Qui suis-je ?

Bonjour à tous,

Emanuelle Haudegond, Maman et Coach en Soin de la Peau

Je suis Emanuelle Haudegond et je suis spécialiste de la peau, diplômée de l’État de Californie.

Cela veut dire que si vous souhaitez ne plus souffrir de peau grasse ou d’acné, avoir moins de taches pigmentaires, moins de cicatrices, une peau rajeunie, plus d’éclat, et/ou vivre votre vie de femme au naturel je peux sans doute vous aider.

Je suis française, mais j’ai habité longtemps Los Angeles et c’est là que j’ai fondé mon cabinet d’esthétique.

Je pratique depuis 1996, et j’ai commencé ma carrière en travaillant pour des dermatologues et des chirurgiens plastiques. J’y ai énormément appris au contact de pathologies variées. J’ai eu l’immense privilège de travailler au contact de médecins brillants et dévoués, et je suis extrêmement reconnaissante de leur partage.

Cependant, il m’est apparu très vite que face à certains problèmes de peau et/ou hormonaux, la participation active du patient à sa propre guérison étaient indispensable. La prise en charge globale de l’être humain, comprenant par exemple la nutrition, le contrôle du stress et l’hygiène de vie jouent un rôle majeur. De plus, de nombreuses solutions se trouvent dans la nature et ses bienfaits, aussi ai-je choisi de privilégier dans mon propre cabinet les solutions les plus naturelles possibles, quand elles sont efficaces.

Mes grands centres d’intérêt sont l’acné, le rajeunissement cutané, les problèmes de peau, l’équilibre hormonal féminin, la santé naturelle et le bien-être. Ce sont donc les domaines sur lesquels j’écris au quotidien et sur lesquels on me consulte, nationalement et internationalement (par téléphone et sur Skype).

Avoir une belle peau, se sentir bien dans sa vie de femme, cela change la vie !

Vous trouverez sur ce site, je l’espère, de nombreux outils pour vous aider à avoir une peau de rêve et vous sentir mieux, quelle que soit votre situation de départ.

Il vous suffira, pour trouver les articles qui vous concernent, d’utiliser les outils de recherche de la colonne de droite.

Cependant, si vous souffrez particulièrement d’acné, je vous engage à découvrir dès maintenant la MÉTHODE GRATUITE.

Vous pouvez dès aujourd’hui commencer à vous débarrasser de l’acné, de la peau grasse et des boutons pour vivre ENFIN la vie que vous méritez.

Dans cette méthode, vous apprendrez :

  • Comment choisir vos produits.
  • Peut-on avoir un impact sur ses hormones ?
  • Les pires aliments pour l’acné.
  • Le geste le plus dangereux pour votre peau (que 9 personnes sur 10 commettent !)
  • Par où commencer.

L’inscription à cette méthode vous permettra également d’être tenu informé de l’actualité du blog et des nouveaux articles.

Je vous engage donc à vous y inscrireN’attendez pas. Une belle peau, c’est possible !

A bientôt de l’autre coté,

Emanuelle Haudegond
Spécialiste de la peau, diplômée de l’état de Californie

Women Health Coach

  • Angie dit :

    Bonjour Emmanuelle,
    Je suis votre site depuis longtemps, et vos conseils sont les seuls qui m’aient jamais aidée. Je n’ai pas une acné sévère, mais elle dure depuis 10 ans maintenant, et je suis réellement fatiguée de tâtonner, de ne pas savoir quels sont les bons gestes pour mon type de peau et d’acné. Est-il possible de venir chez vous en consultation pour un diagnostique ? Ou peut-être pouvez-vous me conseiller un dermatologue qui a la même vision des choses que vous ?
    Merci pour votre aide,
    Angie

    • Bonjour Angie, je regrette vraiment : je ne peux plus accorder de consultation privée, à ce stade, je n’ai plus de créneau avant plus de 18 mois. Mais je réfléchis à un programme en ligne sur l’équilibre hormonal. Si votre acné est hormonale (voir ici si cela peut vous concerner), ce sera peut-être à envisager pour vous. J’en reparlerai dès que j’ai les éléments.

  • CLEMENT dit :

    Bonjour Emmanuelle,
    Je viens vers vous après avoir tenté de trouver mes réponses auprès de nombreux médecins mais je ne retrouve pas votre vision du problème dans la médecine classique.

    Je suis aujourd’hui confrontée à de lourds problèmes d’acné et une pilosité excessive. J’ai actuellement 23 ans.
    J’ai reçu un traitement DIANE + Androcur de mes 13 à mes 17 ans pour une hyperandrogénie, puis j’ai pris la pilule jusque mes 20 ans, à l’arrêt de celle ci pour un stérilet, une acné hormonale kystique fortement enflammée est apparu. J’ai donc eu recours à androcur. Depuis Septembre dernier j’ai arrêté tout traitement hormonal, mon acné est revenu me manière fulgurante, je ne pouvais pas dormir, le contact avec l’oreiller étant douloureux, j’avais des ganglions énormes. Mon endocrinologue ne trouvant pas les explications normales dans mes analyses sanguines qui expliquerait un SOPK (bien que quelques follicules dans mes ovairs), je reste sans réponse, sous Curacné tel mon souci devenait invivable. Je fais appel à la médecine, plusieurs endocrinologues pour m’aider à trouver la cause de ce problème afin de pouvoir le traiter de manière naturelle (sans hormones synthétiques) mais ma démarche est incomprise. On me propose uniquement de reprendre de l’androcur à faible dose et on me dis que mon problème ne se soignant pas, ca ne sert à rien de savoir d’ou vient le problème.
    Je ne sais plus vers qui me tourner, et je redoute la fin de mon traitement Curacné, j’ai peur de devoir revivre cet enfer.
    Je vous imagine très occupée, mais peut-être pourriez vous me conseiller et peut-être m’orienter vers l’un de vos consœurs, confrères pouvant m’aider à comprendre le problème de fond et à le traiter autrement.

    Je vous remercie infiniment par avance,
    Très belle journée 🙂

    Lola

    • Bonjour Lola, effectivement avec deux cycles d’androcur et un de curacné, vous avez besoin d’un suivi personnalisé. La question la plus importante à se poser est : êtes-vous insulino-resistante ? C’est souvent le cas en cas de SOPK. Je vous renvoie à l’article suivant qui en parle. Si c’est le cas, c’est auprès d’une nutritioniste spécialisée qu’il faut se pencher, car vous avez besoin d’un plan diététique à index glycémique bas et un plan d’exercice physique. Parallèlement, je verrais un naturopathe compétent, pour suivre vos progrès. Si vous n’êtes pas SOPK de type 1, il faudra se pencher sur les autres types, et chercher ce qui vous correspond…

  • Charlotte dit :

    Bonjour Emmanuelle, merci pour cette mine d’or que vous alimentez depuis toutes ces années. Je vous suis depuis 2012. 🙂 Auriez vous un conseil pour éradiquer les cicatrices d’acné en creux. Je désespère de les voir partir un jours. Bien à vous. Charlotte

    • Bonjour Charlotte, cela fait tellement plaisir de savoir que certains d’entre vous me suivent depuis si longtemps !!!
      Pour les cicatrices en creux, je suis (pour une fois !) en faveur des solutions médicales. En effet, il faut généralement « combler » la cicatrice, et cela demande de fortement stimuler les tissus. Mon expérience est que le plus efficace pour cela sont les lasers, avec parfois des greffes. Les produits, appareils maison, etc. ne seront pas efficaces, feront perdre du temps et de l’argent, à moins que es cicatrices en creux soient très, très légères. J’ai pu voir de très beaux résultats avec le laser fraxel. Mais il faut vraiment enquêter, s’inquiéter de savoir si le médecin/chirurgien a beaucoup d’expérience avec ce laser Fraxel. Il faut généralement plusieurs traitements, avec des temps de récupération. Et bien sûr, cela a un coût. Ceci étant, je trouve que si on est complexé, si les cicatrices nous gâchent la vie, cela en vaut vraiment la peine. Beaucoup de mes clientes jugent (après) qu’elles auraient dû le faire plus tôt…. Bonne chance pour tout, et tenez-nous au courant, d’accord ?

      • Charlotte dit :

        Merci pour votre réponse Emmanuelle. Je suis allée voir un chirurgien esthétique qui m’a dit qu’il ne pouvait rien faire tant que j’ai encore des boutons il m’a fait un devis pour le laser. Il m’a dit que les cicatrices en creux ne partent pas. Je suis donc allée voir une dermatologue (grande première pour moi, tout comme le chirurgien) qui m’a prescrit des antibiotiques et que des choses que j’évite, je n’utilise que des produits naturels. Elle m’a dit que si je voulais des résultats il fallait suivre son protocole. Dans tous les cas je ne pourrai commencer le traitement laser qu’une fois l’acné disparue et plutôt en hiver. Je vais faire une cure de Msm entre temps. Bien à vous. Au plaisir de vous lire. 🙂

        • Charlotte, alors c’est que nous avons encore à travailler ensemble un peu plus longtemps – mais on va y arriver ! Il faut repenser la stratégie, pour qu’on éradique le problème. Où en êtes-vous sur les plans hormonaux et digestifs ? C’est généralement là qu’il faut regarder en premier…

  • aude dit :

    Bonjour Emmanuelle, Je suis une grande fan de votre site notamment parce qu’il propose des solutions qui me conviennent bien et qu’il rend aussi accessibles des informations en anglais. Je vous remercie de prendre le temps de partager vos trouvailles avec nous.
    Je viens vers vous aujourd’hui car j’ai été touché récemment par les ovaires multifolliculaires, cela a été confirmé par une écho et je trouve vraiment très très peu d’infos sur le sujet. Je suis toujours redirigée vers le SOPK. Je sais de quoi il s’agit mais je ne sais pas quelles actions je peux entreprendre. Je vais bientot avoir RV avec la gynécologue qui va surement me prescrire un traitement chimique pour aider les follicules à devenir matures et expulser l’ovule afin qu’elle soit fécondée. Je préférerais éviter des traitements chimiques ou au moins comprendre ce que moi je peux faire à mon niveau. Avez vous des éclaircissements à m’apporter sur ce problème des ovaires multifolliculaires? J’ai cherché en anglais également mais je n’ai pas trouvé grand chose….
    Je vous remercie et je vous souhaite une belle continuation en notre compagnie 🙂
    Aude.

    • Bonjour Aude, à ma connaissance, les ovaires multifolliculaires viennent d’un problème de communication entre vos ovaires et votre hypophyse (cerveau). En clair, votre cerveau empêche l’ovulation. C’est généralement le cas quand il détecte que le corps est impropre à se reproduire, par exemple si la femme est en sous-poids (il pense alors que c’est la disette, et qu’un enfant ne pourrait pas survivre) ou une autre forme de stress (carences, stress psychologique, sport trop intense, pas assez de calories…). C’est en tout cas généralement un problème temporaire, donc le fait d’entrer dans un cercle médicamenteux à cause de cela peut être discuté. Je chercherais plutôt à comprendre ce qui peut être à l’origine du souci, et à le régler… J’espère que cela vous parle…

  • Amelie dit :

    Bonjour,
    J’ai 27 ans.
    Depuis mon adolescence, j’ai toujours eu de l’acné même sous pilule contraceptive (commencement à 16 ans).
    Cela va faire bientôt un ans que j’ai arrêté la pilule, car nous souhaitons mon mari et moi avoir un bébé.
    Au départ, j’ai eu des cycles très long. Et depuis quelques mois, je souffre d’une aménorrhée.
    En septembre, le gynécologue m’a passé une échographie et à diagnostiquer le SOPK. J’ai consulté mon médecin et il a insisté pour que je prenne du duphaston. Même si je n’étais pas persuadé de son effet positif sur mon corps. Je voudrais un bébé mais j’ai aussi un complexe au niveau de ma peau. J’ai besoin d’aide.
    Merci beaucoup

  • Clémence dit :

    Bonjour,
    Cela fait maintenant un an que j’ai arrêté la pilule, et il y a de cela deux moins j’ai acheté tout le nécessaire de la méthode anti-acné: gel nettoyant Joveda au tee tree (ma peau est très grasse), huile de jojoba, miel de manuka et même taies d’oreiller en soie. J’exfolie également régulièrement ma peau avec du citron, et prends des compléments de magnésium et vitamine D. Malheureusement je ne vois aucun effet significatif. Mon acné se situe sur le front (microkystes), sur le bas des joues et le menton. De plus, j’ai adopté un régime alimentaire équilibré et je ne mange plus de sucre, ni pain, ni pâtes, ni produits laitiers. Je commence à désespérer, pensez-vous que tout cela est lié aux hormones?
    Merci pour vos précieux conseils,
    Clémence

    • Bonjour Clémence, la zone du front est associé en médecine traditionnelle chinoise à la digestion, tandis que la zone sur le bas des joues/menton est souvent reliée à la reproduction (hormones). Et bien sûr, on peut avoir les 2 (c’est souvent le cas). Mais cela ne veut pas dire que vous ne pouvez rien faire. J’explique ici pourquoi on peut agir sur les hormones. Maintenant, il faut savoir que la peau fonctionne souvent avec des cycles de renouvellement de cellules, et que généralement il faut attendre 6-7 semaines au minimum avant de pouvoir juger de l’impact positif d’une éviction alimentaire sur l’acné. Donc il est peut-être trop tôt. Et s’il n’y a pas d’effet positif, alors il faudra peut-être effectivement faire le bilan sur vos hormones, et/ou sur votre digestion, il y a peut-être une problématique derrière l’acné plus profonde. Mais je ne vous engage pas pour autant à reprendre aliments à IG élevés et produits laitiers, car ils auront de toute façon toujours tendance à exacerber les problèmes, même hormonaux/digestifs.

  • Audrey dit :

    Bonjour Emanuelle,
    alors voilà, je m’appelle Audrey et j’ai bientôt 17 ans. Je vous contacte car, si possible, j’aimerais que vous m’aidiez. En effet, j’ai des boutons, des points noirs et des comédons fermés (din pic grain de peau irrégulier) et quelques taches pigmentaires qui me font beaucoup complexer. Ces derniers se trouvent principalement sur le bas de mon visage (côtés gauche et droit de ma bouche) et quelques uns sur le front. Quant aux points noirs, ils sont particulièrement visibles sur le nez et ses côtés et j’en ai également un peu sur le front et le bas du menton. Je ne comprends pas pourquoi ils ne partent pas alors que je fais tout pour que ma peau se porte bien : je change ma taie d’oreiller une à 2 fois par semaine, je limite le sucre, je ne consomme que des produits à base de lait végétal, je ne touche pas mon visage avec mes mains, je me lave le visage matin et soir, j’applique ma crème adaptée à mon type de peau (mixte acnéique) matin et soir, j’évite les aliments à indice glycémique élevé, je n’expose pas ma peau au soleil, j’utilise un correcteur non-comédogène, je lave mes pinceaux… Mais rien n’y faire, ils sont persistants et ne veulent pas vraiment s’en aller. Je tiens juste à préciser que je suis en situation de sous poids et que, de ce fait, je suis en situation d’aménorrhée secondaire depuis maintenant 2 ans et 2 mois ; ce qui m’inquiète pas mal… J’ai aussi des carences en zinc et en fer mais je prends des gélules depuis maintenant 2 mois et 2 semaines pour cela. J’ai quand même remarqué quelques améliorations pour ma peau grâce au zinc, mais les résultats ne sont pas aussi rapides que ce que les internautes racontent à son sujet. Je prends aussi tous les matins des extraits de bardane et de pensée sauvage dilués dans de l’eau depuis 2 mois et demi. Mais bon, comme l’homéopathe me l’a dit, les plantes mettent longtemps à agir.. En toute honnêteté, je n’ai pas confiance en moi à cause de ça et je jalouse beaucoup la plupart de mes copines qui ont toutes une peau quasiment lisse.. Alors, que pourrai-je faire ? S’il vous plaît, éclairez-moi à ce sujet, car je commence à me refermer sur moi-même petit à petit et à désespérer…
    Merci énormément à vous si vous lisez mon message

  • Magali dit :

    Bonjour,
    Ravie de lire vos conseil et méthodes quotidiennes anti acné, j’aurais besoin d’un conseil quant au choix d’une crème solaire en vue d’un séjour aux sports d’hiver. Quelle crème ou produit me conseilleriez vous pour protéger ma peau, sans qu’elle n’apporte des boutons ? Je vous en remercie
    Magali

  • Gwen dit :

    Bonjour!tout d abord merci pour vos conseils!
    Disons que cela me donne de l espoir…C est déjà pas mal!
    J ai essayé de vous écrire plusieurs fois mais je ne sais jamais où écrire pour avoir une réponse.je vois que vous êtes venue le 9 février alors je retente!
    J ai un parcours particulier avec l acne.
    Je vous passe les détails…actuellement,je viens de refuser roaccutane et d interrompre une cure d antibiotiques.je n ai pas une acne sévère mais des microkystes sur les joues,régulièrement des boutons rouges inflammes sur les tempes.
    Malheureusement,j ai de la couperose (sous les yeux,en dessous des cernes,c est également un endroit où j ai des boutons,petits,je dirais entre microkystes et petits boutons inflammes). Ma dermato dit qu il y a une composante de rosacee possible mais d après elle,j ai surtt de l acné vulgaire.
    Actuellement,depuis 1 grosse semaine,je me demaquille avec du liniment(jojoba et eau de chaux ),hydrolat de lavande,ensuite miel de manuka,rinçage,puis huile de chanvre mélangée à de l huile d argan avec 2 gtes d immortelle.
    Après le lavage au miel,ma peau est très sèche.
    Depuis que j ai commence ces soins,ma peau est très sèche,le maquillage minéral montre d ailleurs toute les desquamations…Au niveau de ma couperose.. là où j ai des petits boutons.
    Je ne sais plus quoi faire.
    J ai envie de gérer l acne sans accentuer la couperose et les tâches brunes que j ai aux endroits couperoses.
    Je mange des fruits,des légumes,pas de pain,peu de pâtes.. pas de sucre,je bois du thé vert..
    J ai envie de prendre du chardon Marie,pour mon foie. Cela dit,je prends déjà des oméga3 et du magnésium le matin et le soir,je prends du zinc (tout ça depuis 1 semaine).
    Qu en pensez vous?
    Le rasshoul peut il être indiqué??Je n ose pas mettre du citron évidemment..
    Merci beaucoup pour tout!
    Gwen

  • Sylvie dit :

    Bonjour Emanuelle et merci pour votre travail, précieux.

    J’ai besoin de votre avis concernant les drainages lymphatiques (visage et brossage à sec du corps) que vous recommandez et que je pratique assidument depuis que vous les avez mis en ligne.

    L’actualité me conduit à m’interroger : suite à une rupture de prothèse Allergan en 2014, j’ai plusieurs siliconomes dans le buste et sous le bras. Je suis suivie régulièrement par le chirurgien qui a retiré ceux qui étaient accessibles. Je l’ai interrogé concernant les drainages, mais il n’a pas d’avis.

    Quel est votre conseil ?

    Par avance, merci pour votre réponse

    • J’adopterais le principe de prudence, Sylvie. Le drainage est contre-indiqué en cas de cancers ou d’inflammations aiguës. Les siliconomes sont différents, mais il n’y a pas assez de données pour savoir si l’action du drainage dessus. En conséquence, personnellement, je le cesserais.

  • Marie dit :

    Bonsoir Emanuelle,

    Tout d’abord, merci pour votre site si bien fait et tout ce que vous nous partagez !

    Voici ma problématique : suite à l’arrêt de ma pilule il y a environ deux ans, j’ai eu une grosse poussée d’acné.
    Ma dermato m’a prescrite 2 crèmes à alterner le soir. J’ai utilisé ces produits pendant environ un an et j’avoue avoir vu une différence assez significative (mais loin d’être miraculeuse).
    Il y a un mois, j’ai stoppé ces produits pour tester votre méthode, plus naturelle.
    Je compte la tester petit à petit en achetant les produits au fur et à mesure car j’ai par exemple déjà une crème du soir presque entière que je n’ai pas envie de jeter.

    J’avais une question sur le gel nettoyant de chez Joveda au tea tree que vous recommandez : sur le site, j’ai vu qu’il était préconisé pour les peaux mixtes à grasses. Je pense en effet avoir une peau mixte mais plutôt à tendance sèche ou déshydratée (je n’ai jamais su faire la différence malgré toutes mes lectures !). Cette sécheresse est surement dues aux produits que ma dermato m’a prescrite + froid de l’hiver.
    J’aimerais savoir si malgré ma peau actuelle, vous me recommanderiez ce gel nettoyant ?

    Merci d’avance pour votre réponse et votre investissement !
    Bonne soirée,
    Marie

    • Bonjour Marie,

      En un mot : non, pas pour le moment. oui, je pense que la sécheresse est due aux traitements + hiver. Votre film hydro-lipidique est certainement perturbé à cause de cela. Mon conseil est de rétablir ce film en étant très douce, puis de passer au gel tea tree quand la peau sera rétablie. Donc pendant au moins deux semaines (si ce n’est pas trois) d’utiliser un nettoyant très doux. L’idéal serait le LEMME BEE, et de pulvériser après nettoyage de l’eau de la Roche-Posay. Autrement irritation + irritation = gros soucis, et perte de temps…

  • Amelie dit :

    Bonjour,
    Je vous laisse ce commentaire car je suis complètement désespérée …
    Je souffre d’acné et de chute de cheveux depuis la puberté. J’ai pris androcur et provames de 2015 à octobre 2018. Depuis l’arrêt, je perds absolument tous mes cheveux (et je n’exagère pas, tout part), l’acné est revenu puissance 1000 (visage, cou, dos, bras) alors que je n’en avais que sur le visage. La pilosité est devenue dramatique alors que cela n’avait jamais été un problème. J’ai également les yeux très secs. J’ai fais une prise de sang et n’ai quasiment pas d’oestradiol ni de progestérone. La LH et FSH sont normales. L’échographie des ovaires ne montre pas de SOPK. Que m’arrive t’il ? Connaissez vous un médecin qui prendra mon problème au sérieux plutôt que de me prescrire des antibiotiques et du minoxidil ? Merci d’avance.

    • Bonjour Amélie, il est très commun d’avoir un rebond androgénique à l’arrêt d’androcur. C’est malheureusement ce qui fait que beaucoup de jeunes femmes se sentent coincées avec ce médicament, car la sortie peut être difficile. Je pense qu’il vous faut absolument trouver un médecin à l’écoute de votre situation. Par ailleurs je voudrais signaler ce groupe FB, pour du soutien et du partage : https://www.facebook.com/groups/863119977086316/

  • Camille dit :

    Bonjour Emmanuelle,
    Je ne sais pas comment faire pour vous contacter et avoir votre avis donc je passe par cette plateforme
    Je vous remercie déjà pour les nombreuses informations que contient votre site.
    J’ai appris énormément quant au produits à utiliser ou non grâce à vous.
    Je viens de fêter mes 30 ans et je souffre (le mot est juste) toujours d’acnee sévère et d’hirsudisme depuis mon adolescence .
    Un gynécologue m’a diagnostiqué OPK il y a un an mais je ne sais pas si sont analyse est correcte car ma testostérone est normale sur mes test sanguin et mon androstenedione et plus élevée que la moyenne.
    J’ai pris pendant 6 ans androcur et provanes, grâce à ces médicaments ma peau était vraiment magnifique, mais depuis l’arret 9 ans j’ocille entre des phases passable et des phases vraiment difficile .
    Je ne sais plus quoi faire, j’ai vu un nombre incalculable de gynécologue de dermatologue des endocrinologues qui le disaient « c’est dommage vous pourriez être jolie mais la, il n’y a rien à faire » ou me conseillant de me remettre sous Androcur car c’est la « seule solution » j’ai vu des naturopathes et j’ai complément changé ma façon de m’alimenter .
    Je fais du sport, j’ai arrêté de fumer depuis 1 ans et je ne vois pas de solution .
    J’ai même le sentiment que mon état empire, j’ai plus de boutons, plus de poils, et je sens que je suis de plus en plus irritable (de par cette situation)
    Je m’adresse à vous car je ne sais plus quoi faire .
    Je suis à la lettre votre méthode, j’ai acheté les produits conseillés, mais rien n’y fait .
    Auriez vous une aide à m’apporter ?

    Je vous remercie par avance de me lire .

    Belle journée à vous

    Camille

    • Bonjour Camille, la première étape à mon sens est de s’interroger sur son type de SOPK, car de là on peut personnaliser une stratégie. Voir l’article sur les 4 types de SOPK. Par exemple, si vous avez un profil avec insulino résistance, il faut conquérir celle-ci. D’un point de vue alimentaire, cela s’apprend vraiment de stabiliser sa glycémie. Mon observation est que souvent, on peut manger très sain par ailleurs, mais sans savoir stabiliser son sucre sanguin, et alors on n’a pas les résultats. Ou alors, un autre profil que je voie souvent, c’est la jeune femme qui au contraire mange si « sainement » par exemple en étant végan, mais qui a recours à beaucoup de phyto-hormones sans s’en rendre compte. Bref, il est possible que ce qu’on vous ait recommandé de faire ne soit pas adapté pour vous. De plus, c’est une démarche globale qu’il faut en cas de SOPK. La gestion du stress est par ailleurs extrêmement importante… Heureusement, en 2019, je devrais pouvoir plus vous aider, car je vais ré-ouvrir mon programme en ligne. La liste d’attente pour être informée est ici. Cependant, une des premières choses que je ferais, c’est d’envisager une vraie supplémentation en magnésium cutané. J’explique ici ce que le magnésium fait pour les hormones. C’est un tout premier geste, qui va toujours dans le bon sens.

  • >