tout est normal juste le taux de testostérone qui est élevé mais reste dans la norme, puis une échographie des ovaires qui présente beaucoup de follicules sur les ovaires mais qui sont normaux, le gynécologue m’a dit que mes ovaires fonctionnent un peu excessivement ce qui pourrait provoquer mon acné ( il me dit qu’il ne peut que me proposer que la pilule pour bloquer les ovaires mais je ne souhaite pas car j’ai un stérilet cuivre qui me convient).
    Me conseillez vous de prendre de la Berberine?
    Merci par avance

    • Bonjour Audrey, la berbérine est efficace quand on a des problèmes de régulation de la glycémie ou d’insulino-résistance qui mènent éventuellement à une surproduction d’androgènes. Donc la question à se poser est : est-ce que je pense être concernée par cela ?

  • Agnes dit :

    Bonjour,

    Je commence une nouvelle cure de MSM car j’ai constaté une super amélioration quant à ma chute de cheveux.
    Je souhaiterai commencer une cure de Berberine vu que je vois l’influence de la consommation de sucre sur ma peau.
    Les 2 produits sont-ils compatibles?
    Merci!

    • Elsa Kreiss dit :

      Bonjour Agnès,

      Il n’existe pas d’interaction connue à ce jour entre le MSM et d’autres compléments.

      Avant d’envisager un complément, il est cependant utile de lutter au niveau du mode de vie : consommez-vous beaucoup de sucre, ou bien un peu à l’occasion suffit-il à provoquer des dégâts ? Car la première chose à faire, dans le premier cas, serait d’essayer d’arrêter le sucre (je sais que c’est difficile…).

  • dalmate dit :

    Bonsoir,

    atteinte d’acné rosacée depuis 5 ans la bérberine pourrait elle m’aider?
    Cordialement.

  • Fanny dit :

    Bonjour,

    Un question d’ordre pratique…

    Je suis inscrite pour la méthode avancée depuis 1 an…et toujours rien, comment dois-je procéder ?

    Merci et belle journée,

    • Elsa Kreiss dit :

      Bonjour Fanny,

      Vous êtes sur la liste d’attente, c’est bien cela ? Dans ce cas, il est normal que vous n’ayez pas de nouvelles pour le moment, car il n’y a pas pour l’heure de nouvelle session programmée.

  • virginie dit :

    Bonjour Emanuelle,
    Savez-vous pour quelle raison la Berbérine est interdite à la vente en Belgique? (décision de l’Afsca).

    Merci,

    Virginie

  • Charly dit :

    Bonjour Emmanuelle,

    Votre site est formidable.
    Je suis atteinte d’un syndrome SOPK. Dès 15 ans, bouffées de chaleurs au lycée (comme aujourd’hui ma mère à la ménopause), acné, et surtout gonflements (j’étais bouffie par période) beaucoup de retention d’eau. J’ai fait deux cures de roycutane de 6 mois à 17 ans et à 21 ans. Autant vous dire que cela a changé ma vie alors que j’étais extrement attentive aux produits que j’utilisais.
    A 26 ans, j’ai recommencé a avoir a l peau grâce la peau qui tire à cause des nodules,plus gonflements, regles douloureuses.
    Après avoir vu un endocrinologue, j’ai enfin pris un traitement hormonal qui a changé ma vie: perte de 10kilos, plus d’acne…
    Aujourd’hui je veux devenir maman et vais devoir arrêter: vous n’imaginez pas mon angoisse.
    Je sais que je vais reprendre du poids et reavoir de l’acné.
    Quand j’ai vu votre site, je me suis dit qu’il y avait peut etre un espoir.
    Alors voici ma question: pensez vous qu’à l’arrêt de mon traitement je puisse remplacer cette berberine pour eviter les effets rebonds? Je suis prête dans tous les cas à arrêter tous les produits cosmetiques… (même si c’est mon metier)
    Merci pour votre réponse.

  • Fanny dit :

    Bonjour,

    Merci pour tout. Je suis « SOPK » et depuis une année, j’applique les précieux conseils (alimentaires, produits divers indiqués pour la peau, etc…) Je suis enchantée du résultat.

    En revanche, je souhaite savoir je peux continuer prendre de l’URUCUM (6 comprimes/jour soit 3600 mg) en continu…cela fait déjà un an…y-a-t-il des contre-indications ?

    Dans l’attente de votre réponse, je vous remercie !

    • Bonjour Fanny,

      Je déconseille la prise de tout supplément en continu, quelqu’il soit. Cela inclut l’urucum. Je n’ai pas pu trouvé d’études prouvant une toxicité, mais c’est un principe de précaution que j’estime valide et sage. Je vous recommande donc de ne PAS continuer une prise continue, et d’effectuer au moins une pause de 3 mois cet été, d’autant que vos prises ont été (relativement) importantes. Cela me semble important, Fanny…

      • Fanny dit :

        Bonjour et merci pour votre réponse, je ferai une pause à l’automne, et non durant l’été- Cependant, je vais diminuer la dose et ne plus prendre la dose « maximum » actuelle.

        Depuis 5 ans, arrêt contraceptif et arrêt spironolactone, déboires acné, pilosité++, etc…et malgré un parcours FIV, l’enfant n’est pas venu-

        Je viens de reprendre via mon endocrinologue- Traitement « spironolactone » 75mg/jour, j’espère ainsi « retrouver » un joli dos, et une repousse moins rapide des poils. (entre autres). A ma connaissance, il faut attendre 3 mois, pour noter les changements…
        Quel est votre avis à propos de l’utilisation de ce médicament lorsque « SOPK » ?

        Je vous remercie beaucoup.

        • Bonjour Fanny, je comprends tout à fait les frustrations et l’envie d’avoir un « break » pour la pilosité et les boutons, mais pour répondre à votre question, le spironolactone a une visée esthétique seulement. Il n’a pas d’effet sur les autres problèmes liés au SOPK : il n’adresse pas entre autre l’insulino-résistance (particulièrement commune après une longue prise de contraceptif chez les personnes génétiquement prédisposées à ce type de problèmes, car la pilule augmente les problèmes de glycémie) ou l’inflammation généralisée, donc pas l’infertilité éventuelle, ou la prise de poids etc. Si votre but est toujours d’avoir un bébé, il ne vous aidera pas de ce coté-là… Il faudra toujours, s’il y a insulino-resistance, adopter un mode de vie/alimentation adaptée, pour l’acné sur long terme et pour la fertilité.

          • Fanny dit :

            Merci, à nouveau pour votre réponse, en effet « la sprionolactone » aide pour retrouver belle peau et met « un ralentisseur » en ce qui concerne pilosité, mais c’est tout…je connais ses limites…
            et je crois que le désir de maternité restera pour moi, un désir et ne deviendra pas une réalité, j’ai 44ans.
            Même si c’est très douloureux encore aujourd’hui d’écrire ces mots-
            Je conserve, c’est certain, mon mode vie alimentaire IG bas/moyen, et tout ce que j’ai appris avec vous depuis 1an.
            Je continuerai avec éponge de kongac avec le maquillage Lily Lolo.

            J’ai acheté une boîte de comprimés MSN « boutique Beauté pure » et je vais commencer la cure.

            Qu’en est-il de la « berberine » dans « mon » cas ?

            Encore une question, je prenais « glucophage » pr aider « àla regularité dans cycle » « pour l’ovulation » avait conseille la gynécologue du CHU. Cependant depuis mois que j’a repris « spironolactone » j’ai terminé ordonnance « glucophage » la question que je me pose, est la suivante : – faut-il combiner les deux ?

            Merci à vous,

          • Bonjour Fanny, mon coeur va vers vous, j’imagine que c’est douloureux. Pour la combinaison de la berberine avec le médicament je suis désolée mais il faut demander au médecin. Cela dépasse mes compétences et je ne voudrais pas me tromper sur quelque chose d’aussi important…

  • Naima dit :

    Bonsoir,
    Je prend du Gatilier depuis 4 mois, je vois un net changement sur ma peau et l’acné est mieux contrôlée (les gros kystes sur le menton ont une taille plus raisonnable et n’apparaisse qu’en fin de cycle). Cependant mon corps s’habitue au gattilier et cela fonctionne moins bien, devrais je switcher avec la berbérine?
    Je vous remercie et merci pour tous ces supers articles plein de bons conseils 🙂

    • Ce sont deux plantes qui agissent différemment, Naima. Le Gattilier est employé pour les problèmes de cycles : il stimule la L.H. et la production de progestérone. Je parle plus en détails ici du Gattilier. et pourquoi il n’est pas adapté à toutes les femmes. la berbérine agit principalement sur la régularisation du sucre sanguin et sur la production d’insuline. Je ne connais pas votre profil, il n’est pas vraiment possible de savoir de vous apporter une réponse à ce sujet…

      • Naima dit :

        Merci beaucoup Emanuelle !!! Je me suis inscrite sur votre site et ai commencé à suivre vos conseils 🙂

        Mon acné est hormonale, que sur le menton et en fonction de mon cycle, ils arrivent avec l’ovulation et ne me quitte plus jusqu’à l’arrivée des règles. Ce ne sont que des gros durs microkyste…! Dès que un se calme et rétréci, un autre arrive..! J’ai fais une cure de tetralysal mais qui n’a pas réglé mon problème j’ai donc arrêté. J’ai fais des seances de laser teraclear c’était pas mal mais avec les hormones il y a toujours une rechute. Puis Vitex m’a bien aidé mais mon cerveau ne se fait pas avoir, il s’habitue!!!!!!

        J’ai vu que le sujet de demain c,’est l’anné hormonale =) j’ai hate !

  • Mathilde dit :

    Bonjour,

    La berbérine peut-elle être prise en même temps que le palmier nain ?
    Merci,

  • Bénédicte dit :

    Bonjour,
    & comme toujours merci pour cet article très intéressant ! Je m’intéresse beaucoup à la phytotherapie mais n’avais pas encore entendu parler de cette plante.
    J’ai arrêté la pilule il y a environ 2 ans suite à un dérèglement hormonal (hypoestrogénie et hyperandrogénie) avec les soucis liés déjà durant la prise (amenorrhée, acné, hirsutisme et alopécie).
    Mon état s’est bien stabilisé avec l’arrêt des produits laitiers, la baisse de la consommation de gluten ainsi qu’un régime à ig bas (merci pour vos conseils encore !).
    J’ai suivi qq traitements naturels mais mes cycles sont tjrs très irréguliers, les problèmes esthétiques encore présents et niveau prise de sang ça n’est tjrs pas revenu à la normale.
    Pour cela la berbérine m’intéresse bcp ! Je pensais faire une pds avant et après la cure pour voir s’il y avait du changement.
    Je voulais vous demander si les effets étaient durables (avec un mode de vie sain bien évidemment ) ou si les symptômes revenaient dès l’arrêt et s’il était nécessaire de faire plusieurs cures par an etc..?
    Merci d’avance pour votre réponse !
    Bénédicte

    • Bonjour Bénédicte, contente d’avoir pu aider (je crois que vous aviez fait la méthode avancée, non ?) ! Non la berberine agit essentiellement pendant la prise. Les médecins/naturopathes évoqués dans l’article la recommandent donc sous forme de cures ponctuelles, que l’on peut renouveler (voir les protocoles décrits).

  • Sarah K dit :

    Bonjour
    Je viens d’acheter de la berbérine et je prenais du psyllium pour réduire ma glycémie. est ce que je peux combiner les deux:
    berbérine avant le repas puis psyllium pendant ?
    D’avance merci pour votre réponse et le temps que vous nous consacrez 😉
    Belle journée

    • Bonjour Sarah,

      Vous n’aurez pas besoin des deux pour réduire votre glycémie : la berbérine est extrêmement efficace pour cela. Mon conseil serait de garder le psyllium pour les périodes où vous n’utilisez pas la berbérine (il ne faut pas l’utiliser sur le long terme) et le conservant dans un endroit sec et à l’abri de la lumière.
      Belle journée à vous aussi !

  • laurence dit :

    Bonjour,
    Et tout d’abord immense merci pour votre blog et votre méthode qui sont devenus ma lecture de chevet. Je suis la méthode depuis environ 2 mois et les résultats sont significatifs, je confirme qu’il faut 6 semaines pour voir des résultats et qu’en attendant on peut avoir des grosses poussées, surtout ne pas se décourager.
    Ma question concerne les yaourts! J’ai arrêté les yaourts au lait de vache comme vous le conseillez, mais le plaisir de manger des yaourts me manque. Au lait de brebis j’aime bien mais très occasionnellement car le goût est fort. Au lait de soja je n’aime pas trop le goût, et comme je consomme souvent du tofu, je me dis qu’il ne faut pas en abuser car on dit que le soja n’est pas génial au niveau hormonal… J’envisage de faire mes propres yaourts au lait d’avoine ou de sarrasin, mais l’apport en calcium disparaît complètement et ce sont des laits naturellement un peu sucrés donc je ne sais pas si ce n’est pas déconseillé pour l’acné…
    Bref cette question des yaourts n’est pas simple, j’ai essayé de remplacer par amandes, fruits etc… mais ce n’est pas la même chose…
    Si vous avez un avis sur la question je suis très preneuse, merci d’avance

  • Saskia dit :

    Bonjour,

    Après des examens sanguins pour la thyroïde, les hormones enfin bilan complet plus les echos, il en ressort, juste un petit nodule et une petite thyroïde. Nouvel endocrino qui suspecte une maladie type Hashimoto (sans conviction), je dois faire la prise de sang.

    Niveau hormonal, la testostérone est légèrement élevé, bon hors une pilosité, abondante et placé là où elle va bien chez les hommes…J’ai perdu beaucoup de cheveux, une fatigue (épuisement), crise ganglionnaires, des épisodes « bizarres ».

    Mes cycles sont long, mais régulier.

    Dans mon cas, bien que je suis votre programme que mon acné c’est franchement amélioré, la berbérine m’aiderait elle a retrouver une belle beau sur tout le mois ? A améliorer, cette pilosité ?

    • Saskia dit :

      Bonjour,

      Je suis à une semaine de prise de berbèrine, je crois que le fait que ca joue sur ma glycémie me fatigue énormément, je prend 3 comprimés, ma peau s’en ressent, une semaine sans acné ! des poils plus fins et légèrement en baisse.

      Est-il possible de réduire le nombre de comprimés ?

      (pour précision je ne mange ni gras, ni sucré, pas de grignotage de n’importe quoi)

      • Bonjour Saskia
        La berberine abaisse la glycémie, c’est à dire le sucre sanguin. Si vous mangez peu de glucides et/ ou que vous les choisissez à index glycemique modéré, il est probable qu’effectivement qu’avec ces doses vous soyez facilement en hypo glycémie. Une possibilité est de couper les comprimés en 2 et de continuer 3 prises par jour au moment des repas. Et toujours bien sûr de miser avant tout sur une alimentation et un mode de vie sain et de ne pas prendre en continu, comme évoqué dans l’article, ok ?

        • Saskia dit :

          Bonjour Emmanuelle,

          Merci de votre réponse, solution qui me va, je vais donc continuer. Effectivement je suis bien la précaution de ne pas faire de prise continue, une journée de pause et 4 à 8 semaines de prise puis 3 mois « de repos ».

          • Saskia dit :

            Bonjour Emmanuelle,

            La prise « classique » provoquant une grande fatigue j’ai stoppé puis repris sur la période ou mon niveau de testostérone augmente.

            Rebelote, fatigue extrême après une prise, j’ai vite fait le lien, puisque je mange en quantité normal et plutôt équilibré. En augmentant mon absorption en protéine je supporte mieux la berbérine,

            Pas certaine, de reprendre le mois prochain même sur deux semaines, c’est trop impactant.

            La question est maintenant de trouver, l’élément qui jouera sur ce fichu problème de testostérone…

          • Saskia dit :

            Bonjour,

            Pour faire suite à mon essai Berbérine, sur les deux semaines où mon niveau de testostérone est à son paroxysme.
            J’en suis à la première, et déjà j’ai ressenti avec seulement une prise le midi, une hypoglycémie, pas tout le temps, et ceux même en mangeant plus protéiné.

            Je tiens, du coup, à préciser que l’effet est assez puissant, quand on a pas vraiment de souci côté glycémie.

            Pour moi, il me reste a chercher, une autre solution pour faire baisser se taux de testostérone, voir un rééquilibrage hormonal.

  • contournet dit :

    Bonsoir
    ma question est la même que la précédente ,y a t’il contre indication avec une maladie de crhon
    merci

  • Pauline dit :

    Bonjour Emmanuelle,
    Est-ce que la berberine peut être utilisée dans un traitement pour l’endométriose?
    Merci!!
    Bon weekend,
    Pauline

  • Fleur dit :

    Bonjour, quels sont les risques éventuels de la berbérine pendant l’allaitement ?

    Je voulais également savoir si vous aviez un avis sur le dépuragem et sur le macérat de bourgeon de noyer bio ?
    J’ai eu un rdv pour la première fois avec une naturopathe qui m’a conseillé ces deux « produits » pour agir sur l’acné en considérant que pour régler le problème à la racine il faut nettoyer et équilibrer la flore intestinale en premier lieu. Qu’en pensez-vous ? Avez-vous déjà conseillé ces produits et constaté des résultats ?

    • Pendant l’allaitement, tout supplément sera transmis à l’enfant, qui n’a pas du tout les mêmes défenses.
      Dépuragem/macérat : je ne suis personnellement jamais en faveur d’utiliser des extraits alcoolisés.

  • emma dit :

    Merci beaucoup, j’ai une question pour la berberine est ce que les hommes peuvent en prendre sans problème ?

  • Fatima dit :

    Bonjour,
    Merci pour cet article j ai entendu parler de la bernerine depuis quelques années deja mais je me tâte à la prendre. J ai les symptômes des sopk cad acne severe pert de cheveux et hirsutisme mais le taux de mes hormones est normal selon mes médecins ils pensent que je suis juste sensible aux androgènes. Pensez vous que la berberine est conseillée dans mon cas?
    Milles mercis
    Fatima

  • emma dit :

    Bonjour c’est juste pour dire que je n’ai pas reçu la 4e étape de la méthode merci !

  • >