Le meilleur traitement pour le mélasma – commencez en interne !

Quel est la meilleure façon de traiter le mélasma ? Vous avez été nombreux à me poser la question la semaine dernière, suite à l’article 5 faits surprenants concernant votre mélasma (taches pigmentaires)

Ma réponse va peut-être vous surprendre : je pense qu’il faut surtout traiter en interne, car il s’agit d’un problème hormonal. Et en ceci, le mélasma n’est pas très différent de certaines formes d’acné…

Petit retour sur ce qu’est le mélasma, pour bien comprendre. Il existe différents taches pigmentaires, et le mélasma s’en distingue facilement.

Vous pouvez avoir :

  1. des taches dites « de rousseur« , qui sont principalement héréditaires. Elles ont tendance à foncer en été et à éclaircir en hiver, et sont associées aux peaux très claires, laiteuses et sensibles au soleil.
  2. des taches de vieillesse ou lentigos : ces taches sont surtout dues au vieillissement de la peau. Ces taches, plus ou moins grosses, apparaissent à force d’exposer sa peau au soleil. Si la mélanine est activée en continu, sa production finit par se dérégler. Elle va provoquer une hyperpigmentation (trop de pigment, taches foncées), voire une hypopigmention (plus de pigment, tache blanches). Ainsi une femme de trente ans qui n’utilise jamais de crème solaire peut avoir beaucoup plus de taches qu’une femme de 60 ans qui s’est toujours protégée. Si vous êtes jeune et que vous avez des taches de ce type, cela signifie que votre capital pigmentaire est en train de s’épuiser. C’est un signe qu’il faut être beaucoup plus prudente face au soleil, car votre capital solaire ne se remplace pas (je sais que je radote, mais c’est la vérité !…).
  3. des cicatrices pigmentaires : le plus souvent dues à l’acné, à un « triturage » de la peau, à une blessure, à une épilation mal conduite… Ce sont des bons exemples de l’hyper-pigmentation dite « post-inflammatoire » dont je parlais lors du dernier article : chez certaines personnes à la carnation foncée, toute irritation (inflammation) de la peau peut évoluer vers une tache pigmentaire. La couleur rouge, temporaire et caractéristique d’une inflammation, devient marron, et ne s’en va pas.

Et le mélasma, dans tout ça ?

Le chloasma, appelé également mélasma ou encore masque de grossesse, est différent : ce type de taches est dû à des dérèglements hormonaux (grossesse, prise de pilules contraceptives, pré-ménopause, ménopause, SOPK…). Les taches sont souvent grandes et concentrées sur une zone. Elles sont parfois souvent bilatérales et symétriques, ce qui donne cet aspect de masque. Surtout, elles sont très coriaces.

Que peut-on faire ?

  • Les taches de rousseur ne sont pas vraiment traitables. Elles reviennent quoi qu’il arrive car elles font partie du capital génétique. Mais elles sont généralement très mignonnes, vous ne trouvez pas ?
  • Bonne nouvelle, dans le cas des taches de vieillesse et des cicatrices : un bon programme d’éclaircissement à base de produits cosmétiques ou médicamenteux sera généralement efficace…. Si le problème de base (acné, manipulations excessives, etc…) est maitrisé, et si on évite totalement le soleil, bien sûr ! Je parlerai dans un prochain article des différentes options en la matière.
  • En revanche, le mélasma est un problème hormonal. Les mélanocytes, les cellules qui fabriquent la coloration marron, sont stimulées par des niveaux hormonaux anormaux, en particulier d’oestrogènes. En conséquence, un programme d’éclaircissement à base de crèmes sera insuffisant. Il faut donc chercher à équilibrer les hormones en interne pour un éclaircissement sur le long terme.

Quelles sont les situations qui peuvent mener au mélasma ?

Plusieurs facteurs surprenants peuvent mener au mélasma :

  • le stress, l’anxiété, le perfectionisme… Cela peut sembler étonnant, mais il faut savoir que le cortisol, hormone du stress, est fabriqué par nos glandes surrénales (petites glandes situées au dessus des reins) à partir du même matériau de base que la progestérone. En conséquence, si ce matériau est converti en cortisol de manière régulière, cela se fera au détriment de votre niveau de progestérone. Or cette dernière équilibre l’oestrogène, car ces deux hormones « travaillent » toujours en duo. En conséquence, le stress favorise la dominance en oestrogène, situation qui occasionne l’hyperpigmentation (1).
  • un foie faible. Un des rôles du foie est de fabriquer mais surtout de transformer vos hormones. Cette transformation se fait en deux phases, et chaque phase demande un foie en pleine forme. Si votre foie est faible, la première phase peut être accomplie, mais pas la deuxième. Vos hormones seront alors insuffisamment transformées. Les oestrogènes, tout particulièrement, peuvent être transformées ainsi en métabolites beaucoup plus forts que leur forme initiale, susceptibles d’occasionner un mélasma.
  • des problèmes de thyroïde. Selon cette étude (2) auprès de deux groupes de femmes, l’un souffrant de mélasma, l’autre pas, 18.5 % du  groupe présentant les problèmes de mélasma éprouvait des troubles de la thyroïde, contre 4.3% pour le groupe témoin.
  • des troubles du microbiote : les milliers de milliards de microorganismes, qui constituent le microbiote intestinal (ou flore intestinale, pour simplifier) jouent un rôle certain dans l’équilibre hormonal. Certains d’entre eux, qui composent l’estrobolome, produisent une enzyme servant à se débarrasser de l’oestrogène. En d’autres termes, quand votre flore est au top, elle va régulariser les niveaux d’oestrogènes. Quand ce n’est pas le cas, l’oestrogène peut dominer, et cela favorisera le mélasma. C’est pourquoi les antibiotiques peuvent contribuer à terme à l’hyperpigmentation.
  • des carences nutritionnelles : certaines carences fréquentes, comme celles en zinc, peuvent aisément mener à la dominance en oestrogènes, en favorisant des niveaux trop élevés de cuivre dans l’organisme.

Meilleur traitement naturel pour le mélasma

Bien que l’équilibre hormonal (et la dominance en oestrogènes) ne dépende pas uniquement de l’alimentation, il est facile de commencer par cela. Bien sûr, on aura pris soin au préalable d’éviter les sources d’oestrogènes fortes. La pilule contraceptive, les traitements hormonaux substitutifs à la ménopause  et les perturbateurs endocriniens (voir Cosmétique naturelle : les 5 produits à changer en priorité) font partie de ce groupe.

Voici quelques suggestions d’aliments utiles :

Aliments qui améliorent le travail du foie :

L’avocat, l’ail, le thé vert, le pamplemousse, les légumes crucifères, le citron (et tout particulièrement le zeste, voir la recette dans (Recette) Poivre au Zeste de Citron : équilibre hormonal, protecteur), le radis noir, la betterave…

Aliments qui favorisent un bon travail de la thyroïde :

Les poissons  et les oeufs (vitamine B12 et vitamine D), les noix du Brésil (sélénium), les algues et les fruits de mer (bons apports en iode, mais à toujours équilibrer avec de bons apports en sélénium cependant, surtout en cas de maladie de Hashimoto)

Aliments riches en zinc :

Huitres, germe de blé, gingembre, foie, graines de courge, crabe, veau…

Aliments favorisant un bon microbiote :

Les oignons, échalotes, poireaux, le topinambour, l’artichaut…(qui sont des prébiotiques et vont donc nourrir les « bonnes » bactéries,  mais qui sont à éviter cependant vous êtes sensibles aux FODMAPS. Voir Un ventre gonflé et de l’acné ? Peut-être de bonnes nouvelles !)

Les aliments fermentés, comme la choucroute, le kimchi, le kéfir…

Vous pouvez penser également à renforcer le travail de ces aliments avec certains compléments alimentaires. Mes préférés en la matière sont :

Pour le foie : la Silymarine ou le MSM

Pour la thyroïde : l’Ashwagandha

Pour le zinc : bisglycinate de Zinc

Pour le microbiote : Probiotiques 5 milliards de souche

En conclusion :

Si vous avez un mélasma, pensez à traiter en interne en premier. Une fois vos hormones équilibrées, le mélasma s’éclaircira beaucoup plus facilement, et ne reviendra pas. Une bonne façon de commencer est par l’alimentation. Commencez en incorporant certains aliments anti-mélasma dans votre assiette. C’est facile à mettre en place et vous apportera beaucoup de bienfaits !

 

(1) : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24814

(2) : https://onlinelibrary.wiley.com/doi/pdf/10.1111/jocd.12138

A propos Emanuelle Haudegond

Emanuelle Haudegond est la fondatrice de beaute-pure.com, un site dédié au bien-être féminin hormonal naturel et à la beauté de la peau. Spécialiste de la peau, diplômée de l'état de Californie, elle a longtemps travaillé auprès de dermatologues et de chirurgiens plasticiens avant de fonder sa propre clinique de soins esthétiques à Los Angeles. Elle a ainsi aidé des milliers de femmes de tous âges à retrouver santé de la peau et bien-être à chaque étape de la vie. Passionnée par la peau, guidée par des principes naturopathiques, elle partage au fil des articles de beaute-pure.com sa philosophie et ses astuces pour une peau magnifique et une vie de femme au naturel. Vous trouverez également dans son e-boutique, beaute-pure-boutique.com, une sélection de ses produits de beauté préférés, adaptés aux peaux à problèmes, et des compléments alimentaires brevetés.

, , , , , , ,

  • Anne dit :

    Bonjour Emmanuelle,
    Je souffre d’un melasma qui est apparu il y a 6 ans, suite à un arrêt de pilule (la fameuse D**** 35). Il ne s’agit pas d’un melasma apparu suite à une grossesse (je n’ai pas d’enfant), ni dû à la ménopause car j’en suis encore loin !
    Ce melasma s’étend d’année en année, malgré les précautions et protections solaires, les crèmes/huiles (que je privilégie naturelles/bio), malgré la limitation de la consommation de gluten et de produits laitiers. Je privilégie par ailleurs une alimentation bio. Pour compléter le tout, je présente une acné légère (voire moyenne selon les périodes) persistante…
    Je trouve cela invalidant au quotidien et surtout très inquiétant en voyant l’évolution négative de ce melasma… inutile de préciser que les différents professionnels médicaux rencontrés jusqu’à présents se sont montrés peu compréhensifs…
    Convaincue qu’il s’agit d’un problème hormonal, et donc à traiter en interne, que me conseilleriez vous ? à qui puis je m’adresser ?
    Merci d’avance pour votre réponse, votre site est une vraie ressource
    Anne

  • Violaine dit :

    Bonjour Emmanuelle,
    Un grand merci pour toutes ces informations ainsi que l’article précédent sur les 5 faits surprenant. Je viens de découvrir votre site et peut-être une solution !
    J’ai mis du temps à m’en rendre compte mais comme vous le décrivez j’ai des cicatrices pigmentaires suite à « triturage » de boutons, je n’ai plus 20 ans et désormais ça cicatrise mal et finit en taches brun clair, et le stress doit en rajouter une couche. J’en ai maintenant sur une bonne partie du front et du menton. Depuis quelques mois j’utilise une crème anti-taches qui atténue mais très légèrement. Plus de pilule depuis longtemps, je fais attention au soleil, pas eu de grossesse.
    Est-ce qu’en faisant une cure de zinc, probiotiques et MSM ces tâches pourront s’atténuer encore davantage ?
    Merci d’avance et bravo pour vos solutions plus naturelles

  • Elise dit :

    Bonjour Emmanuelle,
    Merci beaucoup pour votre travail et toutes ces informations si précieuses. Je viens de terminer mon sevrage de pilule sur 5 mois et l’acné est revenu en force (ça se calme un peu ces derniers jours mais je pense que le pire est à venir). J’ai de l’acné active mais aussi beaucoup de cicatrice rouges autour de la bouche et au menton et aimerais avoir des conseils pour les faire partir. Le problème est que je pars dans 10 jours en tour du monde (Argentine, Pérou, Bolivie, NZ, Australie, Indonésie…) et ai peur d’aggraver les choses avec le soleil. J’ai acheté une boite d’opti MSM sur votre site, pensez-vous que je puisse commencer maintenant ? Concernant le soleil j’ai la crème solaire teintée SPF 30 Alga maris ainsi que la SPF 50 non teintée que je pensais utiliser tous les jours comme crème mais en terme de soins, que me conseillez-vous ?

  • Delphine dit :

    Bonjour Emmanuelle, merci beaucoup pour cette article très intéressant.
    Moi j’ai un melasma depuis 9ans suite à la prise d’androcure prescrit par mon dermatologue.
    J’ai également un foie fragile depuis l’enfance, enfant je faisais souvent des crises de foie.
    J’ai le côlon irritable, donc des diarrhées habituelles, ma flore intestinal ne doit donc pas être top.
    Ma thyroïde par contre, j’ignore son état.
    Quels compléments, me recommandez vous? Les 4, pour le foie, le microbiote,le zinc, la thyroïde?

  • pénélope dit :

    Bonjour, merci pour tous ces conseils, j’ai hâte d’en savoir plus sur les différentes options pour éradiquer les cicatrices liées à l’acné (j’en ai partout sur les joues et malgré la crème epithéliale que j’applique tous les soirs et du beurre de karité pur bio que j’applique tous les matins, je ne vois pas de différences…). Merci !

    • Eri dit :

      Je me réjouis également de connaître les différentes techniques! Personnellement celles qui ont le mieux marché pour moi sont le citron (bio!), que je passe chaque soir sur le visage (d’ailleurs Emmanuelle l’avait conseillé). Il clarifie les tâches petit à petit, élimine les imperfections et réduits les pores. Je l’utilise depuis 2 mois et les résultats sont bluffants, à comparer de ce que j’avais déjà testé (AHA et acide salicylique, peeling chez un professionnel, et les crèmes). Il faut juste faire attention à la sensibilité de sa peau (y aller graduellement) et au soleil (se protéger). J’utilise également l’aloe vera (en plante ou celui de chez AZ), qui est un incontournable pour calmer, lisser, hydrater et légèrement clarifier la peau. Je ne peux plus m’en passer, moi qui suis sujette aux rougeurs et allergies cutanées …
      J’espère que çà vous aidera 🙂

  • >