Le stérilet-cuivre, une fausse bonne idée?

Le stérilet cuivre, sur le papier, il est parfait : une efficacité rassurante, sans d’hormones de synthèse, efficace longtemps, ne fait pas grossir… bref quand on cherche à éviter la pilule, il est bien tentant. Pourtant, le stérilet ne conviendra pas à toutes les femmes, loin s’en faut. Dans cet article, sans en dénier les qualités, je voudrais évoquer certaines situations qui méritent de réfléchir avant de choisir ce mode contraceptif.

Le stérilet, qu’est-ce que c’est?

Le DIU au cuivre est un petit « T » en plastique souple de 3 à 4 cm recouvert d’un ou plusieurs fils de cuivre. Il est inséré dans l’utérus pour prévenir les grossesses. Un petit fil est attaché au bout du DIU juste à l’entrée de l’utérus et permet de faciliter son retrait.
Le DIU au cuivre se pose, après avis médical, par un médecin généraliste, un gynécologue ou une sage-femme. Cette pose est censée être indolore mais sur ce point les avis sont très partagés. Certaines femmes rapportent une expérience très désagréable, d’autres en effet ne rencontrent aucun problème.
Ce qui est sûr, c’est que c’est une procédure rapide, faite en cabinet. Le retrait se fait également en cabinet et ne nécessite ni anesthésie locale, ni hospitalisation.

Comment le stérilet fonctionne

Contrairement à la pilule ou au stérilet hormonal, le stérilet en cuivre ne contient pas d’hormones de synthèse. Son action contraceptive dépend de la présence du cuivre. Le cuivre déclenche une réaction inflammatoire toxique pour les spermatozoïdes, qui prévient leur mobilité et les empêche d’atteindre l’ovule. Le cuivre empêche également la fixation de l’ovule dans l’utérus. C’est pourquoi il peut même être utilisé en contraception d’urgence.
Il est à noter que l’efficacité du DIU est proportionnelle à sa teneur en cuivre : c’est-à-dire que plus le DIU contient du cuivre (les DIU prescrits contiennent actuellement entre 375 à 380 mm² de cuivre), plus il est efficace. Malheureusement, cette quantité en cuivre peut également poser problème pour certaines femmes, comme nous allons le voir.

Les avantages du stérilet

Le stérilet comporte beaucoup d’avantages:

  • Il est efficace aussitôt implanté et peut être gardé entre 5 et 10 ans.
  • Il se fait (normalement) facilement oublier, contrairement à la pilule qui doit être prise tous les jours.
  • Son efficacité est impressionnante. Son indice de Pearl est de 0.8 dans l’usage courant : c’est-à-dire que sur 1 000 femmes portant un DIU au cuivre, seules 8 sont tombées enceintes pendant l’année.
  • Comme il ne contient pas d’hormones, le DIU au cuivre n’a pas d’influence sur l’appétit et ne favorise donc pas la prise de poids.
  • Surtout, il n’empêche pas l’ovulation. Ce dernier point est crucial, car une ovulation régulière nous permet d’avoir un taux optimal de progestérone, hormone très importante pour la femme.

Bref, le stérilet cuivre a tout du bon élève en apparence. Pourtant il n’est pas sans inconvénients et ne conviendra pas à toutes.
Avant de l’adopter, je peux penser à 5 situations qui méritent de réfléchir.

Attention pour les anémiées

Avec le stérilet cuivre, il existe un risque de « spotting » ou de saignements entre les règles. Techniquement, ces pertes sont considérées « normales ». Elles peuvent pourtant durer plusieurs mois. De plus, les règles peuvent être beaucoup plus abondantes. On estime qu’elles sont en moyenne de 20 à 50 % plus abondantes pendant la première année. Si vous souffrez d’anémie, ce point doit être pris en compte.

Attention pour les OPK, endométriose, adénomyose et utérus rétroversé

Pour certaines femmes, le stérilet occasionne des douleurs sous forme de crampes qui peuvent être handicapantes. Or c’est un point largement sous-estimé. Les douleurs sont censées se résorber au bout de quelques mois, mais c’est loin d’être toujours le cas. La douleur est la raison N°1 des demandes de retraits (1).
Lors d’un sondage informel effectué la semaine dernière sur mon compte Instagram, sur 235 réponses, 125 femmes (donc plus de la moitié) rapportaient avoir vécu des douleurs assez intenses. Ce sondage fait l’écho à de très nombreux témoignages recueillis sur beaute-pure.com au fil des ans.
Je ne suis pas sûre que ce chiffre soit représentatif d’une réalité nationale. Il est possible cependant qu’il s’explique par le fait que les lectrices de beaute-pure.com souffrent généralement d’acné, et qu’elles sont plus susceptibles d’avoir des problèmes hormonaux. Or ces problèmes pourraient en faire de moins bonnes candidates pour le stérilet.
En effet, comme l’évoque Miss Frottis (2), médecin diplômée en gynécologie obstétrique, le stérilet est : « contraceptif par une inflammation locale qui grimpe aux ovaires et les fait « buguer ». 
Si la patiente a des ovaires micro kystiques, bref est déjà OPK, ce sera l’enfer : coliques expulsives, dyspareunie, kystes fonctionnels, acné… Un DIU, c’est parfait pour toutes celles qui ont un utérus et des ovaires en béton armé. 
Attention, le port d’un DIU au cuivre peut déclencher une poussée d’adénomyose, affection invalidante par ses règles abondantes et surtout sa dyspareunie profonde.

Les utérus très retournés, dit rétroversés, sont de mauvais candidats au port du DIU : ils n’aiment pas , donnent des contractions et comme le fond de l’utérus est touché par la verge lors des rapports, ceux ci sont très douloureux …et obligent au retrait du DIU. Par ailleurs la présence d’un utérus rétroversé est souvent associé avec une endométriose profonde guère compatible avec un DIU qui l’aggrave.

Le port du DIU peut faire flamber une endométriose passée inaperçue grâce à la prise de pilule : donc jamais de DIU chez une jeune fille qui a des règles abondantes et douloureuses , on peut alors lui déclencher une endométriose invalidante pour le reste de sa vie de femme. »

Ces opinions sont partagés par d’autres gynécologues et évoqués dans plusieurs groupes de paroles.

Attention en cas de dominance en œstrogènes

Le cuivre et l’œstrogène sont fortement connectés. Quand l’un augmente, l’autre aussi. C’est la raison pour laquelle les femmes sous pilule contraceptive, exposées à des œstrogènes de synthèse, ont des niveaux de cuivre plus élevés (3) (4).

Ce point mérite plus de recherche, mais il semblerait que les niveaux de cuivre dans le sang soient plus élevés chez les femmes portant un stérilet un cuivre (5) (6). Il est donc raisonnable de s’interroger en cas de dominance en œstrogènes préalable à la pose du stérilet…

Quels sont les signes d’une dominance en œstrogènes? Voir ici…

Attention en cas de carence en zinc

Par ailleurs, le cuivre est un antagoniste du zinc. En d’autres termes, s’il y a un excès de cuivre, ce sera au détriment du zinc.
Or le zinc est indispensable pour l’ovulation et pour le développement de l’ovule, et il joue un rôle protecteur contre l’acné. Une carence en zinc peut donc mener à des problèmes de fertilité (7) et augmenter l’acné.

Attention en cas de tendance à l’anxiété, à la dépression et aux troubles du comportement

Surtout, et c’est un point qui est rarement évoqué, le cuivre joue un rôle primordial sur les émotions et les troubles de la personnalité. Des niveaux faibles en zinc et élevés en cuivre peuvent mener à des crises intenses d’anxiété (8), augmentent les risques de dépression, d’insomnie et de difficulté à se concentrer (9). C’est pourquoi en cas d’historique personnel avec ces conditions, il apparait opportun d’être vigilante.

En conclusion…

Faut-il en conclure que le stérilet en cuivre est la source de tous les maux? Certainement pas.
Cependant, le stérilet en cuivre comporte des inconvénients qui méritent d’être exposés. Il n’existe pas de contraception parfaite, même quand il s’agit d’une contraception non-hormonale…

J’aimerais vous entendre sur le sujet…

1. Quelle est votre expérience avec le stérilet en cuivre? L’avez-vous aimé, détesté? Avez-vous eu des effets secondaires? Lesquels? Commentez en bas, pour que nous ayons toutes plus de connaissances sur ce sujet.
2. Connaissez-vous une femme que ces informations pourraient aider? Partagez l’article grâce aux boutons en bas.
3. Rejoignez-moi sur Instagram ou Facebook pour connecter sur l’équilibre hormonal, l’acné, mes coups de cœur ou de gueule, bref que nous faisions plus ample connaissance…

Références :
(1) : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2702765/#R2
(2) : https://missfrottis.home.blog/2012/05/16/contraception-par-diu-au-cuivre-avantages-et-inconvenients/
(3) : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/18338309/
(4) : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/23153894/
(5) : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/16022851/
(6) : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/24304153/
(7) : https://www.sciencedaily.com/releases/2018/04/180424133639.htm
(8) https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3738454/
(9) https://www.psychologytoday.com/intl/blog/holistic-psychiatry/201709/copper-toxicity-common-cause-psychiatric-symptoms

À propos de l'auteur : Emanuelle Haudegond

Emanuelle Haudegond est la fondatrice de beaute-pure.com, un site dédié au bien-être féminin hormonal naturel et à la beauté de la peau. Spécialiste de la peau, diplômée de l'état de Californie, elle a longtemps travaillé auprès de dermatologues et de chirurgiens plasticiens avant de fonder sa propre clinique de soins esthétiques à Los Angeles. Elle a ainsi aidé des milliers de femmes de tous âges à retrouver santé de la peau et bien-être à chaque étape de la vie. Passionnée par la peau, guidée par des principes naturopathiques, elle donne au fil des articles de beaute-pure.com ses astuces pour une peau magnifique. Ancienne acnéïque, elle partage dans sa méthode "7 étapes vers une peau sans acné" sa philosophie d'un combat contre l'acné au naturel. Vous trouverez également dans son e-boutique une sélection de ses produits de soins préférés, adaptés aux peaux à problèmes, et des compléments alimentaires brevetés.

  • Lea dit :

    J’ai mis un stérilet en cuivre il y a 2 ans et demi … et j’ai hâte de l’enlever

    J’avais des règles peu abondantes de 3 jours, avec ou sans pilule. Depuis le stérilet j’ai 6 jours de règles et ce sont les chutes du Niagara…

    Depuis le stérilet… je vis mon ovulation… quand j’ovule je le sais! Je ne suis qu’un abdomen. Toutes sensations est douloureuse. Envie d’uriner, envie de faire caca, ballonnements, après être allé aux toilettes… je ne suis quUn ventre … Et j’ai mal en bas de l’utérus.

    Depuis le stérilet… j’ai mal à l’utérus pendant mes règles, surtout une journée j’ai envie de me rouler par terre … mal aux reins … acné…

    Depuis le stérilet… j’ai mal pendant les rapports et j’ai des problèmes de sécheresse vaginales…

    A choisir je préfère le stérilet que pilule. Mais j’ai quand même hâte de l’enlever!!

  • Une autre Elsa dit :

    Bonjour, en ce qui me concerne j’ai porté un stérilet cuivre de mes 25 ans à mes 37 ans entrecoupé de mes 3 grossesses.

    J’ai l’utérus rétroversé, je l’ai très bien supporté pendant les 10 premières années.

    J’étais contente, je ne voulais absolument pas d’hormones, ça me rend déprimée.. Des douleurs j’en ai eu seulement lors des rapports sexuels lorsque « c’était trop profond ».

    Mes règles étaient passées de 4 jours à 5 jours avec un flux un peu plus abondant mais rien de grave, je les avais toutes les 5 semaines..

    Et puis un jour le gros bazar à débuté.. J’ai commencé à avoir mes règles 6 jours, puis 7, puis 8 jusqu’à 10 jours… Moi qui les avais toutes les 5 semaines, cela s’est réduit à 4 puis 3. J’en était donc arrivée à 10 jours de règles, toutes les 3 semaines, avec une nouveauté en plus: le syndrome prémenstruel, seins douloureux, ventre qui gonfle, mal à un ovaire pendant l’ovulation alors que je n’avais jamais rien senti jusqu’à mes 35 ans.

    J’avais de l’acné qui ne m’avait jamais quitté vraiment depuis mes 14 ans.. Ma vie de femme était devenu un enfer, ‘avais l’impression d’avoir mes règles et de les sentir arriver tout le temps.

    J’ai essayé de changer d’hygiène de vie, alimentation, sport etc.. Et puis j’ai pensé au stérilet, comme si après toutes ces années mon corps n’en voulait plus.

    Je suis allée voir un gynécologue, qui m’a dit que c’était le début de de la pré-ménopause… (à 37 ans?!?), que c’était normal et que le stérilet n’avait rien à voir avec ça.
    Pas très convaincue, je suis allée en voir un autre, qui m’a dit qu’il fallait que je change simplement de stérilet. (cela faisait 3 ans que je l’avais), évidement cela n’a rien changé.

    J’ai patienté, en me convainquant qu’ils devaient avoir raison.. Cela a duré deux ans.

    Puis décidée, je retourne chez le gynéco en lui disant que je veux retirer mon stérilet, il refuse au prétexte que je ne peux pas rester sans contraception alors que j’ai déjà trois enfants « ?!? » et que le stérilet ne peut pas être à l’origine de ça et que le syndrome prémenstruel est psychosomatique, je n’ai qu’à faire plus de sport, parait que aide….
    Incroyable, j’étais hors de moi.. Personne ne comprenait mon problème et même pire, je n’étais plus maitre de mon corps…

    Finalement je suis allée voir une sage femme, pour lui expliquer tout ça. Elle m’à dit qu’elle avait déjà eu des femmes comme moi et qu’elle comprenait très bien mon problème. Elle m’a retiré le stérilet.. Le cycle suivant, mes règles ont duré 3 jours au lieu de 10 … et les prochaines sont arrivées 4,5 semaines plus tard au lieu de 3? Je n’ai plus jamais eu d’acné. Cela fait deux ans que je ne le porte plus et mes problème de règles abondantes, longues avec des cycles réduits ont disparu.. par contre j’ai toujours le syndrome prémenstruel.

    Bonne journée, à toutes.

  • Elsa dit :

    Expérience très positive pour moi !
    J’ai arrêté la pilule après 2 ans de prise en août et un mois après je me suis fait poser le stérilet : 2 sec de douleur supportable et au bout de 5 min c’était fini. Je suis rentrée chez moi, je me suis sentie un peu fatiguée mais ça peut être à cause d’une journée assez chargée, je n’ai eu aucune douleur associée a la pause.
    Un mois après mes règles sont arrivées a la date prévue et n’ont pas été plus abondantes que d’habitude, elles n’ont duré que 4 jours et je n’ai eu aucune crampe (je n’ai jamais eu de douleur avant la pilule ni sous pilule).
    Je ne note pas d’effets secondaires du type acné ou perte de cheveux (ce que je lis le plus souvent) donc je suis très satisfaite !

  • Hana dit :

    Bonjour Emmanuelle !

    Je tiens à partager mon expérience avec le stérilet sans hormones car elle a été assez douloureuse alors qu’on m’avait promis la solution miracle.

    Vers la fin de mes 20 ans j’ai choisi d’arrêter la pilule pour entrer dans un mode de vie plus naturel, j’ai ensuite fait poser un stérilet cuivre très rapidement par une sage femme, qui m’a expliqué que cela pouvait être douloureux jusqu’au jour suivant et que c’était normal. À part cela aucune contre indication.
    J’ai eu énormément de mal à sortir de chez moi pendant les deux semaines qui ont suivi. Allongée la plupart du temps à cause des crampes et de la douleur trop intense, j’en avais du mal à manger. Jusque là je pensais que ça faisait parti du jeu.

    Au niveau du flux, ayant enchainé la pilule et le stérilet, je suis passée de règles très légères à très abondantes d’un coup. D’environ 3-4 jours à flux léger à 7-8 jours à flux très abondant (environ 5/6 cup menstruelles de 19 ml par jour), sauf que voilà, personne ne m’avait dit que la cup et le stérilet n’était pas compatible. Au bout de quelques mois après des examens ( parce que les douleurs ne s’arrêtaient pas ) on m’annonce que mon stérilet s’est déplacé de quelques millimètres, sûrement a cause de l’effet ventouse de la cup, ce qui expliquerait mes douleurs anormales. Mais il ne faut rien toucher car pendant mes règles mon utérus va se contracter et remettre le stérilet en place tout seul, plus que un ou deux mois de douleurs et c’est fini !
    Sauf que j’ai passé deux années entières avec des crampes et des douleurs environ 15/20 jours par mois, des pertes de sang allant jusqu’à 13 jours consécutifs.
    On a donc cherché de l’endométriose, des kystes etc mais aucune présence de tout ça (et mon stérilet s’était bien replacé tout seul)
    J’ai tout de suite déclarée une acné très présente, une anémie et un dérèglement hormonale (je n’avais rien du tout ça avant de commencer la pilule à mes 18 ans)

    Le degré de douleur me traumatisant chaque mois (ou chaque quinzaine) j’ai commencé à faire des crises d’angoisses incontrôlables, me recroquevillant, sans pouvoir respirer, jusqu’à ce que mes membres se paralysent et ne me répondent plus. Ça arrivait à n’importe quel moment de la journée parfois chez moi, parfois en salle de sport, parfois au travail, et une fois en conduisant sur l’autoroute (heureusement que je n’étais pas seule).

    J’ai vu un nombre incalculable de médecins généralistes, gynécologues, sage femmes, endocrinologues, pour comprendre ce qui n’allait pas avec moi (la situation était trop fatigante) j’ai demandé sans arrêts si tout ça pouvait être la faute du stérilet, et non pas du tout. Je dois aussi précisé qu’on m’a prescrit tous les médicaments possible pour lutter contre la douleur et aucun n’a jamais fait effet (Antadys, co doliprane, ketoprophene, klipal, voltaren gellule…) je passais mes journées à tous les essayer pour essayer de trouver ce qui marcherait.

    Au début de cette année j’ai alors 23 ans et je décide d’arrêter les médicaments puisque rien ne fait effet (oui il m’a fallu du temps) et le confinement était propice à essayer de gérer ma douleur autrement n’ayant plus d’impératifs.

    Il a fallu que j’attrape une infection (qui ne voulait pas partir même avec 3 traitements consécutifs parce que le stérilet la retenait) pour qu’on me retire le stérilet immédiatement. (Oui car attraper une infection facilement traitable peut vite se transformer en cauchemar a cause du stérilet, notamment car elle peut être emmenée grâce au fil tout droit vers les trompes)

    Cela ne fait que 4 mois aujourd’hui mais mon flux est redevenu normal, mes règles régulières et les douleurs que j’ai aujourd’hui sont une bénédiction par apport à tout ce que j’ai connu !

    Autour de moi toutes les personnes ayant eu un stérilet l’ont très bien vécu , on m’avait simplement dit que le fait que je sois très jeune allait rendre la pause plus douloureuse mais rien d’autre.
    Merci pour votre article parce que j’ai le sentiment que je peux y identifier mon expérience, alors que j’ai eu l’impression pendant ces années d’être folle ou d’avoir un corps anormal et défectueux, en plus de la fatigue constante.

  • Lucie dit :

    Bonjour Emmanuelle,

    De mon côté j’ai opté pour le stérilet en cuivre il y a deux ans. J’avais envie d’une contraception non hormonale pour voir si cela influait sur mon acné. Résultat cela ne l’a ni aggravé et ni amélioré. Côté migraine j’en ai toujours en amont de mes règles rien a changé. Sinon pour moi la pose s’est très bien passée et sans douleur. Mes règles sont régulières mais par contre beaucoup plus abondantes c’est l’unique inconvénient.
    Lucie

  • NICOLLE dit :

    Cela fait maintenant 10 ans que je porte un stérilet, le premier était hormonal et la gynéco m’avait promis le disparition totales des règles mais en fait j’avais des spots en continu … (#déception). Je suis ensuite passée au stérilet au cuivre. Mais là c’est le fil qui dérangeait mon mari qui s’est retrouvé griffé !! Après trois rendez-vous supplémentaires pour faire raccourcir ce satané fil (un homme gynéco m’a même soutenu que ce n’était pas possible de se faire griffer …) car bien-sûr un fil trop court gêne le professionnel lors de la dépose… celui-ci n’a même pas eu à être enlevé car une branche du T a cassé et j’ai récupéré mon DIU en deux fois dans ma coque menstruelle ! Le suivant gêne toujours autant mon mari, du coup je réfléchis à me faire ligaturer les trompes ( j’ai 50 ans…) Sinon , il est vrai que les règles sont un peu plus abondantes ( deux coques pleines par jour pendant trois ou quatre jours) et un peu moins avant et après .

  • Amélie dit :

    Bonjour,

    A l’âge de 20 ans j’avais des règles abondantes et des douleurs pré menstruelles. J’ai demandé comme première contraception féminine un stérilet cuivre pour ne pas avoir d’hormones. Pose d’un modèle short en T sans aucune douleur, jour d’après pose quelques contractions mais rien de méchant, je n’ai même pas pris d’anti-douleur. Règles similaires à celles d’avant. En remplacement un deuxième m’a été posé à l’âge de 25 ans. Pose plus difficile car mon utérus s’est mis en place de façon retroversée pendant les 5 ans d’intervalle. Selon ma gynécologue cela n’est en aucun cas un problème pour avoir un stérilet, il faut juste plus de patience pour la pose et supporter le passage du stérilet. J’ai eu une échographie pour voir si tout était en place et c’était le cas. Aucune douleur post pose, j’ai pu repartir travailler juste après, règles toujours pareilles. Pour les rapports, c’est douloureux si la pénétration est brusque, d’où l’intérêt de dialoguer sur le sujet, mais si tout est fait avec cela pris en compte, tout se passe très bien. Malheureusement il n’existe pas aujourd’hui de contraception féminine miracle, sans aucun effet secondaire… j’espère qu’un jour ça sera le cas et une contraception masculine aussi tant qu’à faire. En attendant je trouve que ce dispositif est une bonne alternative.

  • Nina dit :

    Bonsoir,
    Pour ma part :
    Petite douleur à la pose (malgré une anesthésie locale)
    Règles pas trop abondantes, mais plus longues (7 jours)
    Gênes périodiques, douleur, tension au niveau du psoas
    Par contre je me demande s’il n’y a pas une influence sur l’état de ma peau (favoriserait l’acné, ou l’aggraverait ) ? Car sujette à certains symptômes en lien avec un excès d’œstrogènes (rétention d’eau ++, dépression, troubles du sommeil, de la concentration)…
    J’avoue être totalement perdue sur le chemin de la « guérison », malgré plusieurs sollicitations (mails, FB), je n’arrive pas à obtenir de réponses…
    Emanuelle, pourriez-vous, s’il vous plait m’indiquer comment communiquer avec vous ?
    Serait-il possible de convenir d’un RDV pour une consultation personnelle (comme proposé durant le confinement), afin que je puisse m’engager sur une vraie piste, car au bout de 5 années de « désespoir », j’aurai vraiment besoin de votre AIDE !
    Merci pour votre réponse tant attendue…

  • Juher dit :

    Bonjour,
    Moi mon expérience a été celle ci : À 25 ans, sans enfants, en couple depuis peu, une gynécologue accepte de me prescrire un stérilet en cuivre.
    Mes analyses MST étaient bonnes.
    TOUTEFOIS … le prélèvement pour rechercher les chlamydiae étaient ok, or nous nous sommes rendues compte plus tard que la sérologie chlamydia n’était pas ok …
    retrait en urgence du stérilet car règles douloureuses, présence de saignements entre les règles, mais surtout polype à l’endomètre qui n’existait pas avant.
    Depuis je n’ai plus le droit de porter de stérilet et je ne supporte pas la pilule.

  • Emma dit :

    J’ai un stérilet au cuivre depuis janvier 2019.
    Pose douloureuse mais pas insupportable, derrière 3 jours collée au lit à cause des contractions de mon utérus qui avait du mal à accepter l’intrusion. ( c’est tombé pendant mes vacances heureusement ). Et puis c’est allé de mieux en mieux. Les règles ont été douloureuses pendant peut-être les 2 premiers cycles et depuis tout va bien. Mes règles qui était très très peu abondantes depuis l’arrêt de la pilule 1 ou 2 ans avant sont devenu relativement normales, peu être très légèrement inférieures à la moyenne. J’ai de petite douleur pendant les règles mais rien de très dérangeant non plus il me semble même que ça me faisait plus mal quand j’étais sous pilule. Je suis bien contente de ce stérilet et heureuse de ne pas dépendre des hormones de synthèses pour la contraception. Ce n’est pas l’idéal, ça reste un corps étranger, non naturel pour le corps et il peut toujours y avoir des dégâts mais je ne pense pas que la contraception idéale existe non plus alors moi ça me convient bien. Pour ce qui est de l’acné je n’est personnellement vu aucune différence qu’elle soit positive ou négative.

  • Minette dit :

    Bonjour Emmanuelle,

    J’aimerais juste préciser qu’il existe également une autre forme de DIU au cuivre (sur le marché en France depuis 1 à 2 ans, plus longtemps dans d’autres pays comme les USA) qui se compose d’un petit chapelet très fin de micro billes de cuivre. Il s’insère comme la forme en T sauf qu’une fois dans l’utérus il se déploie sous forme de sphère. Les retours sont globalement meilleurs avec cette forme qui occasionne moins d’inflammation et des règles moins abondantes.
    Bonne journée !

  • Marine dit :

    Bonjour à toutes,

    J’ai depuis quelques temps un stérilet en cuivre, le stérilet ballerine, un nouveau stérilet existant depuis 2 ans, avec moins de cuivre qui permets aux femmes de moins saigner. C’est une réelle délivrance depuis que j’ai ce stérilet. Je me sens beaucoup mieux, beaucoup moins stressé et malade à cause de ma pillule.

    C’est terrible à dire mais je sentais mon corps mourir avec la pillule. 23 ans, manque de libido, des douleurs affreuses pendant les règles, des sautes d’humeurs digne des plus grandes montagnes russes.

    Depuis la pause de stérilet, je ne souffre plus pendant mes règles, je me sens femme, je suis très épanouie sexuellement.

    Bref, je suis très heureuse d’avoir rencontré une sage femme, à l’écoute, m’expliquant que c’était possible d’avoir un stérilet malgré le fait de ne pas avoir eu d’enfant.

  • Lavice dit :

    Bonjour j’ai eu un stérilet pendant 5 ans, j’ai un utérus retroversé. Je n’ai pas forcément connu de douleurs mais par contre des règles courtes mais très abondantes avec caillot et du coup une fatigue importante et beaucoup d’acné.
    Lors du changement du stérilet j’ai opté pour une ligature définitive du coup pas de douleur au retrait du stérilet car tout fait sous anesthésie par contre au réveil on m’annonce que les règles abondantes continueront car je fais de l’endometriose. Voilà mon vécu avec le dui.

  • Coline dit :

    Bonjour,
    J’ai mon stérilet au cuivre depuis Octobre 2019. Mon corps n’arrête pas de changer depuis.
    Entre la pose et janvier, je n’ai au aucune règle. Entre février et avril, des règles un peu plus abondantes et douloureuses qu’avant mais rien de trop gênant. D’avril jusqu’à fin juillet, je saignais tous les jours. Un tout petit peu certes, mais suffisamment pour tacher mes sous-vêtements…
    J’ai vu une gynéco qui a regardé si je n’avais pas de souci ni de carence, apparemment tout est bon. Elle m’a proposé de le retirer, mais comme ça fait pas très longtemps que je l’ai, mon état ne s’est peut-être pas encore stabilisé. J’ai décidé d’attendre, d’autant plus que je n’ai pas le droit aux contraceptifs avec hormones de synthèse, ayant des migraines avec aura.
    Pendant deux semaines, entre juillet et août, je n’ai pas eu un seul saignement. Je me suis dit que tout était réglé. Mais ça va faire une semaine que mes règles sont arrivées, et elles sont très douloureuses (pas hyper abondantes en revanche). C’est la première fois que j’ai autant mal. Mais je veux encore attendre avant de prendre une décision, pour voir si je m’y habitue.
    Je me dis aussi que, comme j’étais sous pilule les 4 années précédentes, mon corps à besoin de réapprendre à fonctionner seul à ce niveau là. Et les hormones, en plus de m’être interdites, me causent beaucoup trop d’effets indésirables, j’ai vraiment envie de le garder, ce stérilet…

  • Lou dit :

    Bonjour,
    J’ai un stérilet en cuivre depuis maintenant deux ans (je n’ai jamais connu d’autres contraceptions).
    J’ai un utérus rétroversé et toujours eu des règles tres douloureuses et abondantes. Pourtant, depuis la pose qui oui est douloureuse, je n’ai eu aucun inconvénient avec le stérilet, mes règles ne sont pas toujours douloureuses et pas spécialement plus longues.

    • Merci de votre témoignage, Lou

    • NICOLLE dit :

      Lors de la pose de mon premier stérilet par ma gynéco ça a été douloureux mais supportable. Mon premier stérilet s’est cassé, je l’ai retrouvé en deux fois dans ma coupe menstruelle et c’est une sage femme qui m’a posé le suivant. Elle n’a pas voulu forcer et m’a demandé de revenir pendants les menstruations car à ce moment le col de l’utérus est ouvert et c’est passé comme une lettre à la poste, j’ai beaucoup apprécié cette attention !

  • Laura dit :

    J’ai posé un stérilet cuivre en 2014. Pose très très douloureuse la pire de ma vie… Grosses douleurs quotidiennes, rapports impossible et règles hémorragiques qui me font consulter. Résultats utérus retroverse jamais vu jusque là et diagnostique OPK.. Je l’ai retiré moins d’un an après la pose. Je regrette amèrement de l’avoir posé et de ne pas avoir été plus informée sur le sujet. Depuis je souffre au quotidien..

  • Magga dit :

    J’ai été diagnostiquée OPK à l’âge de 26 ans et j’ai porté un stérilet cuivre au cuivre à compter de mes 28 ans et jusqu’à mes 35 ans. L’idée de mon gyneco était de me permettre peut être de retrouver des cycles plus réguliers (j’avais mes règles tous les 3 mois) en arrêtant la pilule. Je n’ai pas constaté de problèmes particuliers, ni règles abondantes, ni sauts d’humeur, ni problèmes pendant les rapports. J’ai été ravie de ce dispositif (Simple, sans hormones…) si ce n’est effectivement la pause qui a été un peu douloureuse. Mes cycles ont été légèrement plus réguliers sans pour autant être très précis (on ne se refait pas quand on est OPK). Mais merci pour cet article intéressant qui permet aussi d’approfondir nos connaissances sur le stérilet !

  • Als dit :

    Merci pour cet article ! J’ai appris beaucoup de choses que les gynécologues ne nous signalent pas toujours…
    Chaque moyen de contraception a ses avantages et inconvénients, le tout est de faire un choix. Cela fait plus de 1an que je porte un stérilet en cuivre. Il faut s’y acclimater, pas toujours simple, le temps que le corps s’y habitue (ou pas). Ces derniers mois j’ai eu d’énormes douleurs au ventre (après mes règles) très handicapantes, je n’ai pas immédiatement fait lien avec le stérilet… après quelques cycles, du fait que Ces douleurs soit répétitives, identiques et synchronisées avec mes règles m’ont fait réfléchir. Après qqs analyses rien à signaler dans mon corps. La solution identifiée par mon gynécologue : l’enlever et voir comment ça se passe, s’il est responsable ou pas de mes maux.
    Sur le papier, j’aime beaucoup ce qu’offre ce moyen de contraception, beaucoup de liberté et de facilité, donc je me suis dis que j’allais encore attendre un peu… et finalement ces douleurs se sont envolées. La médecine n’a pas toujours réponse à tout, chaque femme est différente et réagit différemment, le tout est d’écouter son corps et ses envies.

  • Lucie dit :

    Bonjour,
    Je viens confirmer ici que le stérilet cuivre m’a valu un retour de mon acné que j’avais réussi à garder sous contrôle jusque là ( sans pilule). Ajouter à cela les règles très abondantes, j’ai fini par l’enlever au bout d’un an et j’ai eu du mal à me re débarrasser de mon acné . Le stérilet avait déclenché la formation de kystes aux ovaires chez moi. Comme toutes les contraceptions c’est un équilibre très personnel et très subtil. Pour moi ce fut un grand non…

  • Olivia rl dit :

    J’ai choisi le stérilet il y a quelques années après mon accouchement. La pose a été très douloureuse. J’ai eu des épisodes de saignement en dehors des règles régulièrement et qui duraient longtemps. Par contre la durée de mes règles était courte, 3 jours. J’ai du l’enlever car je souffrais de contractions régulièrement et à cause de mes fibromes qui l’ont déplacé. J’ai un utérus retroversé mais mon gynecologue n’as pas fait de lien. Du coup l’an dernier j’ai enlevé le stérilet et j’ai subi une myomectomie. Fini les douleurs, les saignements et les mauvaises odeurs causées par le cuivre (à mon avis). Je vous remercie en tout cas pour cet article et pour ces précieuses informations.

  • Naï25 dit :

    Bonjour Emmanuelle, merci pour cet article qui est très intéressant. J’ai eu 4 stérilets en cuivre car je ne voulais pas d’hormones en allaitant (2 grossesses, 1 stérilet tombé 24h après la pose et un autre que je sentais et qui me faisant mal et donc remplacé). À chaque fois la pose fut douloureuse pour ma part. Règles abondantes ++ , douleurs de règles ++. Je pensais qu’étant sans hormones, il n’aurait aucun effet sur mon acné. J’avais une dizaine de boutons chaque matin.. Quelle fût ma surprise d’avoir une peau nickel dès le retrait du stérilet ! Et ce durant 1 mois, jusqu’à ce que je retombe enceinte de BB3.ln gynéco m’a assuré que le stérilet n’était pas responsable de mon acné mais pourtant, je pense qu’il provoque je ne sais quoi dans mon corps, qui me provoque de l’acné, car la différence fut spectaculaire du jour au lendemain et le seul changement était le retrait du stérilet. J’accouche prochainement et suis donc complètement perdue quant à la contraception que je prendrai par la suite. En tout cas : fini le stérilet. Auriez-vous des conseils svp ? Je compte allaiter. Merci beaucoup !

  • Lisa dit :

    Bonjour, pouvez vous mentionner plus d’études car vous le savez comme moi en tant que scientifique, on a besoin de beaucoup plus d’études pour pouvoir affirmer ce que vous dites….et il y a aussi des études qui ne sont pas mentionnées dans votre article comme le fait que le cuivre augmente sous pillule de la même façon que avec le sterilet en cuivre. Il est très difficile de faire des analyses de cuivre car le cuivre varie en fonction d’inflammation par example. Malheureusement le test n’est pas reliable. Toutes ces informations donnés sont possible mais sont beaucoup trop à l’affirmative. il faudrait pendre beaucoup plus de pincettes quand il n’y a pas d’études solides et si peu d’études.

    • Bonjour Lisa, le fait que la pilule contraceptive augmente le cuivre dans le sang est bien documenté dans la littérature scientifique et j’indique 2 études en annexe pour appuyer ce point (étude 3 et 4) sous l’article… Je ne peux faire guère plus… Quant à la capacité du stérilet à faire de même, nous n’avons qu’une étude là-dessus, mais je le précise bien : « Ce point mérite plus de recherche ». Il semble en effet que le cuivre soit difficile à tester – certains praticiens considèrent d’ailleurs qu’il vaut mieux le tester au niveau des tissus/ou des cheveux que du sang…

  • Adeline dit :

    Cela fait 1 an et demi tout pile que je porte un DIU en cuivre. La pose a été assez désagréable mais plutôt rapide. Après ça j’ai eu des règles un peu douloureuses au début puis cela a été de pire en pire et de plus très abondantes qui duraient jusqu’à 10 jours. Cela fait plusieurs mois que je pensais à le retirer car cela devenait insoutenable, je prenais de l’antadys pour calmer les douleurs mais ayant fait une réaction allergique -qui m’a fait gonfler comme un hippopotame- depuis décembre 2019 je ne peux plus en prendre. Mais voila que depuis 2 mois je n’ai plus eu aucunes douleurs lors de mes règles et mes dernières règles étaient beaucoup moins abondantes et on duré 7 jours. Je pense donc attendre encore quelques mois, si cela continue comme ça je pense que je le garderais car hormis les douleurs et le flux, c’est vraiment le top, j’oublie parfois que j’ai un stérilet, je ne le sens pas du tout et mon chéri non plus, plus d’hormones de synthèses et aucunes prises de tête tous les soirs comme avec la pilule, je suis protégée sans même avoir besoin d’y penser, et j’ai vraiment l’impression de redécouvrir mon corps au naturel.

  • Delphine dit :

    J’ai des stérilets au cuivre depuis 17 ans. Je pensais être l’une des chanceuses le tolérant bien. Mes règles n’ont jamais été douloureuses ni abondantes, elles l’étaient d’ailleurs déjà très peu avant. Et puis je lis ce que vous dites sur les risques pour celles qui ont tendance à souffrir de dépression et d’insomnie, ce qui a toujours été mon cas mais a empiré depuis 10 ans. Il faut normalement que je le change dans quelques mois mais je vais peut-être le retirer. Ce sera l’occasion d’une discussion avec ma gynéco. Merci pour cet article.

  • Charlotte dit :

    Bonjour,
    J’ai moi aussi un stérilet en cuivre depuis 4 ans. Depuis sa pose mes règles sont devenues vraiment très abondantes, je peux même dire qu’elles sont incontrôlables pendant une journée. J’ai également des crampes assez violentes au niveau du bas ventre en début de règles, après cela se calme. Il est clair que ce sont des inconvénients mais j’aime le faite ne ne pas avoir à me soucier de prendre une pilule ou autre. J’ai passé 3 ans à l’étranger et j’ai aussi perdu mes cheveux. Je n’ai jamais fait le rapprochement avec le stérilet mais mon gynécologue pense qu’il pourrait y avoir un lien. J’ai des analyse De sang à faire pour vérifier.

  • Marion dit :

    Un post qui fait réfléchir, j’ai choisi le stérilet cuivre à la suite de mon arrêt pillule ( contraceptif qui ne me correspondait absolument pas ). A la suite de mon arrêt pillule on m’a diagnostiqué des opk et un utérus retroversé, je n’ai pas l’impression d’avoir de soucis si ce n’est un post pillule pas des plus sympathique. Je pense qu’un rendez vous avec ma sage femme pour écarter tout problème serait bien . Merci pour ce post.

  • Audrey dit :

    Bonjour
    Mon expérience avec le stérilet est positive. Aucun effet secondaire pour ma part. Le seul point négatif est effectivement la pose qui occasionne une douleur forte mais brève. C’est un point qui mériterait d’être amélioré à mon sens.

  • Joe dit :

    Bonjour, j’ai justement RdV chez le gyneco demain et je vais lui demander de la enlever. J’ai arrêté la pilule il y a un an et demi et depuis un an je vis un enfer. Acné, fibrome Retiré par chirurgie, douleurs insupportables, syndrome prémenstruel, vertiges, nausées, maux de tête… Je crois que je vais redemander la pilule car je n’avais aucun problème avec. Là ma vie est un enfer

  • Maru dit :

    Moi j’adore mon stérilet en cuivre, je le préfère à la pilule même si mes règles sont plus abondantes. Ça a changé ma vie et je ne reviendrai pas en arrière ! Merci pour ces clarifications que je ne connaissais pas.

  • Marthe dit :

    Bonsoir,
    Merci de faire un article sur ce sujet, je vous suis depuis longtemps. J’ai mis un stérilet au cuivre pour la première fois il y a quelques années, j’avais des problèmes d’hypothyroïdie, je ne sais pas si cela a eu une influence mais j’ai perdu beaucoup de poids et eu brusquement de l’acné. À cause de règles très abondantes et de douleurs très vives durant les cycles (ce que je n’avais jamais eu), j’ai décidé de le retirer au bout d’un an et demi et de revenir aux hormones. Prise de poids immédiate et assez considérable (une dizaine de kilos sans changement alimentaire ni de rythme de vie) mais l’acné avait disparu. Je viens de repasser au cuivre, cela fait deux mois, pour l’instant je ne remarque pas de changement sur le poids mais je traite désormais mon hypothyroïdie, cela a sûrement une influence. En tout cas, l’acné est revenue, moins sévère mais presque constante ! Pour l’instant, pas de douleurs insoutenables à signaler. Bref, les conclusions sont difficiles à tirer, d’une femme à l’autre et d’un moment de la vie à l’autre…

  • Julia Allix Sommer dit :

    Bonsoir,
    Alors pour ma part j’ai des stérilets au cuivre pendant 9 ans. j’ai choisi cette contraception pour son côté pratique et son faible impact sur mon équilibre hormonal. Je n’ai eu mal ni à la pose ni au retrait et n’ai ressenti aucune douleur ni gêne malgré le fait que mon utérus soit rétroversé.
    Le seul désavantage était l’abondance de les règles, mais je n’ai pas eu de souci de spotting.
    En revanche mon histoire avec le stérilet s’est mal terminée, j’ai eu une grave infection gynécologique en 2018 qui a entraîné l’ablation de mes ovaires et trompes, et donc une ménopause précoce. Je ne sais pas dans quelle mesure le stérilet a été la cause ou le facteur aggravant de cette infection mais elle s’est développée à bas bruit avant d’exploser. La bactérie responsable a été mise en évidence à l’analyse du stérilet notamment.
    En conclusion, je conseille à celles qui sont tentées par cette méthode de contraception qui reste à mon avis interessante (et qui, chose non négligeable par ailleurs n’impacte pas l’environnement non plus), d’être tres régulièrement suivies et de faire une échographie /des analyses au moindre doute.
    En espérant que ce témoignage pourra être utile.
    Bonne soirée
    Julia

  • Elise dit :

    Merci Emmanuelle pour cet article important 🙂

    Avant tout je contextualise, j’ai 22 ans, en couple, française, étudiante dans mes premières années d’expatriation et l’arrivé d’un bébé serait très compliqué.

    Le stérilet en cuivre a été pour moi une révolution, diminution considérable de mes sauts d’humeurs, de mon stress d’oublier, de renouveler ma pillule (surtout vivant a l’étranger). Aussi je me suis retrouvé, mon corps, mon cycle hormonale.

    Mon but maintenant, et pendant que j’ai mon stérilet en cuivre c’est de me reconnecter avec mon corps et ces cycles par la symphtonermie. Ainsi quand il sera temps d’enlever mon stérilet en cuivre, l’arrivé d’un bébé se fera peut être désiré et sinon le symptothermie comme moyen de contraception et tant qu’adulte avec une situation stable me semblera la plus adaptée (si je connais bien les cycles et les clés de la symptothermie)

    Voilà 🙂

  • Laetitia dit :

    5 ans sans hormones, bientôt 4 avec stérilet au cuivre = douleurs ou gêne 3 semaines sur 4 du cycle. Libido à néant, je ne sais pas si ça à voir avec ça mais bon… je ne voulais vraiment plus du tout d’hormone surtout à cause de ma thyroïde auto-immune mais j’arrive à bout, la question du retrait se pose de plus en plus… peut être pour un stérilet avec hormones… j’aimerais des avis sur ce stérilet d’ailleurs! ??

  • Noélie dit :

    Bonjour, merci beaucoup pour cet article sur le sterilét en cuivre. Il y a peu de retour sur son port après plusieurs années.
    J’ai moi même céder à la tendance pour son côté plus « naturel » que la pillule.
    Ça fait bientôt 4 ans que j’en porte un. Je n’ai connu que cette contraception.
    La pause est évidement une petite épreuve de quelques heures pour une nullipart.
    Évidement les règles sont plus abondantes les premiers mois. Mais depuis, j’ai repris l’abondance que j’avais lorsque je n’avais pas de contraception. Je n’ai pas plus de douleurs qu’auparavant. Seuls bémols ma période dure 7 longs jours et j’ai un syndrome prémenstruel assez difficile (irritabilité, pensées négatives…).

    Par ailleurs, il y a 2 ans, j’ai réalisé des échographies mettant à jour le fait que, par période, un kyste fonctionnel apparaîssait sur un de mes ovaires. Ma gynéco et le médecin ayant réalisé les echo, m’ont assuré que cela n’était pas grave et, que ce kyste s’éclipserait et réapparaitrait suivant les périodes de stress que je pourrais traverser.

    J’espère que mon témoignage pour aider vos recherches

  • Christine dit :

    Bonjour Emmanuelle, doit on faire tester son taux de cuivre dans le sang lorsqu’on porte ce type de stérilet ? Et que l’on a certains de ces symptômes ?

  • Astrid dit :

    Bonjour Emmanuelle, je fais partie de celles qui ont indiqué sur ton instagram que le stérilet en cuivre avait entraîné chez moi de très fortes douleurs lors des règles. Ça a été la raison principale qui m’a amené à demander à ma gynécologue de le retirer. J’avais vraiment des douleurs horribles, qui me paralysaient pendant parfois une heure entière. Je me souviens d’un départ en vacances repoussé à cause d’une « crise » de douleurs… J’en pleurais de douleurs. Alors que je n’avais jamais eu de souci de ce type jusque là.
    Je l’ai retiré également parce qu’il m’a déclenché des inflammations, détectées lors de frottis. J’ai dû être traitée par antibiotiques. Et étonnamment, ma fatigue intense à disparu juste après le traitement ! Mais elle est revenue petit à petit. Un an après, nouveau frottis, nouvelle inflammation. J’ai dit stop !
    Mais je me retrouve sans contraception maintenant car tout ce qui est hormonal n’est pas pour moi (cancer de la thyroïde… Et autres soucis… Merci les hormones de synthèse !).

    Bref, le duu en cuivre convient à beaucoup et c’est tant mieux. Mais pour moi ça a été un véritable échec…

  • La méthode !

    Vers une peau sans acné en 7 étapes

    Découvrez comment des milliers de lecteurs se sont délivrés de leur acné sans produits agressifs ni médicaments. Sûr, simple, et efficace

    Je m'inscris !
    Go to Top