L’huile de coco est-elle forcément comédogène ?

Si vous avez de l'acné, il est probable que vous vous méfiez déjà de certaines huiles végétales. Et comme l'huile de coco a un indice 4 sur notre liste des ingrédients comédogènes, vous vous la fuyez peut-être à tout prix.

Ce n'est pas forcément nécessaire, j'explique ici pourquoi.

D'abord comédogène, cela veut dire quoi ?

Une huile comédogène, c'est quoi ? Cela veut dire que le produit a tendance à favoriser l'apparition de comédons (points noirs) car il obstrue les pores de la peau. L'indice de comédogénécité se mesure sur une échelle de 0 à 5 : à partir de 2, il peut favoriser l'apparition de boutons.
L'huile végétale de coco a un indice de comédogénécité de 4 sur 5 ! Elle est donc A PRIORI incompatible avec les peaux grasses ou à tendance acnéique, qui ont déjà des problèmes et des pores obstrués.

Des tests qui ne sont pas toujours fiables

Tout d'abord, il faut savoir que ces indices de comédogénécité sont basés sur des modèles.

C'est là où le bât blesse. Dans un monde idéal, on testerait chaque produit sur une personne, et on noterait si oui ou non elle a des boutons après l'usage de tel ou tel ingrédients. Puis on ferait des moyennes. 

Mais dans la vraie vie, cela ne se passe pas comme ça : cela couterait bien trop cher, car cela demanderait d'impliquer beaucoup de personnes pendant de longues semaines. C'est pourquoi on utilise un modèle, c'est à dire une situation qui imite la vraie vie. 

Le test de l'oreille du lapin

Pendant longtemps, la plupart des tests pour évaluer la comédogénécité ont été basés sur ce qu'on appelle le test de l'oreille de lapin. Ce test a été mis au moins par deux dermatologistes, Albert Kligman et James Fulton.

Ce sont les inventeurs de la trétinoïne, un ingrédient présent dans de nombreux médicaments anti-acné, donc vous avez peut-être entendu parlé d'eux.

Le test est simple : on applique la substance que l'on veut tester à l'intérieur d'une oreille de lapin, et on attend quelques semaines pour voir si des pores sont bouchés.

Il semblerait que les oreilles de lapin soient plus sensibles que celles des humains, donc qu'on est besoin d'attendre moins longtemps pour juger de ce genre d'effet.

Malheureusement, cette sensibilité mène à de nombreux "faux-positifs". En clair, ils peuvent facilement incriminer un ingrédient, le jugeant comédogène, alors qu'il ne l'est pas forcément.

Sur les humains non plus, ce n'est pas forcément fiable !

Même quand les tests sont établis à partir d'humains, la démarche peut laisser à penser. 

  • Les tests sont souvent effectués sur un échantillonnage très faible : souvent sur moins de 10 personnes.
  • On utilise la peau du dos, et non pas celle du visage.
  • On applique l'ingrédient sur la peau, puis on va le couvrir d'un pansement pendant plusieurs jours, ce qui ne correspond pas à un usage classique.

En bref, il est difficile de pouvoir se fier à ces tests, qui ne reproduisent pas toujours les conditions réelles.

On peut donc s'inspirer des différentes listes d'ingrédients comédogènes, comme la notre.

Cependant, il serait dommage de les suivre aveuglément, par exemple en fuyant un produit cosmétique sous prétexte qu'il contient un de ces ingrédients comédogènes. 

La bonne attitude est plus nuancée.

En effet...

... Un ingrédient comédogène ne donne pas forcément un produit comédogène

Un ingrédient, même si on le suspecte d'être comédogène, ne conduira pas forcément à plus de boutons. C'est une question de formulation cosmétique. 

Tout d'abord, il faut prendre en compte la quantité de l'ingrédient dans la formulation totale. Si vous le voyez en fin de la liste d'ingrédients, c'est qu'il est en quantité moindre. Il sera probablement moins problématique.

Par ailleurs, une formulation cosmétique conduit à des synergies. En clair, un ingrédient combiné à un autre peut donner un effet différent. Un ingrédient peut donc "annuler" la comédogénécité d'un autre.

Enfin, nous sommes tous unique : un ingrédient sera potentiellement comédogène pour l'un, et pas forcément pour l'autre.

Et mon huile de coco, dans tout ça ?

En cosmétique, on trouve surtout deux formes d'huile de coco :

1 - l'huile de coco pure, appelée cocos nucifera dans la liste d'ingrédients

2 - l'huile de coco fractionnée, appelée caprylic/capric triglyceride

L'huile de coco reste solide à température ambiante. L'huile de coco fractionnée, elle, sera liquide.

Il est parfois dit que l'huile de coco pure, sous la forme "extra-vierge" est meilleure pour l'acné. Le raisonnement est que c'est une huile plus "naturelle", et donc meilleure pour la peau. 

Or, pour une fois, c'est l'inverse qui est vrai : l'huile de coco fractionnée contient moins d'acide laurique, la partie de l'huile de coco susceptible de boucher les pores. Elle sera certes moins riche en anti-oxydants, mais également moins "risquée"...

Alors je fais quoi ?

Si votre huile de coco est appelée "cocos nucifera", et qu'elle est placée dans les 1-6 premiers ingrédients, vous êtes effectivement dans une zone à risque si vous avez tendance à l'acné (exception notable : le savon, j'en parlerai dans un prochain article).

En revanche, si vous avez affaire à du caprylic/capric triglyceride, les choses sont plus nuancées : tout dépendra de la place dans la liste d'ingrédients, de la formulation globale, et de votre sensibilité individuelle...

Liste des ingrédients à éviter photo

A propos Emanuelle Haudegond

Emanuelle Haudegond est la fondatrice de beaute-pure.com, un site dédié au bien-être féminin hormonal naturel et à la beauté de la peau. Spécialiste de la peau, diplômée de l'état de Californie, elle a longtemps travaillé auprès de dermatologues et de chirurgiens plasticiens avant de fonder sa propre clinique de soins esthétiques à Los Angeles. Elle a ainsi aidé des milliers de femmes de tous âges à retrouver santé de la peau et bien-être à chaque étape de la vie. Passionnée par la peau, guidée par des principes naturopathiques, elle partage au fil des articles de beaute-pure.com sa philosophie et ses astuces pour une peau magnifique et une vie de femme au naturel. Vous trouverez également dans son e-boutique, beaute-pure-boutique.com, une sélection de ses produits de beauté préférés, adaptés aux peaux à problèmes, et des compléments alimentaires brevetés.

, , ,

  • Justine dit :

    Encore un article très intéressant ! Merci beaucoup Emanuelle, votre site est vraiment une mine d’or !

  • claire dit :

    Merci Emanuelle pour cet article.
    Est-ce qu’il y a un risque d’acné également lorsque l’on utilise l’huile de coco pure seulement pour se démaquiller? l’huile est retirée assez rapidement du coup… je fait un nettoyage au rasshoul après avoir passé mon huile de coco.
    Merci de ta réponse

    • Je trouve que c’est assez risqué, Claire. Je préfère dans ce rôle utiliser une huile végétale moins risquée, comme celle de jojoba ou de noisette, par exemple…

      • Jeanne dit :

        Est-ce également le cas si l’huile de coco sert uniquement au démaquillage des yeux? L’huile de jojoba est-elle appropriée pour cette zone?

        Merci pour votre réponse et la grande qualité de votre site.

        • Bonjour Jeanne, pour les yeux, c’est un peu différent. Certaines personnes peuvent avoir tendance aux grains de milium sur cette zone, dans ce cas je l’éviterais. Mais en l’absence de ce problème particulier, elle peut parfois être utilisée comme démaquillant. Le problème est qu’elle a tendance à migrer, et peut contaminer le reste du visage. C’est pourquoi, en général pour démaquiller les yeux,; je préfère un mélange d’huiles plus légères, comme le démaquillant Peau toute nue ou le Gant Vitalis. Je suis heureuse que le site vous plaise !

  • Lucie dit :

    Mais du coup, quitte à prendre le risque, pour quels bienfaits? Amène-t-elle des choses particulières par rapport à des HV non comedogènes pour sûr? Merci 🙂

  • Sabrina dit :

    Bonjour Emanuelle,
    Tres interressant cet article, et on voit à quel point une formulation cosmetique est difficile a decrypter sur son potentiel comedogene…

    Pourrais-je avoir votre avis ?
    J’ai parcouru bon nombre de compositions de cremes solaires, et cette fameuse huile de coco est souvent presente (soit pure, soit esterifiee, soit les deux) et souvent associ?e à d’autres huiles. Ma peau est TRES capricieuse, je n’ai pas d’acne type inflammatoire et gros boutons rouge, mais plutôt micro boutons type comedons/micro kyste(tout petit) et tres localisé sur la machoir. Et n’importe quel huile, meme de jojoba, aggrave mon cas (Meme là ou je n’ai Jamais de bouton)

    Bon… du coup je me suis dis qu’une composition minimaliste, et dont le 1er ingredient est l’eau, ?tait le meilleure deal… J’ai trouv? cette creme solaire

    https://www.ecco-verde.fr/attitude/creme-solaire-minerale-sans-fragrance-spf-30

    Peu d’ingredients, le 1er etant l’eau, et le 2e l’huile de coco esterifiee….. Qu’en pensez vous ? Mon raisonnement est il bon (pour mon cas) où suis je à coté de la plaque ?

    Un grand merci pour votre aide,

    • Bonjour Sabrina, l’esther de coco est beaucoup moins problématique que l’huile de coco, mais je ne le rechercherais pas pour autant en grande quantité. Or ici, s’il est deuxième de la liste…

      • Sabrina dit :

        Il est en 2 mais il y a que peu d’ingredients et pas d’autres huiles, il me semble. Et les autres cremes solaires accumulent les huiles, dont celle ci qui souvent dans les premiers ingredients… Bon ben zut j’avais encore faux. Decid?ment j’ai l’impression qu’il faut choisir entre rides ou boutons argh

      • Justine dit :

        Rebonjour Emanuelle,
        Je me permets de rebondir sur ce dernier commentaire, quelles crèmes solaires conseillez vous dans ce cas? Car la alga maris présente le Caprylic/Capric triglycerides en 1ere position et j’avais en effet l’impression qu’elle me donnait des boutons.
        J’ai commandé la plant steam cell spf 30 de madara, qu’en pensez vous ?
        En voici la composition :
        Aloe Barbadensis (Aloe) Leaf Juice Zinc Oxide Isoamyl Laurate Dicaprylyl Carbonate Glycerin Sorbitan Olivate Beeswax Lecithin Polyglyceryl-2 Dipolyhydroxystearate Silica Cellulose Dracocephalum Ruyschiana (Dragonhead) Cell Culture Extract Camellia Sinensis Leaf Extract Quercus Robur (Oak) Bark Extract Vitis Vinifera (Grape) Seed Oil Hydrolyzed Hyaluronic Acid Sodium Hyaluronate Sodium Chloride Aroma Rubus Idaeus (Raspberry) Seed Oil Sorbitan Caprylate CI 77492 (Iron oxide) Palmitic acid Stearic Acid Propanediol Benzoic Acid CI 77499 CI 77491 Aqua Ascorbyl Palmitate (Vitamin C) Sodium phytate Tocopherol Potassium Hydroxide Benzyl Salicylate Limonene Citral Linalool Eugenol

        Seule la présence de cire d’abeille peut être problématique il me semble…?

        Merci beaucoup, et merci pour tous vos conseils si précieux

        • Bonjour Justine, oui la cire d’abeille est ce qui peut le plus poser problème dans ce que je vois. Après, tout dépendra du traitement du zinc pour savoir si elle est très opaque et laisse un film blanc, ou pas. Malheureusement, on ne peut pas savoir avec juste la composition, seulement en essayant…

          • Justine dit :

            Ok, merci pour votre réponse. Je l’ai commandé, on verra bien! Bonne journée à vous

  • Dina dit :

    Bonjour Emmanuelle,

    Ma mère fait tous les ans l’huile de millepertuis.Il s’agit des fleurs de millepertuis qu’elle fait macérer en juin dans de l’huile d’olive pendant 40 jours au soleil. Avec son huile j’ai réussi à soigner l’eczema de ma fille en 10 jours. Tout parti!
    Pensez-vous que cette huile peut être appliquée sur le visage et peut-être donc efficace sur l’acné?
    Ou bien, elle risque d’aggraver l’acné et donner lieu à encore plus de microkystes?

    Merci à vous!

  • Sofia dit :

    Bonjour,
    Merci pour l’article.
    Pouvons-nous mettre de l’huile pure sur le visage le soir pour se démaquiller ?

  • Gwen dit :

    Bonjour.
    J ai acheté de l l’urucum dans votre boutique.
    Cela est il compatible avec une tendance aux marques brunes et rouges sur la peau?cela ne va pas créer de l hyperpigmentation supplémentaire ?
    Aussi,est ce compatible avec du MSM et une cure de collagène marin?

    Merci beaucoup et belle journée

    Gwen

    • Bonjour Gwen, non l’urucum ne créera pas de marques supplémentaires, au contraire, il aide à préparer à l’exposition solaire s’il doit y en avoir une. Mais si on a tendance aux marques brunes, il faut avant tout éviter l’exposition, car ce sont les rayons = une condition hormonale qui occasionnent ces marques. Et oui, vous pouvez le prendre avec du MSM et du collagène marin. Je parlais des marques brunes et des hormones ici.

  • >