Equilibre hormonal: mais si, on peut agir autrement

Trop souvent on dit aux femmes qu’avec souci hormonal, la seule solution consiste à avaler des hormones de synthèse. Pourtant, lorsque l’on sait comment fonctionnent les hormones, on réalise que l’alimentation et le mode de vie peuvent souvent optimiser les hormones naturellement…
En France, le mot « hormone » a plutôt mauvaise presse: quand on parle d’hormones, c’est généralement pour:

  • évoquer des traitements médicamenteux,
  • des additifs donnés aux animaux
  • ou pour évoquer la pilule contraceptive.

Pourtant, rien de plus naturel, et de plus important, qu’une hormone!
Les hormones sont des substances totalement naturelles. Notre corps en fabrique à chaque instant. Elles ont une importance vitale.
Les hormones sont responsables de la façon dont vous pensez, de votre apparence et de vos émotions.
Une femme dont les hormones sont équilibrées:

  • Pense clairement, elle a de l’énergie et une bonne mémoire.
  • Elle n’a pas besoin de tonnes de café le matin pour tenir le coup en journée.
  • Elle s’endort rapidement,  dort comme un bébé, et se réveille l’esprit alerte et de bonne humeur.
  • Ses cheveux sont abondants, sa peau saine, elle n’a pas à se plaindre de problèmes de poids.
  • Sa libido est forte, elle fait des bébés quand elle en a envie, et elle a de l’énergie.

Tout ça, grâce à des hormones!
Bref, il ne faut donc pas avoir peur du mot « hormone ». Au contraire, il faut essayer de les connaitre.
Connaitre, c’est comprendre. Comprendre, c’est faire des choix éclairés. Aider nos hormones, c’est nous aider nous-même!
Voilà pourquoi l’équilibre hormonal féminin au naturel existe :

1. Une hormone, qu’est-ce que c’est?


Une hormone est un messager, c’est à dire quelqu’un qui transporte un message.
Elle transporte le message à vos cellules, pour qu’elles accomplissent certaines fonctions.
En gros, une hormone est comme l’allume-gaz de ces cellules.
Elle va créer la petite étincelle qui va les allumer.
Et ces cellules vont jouer des rôles différents sur votre bien-être, vos sentiments et vos pensées. Que vous ayez envie de dormir, une fringale pour du Nutella, que vous ayez chaud, froid, envie de faire l’amour, d’un capuccino, de tuer votre patron… La plupart de vos pensées, pulsions et actions peuvent être reliées à votre activité hormonale.

2. D’où viennent les hormones?


Les hormones sont produites par un réseau de glandes, situées partout dans le corps, qu’on appelle des glandes endocrines.
Parmi ces glandes, on trouve par exemple:

  • la glande thyroïde au niveau du cou,
  • l’hypophyse et le pituitaire au niveau du cerveau,
  • les glandes surrénales au dessus des reins,
  • les ovaires chez la femme,
  • les testicules chez l’homme.

Les hormones sont sécrétées par ces glandes endocrines, puis elles vont directement dans le sang.
Dès lors, elles seront dès acheminées vers les organes et les tissus pour accomplir leur fonction: déclencher la petite étincelle au niveau des cellules.

3. Les autres acteurs de l’équilibre hormonal de la femme

Il est important de noter que d’autres parties du corps jouent un très grand rôle sur l’équilibre hormonal.

A. La masse graisseuse
La masse graisseuse, c’es à  dire  le montant de graisse corporelle, agit également comme une glande endocrine : certaines formes d’oestrogènes sont fabriquées directement à partir de cette masse graisseuse.
C’est pourquoi le fait d’être en surpoids ou trop mince a une incidence sur vos hormones.
De la même manière, vos hormones vont influencer votre masse graisseuse. Non seulement votre capacité à prendre ou à perdre du poids, mais également l’endroit où vous allez le prendre ou le perdre.
C’est pourquoi en fonction de la répartition de la masse graisseuse, selon que vous avez une forme de poire ou de pomme par exemple, vous pouvez repérer l’influence de certaines hormones chez vous plutôt que d’autres.
Plutôt fascinant, non ?
B. Le foie
Le foie régule les taux d’hormones en décomposant et en éliminant les hormones lorsqu’elles ne sont plus requises.
En clair il agit comme un système de recyclage, et vous évite d’avoir des excès d’hormones qui ont déjà été utilisées et ne vous sont plus utiles, ou néfastes.
Il est aussi capable également de convertir des hormones en d’autres hormones.
Par exemple, le foie intervient dans la conversion chimique de l’hormone thyroïdienne en sa forme la plus active.
D’où l’importance d’un foie en bonne santé !
C. Votre flore intestinale
L’état de vos intestins et de votre flore intestinale joue également un rôle clé pour votre équilibre hormonal. On considère désormais que le microbiote intestinal, c’est à dire l’ensemble des milliards de bactéries qui peuplent notre tube digestif est une glande endocrine. Il contrôle la production de nombreuses hormones ou peut au contraire l’empêcher.
Grâce à un microbiote au top, vous fabriquerez également plus facilement de la progestérone et certains neuro-transmetteurs comme la sérotonine et la dopamine, favorisant ainsi votre fertilité, optimisant votre humeur et amenuisant vos risques d’acné.
C’est pourquoi le bien-être hormonal dépend du bien-être digestif.

4. Comment les hormones agissent

Les hormones s’attachent à des récepteurs, au niveau des cellules. Ces récepteurs sont comme des clés : elles permettent d’activer la cellule.
Certains tissus sont plus riches que d’autres en certains récepteurs hormonaux. Par exemple, chez la femme, les seins, l’utérus et les os ont plus de récepteurs pour l’œstrogène.
Certaines cellules n’ont qu’un récepteur hormonal, d’autres en ont plusieurs.
Ces récepteurs sont en théorie fait pour une hormone spécifique.
Mais il peut exister du brouillage sur les pistes:

  • Certaines substances, les perturbateurs endocriniens, en imitant certaines hormones  peuvent entrer dans le verrou alors qu’elles ne devraient pas.
  • Ou le verrou peut être faussé, déformé, et la bonne hormone ne peut plus y entrer. C’est le cas par exemple en cas d’inflammation généralisée du corps. Vous aurez des niveaux satisfaisant dans le sang, mais l’hormone ne peut fait son travail.

5. Nous pouvons agir!

On se rend compte dès lors que beaucoup de facteurs peuvent avoir une influence sur les hormones:

  • notre alimentation, parce qu’elle va permettre à vos glandes de créer des hormones et de les réguler,
  • notre sommeil, par son influence sur le cerveau,
  • notre exposition à des toxines qui peuvent perturber vos récepteurs hormonaux,
  • l’état de notre foie,
  • celui de notre système digestif,
  • notre niveau de stress,
  • notre pourcentage de masse graisseuse,
  • notre niveau d’inflammation.

Ceci est plutôt une bonne nouvelle, non?
Car si on regarde les choses, nous pouvons agir sur beaucoup de ces éléments.
Cela veut dire que contrairement à ce qu’on nous dit  souvent, nous pouvons directement avoir une influence sur nos hormones.
Nous pouvons agir!
Et parce que les hormones travaillent toutes ensemble, il suffit d’optimiser certains de ces facteurs pour avoir un impact global sur l’équilibre hormonal.

Inscrivez-vous ici !

Partagez cet article !

À propos de l'auteur : Emanuelle Haudegond

Emanuelle Haudegond est la fondatrice de beaute-pure.com, un site dédié au bien-être féminin hormonal naturel et à la beauté de la peau. Spécialiste de la peau, diplômée de l'état de Californie, elle a longtemps travaillé auprès de dermatologues et de chirurgiens plasticiens avant de fonder sa propre clinique de soins esthétiques à Los Angeles. Elle a ainsi aidé des milliers de femmes de tous âges à retrouver santé de la peau et bien-être à chaque étape de la vie. Passionnée par la peau, guidée par des principes naturopathiques, elle donne au fil des articles de beaute-pure.com ses astuces pour une peau magnifique. Ancienne acnéïque, elle partage dans sa méthode "7 étapes vers une peau sans acné" sa philosophie d'un combat contre l'acné au naturel. Vous trouverez également dans son e-boutique une sélection de ses produits de soins préférés, adaptés aux peaux à problèmes, et des compléments alimentaires brevetés.

  • Leo dit :

    Bonjour Emmanuelle,
    Je me prépare à arrêter la pilule pour avoir un enfant. (Arrêt progressif prévu à partir d’octobre prochain). La dernière fois que j’avais arrêté la pilule il y 7 ans, je n’avais jamais re-menstrué et j’avais développé une acné sévère. (Aujourd’hui j’ai 31 ans). Je suspecte un SOPK, mais n’ai pas eu le temps de faire les analyses sanguines avant de recommencer la pilule, donc je n’en suis pas sûre.
    Comment puis-je préparer au mieux mon arrêt de la pilule ? Quel régime dois-je adopter et quand (je suis déjà assez mince (53 kg-1m63) ? (est-ce qu’une fois enceinte, mon acné va disparaître ?)
    Merci beaucoup !

  • Honegger dit :

    Bonjour Emmanuelle. Je trouve votre travail passionnant. Depuis l’arrêt de l’allaitement (et je pense la pose dun stérilet au cuivre pendant une année) j’ai des boutons avant mes règles. Je n’ai jamais eut de boutons de ma vie et javoue que je commence à avoir peur que cela soit installé. Je suis naturopathe et donc je peux dire que mon alimentation, mes intestins et mon foie vont bien. Je commence à ne plus savoir quoi mettre en place. Jai essayer des choses pour reculer les hormones puisque c’est clairement lié au cycle mais rien de flagrant et je n’ai donc plus de pistes pour savoir comment agir. Pensez vous pouvoir avoir des pistes intéressantes pour m’aider ? Pensez vous que mon système hormonal peut mettre plus d’un an à se remettre après le chamboulement grossesse/allaitement ? J’ai deja eut un épisode après l’arrêt de la pilule ou jai mit trois ans à retrouver mes règles
    Merci davance.

  • camilla dit :

    Bonjour Emmanuelle,
    Peut on s’en sortir avec des solutions naturelles quand on nous a diagnostiqué une T3 basse et un taux de cortisol trop faible.
    J’ai également le SIBO, l’intestin irritable et un SOPK. Je n’ai pas forcément envie de prendre des hormones de synthèse, je préfère de loin les solutions naturelles mais je tourne en rond depuis plusieurs années. J’ai mis en place un certain nombre de choses(alimentation, sommeil, gestion du stress…). Pense tu qu’il faille obligatoirement prendre un traitement?
    Merci de ta réponse

    • Selon moi, oui, on peut « s’en sortir » (pour reprendre l’expression), mais cela demande de la patience, une prise en charge globale et souvent d’être coachée. Je vous encourage avec ce profil à vous renseigner sur mes accompagnements privés, vous seriez certainement une bonne candidate (le cortisol bas indique un problème de stress depuis longtemps, pour la T3 il faut savoir si c’est auto-immune ou pas, le SIBO est traitable mais s’il est récurrent il faut en comprendre la cause, le SOPK souvent le résultat de l’inflammation occasionnée par la situation digestive, qui va empêcher une ovulation régulière, bref la plupart des soucis évoqués agissent en synergie…).

  • La méthode !

    Vers une peau sans acné en 7 étapes

    Découvrez comment des milliers de lecteurs se sont délivrés de leur acné sans produits agressifs ni médicaments. Sûr, simple, et efficace

    JE COMMENCE !

    Vous aimerez aussi ...

    Titre

    Aller en haut