Les teintures cheveux : dangereuses pour vos hormones ?

Pour cacher nos cheveux blancs, ou simplement changer de look, les colorations pour cheveux semblent idéales. En un clin d'oeil, nous pouvons devenir blondes, rousses, ou brunes, au gré de nos humeurs. Pourtant, les teintures capillaires ne seraient pas si bénignes pour nos hormones qu'elles en ont l'air. Je voulais aborder aujourd'hui la face cachée des teintures capillaires... et présenter les alternatives dont je parle souvent à mes clientes.

On s'en doutait depuis longtemps... et c'est de nouveau une forte suspicion. Une nouvelle étude américaine dans l'International Journal of Cancer vient de mettre en évidence le lien entre les teintures capillaires et le cancer du sein. 

L'étude est de longue haleine : elle a été poursuivie pendant 8 ans, et porte sur 45 000 femmes entre 35 et 74 ans. Toutes avaient une soeur atteinte du cancer du sein (pour "lisser" l'impact génétique sur les résultats obtenus).

Plus de la moitié de ces femmes a déclaré utiliser des colorations capillaires. Une sur dix utilisait des produits pour lisser les cheveux. 

Les résultats ne peuvent qu'interpeler : celles ayant recours aux colorations régulières auraient 9% plus de risques de développer un cancer du sein. Quant aux lisseurs, ils augmenteraient ce risque de 30%.

Bien sûr, des études complémentaires demandent à être réalisées. Il est difficile d'arriver à des conclusions avec une seule étude. 

Mais rappelons que pour le CIRC (Centre international de recherche sur le cancer) le risque est avéré pour les professionnels de la coiffure. Ainsi, il existerait un risque faible mais significatif de cancer de la vessie rapporté chez les coiffeurs masculins et les barbiers, à cause des colorations capillaires. 

C'est pourquoi j'évoque souvent ces colorations auprès de mes clientes. Pour notre santé hormonale, nous pensons souvent à changer de produits cosmétiques ou ménagers. Mais la coloration capillaire, c'est souvent LE perturbateur endocrinien oublié.

Or si nous appliquons ces produits tous les mois sur le cuir chevelu, pendant de très nombreuses années, cela peut s'avérer un jeu dangereux...

Que peut-on trouver dans une coloration pour cheveux chimique ?

Du formaldéhyde : ce cancérigène reconnu n'apparaît pas sur les listes d'ingrédients mais se forme par réaction chimique.

De la p.Phenylenediamine (PPD) : la PPD est une substance interdite depuis 2005 par la législation européenne dans tous les cosmétiques destinés à être en contact avec la peau. Malgré cette interdiction, ce composant toxique est tout de même autorisé dans les colorations pour cheveux. C'est un allergène notoire, et on l'associe dans plusieurs études, dont celle-ci et celle-là, à un risque accru de cancer du poumon et de la vessie. Il peut par ailleurs facilement provoquer de l’eczéma.

De l'ammoniaque : son rôle est d’écarter les écailles du cheveu pour permettre aux pigments d’y pénétrer. Inhalé, il peut occasionner des problèmes respiratoires et de l'asthme. L'ammoniaque est souvent remplacé par de l’éthanolamine, moins agressive mais qui reste pour autant une substance irritante et allergisante.

Du goudron de houille, sous la forme de p-Aminophenol : c'est un dermotoxique, également allergisant. C'est également un potentiel perturbateur endocrinien, une molécule "suspectée de causer des défauts génétiques" par l'Agence de l'Union européenne chargée de l'enregistrement des substances chimiques (ECHA).

De la resorcine (resorcinol) : très commune dans les colorations, la resorcine est un perturbateur endocrinien avéré. Employé régulièrement, il pourrait, entre autre, augmenter les niveaux de testostérone chez la femme (étude).

Du toluène 2,5 Diamine Sulfate et du 1-naphtol, des dérivés extrêmement sensibilisants pour la peau, les yeux et les poumons.  

Alors on fait quoi ?

On peut bien sûr choisir de ne pas se colorer les cheveux du tout. De nombreuses femmes ont décidé d'accepter leurs cheveux gris ou blancs. Il y a même ce blog entièrement dédié au sujet, et qui prouve que cela peut être très joli : 50nuancesde gris

Mais pour celles qui ne sont pas prêtes à sauter le pas, il y a les poudres colorantes.

Ce sont des extraits secs de plantes. Certaines sont très connues, comme le henné, d'autres moins, comme l'indigo ou le katam.

On peut les appliquer pures, ou les mélanger à d'autres plantes : la cannelle, la garance, le brou de noix... On utilise également des poudres ayurvédiques, aux différentes vertus et nuances. Au final, c'est tout un autre univers, qui permet d'obtenir des couleurs éblouissantes. Vous pouvez avoir une palette très étendue, et vous n'êtes pas cantonnée à des reflets "chauds". 

La coloration naturelle, c'est forcément du 100% végétal ?

Attention aux fausses-amies. De nombreuses colorations estampillées "naturelles" existent sur le marché. Or certaines sont loin d'être aussi végétales qu'elles le prétendent. À mon avis, une coloration végétale ne devrait contenir que des plantes.

Attention donc aux fausses colorations végétales, qui peuvent tout de même contenir de la resorcine ou du toluène. Vous en verrez un exemple ici et ici.

Vérifiez bien les listes d'ingrédients... J'ai vu de nombreuses compositions suspectes, même en magasin bio ! Cet article vous parle clairement de certaines marques à éviter.

La coloration naturelle, c'est mieux, non ?

L'avantage d'une vraie coloration naturelle (100% à base de plantes) est qu'on colore sans changer la structure du cheveu.

En effet, la coloration chimique casse la structure et modifie la fibre capillaire. Elle peut ainsi affaiblir le cheveu.

La coloration végétale, elle, est posée sur le cheveu et le gaine. De nombreuses plantes colorantes ont un véritable effet-soin, qui se renforcera avec les applications. Vos cheveux peuvent gagner en volume et en brillance. Ils seront plus sains, plus beaux et pousseront souvent plus vite. C'est pour cette raison que de nombreuses femmes sont "addicts" à la coloration végétale (j'en fais partie !). Elles ne reviendraient pour rien au monde en arrière.

En revanche, il est toujours possible de réagir à une plante. Il est donc important d'effectuer un test 48h à l'avance, pour éviter le plus possible une réaction.

Les limites de la coloration naturelle

La coloration naturelle ne peut pas vous rendre blond platine, elle ne décolore pas le cheveu. Donc si vous êtes châtain naturellement et espérez un blond clair, elle n'est pas pour vous. 

En revanche, contrairement à ce qu'on croit souvent, vous pouvez très bien colorer des cheveux blancs avec la coloration végétale. Selon votre pourcentage de cheveux blancs, cela demandera peut-être un peu plus de temps, car il faudra agir en deux temps. Mais la couverture est totale, et dure très longtemps. Et si vous avez beaucoup de cheveux blancs, vous pouvez même devenir blonde, comme illustré ici :

Le passage entre des colorations chimiques et la coloration végétale peut être délicat. Souvent, il faut préparer les cheveux, notamment en effectuant des bains d'argile. Cette préparation est importante, elle peut conditionner le résultat obtenu avec la coloration naturelle.

Enfin, les temps de pause sont généralement plus longs qu'en coloration chimique. Il faut donc prévoir plus de temps pour votre coloration. De nombreuses femmes choisissent d'en faire un moment détente, en profitant de l'occasion pour lire un bon livre...

Ce que j'ai fait, et que je ne recommande pas forcément...

De nature, j'ai toujours été aventurière, et aimé les mélanges maison. C'est pourquoi lorsque j'ai commencé à avoir des cheveux blancs, je me suis lancé "solo".

J'ai acheté mes poudres et expérimenté. Inutile de préciser : certaines fois, les résultats ont été... surprenants. Selon sa provenance, le henné, par exemple, aura des nuances très différentes.

En apprendre plus sur les différents reflets possibles.

J'ai ainsi beaucoup appris. Mais il est clair, comme l'explique ce coiffeur spécialisé en coloration naturelle, que vous trouvez des poudres de qualité très aléatoire sur le marché. Certaines peuvent contenir des pourcentages élevés de métaux lourds.

Alors si vous préférez un résultat fiable, reproductible et sécuritaire, je vous encourage plutôt à aller voir un coiffeur spécialisé en coloration naturelle. Ils sont désormais nombreux et sont passionnés par leur métier. Ils peuvent vous aider à sauter le pas. Je vous laisse avec cette vidéo d'une excellente professionnelle, qui en est un très bon exemple...

Et vous ? Avez-vous sauté le pas et adopté la coloration naturelle ? Quelle est votre expérience ? Quel conseil donneriez-vous à celle qui veut se lancer ? Dites-nous en commentaire !

A propos Emanuelle Haudegond

Emanuelle Haudegond est la fondatrice de beaute-pure.com, un site dédié au bien-être féminin hormonal naturel et à la beauté de la peau. Spécialiste de la peau, diplômée de l'état de Californie, elle a longtemps travaillé auprès de dermatologues et de chirurgiens plasticiens avant de fonder sa propre clinique de soins esthétiques à Los Angeles. Elle a ainsi aidé des milliers de femmes de tous âges à retrouver santé de la peau et bien-être à chaque étape de la vie. Passionnée par la peau, guidée par des principes naturopathiques, elle partage au fil des articles de beaute-pure.com sa philosophie et ses astuces pour une peau magnifique et une vie de femme au naturel. Vous trouverez également dans son e-boutique, beaute-pure-boutique.com, une sélection de ses produits de beauté préférés, adaptés aux peaux à problèmes, et des compléments alimentaires brevetés.
  • Kim dit :

    Bonjour 🙂
    Pouvez-vous nous dire qu’en est-il concernant les décolorations classiques (non pas les colorations) ? Sont-elles tout aussi néfastes d’un point de vue hormonal?
    Je vous remercie !

  • Pascaline dit :

    je suis passée à la coloration végétale depuis 2 ans , et c’est un vrai bonheur !!
    j’ai 58 ans , des cheveux bruns mais aussi beaucoup de blancs .
    je fais mes colorations chez une coiffeuse spécialisée , et depuis , moi qui perdais mes cheveux depuis de nombreuses années, j’ai retrouvé une belle chevelure., plus dense, brillante , avec du tonus . Bref , pour rien au monde je ne retournerai aux colorations chimiques , même si les temps de pause sont un peu plus longs!

  • Nina dit :

    Bonjour,

    Après recherches, j’ai trouvé cette marque : https://lescouleursdejeanne.fr/produit/acajou/

    Que pensez-vous de sa composition ?

    Dans l’attente de votre réponse, merci beaucoup

  • Gwen dit :

    Bonjour,

    Je ne suis pas sûre que vous ayez l occasion de lire mais j ai commandé des produits chez vous. D habitude,j ai une confirmation après avoir payé mais là ce n est pas le cas. Pourriez-vous me dire ce qu il en est?
    Aussi,je sais que le tabac est un facteur « protegeant » pour la rosacee car il favorise la vasoconstriction…j ai envie d arreter mais j ai peur car c est a mon premier arrêt que la rosacee s est déclarée…est ce qu une fois que le mal est fait je ne risque plus rien ou est ce que ca peut s aggraver?
    Merci,
    Gwen

    • Bonjour Gwen, de notre coté tout est bon pour la commande, qui a été traitée par nos services. Pour moi, le tabac n’est pas bon pour la rosacée, car il asphyxie la peau: les capillaires ne peuvent pas acheminer les nutriments indispensables à la peau, et leur paroi sont progressivement affaiblies par le tabac. A terme, le tabac n’est vraiment pas une bonne idée…

  • Gwen dit :

    Bonjour,

    Pour ma rosacée,je comptais combiner des probiotiques 5 mlds pendant 1 mois+ msm (déjà démarrer depuis 4 jours 1 par jour) puis 10 mlds+ msm. Ma peau est très très sèche,d autant plus que je viens de commencer le soolantra. Puis je donc ajouter à cela le dermatone? Je mets de la crème bionike le matin après hydrolat de camomille,sous les conseils du dermatologue.
    Cela dit,je fume..mais j ai peur d arreter…mes soucis de peau ayant commencé juste après le premier arrêt.
    Au départ j avais des microkystes..puis j ai tenté le rhassoul,l argile verte,blanche,le miel de manuka…sans savoir que c etait de la rosacee,ce qui a nettement,très nettement détérioré ma peau.
    J ai des cicatrices,plein de taches post inflammatoires..et puis bien entendu,la rougeur de la rosacee et la peau rugueuse,ce qui serait dû aux demodex d apres ma dermato.
    Le fond de teint laisse plein de traces,surtout là où j ai des taches rouges.
    Merci pour vos conseils.
    Gwen

    • Bonjour Gwen, il n’existe pas vraiment de raccourcis par rapport à l’acné rosacée, qui est une condition inflammatoire, généralement reliée à une problématique digestive. Il faudrait en savoir plus sur vous pour réellement vous aider, notamment faire le point sur la digestion. Du point de vue externe, il faut avant tout ne pas nuire, ce qui consiste à utiliser le moins de produits possibles. Oui, la rugosité est liée aux demodex. Le tabac est clairemen pro-inflamamtoire et nocif pour les veines…

  • Karin MOLHO dit :

    Emmanuelle Vous pouvez me dire a
    Quand est la prochaine cession votre programme avancée anti acné ( esce le programme dont on a parler récemment ?) et qu en est il pour
    Hormone harmonie
    J espère travailler bientôt avec vous ?

  • Gwen dit :

    Est ce que la prise de ceramides est cumulable avec le msm?
    Merci
    Gwen

  • Elodie dit :

    Bonjour Emmanuelle,

    J’ai commencé le traitement depuis le 1er janvier contre l’acné après avoir suivi « combattre l’acné en 7 étapes « . Je suis scrupuleusement vos recommandations: démaquillage à l’huile de jojoba, double nettoyage 1/2jours, peeling au citron tous les 2 jours également. Et ma lotion du soir: hjojoba +manuka+lavande+géranium.
    Mais depuis, ma peau est en piteux état : elle n’est plus douce comme avant aux endroits où je n’avais pas d’acné. Au touché ma peau est devenue « granuleuse »
    J’ai plus de boutons qu’avant, de gros bien rouges. Qui me laissent des marquent. A des endroits où il n’y avait plus d’acné.
    Est ce un effet rebond? Est ce normal?
    De plus, elle est horriblement sèche maintenant…
    Pouvez-vous m’aider dans ma démarche, je suis désespérée…
    Merci d’avance
    Elodie

    • Bonjour Elodie, cela peut intervenir pour plusieurs raisons : 1. l’acné s’aggrave pour des raisons internes, qui n’ont rien à voir avec les soins de la peau : complication d’une situation hormonale, digestive, ou afflux de stress par exemple 2. La fréquence du peeling citron est excessive pour votre type de peau, plus sensible, auquel cas il faut arrêter tout peeling pour l’instant, laisser la peau se réparer, et recommencer une semaine plus tard à une fréquence moindre 3. La concentration en huile essentielle de la lotion est trop importante (auquel cas il faut l’arrêter…) 4. C’est rare, mais vous pouvez ne pas supporter l’huile de Jojoba )- aucun ingrédient n’est universel…
      Vous me tenez au courant ?

  • Gwen dit :

    Merci.
    Donc a priori, je devrais pouvoir me lancer sans trop de craintes?meme en cure d entretien,je pourrais voir des résultats sur les rougeurs? Et la beauté de ma peau en général?
    J ai vraiment très peur…disons qu’une nouvelle crise d acne laisserait beaucoup de traces sur des cicatrices qui sont déjà bien ancrées:-(
    Pas de souci non plus si je mange du poisson 3 4 fois par semaine en plus?

    • Pour les poissons, c’est mieux 2 fois par semaine max, mais c’est plus parce que de nos jours on ne sait pas le taux de métaux lourds…..
      La cure d’entretien ne devrait vraiment pas générer de problèmes…

  • Gwen dit :

    D accord.je vais diviser la dose par 2 et ne prendre qu une gellule.dans un meme temps,est ce que je dois diminuer les graisses que je mange la journée?(en termes d apports supplémentaires,comme l huile d olive etc)

    Merci beaucoup

    Gwen

  • Gwen dit :

    Mince!j ai oublié!
    Vous parliez du propolis et de la gelée royale…comment les utiliser pour les cicatrices? En interne?sur la peau?
    Merci!!
    Gwen

  • Gwen dit :

    Merci!!!
    Et merci pour votre webminaire!c etait très intéressant.
    Juste une petite question:par rapport aux ceramides (que j ai commandé chez vous),si les choses s s’améliorent au niveau de la secheresse de ma peau,avant de les commencer,ce qui semble être le cas,y a t il un risque que ce soit « trop » et de voir l acné reprendre de plus belle?

    Un grand merci!

    Gwen

    • Cela est peu probable, mais le risque zéro n’existe pas dès que l’on parle lipides. Aussi la première chose serait de commencer en diminuant les doses de moitié par rapport aux directions du fabricant, à mon avis.

      • Gwen dit :

        Merci!
        Apres le webminaire,j ai l impression que j ai une tendance a avoir beaucoup d œstrogènes.
        J ai quelques boutons au niveau des mâchoires juste après les règles et au moment de l ovulation.est ce que cela coïncide?
        Un immense merci.
        Gwen

  • Gwen dit :

    Bonjour…je ne sais pas où poster alors j essaie ici.
    J ai déjà acheté beaucoup de produits dans votre boutique. Actuellement je fais une cure de collagene marin.
    Les crises d acne se calment mais j ai beaucoup de cicatrices et ma peau est sèche.. très très très sèche. Impossible que le fond de teint ne laisse pas de trace par exemple.je fais des masques de beurre de karité (pur,non raffiné).Meme en en mettant tous les 2 jours,je ne parviens pas à améliorer les choses.j utilise la crème tolerance extrême de chez Avène depuis 4 5 jours…ma peau est extrêmement sensible et j ai beaucoup de marques rouges.
    Je bois beaucoup de tisanes, mange des sardines,maquereaux,avocats..beaucoup de légumes(mais souvent cuits car après une période avec énormément de crudités,j ai eu pas mal de soucis aux intestins)…
    Que pensez vous des gélules proposées en pharmacie pour hydrater la peau??
    Aussi y a t il un risque en prenant de l huile de bourrache ou d onagre en interne (au niveau hormonal..)..y a t il un risque de voir mon visage bourgeonner…à nouveau?
    Un immense merci pour tout.
    Gwen

    • Bonjour Gwen, j’aurais plus tendance à vous recommander les Céramides, les pépins de Framboise, et le Sélénium contenus dans le Dermatone, c’est une formulation qui a de grandes propriétés nourrissantes et réparatrices, ce sera plus efficaces contre les rougeurs notamment. Coté externe, une façon d’hydrater qui est 100% sûre sera les masques hydrogel. Pensez plus particulièrement à ceux aux graines, mais vous pouvez les alterner. Un masque par semaine devrait considérablement apaiser. Enfin, s’il y a besoin d’aller plus loin, on peut penser à faire des cures de crème Egyptian magic : une fine couche sur la peau la nuit, une à deux fois par semaine. La Gelée royale et le Propolis sont excellents pour la cicatrisation.

    • Bonjour Sabrina, tout dépend de la composition. le produit Garnier parle de 100% végétal pour ensuite lister 98% d’origine végétale. Quid des 2% restants ? Pour les deux, il n’y a pas la liste INCI des ingrédients, et c’est elle qui permet vraiment de juger. Donc j’irais voir le packaging et lirais attentivement ce qu’il y a dessus….

  • mimijoyeuse dit :

    Merci pour votre super blog et tous vos conseils. J’ai 60 ans et j’ai 15 ans de teinture végétale derrière moi essentiellement pratiquée avec un mélange d’henné et d’indigo car mes cheveux sont châtains foncés (j’ai toujours choisi avec soin mes poudres pour éviter les mélanges douteux qui contiennent des substances toxiques, style métaux lourds). J’ai de très longs cheveux (plus bas que la taille), et pas une fourche, ils sont épais et brillants et malgré ma ménopause pas de chute. Je rends attentive les futures utilisatrices des poudres colorantes sur l’obligation d’arrêter les produits contenant des silicones ceci avant l’utilisation des poudres comme pendant tout le temps qu’elles vont les utiliser car ces silicones vont empêcher les colorations de bien prendre et personnellement les masques d’argile pour ôter les silicones me donnaient des cheveux catastrophiquement emmêlés. Parfois, je réfléchis à arrêter ces colorations fastidieuses, car avec l’augmentation du nombre de cheveux blancs, le jour de ma coloration maison est une aventure et une corvée….en premier lieu : 4 heures de coloration avec de l’henné rouge (qui sert de « mordant »), suivie de 4 heures de coloration avec un mélange maison de garance, henné, alma, hibiscus et indigo pour l’obtention au final d’un châtain foncé aux reflets cuivrés. Le plus c’est une belle chevelure le moins un mal de nuque car c’est lourd 8 heures de pâte sur des cheveux longs. Si je continue, c’est uniquement que je n’aime pas me voir en gris (j’ai essayé 10 cm de pousse sur la tête). Je trouve que le gris me donne mauvaise mine, mais ceci vient certainement du ratio blanc/brun. J’ajoute que j’ai essayé dans le passé à deux reprises des colorations chimiques ou pseudo naturelles le résultat à été pour le chimique un déclenchement quasi immédiat de croûtes et une sorte de brûlure du cuir chevelu et pour le pseudo naturel des cheveux ternes et cassants. Peut-être que la solution réside dans l’acceptation de me voir avec des cheveux un peu plus courts…mais ça, c’est une autre histoire….que va devenir ma longue tresse à l’indienne ?

  • Perle dit :

    Le henné ramollit voire déboucle les cheveux bouclés à la longue…

  • Rosalie dit :

    La coloration végétale j’ai voulu essayer mais ce n’est pas pour moi à mon grand regret…Rdv chez un coiffeur spécialisé.
    Base brune avec cheveux blancs impossible d’éclaircir.
    De plus pour bien couvrir les racines blanches il faut une précoloration ce qui revient trop cher.
    Reflets oranges… On refait un point et on change les mélanges et proportions de poudres… À la fin cela m’a coûté une fortune et j’ai dû couper mes cheveux.
    C’est vraiment dommage.

  • Sabrina dit :

    J’utilise les teintures khadi brune et hyper blanche je rêve d’un blond mais je me suis faite à l’idée de rester châtain.
    Le henne m’a permis de faire ma couleur durant ma grossesse et l’allaitement

  • >