Pourquoi j’ai toujours le nez qui pèle ?

Qui n’a  jamais obsédé à propos de son nez ? Pour certains, ce sont les pores, plus larges sur cette zone, qui posent problème. Mais pour beaucoup d’autres, c’est  la peau qui pèle, sans raison apparente… Qu’est-ce qui peut conduire votre nez à peler ? Et que pouvez-vous faire ?

Vous vous mouchez fréquemment

C’est bien sûr la raison la plus fréquente. La desquamation aura lieu sur les cotés du nez et autour des narines, elle s’accompagne souvent de sensation de brûlure et d’irritation.

Pensez aux mouchoirs doux

Tout d’abord, pensez à utiliser les mouchoirs les plus doux possibles. Je ne suis pas en faveur des produits jetables ordinairement (c’est mauvais pour la planète) mais je trouve que la gamme Kleenex balsam fait une vraie différence. Ils contiennent un léger film de baume au Calendula. Sur les peaux très sensibles, la différence est très nette.

N’utilisez pas de crème hydratante pour réparer cette zone.

Une crème hydratante, c’est toujours un mélange eau + huile. Sur une peau abimée, l’eau, ça brule ! Il est beaucoup plus judicieux d’utiliser du miel ou un baume. Le Miel de Manuka est toujours mon préféré : particulièrement antibactérien, c’est un essentiel pour l’acné, en masque.

De plus, si vous avez un rhume, il fera double-emploi : vous pouvez l’utilisez en externe, en cataplasme pour réparer la peau du nez la nuit ET en interne pour lutter contre le rhume. Pour cet usage, je l’utilise à raison d’une cuillère à café, à la fin du repas, deux fois par jour (attention, comme tous les miels, le Miel de Manuka contient beaucoup de sucre ! Faites attention à ne pas dépasser ces doses si vous avez de l’acné, et bien sûr demandez l’avis du médecin si vous êtes diabétique)

Si vous préférez un baume…

Le beurre de Karité pur, c’est à dire non blanchi et non-désodorisé, a beaucoup d’avantages pour réparer la peau du nez : il ne contient qu’un seul ingrédient, ce qui minimise les risques de réaction. Et il a peu de risque de créer des boutons. Sur cette zone riche en glandes sébacées, c’est important, car de nombreuses formulations grasses peuvent créer de l’acné.

Le MSM, pour les allergies

Si vous vous mouchez fréquemment à cause d’allergies, avez-vous déjà entendu parler du MSM pour cet usage ? Je parle souvent de ce complément pour l’acné et l’acné rosacée, mais il est apprécié par ceux souffrant d’allergies. Au cours d’une étude préliminaire (1), 50 personnes souffrant du rhume des foins ont pris 2,6 g de MSM par jour pendant 30 jours et ont vu leurs symptômes diminuer. À tenter peut-être ?

2. Et si c’était les produits de soin ?

Lorsque l’on utilise un produit très actif sur l’ensemble du visage, comme un sérum ou un médicament, il n’est pas rare qu’il s’accumule en position couchée dans les « creux » des cotés du nez. Il peut en résulter une irritation.

C’est la raison pour laquelle lorsqu’un médecin pratique un peeling chimique, il protège généralement cette zone avec un produit occultant.

C’est un réflexe que vous pouvez adopter si vous utilisez un produit d’exfoliation à base d’acide de fruit ou d’acide salicylique (c’est souvent une bonne idée en hiver, j’en parlais ici). Il suffit d’utiliser un coton tige avec un peu de beurre de karité, et d’en recouvrir cette zone fragile avant l’application de votre produit potentiellement irritant. Cette fine couche protectrice empêchera la sur-concentration des actifs sur la zone pendant la nuit.

3. Une sécheresse passagère

Des températures basses à l’extérieur, le vent, des intérieurs surchauffés… il n’est pas rare en hiver d’avoir une peau temporairement déshydratée. Plus sensible, la zone du nez peut alors peler. Il faudra alors adapter sa routine de soin, en adoptant un nettoyant plus doux par exemple. Un supplément en interne peut s’avérer aussi fort utile.

Mes recommandations : le nettoyant Rebalancing Cleanser de chez Gressa est particulièrement rééquilibrant. C’est mon produit d’urgence pour mes clientes dont la peau « ne supporte plus rien ».

Le Dermatone, en interne, pour l’action sur l’hydratation, la réparation et sur l’inflammation (grâce à ses omega-3). Gros bonus, il est également repulpant, ce qui veut dire qu’il rend les petites rides moins visibles…

Si vous utilisez une crème hydratante, veillez à ce qu’elle soit non comédogène et appliquez-la sur peau encore humide. Cela facilitera son absorption. Une goutte d’Huile essentielle de Camomille bleue permettra également de désensibiliser cette zone.

3. Le nez qui pèle n’est pas toujours un signe de sécheresse

Contrairement à ce l’on pense souvent, le nez qui pèle n’est pas forcément un signe de sécheresse. Cela peut être dû à des cellules cutanées qui se régénèrent trop vite. Les cellules mortes sont donc plus nombreuses et ont besoin de se détacher, on observe alors une desquamation.

Cela peut être un signe de quelque chose de sérieux. Sans vouloir alerter excessivement, le nez étant exposé au soleil toute l’année, les cellules pré-cancéreuses ne sont pas rares sur cette zone. Alors si vous pelez en permanence sur une petite partie du nez, un rendez-vous chez le dermatologiste s’impose (c’est le plus souvent bénin, on ne s’affole pas !)

La peau du nez qui pèle est également un des signes « classiques » de plusieurs maladies cutanées : la dermite séborrhéïque, le psoriasis, l’eczéma peuvent se manifester par de la desquamation.

Souvent, ce type de desquamation ne s’observe pas sur une seule zone : la peau pèlera également au niveau du crâne, ou près des oreilles, les coins de la bouche. Ces conditions interviennent souvent quand les défenses naturelles sont faibles : fatigue, stress, flore intestinale perturbée (par exemple après une prise d’antibiotiques).

Il faudra donc souvent agir en interne comme en externe, et si le phénomène dure depuis longtemps ou est récurrent, il est plus sage d’aller voir le médecin pour un diagnostique précis.

En clair : un nez qui pèle peut être dû à une irritation ou une déshydratation passagère ou un frottement excessif. Quelques modifications en terme de produits de soin ou d’habitudes de vie suffisent généralement à palier à ce désagrément. Ce peut être cependant le signe d’une maladie de peau. Si la desquamation dure, il faut consulter !

Vous aimerez aussi peut-être :

(1) 6. Barrager E, Veltmann JR Jr, et alA multicentered, open-label trial on the safety and efficacy of methylsulfonylmethane in the treatment of seasonal allergic rhinitis.J Altern Complement Med. 2002 Apr; 8(2):167-73.

A propos Emanuelle Haudegond

Emanuelle Haudegond est la fondatrice de beaute-pure. Elle est l'auteur de la méthode gratuite "Vers une Peau sans Acné en 7 étapes" et de la méthode avancée "Méthode Peau-Zéro-Défaut", pour les peaux à problèmes. Diplômée de l'état de Californie, elle a longtemps travaillé auprès de dermatologues et de chirurgiens plasticiens avant de fonder sa propre clinique de soins esthétiques à Los Angeles. Passionnée par la peau, guidée par des principes naturopathiques, elle partage au fil des articles sa philosophie et ses astuces pour une peau magnifique. Vous trouverez également dans son e-boutique, beaute-pure-boutique.com, une sélection de ses produits de beauté préférés, adaptés aux peaux à problèmes, et des compléments alimentaires brevetés.

, , , ,

  • johnatan dit :

    Je pense avoir le cancer du nez et j’aimerai avoir des conseils. Des avis (ou un avis si tu as pas de second degré)?

  • Marine dit :

    Bonjour Emmanuelle,

    Je suis contrainte de subir une opération du nez. La peau de mon nez va donc être décollée, le risque est la cicatrisation et que cela ne se réharmonise pas bien avec le reste. Auriez-vous des conseils pour aider mon corps déjà à affronter ce traumatisme et à ma peau de mieux se refondre?

    De plus, j’étais pas loin d’avoir réglé en interne mon acné mais j’ai peur que l’opération, l’anésthésie etc bouleverse cet équilibre. Auriez-vous également des conseils?

    Merci par avance pour votre réponse

  • compteplus dit :

    Je suis justement sujette aux ailes du nez qui pèlent en permanence. La seule solution que j’ai trouvée qui fonctionne pour le moment… l’utilisation de la Cold Cream d’Avene, qui avait été prescrite à ma fille. Mais il suffit d’un soir où je n’en mets pas pour que mon nez re-pèle dès le lendemain. Je suis ‘désespérée’ !! Surtout qu’au final je ne me retrouve pas dans les exemples donnés dans l’article 🙁 Je ne pèle QUE des ailes du nez. Je ne comprends pas… Je n’utilise aucun produit abrasif : démaquillage à l’HV de jojoba et nettoyage à l’eau ou avec savon d’alep avec rinçage à l’eau florale seulement. Serait-ce dû au savon d’alep ? Arf… je vais continuer à chercher la solution !!

  • clochard dit :

    Bonjour Emmanuelle,
    Merci pour ces informations, en ce qui me concerne, j’ai de la dermite séborrhéique sur les ailes du nez et aussi dans le cuir chevelu. Comment régler ce problème?
    faut-il faire des masques à l’argile sur le nez?

    merci

  • Fif dit :

    Merci pour cette article
    J ai une legere coupure au niveau de la narine..surtout en hivers ca fait extrêmement mal…ca part et ca revient depuis des annees …que me conseillez vous pour que cette coupure disparaisse

    Cordialement

  • Daisy dit :

    Bonjour Emmanuelle,

    Merci pour ce poste. On m’a préconisé du soufre également pour les allergies mais sous forme d’huile de Harleem. Connaissez-vous la différence à tout hasard ? Je ne sais pas lequel choisir pour traiter les tâches, l’acné et les allergies!.
    Merci d’avance, Daisy

  • >